AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Isabel Wolff (112)


iris29   28 décembre 2016
Tout ton portrait de Isabel Wolff
"Faut-il peindre ce qu'il y a sur un visage?
Ce qui se cache dans un visage?
Ou ce qui se cache derrière un visage? "

Pablo Picasso
Commenter  J’apprécie          242
ladesiderienne   14 février 2017
Avis de grand frais de Isabel Wolff
J'ai été heureuse dans mon couple, vous savez. Et croyez-moi, je le suis toujours. Je ne m'ennuie jamais. Vraiment jamais. Il y a toujours tellement de choses à faire... Bien sûr, nous n'avons pas beaucoup d’argent - nous n'en avons jamais eu - mais nous nous amusons bien. Enfin, nous nous amuserions si Peter ne travaillait pas tant : Charmaine lui fait lire des manuscrits presque tous les soirs, et moi, je dois me coucher vers 21H30. Mais les weeks-ends, on se rattrape. Et là, on passe vraiment de bons moments. Quand les enfants rentrent à la maison - ils sont en pension dans le Kent - nous faisons des tas de choses. On part pour de longues balades au bord de la Tamise. On s'occupe du jardin. On va au supermarché. Parfois, on fait un tour chez Ikea - celui de Bent Cross, bien que de temps en temps, pour changer, on essaie celui de Croydon. Parfois, on loue une cassette vidéo ou on regarde un peu la télé, et les enfants vont voir leurs copains. Enfin, c'est ce qu'ils feraient s'ils en avaient. Hélas, ce sont plutôt des solitaires. Ce qui m'inquiète un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
dbarbieux   05 juin 2012
Un amour vintage de Isabel Wolff
Maman éclata de rire, et fut soudain d'une beauté lumineuse. Voilà le seul lifting dont elle avait besoin, un sourire !
Commenter  J’apprécie          130
Annette55   05 octobre 2015
Plume fantôme de Isabel Wolff
"Le passé n'est jamais mort.
Il n'est même jamais le passé."
William Fauklner.
Commenter  J’apprécie          120
Titipanzani   02 novembre 2014
Un amour vintage de Isabel Wolff
Parce qu’en achetant un vêtement vintage, on n’achète pas seulement du tissu et du fil – on achète un morceau du passé d’un être.
Commenter  J’apprécie          100
Lea25   23 décembre 2012
Les amours de Laura Quick de Isabel Wolff
Selon l'adage, la première blessure d'amour est toujours celle qui marque le plus -et c'est vrai. Le fait d'avoir revu Luke avait projeté sur le monde un éclairage nouveau. Tout ce qui m'était familier me semblait désormais étrange -comme si le prisme à travers lequel je contemplais mon environnement n'était plus le même. En rentrant chez moi ce soir-là, ce fut comme si le passé était remonté à la surface pour engloutir le présent.
Commenter  J’apprécie          100
pyrouette   07 décembre 2010
Les Tribulations de Tiffany Trott de Isabel Wolff
"- Oui, d'accord. Mais seulement parce qu'il est pas-mal-limite-acceptable, et parce que sa lettre était pleine d'humour. ça n'est pas une question d'argent. Tu comprends, Alan, il est bourré de fric, mais ça m'est égal parce qu'il ne m'intéresse pas. Ce que je cherche, c'est un golfophobe conjugophile avec un bon caractère, un revers correct et une absence totale de pilosité faciale. Est-ce trop demander ?"

Commenter  J’apprécie          90
bab   01 septembre 2010
Accroche-toi Anna ! de Isabel Wolff
- Jason était très ... sympathique. Et, oui, il était très beau, et très bien habillé - je suppose qu'il avait aussi une belle voiture. (Je songeai, avec un pincement au coeur, à sa Lotus Elise.) Mais il n'était pas bien pour toi, ma chérie
- Comment peux-tu dire ça ? gémis-je. Tu ne l'as rencontré qu'une seule fois.
- Mais cela m'a suffi pour constater qu'il était ce que j'appellerais - pour reprendre un terme de jardinage - une plante annuelle. Elles sont tape-à-l'oeil et font beaucoup d'effet avant de disparaître pour toujours. Ce qu'il te faut, Anna, c'est une plante vivace. (Je m'imaginai brusquement mariée à un Forsythia) Une plante vivace ne te décevra jamais. Elle reviendra année après année, fiable, digne de confiance - et sûre. Comme ton père, avait-elle ajouté. Il est toujours là pour moi. Quoi qu'il arrive.
Commenter  J’apprécie          70
sld09   22 janvier 2018
Accroche-toi Anna ! de Isabel Wolff
Il était ce que j’appellerais – pour reprendre un terme de jardinage – une plante annuelle. Elles sont tape-à-l’œil et font beaucoup d’effet avant de disparaître pour toujours. Ce qu’il te faut, Anna, c’est une plante vivace. (Je m’imaginai brusquement mariée à un Forsythia.) Une plante vivace ne te décevra jamais. Elle reviendra année après année, fiable, digne de confiance – et sûre. Comme ton père, avait-elle ajouté. Il est toujours là pour moi. Quoi qu’il arrive…
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienne   16 février 2017
Avis de grand frais de Isabel Wolff
Je ne vais presque jamais à l'église. Peut-être que je me rattrape pour toutes ces années où je suis allée à la messe tous les jours, à St Bedes. Eh oui, nous avons eu des masses de messes - assez pour le restant de nos jours. Cependant, je n'ai jamais totalement renoncé à le religion. Catholique un jour, catholique toujours, comme on dit, et c'est vrai. Même si je ne suis pas allée me confesser depuis plus de dix ans. Je ne sais vraiment pas ce que je pourrais raconter. Lorsque j'étais jeune, j'aimais assez, j'adorais sortir de cette petite boite en bois, spirituellement propre comme un sou neuf. Les bonnes sœurs nous avaient appris que nos âmes étaient comme des chemises du blanc le plus pur, qui se salissaient à force d'être portées tous les jours. Elles expliquaient que les péchés véniels faisaient de petites taches - comme la pointe d'un feutre, ou du jaune d’œuf ou du thé, et que les péchés mortels faisaient de vilaines taches, comme du ketchup, de la peinture noire ou de l'huile. Elles affirmaient que se confesser, c'était passer son âme dans la lessiveuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jeliscurieux   07 décembre 2015
Misérable Miranda de Isabel Wolff
"Je voudrais juste que vous me montriez la manière dont vous quittez la maison. J'aimerais que vous fassiez semblant de partir au travail.
- Vous voulez dire, jouer la comédie ?
- Exactement. Mettre votre manteau, prendre votre sac, dire au revoir à Jennifer et gagner la porte. Je vous en prie, soyez aussi réaliste que possible et faîtes comme si je n'étais pas là.
Elle m'adressa un regard sceptique.
- D'accord.
Je suivis Lily jusqu'à la cuisine tout en Inox et en granit noir où elle remplit le bol de Jennifer - visiblement en porcelaine - avec des croquettes. Puis, Jennifer grognant à ses trousses, elle parcourut le long du couloir à moquette crème.
Lily prit sa veste et son sac. Le corps de Jennifer se raidit soudain d'appréhension.
- D'accord, ma chérie, chantonna Lily. Il est l'heure pour maman d'aller travailler.
Jennifer se mit à geindre.
- Non, trésor, ne pleure pas. Maman est obligée d'aller travailler pour t'acheter toutes sortes de jolies choses. Comme ce collier Gucci dont tu as envie...tu te souviens ? Et ce bol en argent de Théo Fenneli ? Alors, je vais...sortir...
Jennifer courait dans tous les sens aux pieds de Lily, gémissant et ahanant.
- ...rien que pour un petit moment.
Maintenant, Jennifer hurlait à la mort. Lily franchit la porte d'entrée avec moi, à reculons. Elle fit tourner la clé, puis se pencha et ouvrit la boîte aux lettres.
- Au revoir, ma petite chérie adorée, lança-t-elle à travers la fente. Au revoir, mon amour.
Puis elle se redressa et me regarda. Son visage se froissa comme un paquet de chips vide.
- Mon Dieu, c'est insoutenable !
Elle rouvrit la porte, prit Jennifer dans ses bras et embrassa son petit visage plat à plusieurs reprises.
- Sois gentille, Jennifer. Sois une gentille petite fille pour maman, veux-tu?
Puis elle posa Jennifer et repartit. Des hurlements outragés nous parvenaient de l'intérieur.
- Et vous faîtes comme ça tous les matins ? lui demandais-je.
- Oui.
- Maintenant, montrez-moi comment vous rentrez à la maison.
- D'accord.
Lily ouvrit la porte et se précipita dans l'appartement, les bras grands ouverts.
- Ma chérie, je suis de retour! Maman est là!
Jennifer, totalement déroutée, répondit par un grognement d'extase.
- Je t'ai manqué, ma chérie ? chantonna Lily en la prenant pour la câliner. Je t'ai manqué, dis ? Moi aussi, tu m'as manqué. J'adore mon petit bébé Jennifer, et je déteste la laisser. Pas vrai, mon chou ? Non, non, non, je n'aime pas ça du tout!
Elle reposa le chien.
- Voilà comment je fais.
_ Mmm.
Nous retournâmes au salon et je lui expliquai ses erreurs : elle faisait un tel drame de ses départs et de ses arrivées qu'elle rendait Jennifer frénétique."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
iris29   10 septembre 2015
Tout ton portrait de Isabel Wolff
" Il y a quelqu'un qui vous plait en ce moment ."
Céline se trompait . Je me demandai quelles couleurs j'utiliserai pour peindre les yeux de Nate...
"Je le lis sur votre visage".
Bleu cérusé et terre de sienne brute...
"Je le sens".
Avec une pointe de jaune de cadmium clair.
Commenter  J’apprécie          60
Titipanzani   08 août 2012
Les Tribulations de Tiffany Trott de Isabel Wolff
- Vous m'avez invitée, hurlai-je, sans prendre la peine de me réserver une table dans un restaurant, vous m'avez fait marcher deux kilomètres, vous avez refusé sous un prétexte quelconque chacun des restaurants devant lesquels nous nous sommes arrêtés. Et je sais pourquoi maintenant - vous voulez venir ici parce-que vous êtes radin !
- C'est moi que vous traitez de radin? hurla-t-il à son tour.
-Oui. Et vous pouvez manger ici tout seul si vous voulez, parce-que moi, je me tire !
J'aperçus une lumière jaune descendant la colline dans notre direction et descendis du trottoir pour la héler.
-En plus, dis-je en me jetant dans le taxi, vous êtes moche !
Commenter  J’apprécie          60
Rika972   14 octobre 2014
Les amours de Laura Quick de Isabel Wolff
J'aime les faits. Ils me réconfortent. D'une certaine manière, avec les faits, on se sent en sécurité. En général, on peut compter dessus, bien plus que sur les opinions ou les conjectures. Les faits ne déçoivent pas.
Commenter  J’apprécie          50
pyrouette   07 décembre 2010
Les Tribulations de Tiffany Trott de Isabel Wolff
"Nous, nous, nous, toujours nous. C'est ça Noël. Nous. Nos. Notre. Mais moi, je n'étais pas nous. J'étais moi. Je. Une. Célibataire. Solo. Pas double. Seule. Toute seule. Je le serais sans doute à jamais. Avec mes mots croisés et mon point de croix et mon caractère de plus en plus acariâtre."

Commenter  J’apprécie          50
bab   01 septembre 2010
Accroche-toi Anna ! de Isabel Wolff
Elle nous manque à tous, bien sûr. Mais Cassie et toi, vous êtes jeunes - et très occupées. La distraction de la jeunesse et des occupations aide beaucoup à gérer le deuil. Mark est loin et cette distance doit avoir facilité les choses pour lui - il ne tombe pas sur un souvenir de ta mère à tous les coins de rue. Mais c'est dur, d'être en deuil quand on est vieux, ajouta-t-il d'un ton morne. On a tellement de temps pour être triste.
Commenter  J’apprécie          50
bbpoussy   21 mars 2017
Tout ton portrait de Isabel Wolff
Il faut que le modèle soit devant moi, en chair et en os. Je veux le scruter sous tous les angles, voir le rapport entre ses traits, la façon dont la lumière les sculpte, parce que c'est ça qui me dicte la forme et les proportions de son visage. Peindre, c'est voir la lumière.
Commenter  J’apprécie          40
MagEv   29 avril 2016
Avis de grand frais de Isabel Wolff
Bon, c'est vrai, on peut trouver que Jennifer est un curieux nom pour un chien. En fait, elle s'appelle Jennifer Aniston. A cause de son pelage soyeux et blond, et "parce qu'elle le vaut bien".
Commenter  J’apprécie          40
jeliscurieux   08 octobre 2015
Avis de grand frais de Isabel Wolff
" - un petit gâteau ? demandait-elle. Ou alors, un bon scone ?

Puis quelqu'un s'élança hors de la régie en hurlant :

- où est Phil? Où est Phil? Phil, c'est vous?
Bon, c'est à vous!

En fait l'atmosphère était plutôt agitée ce matin.

- Quelqu'un peut appeler Tatiana?
- ...ou préférez-vous de l'Earl Grey ?
- La mamie médium a perdu sa boule de cristal!
-... j'ai un délicieux Assam.
- La veste de Sophie a un faux pli.
- Le chat en rollers vient d'arriver!

Pénétrer dans la salle de maquillage, c'est trouver un havre de paix au milieu du chaos : là, Iqbal et Marian prennent le temps de transformer pour la caméra nos visages hagards de sommeil. "
Commenter  J’apprécie          40
Rika972   14 octobre 2014
Les amours de Laura Quick de Isabel Wolff
Cueille le jour. Pas le passé, murmurai-je.
Commenter  J’apprécie          40



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Acrostiche de Sphinx (13).... 💂 📂

"Death on the Nile" :

Le train bleu
Mort sur le nil

8 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : acrostiches , pseudo , littérature anglaise , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..