AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.49 /5 (sur 199 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Auxerre , le 08/05/1953
Biographie :

Isabelle Alonso est une écrivaine française, essayiste et romancière.

Femme ambitieuse, Isabelle Alonso crée sa société, le Bureau d'informations financières, dans les années 1980 après des études de langues et d'économie. Militante féministe, elle préside l'association controversée 'Les Chiennes de garde' fondée en 1999, suite aux insultes sexistes proférées à l'encontre de Dominique Voynet, alors ministre de l'Environnement. Elle occupe ce poste jusqu'en juin 2003. elle publie de nombreux ouvrages sur le thème de l'égalité des sexes : 'Et encore, je m'retiens !' (1995), 'Tous les hommes sont égaux, même les femmes' (1999), 'Pourquoi je suis chienne de garde' (2001), 'Plus jamais victimes' (2002), 'Métro, boulot, machos : enquête sur les insultes sexistes au travail' (2002). En 2005, elle se lance dans la fiction avec les romans 'Filigrane' et 'Roman à l'eau de bleu'. 'L' Exil est mon pays' paraît lors de la rentrée littéraire 2006.
Remarquée par Philippe Bouvard dès 1995 après la parution de son premier essai, elle devint pour trois ans une des "Grosses Têtes" de RTL.
Elle a été, dès son lancement en septembre 2000, chroniqueuse dans l'émission télévisée On a tout essayé sur France 2 ainsi que dans l’émission radio On va s'gêner sur Europe 1, toutes deux animées par Laurent Ruquier.
De 2002 à 2004, elle a joué le rôle de Juliette dans la pièce de théâtre La Presse est unanime, créée par Laurent Ruquier.
Isabelle Alonso est aussi chroniqueuse dans l'hebdomadaire Siné Hebdo depuis son premier numéro paru en août 2008.
+ Voir plus
Source : Wikipedia et EVENE
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion du Festival littéraire Franco-Irlandais 2019 de Dublin, rencontre avec Isabelle Alonso. Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Angele   16 janvier 2011
Maman de Isabelle Alonso
Dans la vraie vie, rien ne répond aux codes de la littérature et du cinéma, les seuls dont on dispose.



Nous voilà déconnectés de ce que nous avons toujours été. Un nouvel exil, loin de la mère partie.



Ce compte à rebours-là ne place le départ sur aucun curseur : on sait où on va, mais on ignore où on en est. […], si on en a pour trois semaines ou trois jours.



Ce dont maman a mis un soin rigoureux à nous protéger comme elle-même n'avait pas pu l'être est arrivé. Je ne concevais ce moment que comme une plongée dans une épouvante sans fond. Il faudrait toujours affronter ce dont on a le plus peur. C'est alors qu'on s'aperçoit qu'il n'y avait pas de quoi ressentir une telle terreur.



Ne plus voir quelqu'un, perdre son regard, c'est ça la mort.



Que dire lorsque disparaît quelqu'un qui nous a connus toute notre vie ? Qu'elle emporte avec elle un petit peu de chacun d'entre nous.



J'enfermerais sans ménagement, à l'intérieur de moi, ma double hurlante, bouclée, prisonnière et me ravageant les entrailles comme le renardeau que le jeune Spartiate cacha sous sa toge.



Cette horripilante habitude peut être constatée par quiconque se déplace en compagnie d'une vieille personne. Il me parle, je me tourne vers elle et j'attends qu'elle réponde. Mais elle, humiliée, me fait signe de parler à sa place.



Le plaisir se partage, la douleur s'additionne.



L'impuissance pousse à prendre des décisions totalement irréalistes.



Ce qui change quand on est vieux, c'est que si un matin on a mal quelque part, on sait que c'est pour toujours, que cette douleur-là ne partira plus jamais.

La vieillesse se paye cash, au quotidien.



C'est bête, hein, l'émotion, ça vient vous cueillir au moment inattendu, quand l'esprit est ailleurs, dans les dates, les plannings et tout ça…



Au nom de quoi ai-je refusé ? Elle, elle m'a donné sans compter quand j'avais besoin. Parce qu'elle est ma mère. Moi pas. Parce que je suis la fille. Et que la vie est comme ça; Ley de vida. Un brin dégueulasse, et je n'ai pas le beau rôle.



La petite étincelle que nous tentons de préserver comme si elle pouvait durer n'est plus que le pâle reflet du feu d'artifice qu'elle a été pour nous.

Ces jours-là, on ne peut que penser à sa disparition. En retrouvant l'extérieur, la circulation, les boutiques, les gens, on se demande comment il possible que la vie normale continue pour les autres gens. Que nous soyons les seuls à ressentir cet écroulement permanent.



Les thérapeutes pleines de bonne volonté, qui commencent par lui poser des questions anodines, ont-elles conscience une seule seconde que les interrogatoires de police ne commencent pas différemment ?

Quand on doit réaffirmer les principes évidents par voie d'affichage, c'est justement qu'ils n'ont rien d'évident.



Comment être sûrs que nous faisons le mieux pour elle ? Il n'y a pas de bonne solution. Seulement le choix entre deux cauchemars.



Mais comment ils t'ont attifée, maman, heureusement que la vraie toi n'est plus là tout le temps, on n'aurait pas fini de t'entendre râler, toi qui aimais tant être impeccable.



Un si petit rêve, si absolument hors d'atteinte.



(Dans les hôpitaux) Quand on pose des questions, les uns ne savent pas, les autres ne sont pas disponibles. Le jour où le cursus universitaire de la gent médicale sera doté d'une formation à l'échange entre humains appelé parole, la vie des hôpitaux se couvrira de pétales roses.



Article I : "Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie". Son mode de vie, oui, mais dans des limites décentes. Pas ses horaires de repas, ni l'endroit où elle les prend. En volapük, ça s'appelle de la socialisation. En français, du cynisme.



Tout est en train de changer. L'enfance meurt avec ceux qui en furent les témoins.



Nous avons tendance à voir nos parents plus solides qu'ils ne le sont. Ils gardent à nos yeux la figure de géants qu'ils eurent autrefois quand on leur arrivait aux genoux.



Comment ai-je pu être aussi optimiste ? Aussi aveugle, encore une fois dans le déni, pour voir non pas la réalité, mais seulement mon désir à moi.

Une fois encore les aiguilles, les hématomes, les pilules, les moniteurs, l'angoisse, la solitude. Une fois encore brinquebalée, analysée, bombardée sans aucune certitude quant au résultat, juste l'acharnement qu'aujourd'hui on considère comme la seule réponse à l'angoisse ultime. Que convient-il de faire ? Se donner bonne conscience en essayant tout jusqu'à ce qu'elle implose de souffrance ? La garder respirante et amoindrie pour le seul soulagement de pouvoir dire : oui, j'ai encore ma mère ? Grignoter quoi ? Quel répit ? Pour qui ? Dans quelles conditions ? Assumer que quoi que nous fassions, nous allons la perdre et qu'au point où nous en sommes, tout sursis implique plus de douleur que de bonheur ?



Devons-nous la forcer à vivre ou l'aider à mourir ? L'amour véritable ne consiste-t-il pas à faire passer les besoins de l'autre avant les siens propres ? La situation implique beaucoup plus de questions que de réponses. Des réponses, il n'y en a pas.



Maman, je pense à toi et ça me fait souffrir. Je ne pense pas à toi et j'ai l'impression de te trahir.



Tu as fini par nous quitter. Et je m'en veux d'avoir pu parfois penser, même si c'était vrai, que le plus tôt serait le mieux. Epuisée, impuissante, à bout de force de te voir ainsi tirer sur la corde.



On devient adulte, paraît-il, quand on comprend que ses parents ne sont ni des héros, ni des géants, mais des humains émouvants par leur banalité même.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aubazaardeslivr   24 février 2016
Je mourrai une autre fois de Isabelle Alonso
Ils se battaient pour leur vie. Pour leur idéal. Pour l'avenir. Je leur dois de n'avoir jamais cédé au découragement. Si eux y avaient cru, s'ils y sont restés, alors je n'avais, moi, pas le droit de perdre espoir.
Commenter  J’apprécie          80
Aubazaardeslivr   24 février 2016
Je mourrai une autre fois de Isabelle Alonso
Elles ont beau pleurer leur père adoré, ce père qui a toujours faire d'elles des femmes libres, elles sourient à la vie comme il leur a appris à le faire.
Commenter  J’apprécie          80
maylibel   20 février 2016
Je mourrai une autre fois de Isabelle Alonso
- Laisse-le, le môme, il parle comme un livre, c’est pas nouveau, il a trop lu, il a trop de mots…

- On n’en a jamais trop, Gramolo. Les mots c’est beau, ça ne coûte rien et ça sert à tout. On a tous de l’or dans la bouche si on sait s’en servir…

(p. 288)
Commenter  J’apprécie          70
val-m-les-livres   31 décembre 2010
Maman de Isabelle Alonso
Il me faut cependant reconnaître que si nous autres, athées présentons une très nette supériorité intellectuelle sur les croyants, nous donnons dans l'insignificance quand on en vient aux rituels.



Commenter  J’apprécie          70
val-m-les-livres   31 décembre 2010
Maman de Isabelle Alonso
Au nom de quoi imposer à Yann cet improbable ménage à trois, qui de surcroît laisserait papa tout seul? L'abandon des vieux est inscrit dans notre mode de vie comme le gaspillage, la précipitation et la solitude.
Commenter  J’apprécie          60
val-m-les-livres   07 janvier 2011
Maman de Isabelle Alonso
Il me faut cependant reconnaître que si nous autres, athées présentons une très nette supériorité intellectuelle sur les croyants, nous donnons dans l'insignificance quand on en vient aux rituels.
Commenter  J’apprécie          61
kaliemlir   19 septembre 2012
Dernières nouvelles du 87 #2 de Isabelle Alonso
Ici, l’odeur de la fumée ne vous gêne pas, ici les meubles changent de place chaque jour, ici tout est plus grand, ici le parquet craque, les filles aussi dans la chambre du fond, ici des mots s’invitent sur les ordinateurs, de jour comme de nuit, ici les étés ne tombent pas de la dernière pluie, ici le temps s’arrête matin, midi et soir, ici les draps blancs se souviennent des rêves des auteurs en couleurs, ici les boomerangs reviennent quelques années plus tard, ici des hommes prennent la lumière, ici la lune fait son œuvre, ici il y a toujours quelque chose à boire, ici les gouttes de sueur de l’été gèlent en hiver, ici on a le sentiment que tout est possible.
Commenter  J’apprécie          40
coca   27 novembre 2013
Fille de rouge de Isabelle Alonso
On dit que le rose est la couleur des filles. On dit aussi que la vie n'est pas rose. Dois-je en déduire que la vie n'est pas un truc pour fille, et c'est décourageant, ou qu'en rose la vie serait plus belle, et c'est flatteur ?
Commenter  J’apprécie          50
celine85   21 août 2017
Je peux me passer de l'aube de Isabelle Alonso
-Merci, pour tout à l'heure.

-T'en fais pas, c'est rien. Ils n'arriveront pas à nous rendre comme eux.

Il vient de parler plus longtemps en une fois que depuis que nous sommes là. Ils n'arriveront pas à nous rendre comme eux.

-Tu peux compter sur moi, Culebra.

-N'oublie pas qu'ici, une vie ne vaut rien. En tout cas la nôtre.

Ne jamais devenir comme eux. Nos ambitions s'amenuisent.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..