AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.78/5 (sur 311 notes)

Nationalité : Estonie
Né(e) à : Tallinn , le 12/07/1970
Biographie :

Indrek Hargla, né Indrek Sootak, est un écrivain estonien, nouvelliste et romancier.

Fils du professeur de justice pénale Jaan Sootak et de la philologue et journaliste Varje Sootak, il s'inscrit en droit à l'Université de Tartu et obtient son diplôme en 1993.

Il rejoint ensuite le service diplomatique de la République d'Estonie. Il travaille dans les missions diplomatiques estoniennes à Copenhague, en Danemark, en Hongrie et au siège du ministère des Affaires étrangères d'Estonie à Tallinn. En 2012, il prend congé du service diplomatique et travaille depuis comme pigiste, puis se consacre entièrement à l'écriture.

Il devient rapidement un écrivain célèbre et prolifique. Ses œuvres s'inscrivent principalement dans le genre fantastique, mais abordent également la science-fiction et le roman policier.

Sélectionné pour le grand prix de litté­rature de l’Assemblée ­Baltique en 2011, il a reçu le prix de la Fondation estonienne pour la culture, ainsi que le prix Eduard Vilde en 2012. Il a reçu le prix Friedebert Tuglas de la nouvelle en 2008.

"L’énigme de Saint-Olav" ("Apteeker Melchior ja Oleviste mõistatus", 2010), est le premier polar estonien traduit en français.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Indrek Hargla   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'énigme de Saint-Olav d'Indrek Hargla Bande-annonce de L'énigme de Saint-Olav d'Indrek Hargla En librairie le 6 février 2013. Traduit de l'estonien par Jean Pascal Ollivry. En Estonie, au XVe siècle, un haut responsable de l'Ordre...


Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Mais ce que je voulais dire en vous racontant cette histoire, c'est que même si un meurtre a été commis sans témoins on trouve toujours quelqu'un d'assez ingénieux...
-Un bailli par exemple, renchérit Melchior
-Par exemple, et nous venons justement de voir que ce sont en général des gens astucieux et plein de ressource
Commenter  J’apprécie          20
Indrek Hargla
Mais ce que je voulais dire en vous racontant cette histoire, c'est que même si un meurtre a été commis sans témoins on trouve toujours quelqu'un d'assez ingénieux...
-Un bailli par exemple, renchérit Melchior
-Par exemple, et nous venons justement de voir que ce sont en général des gens astucieux et plein de ressource...
Commenter  J’apprécie          10
-Les Estoniens ? Oui ce sont de bons tailleurs de pierre, intervint le commandeur. Ils ont de la force. Cela fait aussi d'eux de bons soldats. Ils n'ont pas leur pareil pour manier la hache de guerre. Bon sang, quelle force !
-Un soir, poursuivit Galkenreutter, je me suis retrouvé à boire avec eux, à l'extérieur des remparts de la ville, mais ils ne comprenaient pas ma façon de parler, ni moi la leur.
-Oh ! C'est la langue du démon : le Dieu des chrétiens n'a sûrement jamais inventé une chose pareille, assura le commandeur. Mais donnez - leur une hache et envoyez- les contre les Russes, et vous comprendrez ce que tailler en pièces veut dire.
Commenter  J’apprécie          00
En l’an de grâce 1419, la Livonie connaissait une relative accalmie. Les Frères Vitaliens avaient été chassés de la mer Baltique, même si le commerce au long cours comportait toujours des périls, les commandants de forteresses et les vassaux voisins des rivages ayant conservé l’habitude de piller les navires aux abords des hauts-fonds côtiers. Les villes échangeaient des missives, exigeant que les pirates soient châtiés et les marchandises restituées. Les deux années précédentes, la Livonie avait été frappée par la famine, car la sécheresse estivale avait ruiné les récoltes. Du coup, les paysans venaient plus nombreux que par le passé chercher travail et subsistance à l’abri des villes fortifiées. Les années de famine allaient encore ponctuer la décennie à venir – la faim était pour l’homme du moyen âge l’un des périls les plus graves et les plus fréquents.
Commenter  J’apprécie          101
Observer ces hommes et chercher à deviner leurs pensées lui servait aussi à tenir à distance son propre secret redoutable : c'était sa manière de contrôler la malédiction de sa famille, de même que la profession d'apothicaire représentait à la fois la fortune et le malheur des Wakenstede, leur clé pour vaincre ce fléau, mais une clé qui n'était pas forcément efficace, car jusqu'alors aucun de ces ancêtres n'avait trouvé de remède contre ce mal terrible.
Commenter  J’apprécie          70
Il en va maintenant de l'honneur de Tallinn que le meurtrier soit enchaîné et conduit jusqu'ici, afin que le tribunal des chevaliers puisse le condamner à mort. Il sera enfermé au Grand Hermann et torturé dans les règles, continua spanheim.
Commenter  J’apprécie          70
— [...] plusieurs femmes de bourgeois qui l’invitaient à entrer chez elles et, là, lui demandaient de leur faire voir son long ustensile et lui faisaient, pour sa peine, des offrandes généreuses. Même, elles ne se contentaient pas de demander qu’il le leur montre, et certaines le touchaient, le maniaient, le caressaient, passaient la langue dessus et allaient parfois jusqu’à le prendre dans leur bouche, pour voir jusqu’à quel point il grandirait.
Commenter  J’apprécie          50
Distinguer et reconnaître ses péchés n'est pas donné à tout le monde, reprit-il. Plus un chrétien se confesse fréquemment, mieux il comprend où se cachent ses fautes. Certains hommes avouent avoir trompé leur épouse en pensée, mais ils oublient de confesser qu'ils ont volé aux pauvres le peu qu'ils avaient à manger. D'autres s'accusent d'avoir trop mollement châtié leurs ennemis, mais ils ne se reprochent pas d'avoir tué des dizaines d'innocents.
Commenter  J’apprécie          40
Racontars, ragots de marché : c'étaient là des choses si dangereuses qu'il valait mieux en prendre connaissance tout de suite, sans délai. Surtout lorsque cela concernait un homme qui portait au cou une chaîne d'or qu'on avait soi-même fabriquée, et que cet homme était mort.
Grâces soient rendues au ciel, il est mort !
Commenter  J’apprécie          30
– Ce gentilhomme qui parle allemand comme si des pigeons avaient fait leur nid dans sa gorge ? Non, je ne l’avais jamais vu jusqu’à hier, quand il est venu fouiner par ici.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Indrek Hargla (266)Voir plus

Quiz Voir plus

Be safe

A la fin du livre que fais Jeremy

Il retojrne a la guerre
Il se tue
Il part comme un déserteur
Il reste chez lui

7 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Be safe de Xavier-Laurent PetitCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}