AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1950
Biographie :

Hubert Artus est journaliste et chroniqueur littéraire. Il travaille pour le site Rue89, ainsi pour le mensuel L'Optimum, France Inter et France Culture. Il a cofondé le « Rue89 Football Club », les pages football du site d'information en ligne.
Sélectionné en 2018 au Prix Goncourt de la Biographie Edmonde Charles-Roux.

Source : http://www.franceinter.fr
Ajouter des informations

L`entretien d`Hubert Artus avec Babelio : DonQui Foot


Vous revendiquez une certaine subjectivité dans le choix des thèmes abordés dans ce dictionnaire sur le football. Avez-vous volontairement écarté certains sujets ? En avez-vous écrit d`autres à contre-coeur ?

Je revendique la subjectivité autant que l`objectivité. La moitié des entrées sont logiques, rationnelles, attendues, et se doivent d`être là : Pelé, Platini, Zico, Maracana, Suaudeau, etc etc. L`autre moitié est constituée de choix personnels : Touré, Best, Garrincha, etc etc.
Cette formule me permettait d`être sobre quand je le souhaitais, ou bien accusateur (Knysna, Anelka, Margaret Thatcher, etc) ou encore très amoureux (Garrincha, Ajax, Cruyff, Lemerre, Hidalgo, etc).
Une telle formule me permettait de parler de faits connus dans une entrée inattendue : l`équipe du Vatican qui joua contre l`équipe nationale palestinienne (« Bethléem »), l`épopée sedanaise à « Ouvriers ». de ventiler ce qui me semblait devoir l`être (par exemple, l`histoire algérienne qui est dans « FLN », « Algérie », « Assad », « Madjer » ; le football féminin ; la grande Hongrie des années 1950 ; les guerres ; l`importance du football dans les indépendances africaines ; les causes et les coupables multiples du foot-business.
Elle me permettait de montrer comment, pourquoi et avec qui, en football, la révolution est une ligne qui va d`Amsterdam à Barcelone.
Dans la première édition du « Donqui Foot », j`avais volontairement fait l`impasse sur Cristiano Ronaldo, alors que j`avais mis Lionel Messi. Car je suis plus proche du côté ronaldinesque du premier. C`était un choix subjectif. Mais, entre mai 2011 et mai 2012, il apparaît qu`ils sont réellement les deux meilleurs joueurs du monde. C`est pourquoi, j`ai fait le choix d`écrire une entrée « CR7 » (surnom du Portugais) dans la novelle version. Je ne l`aime pas plus, mais objectivement il devait se trouver là.
Au bout du compte, mon ouvrage ne comporte absolument rien qui y soit contre mon gré.
La relation que j`ai au football est à la fois raisonnée et passionnée, comme toute passion extra-humaine. J‘ai voulu que mon livre soit à cette image. Je pense qu`il a un ton aussi proche de celui de So Foot que de celui de France Football.


Quelles sont les premières entrées que vous avez écrites pour ce dictionnaire ? Étaient-ce les sujets qui vous touchaient le plus ou bien ceux qui ont motivé l`écriture de ce dictionnaire ?

J`ai commencé par écrire les entrées pour lesquelles j`avais tout dans la tête, dans le cœur… ou dans mes épaisses archives, afin de voir concrètement comment je verbalisais ce qui se trouvait dans les territoires en question. Vous savez, le « DonQui Foot » est mon premier livre. Lorsque je me suis lancé, je n`avais aucune idée de ce que ce serait, d`écrire plus que quelques feuillets… Aussi, j`ai débuté le travail d`écriture en « ouvrant » à la fois les entrées "Ajax", "Cruyff", "Garrincha", "Cantona" (avec lesquelles j`étais en empathie) et "Anelka" (avec lequel je suis aux antipodes de l`empathie).


Vous avez écrit des articles pour So Foot et lisez attentivement la presse sportive. Comment expliquez-vous la distance, voire la méfiance, qui semble s`être installée entre les joueurs et la presse ? Est-ce un phénomène récent ?

Le phénomène n`est absolument pas nouveau. Les Bleus de 1986 avaient aussi installé une distance. Dans l`absolu, je trouve cela plutôt sain. Ce qui est nouveau, c`est l`ampleur du phénomène, qui s`est évidemment accru depuis l`apparition hyper-massive d`une nouvelle corporation : les agents... On peut donc dater la « distance » dont vous parlez de la naissance du foot-business, dans les années 1990. de nos jours, la plupart des joueurs de très haut niveau ne sont plus seulement des footballeurs. Ce sont aussi des stars, qui se vivent comme tel, qui communiquent et consomment comme tel. Des stars dont le métier est de jouer au football, comme d`autres sont des stars qui font de la téléréalité.


Cette distance semble également caractériser le rapport entre le public et les stars actuelles du football. Après avoir été des stars adulées, les footballeurs sont-ils en train de devenir des parias dans une société confrontée à la crise ?

Ils le sont lorsqu`ils ne réussissent pas : les Bleus de 2010, par exemple –on ne peut encore se prononcer pour ceux de 2012). Il est rare qu`une star, qu`un people, devienne un paria…


Le football a traversé trois époques selon vous, pour arriver en ce début de XXIème siècle à un « foot-business » où l`argent est désormais roi. Les nouvelles règles de « fair play financier » (les clubs sont obligés d`équilibrer leurs comptes) de l`UEFA vont-elles changer la donne et mettre un terme à ce « foot-business » que vous dénoncez ?

A mon très humble et très personnel niveau, je suis entièrement favorable au fair-play financier. A mon sens, c`est la seule manière fédérale et européenne de favoriser non pas un football, celui des élites, mais le football professionnel dans sa globalité, et dans toute l`Europe.


En dehors d`une place de choix dans la rubrique « Perles, pépites et petites phrases à la con », on note l`absence de Thierry Roland qui est décédé pendant la coupe d`Europe 2012. Comment expliquez-vous la ferveur populaire qui a entouré, voire même porté, les 57 ans de carrière de ce commentateur sportif ?

Comme je l`ai écrit dans mon blog [http://www.le-pop-corner.net/2012/06/ne-en-1973-et-fin-de-foot-un-rapport.html ] au lendemain de son décès, j`ai un rapport très ambigu à l`ancien commentateur. D`un côté, il fait partie de mon inconscient car je suis né au foot dans des matches par lui commentés. Sa connaissance détaillée du foot était inégalée. D`autre part, je suis aux antipodes de ses opinions et postures colonialistes… typiquement françaises ! D`où sa popularité. Dans sa gouaille comme dans sa façon d`être le Frédéric Dard du commentaire sportif en France, tout chez lui était cocardier.


On raille souvent les footballeurs pour leur syntaxe approximative et, à l`instar de George Best parlant de Paul Gascoigne, leur faible quotient intellectuel. Allons à rebours de cette image : quels sont les joueurs qui selon vous, se démarquent de leurs coéquipier et brillent par leur intelligence, leur vivacité d`esprit ou leur humour ?

Je ne pense absolument pas que le quotient intellectuel de Best et Gascoigne était faible ! Il était imbibé, mais pas atterrant. Je pense d`ailleurs que Best se distingue par l`intelligence de sa distance envers son propre univers professionnel. Cette distance, à un niveau légèrement moindre, on la trouve aussi chez Eric Cantona. N`oublions pas qu`un sportif en activité est un jeune individu. Lorsqu`on est jeune, si grande soit l`intelligence, on a un petit vécu. Impossible, donc, de demander à, un jeune de supporter sereinement la pression intense dans laquelle baigne dorénavant le sport de haut niveau. Cette sagesse, cet humour, doit par contre se retrouver chez les entraîneurs, chez les directeurs sportifs, chez les patrons et tous les encadrants. Laurent Blanc a cette distance, même s`il a peu d`humour. Pape Diouf l`a, Pep Guardiola l`a, Didier Deschamps l`a. Des joueurs comme Didier Drogba, Gigi Buffon, David Trézeguet l`ont.


Enfin, quel regard portez-vous sur cette coupe d`Europe 2012 et quelles équipes voyez-vous en finale ?

Un constat s`impose : l`Espagne est en phase déclinante, comme le Barça cette saison. Un renouvellement générationnel va s`opérer, et l`équipe sera plus faible, avant de rehausser le niveau quand la transition aura été faite entre les générations. Andres Iniesta, qui a vingt-huit ans, sera le relais entre elles, comme le furent en Bleu les Makelele, Zidane et autres Thuram.
Le second constat est que les plus beaux matches à ce jour (le 25 juin, ndla) sont ceux qui concernent l`Italie. Qui, elle, a opéré la transition générationnelle, et où la greffe commence à prendre. C`est-à-dire qu`elle est à la fin du cycle dans lequel l`Espagne entre à peine. Cette équipe transalpine est belle à voir, le jeu est rapide, vif, alternant phases de possession et phases de dribbles/actions/tirs. Elle a ce que la France n`a plus : un meneur, Pirlo. Un type qui a un toucher de balle extraordinaire. Il est le Miroslav Mecir de cet Euro 2012. J`aimerais qu`elle l`emporte, mais je vois plutôt l`Allemagne l`emporter. Ce qui serait justice ; depuis 2008, nous avons la première Nationalmanschafft de l`Histoire qui ne pratique pas un football de Panzer Divizion. En 1998, la France avait une équipe nationale black-blanc-beur de belle identité, mais qui pratiquait un football essentiellement défensif. En 2000, la même équipe a pratiqué un très beau football, car Zidane était à maturité, ainsi que les attaquants. Cette Allemagne de 2012, elle aussi très plurielle, est comme la France de 2000.
A l`heure où vous m`interviewez, nous connaissons les affiches des demi-finales : Portugal-Espagne, et Allemagne-Italie. J`imagine une finale Espagne-Allemagne, avec une victoire allemande. Ce qui constituerait donc une revanche de la finale de 2008.



Hubert Artus et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Ce n`est pas un livre qui m`a donné envie d`écrire. Mais un angle : le football pour voir le monde. le football, sa culture, son Histoire. Les auteurs qui ont participé à faire de moi ce que je suis sont : Marguerite Duras, William Burroughs, William Faulkner, Dashiell Hammett, James Ellroy, Christian Bobin, Louis Calaferte, Bernard-Marie Koltès, Jean-Bernard Pouy.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Franz Kafka et Marguerite Duras.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

La vie matérielle de Marguerite Duras et un tome de la série Sailor et Lula de Barry Gifford.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Tous ceux que je n`ai pas lu. Par exemple : je travaille depuis un mois sur la prochaine rentrée littéraire. J`ai déjà honte de ne pas lire les 700 romans que j`ai à lire.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Les sept tomes de la saga Sailor et Lula, de Barry Gifford, tous édités par les Eds Rivages. Car on sait peu que le film éponyme de David Lynch n`est que l`adaptation du premier tome de la série. C`est une ode à L`amour, la route, la liberté, une visite des démons de L` Amérique. Une littérature pop et minimaliste, de dialogues de folie.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Aucun.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil » René Char


Et en ce moment que lisez-vous ?

Snuff de Chuck Palahniuk (Sonatine, septembre 2012).




Découvrez DonQui Foot aux éditions Don Quichotte.


Merci à Hubert Artus , Gilles Paris et Stéphanie Chevrier !

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Rencontre avec les auteurs de polar Karine Giebel, François-Xavier Dillard, Barbara Abel et Christian Blanchard autour de la thématique "Le polar et le réel - Faits divers, faits de société" organisée par BePolar et les éditions Belfond le jeudi 21 juin 2018 et animée par le journaliste Hubert Artus. Voir la vidéo intégrale de la rencontre : https://bit.ly/2uB1WV0 En savoir plus sur Karine Giebel : https://bit.ly/2yG3eTW En savoir plus sur François-Xavier Dillard : https://bit.ly/2tqUQmg En savoir plus sur Barbara Abel : https://bit.ly/2yFi1OD En savoir plus sur Christian Blanchard : https://bit.ly/2lxu3QH
+ Lire la suite
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Hubert Artus
cathcor   28 juin 2018
Hubert Artus
Les non-dits d'un jour se transforment en fantômes que la destinée, fatalement, fait revenir de plein fouet.
Commenter  J’apprécie          150
Fortuna   28 juin 2018
Maurice G. Dantec : Prodiges & outrances de Hubert Artus
Ses romans, plongées en apnée dans les paradoxes et les retournements de notre temps, demeurent parmi les plus puissants sismographes dont dispose le roman français des deux dernières décennies. Pourquoi, alors, se dispenser d'un auteur qui fait du corps et du cerveau humain un perpétuel champ d'expérimentation romanesque, d'un écrivain qui avec un clavier pourrait tuer un homme ou ouvrir un monde ?

Depuis ce 25 juin 2016, Maurice Dantec n'est plus.

Lisons et relisons ses livres. Lisons aussi sa vie.

Un écrivain, c'est quelqu'un qui a vécu et qui vivra pour toujours.
Commenter  J’apprécie          110
Pchabannes   18 novembre 2012
Le Donqui foot de Hubert Artus
"En compétition il y a toujours un premier et un dernier mais l’important est de ne pas être le second de soi-même."
Commenter  J’apprécie          80
Bibalice   13 juin 2012
Le Donqui foot de Hubert Artus
Eric Cantona : "Les Anglais ont inventé le foot, les Français l'ont organisé, les Italiens le mettent en scène."
Commenter  J’apprécie          70
Bibalice   13 juin 2012
Le Donqui foot de Hubert Artus
Louis Nicollin : "Si on perd on ne va pas non plus se mettre une saucisse de Strasbourg dans le cul."
Commenter  J’apprécie          50
Pchabannes   18 novembre 2012
Le Donqui foot de Hubert Artus
: "Le plus inique étant de voir des clubs (Paris, Marseille..) avec des sponsors maillot comme Betclic. C'est-à-dire, portant sur eux le nom de l’entreprise qui, bientôt, pourra décider de leurs victoires, et donc de leurs sorts".
Commenter  J’apprécie          30
Pchabannes   18 novembre 2012
Le Donqui foot de Hubert Artus
"Si l’on devait qualifier plus précisément ce sport d’exception, le football serait le nom générique de notre société". Abd Al Malik
Commenter  J’apprécie          30
Pchabannes   18 novembre 2012
Le Donqui foot de Hubert Artus
"Le football comme volonté et comme représentation de l’idéal républicain". Abd Al Malik
Commenter  J’apprécie          30
gege255   25 août 2014
Galaxiefoot : Dictionnaire rock, historique et politique du football de Hubert Artus
Grand attaquant, Bale est donc devenu le symbole du tournant : la normalisation du mensonge dans la bulle spéculative qu'est devenu, aussi, le football.
Commenter  J’apprécie          20
tiph12   24 octobre 2013
Le Donqui foot de Hubert Artus
Celui qui n'a jamais chanté, en chœur avec des centaines de personnes, non pas l'hymne d'un pays, mais celui d'un club, ne connaît pas le football.

Celui qui n'a jamais eu les tympans crevés par les "Aux armes ! " marseillais, ou le "You''ll never walk alone " de Liverpool le connaît pas le football.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-47927

Quelle était la profession d'André-Charles Boulle (1642-1732) à la cour du roi Louis XIV?

jardinier
ébéniste
médecin

7 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms propres , guerre mondiale , littérature française , sport , artisanatCréer un quiz sur cet auteur