AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Bibliographie de Hugo Cétive   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosse   11 septembre 2021
Hugo Cétive
'' derrière chaque être humain capable de torturer un animal se cache un tueur potentiel en devenir ''. C'est beau comme du Polnareff.

P114
Commenter  J’apprécie          484
cardabelle   19 novembre 2021
En chaussettes de Hugo Cétive
.

Barbès me faisait horreur. Ce quartier puait la défaite et la mort .

C'était un genre de verrue .

[...] Les façades des immeubles semblaient s'effondrer sur les trottoirs , on étouffait .

Et les gens ne marchaient pas , ils erraient , traînaient .

Ils se posaient des heures et vous observaient .

Un blanc est un étranger .

Le béton était sale , les odeurs serraient la gorge .

Ce quartier faisait penser à l'intérieur d'une bête .

La bête était mal , crasseuse , inquiétante .

On y sentait la maladie .

Des microbes s'installaient , s'épanouissaient , ils proliféraient .

La rue était malade .

Cloquée , mitée , tu voyais ses vieilles veines à travers , tu voyais les gens , tu les entendais penser.

Pensées négatives .

Des pensées qui te tournaient autour .

Des bourdonnements . Des provocations . Des insultes .

[...] Plein jour mais c'est comme noir .

[...] Je détestais Barbès . Il y avait cette violence sourde .

Une violence de pauvreté et de jalousie .



p. 73
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
ninosairosse   08 septembre 2021
Tremens de Hugo Cétive
Une vérité ? Les choses chiantes s'arrangent jamais, surtout quand on a le diable dans la peau et des bêtes qui tournent autour en se régalant de votre vilaine sueur. "Moi aussi je veux du mal et du vice" dit une drôle de voix intérieure.

p51
Commenter  J’apprécie          242
mariechrist67   19 novembre 2021
En chaussettes de Hugo Cétive
Si t'as jamais fumé de crack, je t'explique à partir d'une notion que tu peux envisager : la cocaïne. Après avoir "chassé le dragon", les sniffeurs de coke vivent une montée intense. Ils sont youuuuupiiiii, motivés, excités. Ils grimpent dans les tours.
Commenter  J’apprécie          50
LauBlue   23 novembre 2021
En chaussettes de Hugo Cétive
Les cauchemars commençaient. Je buvais de la bière. Je cherchais à me calmer. Vite, la tête tournait. Les bières ne faisaient pas effet. Le manque était dur à gérer. J’avais des pensées dégueulasses. Je buvais des bières et pas de la vodka car la vodka m’excitait et j’aurais fini par tout faire pour reprendre du crack. Je n’avais plus de crack et je n’irai pas en racheter, je devais dormir. Mon corps disait stop : dans un sens, je cherchais à survivre. Absurde car, au fond, je voulais crever. Mais il y avait quelque chose : on a beau se dire que tout est foutu, qu’on a abandonné sa famille et que le monde est une crevure, on continue à s’accrocher.
Commenter  J’apprécie          00
mariechrist67   19 novembre 2021
En chaussettes de Hugo Cétive
Mais fais chier moi j'angoisse je vois que du brouillard dans l'avenir on dirait que personne ne fait attention. Sans pognon que des idées noires et à quoi bon passer des jours comme un zombie à craindre que les poches soient vides.
Commenter  J’apprécie          40
Lysette   19 novembre 2021
En chaussettes de Hugo Cétive
Cette fille n'était définitivement pas un génie. Elle avait endormi la thune mais elle s'était recouchée, genre "ça va", comme si tu braquais une banque avant de te poser tranquillement dans le café en face.
Commenter  J’apprécie          20
Verdure35   20 août 2021
Tremens de Hugo Cétive
Ouvrier du futur,le développeur web sera l'équivalent du tourneur fraiseur quand le monde ne sera plus qu'un vaste réseau virtuel.
Commenter  J’apprécie          50
KrisPy   29 août 2021
Tremens de Hugo Cétive
Mon corps réclame cette claque, pourquoi l'en priver ? Je souhaite me vautrer dans le crime. Quelle morale serait assez puissante pour me contraindre ?

Margaret comprend que je suis en train de m'exciter et que j'échafaude des plans d'opium. Elle m'attrape le cou et plonge son regard bleu gris dans mes yeux qui s'échappent.

- Souviens-toi de ces nuits atroces... Tu rentrais, ne dormais pas, tu pleurais, tu lacérais tes bras avec des couteaux...

Je baisse la tête.

Et puis après, les jours, ombre, dépression...

Elle touche au coeur. Je suis battu. En sortant du Uber, elle me termine.

- Fais tes rendez-vous avec le psychiatre, sinon je te quitte.
Commenter  J’apprécie          30
Sovane   10 septembre 2021
Tremens de Hugo Cétive
Les nouvelles générations, Internet et les réseaux sociaux, c'est la fin absolue de la modestie. Je vous dis ça car je passe beaucoup de temps sur la toile.

Tout le monde y est très important, tout le monde y a droit, et y a droit non pas à un quart d'heure de célébrité espèce de pingre mais y a droit à une exposition permanente de soi pour que le public, tout le monde dise "oh que j'aime ta photo" et "comment j'adore de fou ce que tu as à dire". Et c'est la merde : on est des tas à se trouver spéciaux. (p. 45)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura