AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.01 /5 (sur 1719 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 23/07/1928
Mort(e) à : Los Angeles , le 26/04/2004
Biographie :

Hubert Selby, Jr. est un auteur américain.

Selby quitte l'école à l'âge de 15 ans pour s'engager dans la marine marchande. Affaibli physiquement par la tuberculose, il perd une partie de son poumon à 18 ans et est renvoyé chez lui. Son espérance de vie semble alors très limitée.

Lors de la décennie suivante, Selby est cloué au lit et fréquemment hospitalisé (1946-1950) à la suite de diverses infections du poumon. Incapable de suivre une vie normale à cause de ses problèmes de santé, Selby dira : "Je connais l'alphabet. Peut-être que je pourrais être écrivain."

Son premier roman, "Last Exit to Brooklyn", une collection d'histoires partageant un décor commun, Brooklyn, entraîna une forte controverse lorsqu'il fut publié en 1964. Il fut l'objet d'un procès pour obscénité en Angleterre, interdit de traduction en Italie, et interdit à la vente aux mineurs dans plusieurs Etats d'Amérique.

Son écriture est très rythmée et très rapide, notamment du fait d'une syntaxe très abrupte et d'une ponctuation délibérément lacunaire, dans la continuité des expériences stylistiques de Faulkner aux États-Unis, de Beckett ou Guyotat en France. Par exemple, dans certains dialogues, plusieurs personnes peuvent prendre la parole sans qu'on puisse y trouver un seul tiret ni un seul point.

Son second ouvrage, "La Geôle", publié en 1971, est un échec commercial, malgré les critiques positives, ce qui décourage l'auteur.

Selby connaît des problèmes d'alcool, et devient dépendant à l'héroïne, ce qui le conduira deux mois en prison et un mois à l'hôpital, et lui permettra de sortir de cette dépendance. Cependant, après cette cure, il tombera encore plus dans l'alcoolisme.

En 1976 sort son roman Le Démon, l'histoire de Harry White, jeune cadre New-yorkais en proie à ses obsessions.

Deux ans plus tard, il publie "Retour à Brooklyn" ("Requiem for a Dream"), qui sera adapté plus de 20 ans plus tard au cinéma, en 2000, sous le même titre, par Darren Aronofsky, avec qui il coécrira le scénario.

Après la publication de "Last Exit to Brooklyn", Selby devient dépendant à l'héroïne, un problème qui le conduira finalement en prison. Après sa sortie de prison, il déménage pour Los Angeles et se débarrasse de cette dépendance.

Selby a été marié trois fois et a eu quatre enfants. Plus récemment, "Last Exit to Brooklyn" (1989 de Uli Edel) et "Requiem for a Dream" (2000 de Darren Aronofsky) ont été adaptés au cinéma.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hubert Selby.
Citations et extraits (154) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   30 juin 2013
Le Démon de Hubert Selby Jr
Il passa un après-midi atroce. Il sentait les muscles de ses jambes se contracter et sa peau semblait le démanger en permanence. A dix reprises, peut-être plus, il prit le téléphone pour appeler Linda et lui dire qu'il ne rentrerait pas ce soir-là, et, à chaque fois, il renonça au dernier instant. Et il lutta, là, et, à chaque fois, il renonça au dernier instant. Et il lutta, et lutta encore, et il avait l'impression que ce combat l'usait à petit feu, au point qu'il ne resterait plus rien en lui le soir venu. Et le conflit continuait à faire rage, et une fois encore il saisissait le téléphone, puis se forçait à raccrocher. Il fallait qu'il rentre ce soir-là. Il le fallait absolument. Il avait le sentiment que c'était une question de vie ou de mort. Cette fois au moins, il ne devait pas céder. Il ne pouvait pas céder.

Il ne réalisa à quel point il était tendu qu'au moment où ses muscles commencèrent à se relâcher quand le train quitta la gare. Une fois sorti du tunnel, celui-ci commença son long périple à travers la banlieue et Harry sentit son corps se liquéfier littéralement et il eut subitement peur de s'endormir.

Au cours du dîner ce soir-là, ses yeux furent constamment attirés par un dieffenbachia complètement fané dont les feuilles avaient la même couleur que la terre desséchée dans laquelle il était planté. Tandis qu'il mangeait, son esprit fut de plus en plus accaparé par cette saloperie de plante, et ses mains se mirent à trembler légèrement chaque fois qu'il regardait ce putain de bordel de végétal, et son estomac se nouait et il se sentait des envies de mordre ; il se mit à lacérer sa viande jusqu'au moment où, incapable de supporter plus longtemps la vue de cette saloperie de dieffenbachia, il se leva de table et le tailla en pièces avec son couteau !!! Et il s'escrima contre lui encore, et encore, et encore, et il le tordit dans ses mains jusqu'à ce que cette saloperie jaunie fût réduite à une tige qui sortait du pot et alors il poignarda la terre à plusieurs reprises jusqu'au moment où, la gorge en feu, il se laissa tomber sur une chaise et resta là immobile, les yeux fixés, le menton sur la poitrine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
jeranjou   15 septembre 2013
Le Démon de Hubert Selby Jr
Ils n'avaient pas beaucoup de temps devant eux (encore moins qu'elle ne l'imaginait), et, quand le premier round fut terminé, ils ne s'attardèrent pas à fumer une cigarette et à badiner, voulant tirer le maximum de ces quelques instants (Tirer le maximum, hahaha, elle est excellente celle-là, un vrai bon mot)



1 ) "bon mot" en français dans le texte
Commenter  J’apprécie          313
le_Bison   22 novembre 2012
Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby Jr
Vinnie et Mary ne seraient pas encore mariés s’ils ne s’étaient pas rencontrés. Mais finalement, cela s’était produit, alors qu’il avait 40 ans et elle 35, ils se marièrent et les deux familles s’en réjouirent. Dès qu’ils furent seuls la première nuit, Vinnie entraîna Mary au lit et se jeta sur elle, secouant le lit, la commode l’image de la Saint Vierge au-dessus du lit, jusqu’à ce que la fatigue empêche Mary de bouger et qu’il ne lui reste plus qu’à rester étendue sur le dos en gémissant et en LUI CRIANT D’ARRÊTER. Mais Vinnie continua de plus belle, en bavant et en CRIANT QU’ELLE ÉTAIT SA FEMME ET ILS CONTINUÈRENT A BONDIR SUR LE LIT (la Saint Vierge tremblait) A BAISER, BAISER, BAISER ET A CRIER. Cinq ans plus tard, ils avaient deux gosses et continuaient à crier.
Commenter  J’apprécie          300
nameless   06 octobre 2015
Le Démon de Hubert Selby Jr
Les jours suivants filèrent comme une flèche, dans la mesure où une flèche peut filer dans l'atmosphère lourde et humide qui règne sur New York en été.



Page 67 - 10/18 - Domaine étranger
Commenter  J’apprécie          280
le_Bison   04 janvier 2013
Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby Jr
…les 10 ou 15 types saouls entraînèrent Tralala jusqu’à la voiture abandonnée sur le terrain vague de la 57ème rue, ils lui arrachèrent ses vêtements, la poussèrent à l’intérieur et quelques types se battirent pour savoir qui serait le premier et finalement il se forma une sorte de file d’attente chacun criant et riant et quelqu’un cria aux gars du bout d’aller chercher de la bière et ils partirent et rapportèrent des boites de bière qu’on passa à la ronde et les gars de chez le Grec s’amenèrent et quelques-uns des gars du quartier vinrent tout autour pour regarder et Tralala gueulait et leur fourrait ses seins en pleine figure et des boites de bière circulaient, on jetait les boites vides et des gars quittaient la bagnole et retournaient dans la file, buvaient quelques bières et attendaient que leur tour revienne et d’autres gars arrivèrent de chez Willies et un coup de téléphone passé à la base amena d’autres soldats et on rapporta de la bière de chez Willies et Tralala buvait de la bière pendant qu’elle se faisait baiser et quelqu’un demanda si on comptait les points et un autre cria personne ne sait compter aussi loin et le dos de Tralala était rayé de crasse et de sueur et ses chevilles la démangeaient à cause de la sueur et de la saleté sur les égratignures qu’elle s’était faites sur les marches et de la bière et de la sueur dégoulinaient des visages sur le sien, mais elle continuait à brailler qu’elle avait les plus gros nichons du monde et quelqu’un répondit bien sûr ma poule que c’est vrai et d’autres s’amenèrent, 40, peut-être 50, et ils la baisaient et retournaient dans la file, buvaient une bière et braillaient et riaient et quelqu’un cria que la voiture puait le cul, aussi on sortit Tralala et le siège et elle était étendue nue sur le siège et leurs ombres cachaient ses boutons et ses cicatrices et elle buvait, faisant sauter ses seins avec sa main libre et quelqu’un lui fourra la boite de bière dans la bouche et ils se marrèrent tous et Tralala jura et cracha un petit bout de dent et quelqu’un recommença et ils rirent et braillèrent et le suivant lui monta dessus et elle eut les lèvres fendues et le sang lui coula sur le menton et quelqu’un lui épongea le menton avec un mouchoir imbibé de bière et on lui tendit une autre bière et elle but et brailla encore au sujet de ses nichons et elle eut une autre dent cassée et la blessure de ses lèvres s’agrandit et tout le monde rit et elle but encore et bientôt elle fut complètement KO, ils lui donnèrent quelques gifles et elle grogna puis tourna la tête mais ils ne purent la réveiller aussi ils continuèrent à la baiser, elle inconsciente sur le siège de la voiture…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
nameless   09 octobre 2015
Le Démon de Hubert Selby Jr
En réalité, il n'arrivait pas à définir exactement ce qu'il ressentait, mais il savait fort bien ce qu'il ne ressentait pas. Il avait conscience d'un manque, mais ce manque ne lui manquait pas.



Page 150 - 10/18 Domaine étranger
Commenter  J’apprécie          270
nameless   10 octobre 2015
Le Démon de Hubert Selby Jr
Nous avons tous, au cours de notre enfance, refoulé certains événements au fond de notre subconscient, et ces événements échappent à notre mémoire. Mais parfois ils nous tourmentent.



Page 246 - 10/18 Domaine étranger
Commenter  J’apprécie          250
le_Bison   26 novembre 2012
Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby Jr
Un jour, il avait vu une femme, pas mal du tout d’ailleurs, qui se penchait par la fenêtre pour parler à quelqu’un et un de ses seins avait glissé hors de sa robe de chambre. Elle ne savait pas qu’il regardait, alors elle ne s’était pas pressée de le rentrer. C’était un nichon de belle taille déjà. Des choses de ce genre pouvaient arriver à tout moment surtout quand le temps est chaud. Ça avait été une belle journée. Il avait été en forme toute la journée. Ça avait été aussi bon que de s’envoyer une nana. Il avait bandé toute la journée et quand Irene était revenue du boulot, il l’avait aussitôt entraînée dans la chambre et ils avaient baisé comme des dingues. Il l’avait faite asseoir sur lui et ses seins étaient tendus et il s’était enfoui la tête dedans et pendant tout le temps Irene avait frétillé et bon dieu ce qu’il avait pu bander. Ouais, ça avait été une sacrée journée. Bon dieu si seulement ça avait pu se reproduire. Plusieurs fois, il avait aperçu une gonzesse, une noire qui se baladait les seins à l’air, mais ça n’était pas pareil. Ça l’avait fait bander, mais pas de la même façon que le jour où il avait vu ce gros nichon blanc au bout rose. Voilà, c’était ça dont il avait besoin. Y’avait déjà un bon bout de temps qu’il n’avait pas baisé quelqu’un d’autre qu’Irene… A part deux ou trois fois au cours de partouzes mais ça c’était différent. Ça n’était pas pareil que de se taper une nana. Ça n’était pas qu’Irene n’était pas bien – non elle est bien foutue et elle a des nichons terribles – mais il commençait à se fatiguer de faire toujours la même chose avec la même bonne femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
jeranjou   14 septembre 2013
Le Démon de Hubert Selby Jr
Soudain, Harry se souvint de Rappelez-moi-son-nom, qui l’attendait sur un banc de central park – Mary, voila, c’est ça -, et il partit dans un éclat de rire, le visage enfoui dans les nichons d’Irma. La main gauche de celle-ci était plongée dans les cheveux d’Harry tira légèrement. Eh bien, merci quand même.



Harry White ne sachant plus à quels seins se vouer…

Commenter  J’apprécie          240
nameless   08 octobre 2015
Le Démon de Hubert Selby Jr
J'ai aperçu cet écriteau soldes là-bas, (...) et je crois bien que je me suis mise à foncer comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Si tous les éléphants vous ressemblaient, je m'ferais volontiers cornac.



Page 71 - 10/18 Domaine étranger
Commenter  J’apprécie          230
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..