AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.31 /5 (sur 13 notes)

Né(e) à : Londres , 1960
Biographie :

Ian Monk est un poète et traducteur britannique de Perec. Roussel, Hugo Pratt et Daniel Pennac
Il est entré à l'Oulipo en 1998 après avoir travaillé sur l'Oulipo Compendium avec Harry Mathews. Il est l'inventeur de nouvelles contraintes, comme les «monquines» qui combinent sextine et mots nombrés, et les « quenoums » qui combinent les quenines et les pantoums.
Sa traduction en anglais du texte monosyllabique de Perec What a man ! (écrit en français, malgré son titre), reste un tour de force.
Il a publié une traduction du roman collectif de l’Oulipo Winter Journeys (Atlas Press) et des poésies dans diverses anthologies.
Il a aussi publié L’inconnu du Sambre Express (TEC-CRIAC), Family Archaeology (Make Now), Histoires parallèles (La Nuit Myrtide), N/S (avec Frédéric Forte, Éditions de l’Attente), Stoned at Bourges (les mille univers), et Plouk Town aux éditions Cambourakis en 2007.
Il a participé occasionnellement à l'émission de France-Culture Des Papous dans la tête3, fondée par Bertrand Jérôme et animée par Françoise Treussard.
Il vit actuellement à Lille et il donne des lectures/performances aussi bien en France qu’ailleurs (Londres, Bruxelles, Berlin, Luxembourg, Los Angeles, New York…).


+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Ian Monk   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
IAN MONK – PQR (POÈMES QUOTIDIENS RENNAIS) Lecture par l'auteur Rencontre animée par Alain Nicolas PQR est une suite de poèmes écrits quotidiennement, du lundi 8 octobre au samedi 30 novembre 2018, à l'occasion d'une résidence à la Maison de la Poésie de Rennes, en strophes « brétilliennes » (d'Ille-et-Vilaine), soit trois vers de dix mots, suivis d'un vers de cinq. Chaque poème comporte une allusion aux informations du jour que l'on imagine prélevées dans un quotidien régional, ou à la radio, mais également sur le fil d'actualité des réseaux sociaux. Chaque semaine, numérotée de 1 à 8, emprunte à huit sources bibliographiques sur la Bretagne. Enfin, à l'intérieur de chaque semaine – à l'exception de la semaine 4 et de la semaine 7 – , chaque poème débute de la même façon : « Contrairement à Rennes… », « Ici même… », « Tiens, là-bas… », « En regardant mes chaussures… », « Devant cette bouteille de chouchen… », « Enfin bref… ». Mais les contraintes et la prouesse oulipiennes ne doivent pas faire oublier le propos qui, lui, est impliqué, politique, subversif. On y voit défiler les événements et les personnalités de la période, du plus anecdotique au plus terrible : la KPop coréenne, les gilets jaunes, l'assassinat de Jamal Khashoggi à Istanbul, ou des individus fort peu recommandables comme Donald Trump, Robert Faurisson ou Tariq Ramadan… Avec un humour féroce, l'auteur se joue également des clichés liés à la Bretagne- tout y passe : le menhir, le chouchen… (« un peu trop enchouchenné, on peut prendre / la prose pour la poésie ») et même la galette-saucisse ! le tout dans une musicalité particulière, à la fois élégante, crue et drolatique, qui fait entendre la langue anglaise (sa langue natale) dans la langue française, sa langue d'adoption poétique. À lire – Ian Monk, PQR (poèmes quotidiens rennais), éd. Isabelle Sauvage, 2021.
+ Lire la suite

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2   02 septembre 2014
de Ian Monk
quoi de quoi attraper un putain de cancer de la peau

ici on en a même plus alors rien à foutre ma

pauvre conne ma vieille bourge on fait comme si c’était

hier c’est tout c’est-à-dire faire le mort

à mon avis y a rien de mieux dans la vie

finalement rien de plus succulent quoi de plus vivant de plus luxueux

que de faire comme eux les morts-vivants qu’on voit

tu sais paniqués seuls dans leurs palais sur leurs yachts chez

eux tout seuls quand le téléphone sonne plus imagine une vie

où le téléphone sonne plus et sonnera plus jamais c’est

le paradis le vrai ça putain où les cons existent plus
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2   02 septembre 2014
de Ian Monk
poupée cassée et jetée par terre et puis des affiches des

films oubliés intitulés petits trucs avec un machin avec des acteurs

plus moustachus les uns que les autres et les actrices blondes

avec des yeux vides des cassettes vidéos des mêmes films oubliés

et cetera un lecteur poussiéreux de cassettes vidéos pour visionner les

mêmes et cetera et des bouquins et des bouquins encore racontant les

amours improbables entre chirurgiens improbablement gentils

et infirmières invraisemblablement magnifiques et

/ou entre pianistes mondialement connus et assistantes de production

timidement adorables

par exemple lus il y a si longtemps par les femmes typiquement

moches et oubliées et puis les vies de gens célèbres pendant

bien plus qu’un quart d’heure mais aussi oubliés maintenant"
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   17 août 2014
Plouk Town de Ian Monk
y a plus de respect

y a plus de bonjour

y a plus de flics

y a plus de plombiers

y a plus d’électriciens

y a plus de vrais

légumes qu’on se récolte

dimanche matin pendant que maman

carme le gigot parce qu’

y a pas que ça

à foutre nom de mômes

qui font chier quoi putain

y a plus de silence

y a plus de vraies

chansons d’amour de musique

qui danse quoi qui bouge

y a plus d’au

revoir monsieur dame aux magasins

y a plus y a

plus y a plus y

a plus de doigt levé

quand on veut causer y

a plus de causettes d’

ailleurs ben non c’est

moi qui te le dis
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Maximes misogynes

. « Baisemain: il faut ….. » (Léo Campion)

y aller doucement
un commencement à tout
un but dans la vie

8 questions
80 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur