AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.9 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1972
Biographie :

Hugo Paviot, né en 1972, est romancier, dramaturge, poète, traducteur et metteur en scène.
Son premier roman, Les Oiseaux rares, pour lequel il a été lauréat d’une bourse d’écriture de la région Ile-de-France dans le cadre du programme « résidences d’écrivains », paraît en janvier 2020 aux éditions du Seuil.
Il a écrit à ce jour onze pièces publiées aux éditions Lansman, aux éditions de l’Amandier et aux éditions du Laquet. Il a notamment reçu pour Anne 2032 le Prix de la Fondation Charles Oulmont et pour Dans la peau le prix ARDUA des premières réalisations et le Coup de cœur du Club de la presse au Festival d’Avignon.
Il a lui-même mis en scène « La Trilogie d’Alexandre » composée de ses pièces Vivre (2017), La Mante (2016) et Les Culs de plomb (2012) pour laquelle il a reçu une bourse d’écriture du Centre National du Livre.
Il dirige depuis 2008 la compagnie de théâtre professionnelle Les Piqueurs de glingues, en résidence depuis 2019 au Théâtre de Gascogne, scène conventionnée d’intérêt national. Auparavant, la compagnie a été en résidence à la Scène nationale du Sud-Aquitain, au Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine et au Théâtre de la Chapelle Saint-Louis à Rouen.
Hugo Paviot a bénéficié de plusieurs résidences d’écriture à Montpellier Méditerranée Métropole (2020), en Algérie (2017), à Vitry-sur-Seine (2017), à Rouen (2013) et à Dax (2005 et 2004).
Il est l’auteur d’un recueil de poèmes, L’éclat du samouraï, paru en 2014 au Pérou aux éditions Amotape Libros, dans une version bilingue, avec une traduction en espagnol du poète péruvien Jorge Nájar.
Il traduit lui-même des dramaturges et romanciers espagnols contemporains. Il reçoit notamment en 2009 pour sa traduction du roman Les princes nubiens de Juan Bonilla (Galaade éditions, 2009), le Prix littéraire des jeunes européens.
Hugo Paviot anime de nombreux ateliers d'écriture en milieu scolaire, en milieu carcéral, ou auprès de personnes âgées.
De 2011 à 2020, il a mené un important travail d'action culturelle au Microlycée de Vitry-sur-Seine, établissement expérimental pour élèves décrocheurs. Deux des projets réalisés dans ce cadre ont reçu respectivement le Grand Prix de la Fondation de France 2012 et le prix CCMSA 2015 dans le cadre du dispositif national la Semaine Bleue.
Depuis 2018, Hugo Paviot est membre du jury de l'appel à projet Apprendre pour grandir de la Fondation SNCF.
Il est nommé en 2019 Chevalier de l'ordre des Palmes académiques.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Hugo Paviot   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   18 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Madeleine a 74 ans. Elle vit en dessous du seuil de pauvreté. Elle ne supporte plus d'habiter dans une zone de non-droit. Elle en a marre des jeunes qui trafiquent dans sa cité et ont colonisé sa cage d'escalier. (...) Elle en a marre mais attention, elle n'a rien à voir avec les vieux fachos qui votent extrême droite. Elle dit ce qu'elle a à dire et si ça ne plaît pas, tant pis. Elle trouve ça dingue d'être de gauche et de se faire traiter de nazie parce qu'elle ne supporte plus les petits dealers. Les bobos n'ont qu'à venir habiter chez elle, après on verra bien ce qu'ils diront !

(p. 65)
Commenter  J’apprécie          160
Ziliz   18 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Et aussi, tu peux me tutoyer. Entre gens du peuple, on est tous camarades. Sihem dit qu'elle veut bien essayer mais qu'elle n'est pas habituée à tutoyer les personnes plus vieilles qu'elle. Emile la rassure. Elle prendra le pli. Maintenant, explique-moi tout ça [internet]. Tu n'oublieras pas de me donner aussi les tarifs. Tout travail mérite salaire. Il sent qu'elle va rétorquer qu'il n'en est pas question. Il ne lui laisse pas le temps de reprendre la parole. Toi et moi, on est pareils. Moi aussi, je suis métis. Moitié vivant, moitié mort. Alors je te comprends. On s'y met ?

(p. 60-61)
Commenter  J’apprécie          150
Ziliz   17 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Elle vient d'arriver à la résidence. Elle est lycéenne, il paraît. Elle a l'air bien vieille, pour une lycéenne. Il a cru comprendre qu'elle est dans un établissement spécial. Encore une qui a poussé de travers. Une mauvaise herbe qu'on a arrachée d'un jardin d'enfants qui ne ressemblait pas au paradis.

(p. 30)
Commenter  J’apprécie          150
Cigale17   18 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Elle dit toujours que la parole est l’arme qui touche le plus durablement sa cible. Que les balles tuent les corps des auteurs mais n’atteignent pas leur esprit. C’est pour ça que les pouvoirs redoutent les mots. Ils sont invincibles. Ils ne s’emprisonnent pas. Ils ne meurent pas. Ils se transmettent comme les gènes de génération en génération. Ils sont les étendards des combattants de la paix. (p. 72)
Commenter  J’apprécie          90
Juin   17 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Il a bien eu un ami, avant, mais maintenant il est gâteux. Norbert habite une autre résidence. Pas pour longtemps. A terme, ils ne vont pas pouvoir le garder. Il est bon pour la maison de retraite. Avant, Norbert, était serrurier à Paris, rue des archives. Il se tient désormais devant sa dernière porte et rejoindra bientôt les archives de sa vie.

( p 28)
Commenter  J’apprécie          90
Juin   17 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Elle n'aime pas que ses vieux pourrissent à petit feu à l'hôpital. Elle souhaite toujours que la résidence soit leur dernière demeure. Ça veut dire qu'ils échappent à la maison de retraite. Ils gardent leur dignité. Jusqu’au bout.

( p 35)
Commenter  J’apprécie          70
Caro17   02 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Hélène comprend pourquoi elle aime tant les oiseaux. Ses élèves sont des oiseaux qui ne savent pas encore qu'ils peuvent voler. Il suffit de les aider à oser sauter de la falaise.
Commenter  J’apprécie          70
Juin   13 septembre 2020
Manouche pas touche ! de Hugo Paviot
....

On a choisi de vivre comme ça.

C'est ça qui dérange les autres

Peut-être qu'ils sont pas libres

Nous on n'y peut rien

On n'empêche personne

D'aller sur les routes

De choisir un champ

De regarder la lune

De prendre une guitare

Autour du feu de bois

De chanter

De danser

De se raconter des histoires

De rêver

De vivre

Au présent

Pleinement

Avant de mourir

Comme les autres.

( p 53)
Commenter  J’apprécie          40
Floyd2408   16 janvier 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Il habite un des pays les plus riches et son peuple, qui est des plus pauvres, porte beaucoup trop d'uniformes.
Commenter  J’apprécie          50
afadeau   03 février 2020
Les oiseaux rares de Hugo Paviot
Si les gens savaient rêver, ils n’empêcheraient pas les autres de rêver. Ils ne les traiteraient pas d’idéalistes. Ils ne les tueraient pas pour faire taire à jamais la petite voix qu’ils ont eux-mêmes enfouie au fond d’eux à double tour.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La tirade de la gifle, ça claque ! ✋ 🤴

Onirique : Mon dieu comme j'en ai rêvé / De votre joue claquant sous cette ***

giroflée
gentiane

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : pastiche , alexandrins , rimes , argot , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur