AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.83 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Athus, Belgique , le 05/06/1926
Mort(e) à : Paris , le 03/07/1987
Biographie :

Né à Athus, en Belgique le 05/06/1926, de son vrai nom Hubert Loescher, il est issu d'un milieu paysan. Dès l'âge de 17 ans il part pour la France et s'engage dans la résistance. Puis, il collabore à de nombreuses revues et rencontre René Char, Albert Camus, Aragon… Il devient critique littéraire et producteur à France Culture. Il écrit une biographie très remarquée de Victor Hugo. Il fait partager à travers sa poésie son engagement politique mais aussi son amour pour les femmes.

Source : http://printempsdespoetes.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Hubert Juin   (88)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

POÉSIE 19e – Qui sont les Petits romantiques ? (France Culture, 1981) Une compilation des émissions « Albatros », par Hubert Juin, diffusées les 26 avril, 3 mai, 10 mai, 17 mai et 24 mai 1981 sur France Culture. Invités : Jean-Luc Steinmetz, Béatrice Didier, Jean Pierrot, Jacques Seebacher, Pierre Barberis Et Michel Le Bris. Poètes évoqués : Hégésippe Moreau, Théophile Gautier, Aloysius Bertrand, Charles Nodier, Marceline Desbordes Valmore, Petrus Borel, Charles Lassailly, Xavier Forneret, Gérard de Nerval, Philotée O'neddy, Alphonse Rabbe et Eliphas Levi.

Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Tenkohan   23 septembre 2022
Les 20 meilleurs recits de science fiction de Hubert Juin
Pour nous, il était déjà écrit qu'un certain Charles et une certaine Mary Whitcomb vivaient en Angleterre victorienne. Il était également écrit que Mary Nelson était morte avec la famille à laquelle elle avait rendu visite en 1944, et que Charles Whitcomb avait vécu célibataire pour finir par mourir en service commandé dans la patrouille. On avait pris note de cette anomalie, et comme le plus infime paradoxe constitue une faille dans la trame espace-temps, nous devions le rectifier en éliminant du cours des choses l'un ou l'autre de ces faits. Vous avez décidé de celui qu'on éliminerait.
Commenter  J’apprécie          40
gill   02 octobre 2020
Écrivains de l'avant-siècle de Hubert Juin
On voit par tout ceci combien se révèle complexe l'étude de cette époque où venaient se heurter des vagues contraires : ce qui achevait de naître et ce qui finissait de périr ...
Commenter  J’apprécie          110
gill   05 octobre 2020
Écrivains de l'avant-siècle de Hubert Juin
Nous sommes en 1881.

Cette année-là, un liquoriste "iriso-subversif", qui se nommait Rodolphe Salis acquis un mobilier Louis XIII et en meubla "Le Chat Noir", celui du boulevard Rochechouart, qui est le seul à avoir de l'intérêt en ce qui nous concerne : dans ce cabaret tout ce qui avait un nom, ceux qui se faisaient un nom, ceux qui cherchaient un nom parurent et s'illustrèrent, de Claude Debussy à Albert Samain.

Salis eût l'heureuse idée d'imiter Goudeau et de créer un journal : on y vit Léon Bloy, Caran d'Ache, Verlaine, Jean Lorrain ... Quoi d'autres ? ...
Commenter  J’apprécie          60
The_Noir   08 septembre 2017
L'automne à Lacaud de Hubert Juin
Une horloge écrasée. Le temps piétine. Je suis seul, une corde autour

des reins nouée. Je naufrage.

J'ai froid de ne plus entendre marcher le temps. Je fuis l'éternité.

Océan.

tu m'investis de silence par des ha-hans d'écume !

...

Lorsque je me suis éveillé, je n'avais plus de nom.

J'étais heureux. Je m'en allais une pierre de bonheur pendue à mon

cou. Le soleil implacable me criblait d'oiseaux.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   15 décembre 2017
Les Guerriers du Chalco de Hubert Juin
Où sont les appels de la lumière …





Extrait 3



Les autres brandissaient des épées Ils étaient vieux

avec des gestes ambigus Ils rampaient dans l’herbe

hurlaient tels les loups devant les portes closes Ils

baissaient les yeux Refusaient la nudité de la fille

là-haut dans son voyage solitaire à la fenêtre une

sainte un peu inclinée sur la gauche avec le ventre

bouclier ouvert sur une bouche hurlante de suint

L’odeur épaisse des chevaux sur la place du village

cela faisait une nuée rousse où s’étoilait l’appel

des lumières portées par le vent de mer chassées par

les fouets du temps

Les mots se rompaient Il ne restait rien

qu’une ébauche oubliée une peinture salie

La servant très vieille maintenant s’enfonce

dans le Sud si bas qu’on ne l’entend plus gémir
Commenter  J’apprécie          50
gill   05 octobre 2020
Écrivains de l'avant-siècle de Hubert Juin
Existe-t-il un seul écrivain de qualité qui n'ait pas le coeur et l'âme une province bien à lui ? ...
Commenter  J’apprécie          60
jeepax   09 mai 2015
Les 20 meilleurs recits de science fiction de Hubert Juin
Les quatre petits enfants s'allongèrent monstrueusement sous mes yeux, je les vis croître, grandir, grossir, devenir adultes, la barbe se mit à pousser au menton des garçons. Ainsi transformés, et à demi nus, car leurs vêtements d'enfants avaient craqué sous la pression de cette croissance fulgurante, ils furent pris de terreur. Ils ouvraient la bouche pour crier, mais de leur bouche ne sortait qu'une rumeur étrange, comme je n'en avais jamais entendu.

(La machine à arrêter le temps, Dino Buzzati).

Commenter  J’apprécie          41
gill   05 octobre 2020
Écrivains de l'avant-siècle de Hubert Juin
Coucher sur la paille qu'on voit dans l'oeil de son voisin, et se chauffer avec la bûche qu'on a dans le sien ...
Commenter  J’apprécie          41
gill   03 juillet 2013
Les 20 meilleurs recits de science fiction de Hubert Juin
Stendhal disait que le roman est un miroir promené le long d'une route. C'était fonder le réalisme, mais - à y regarder de près - un peu plus que le réalisme, un réalisme sans rivage.

C'est la route que nous contemplons en tournant les pages d'un livre, non le promeneur.

Nous y saisissons les hantises de l'homme, plutôt que l'homme lui-même.

Reste à savoir ce que l'homme cherche au terme de la route.

Je n'en veux pas douter : il cherche un Sphinx.

La bête pythienne, qui tue et mord, est vraiment nécessaire à ce perpétuel quémandeur, à ce questionneur impénitent.

La route dont parlait Stendhal, c'est le chemin pour Thèbes....

(extrait de la préface signée Hubert Juin et insérée en début du volume paru aux éditions "Marabout" en 1964)
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   11 août 2021
Les 20 meilleurs recits de science fiction de Hubert Juin
Si le genre Science-Fiction est assez difficile à délimiter il est, du moins, des plus aisés à désigner. Il suffit de dire: « Vous savez, ces récits où l’on parle de fusées interplanétaires », pour que l’interlocuteur le moins préparé comprenne immédiatement ce dont il s’agit. Ceci n’implique pas que dans tout récit de Science-Fiction intervienne un tel appareil ; on peut le remplacer par d’autres accessoires qui joueront un rôle comparable...
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

L'Enfaon d'Eric Simard

Pourquoi L'Enfaon est-il différent des autres ?

Parce qu'il est handicapé
Parce qu'il est génétiquement modifié
Parce qu'il na pas d'ami
Parce qu'il est un animal

7 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfaon de Éric SimardCréer un quiz sur cet auteur