AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.67 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montbéliard , le 02/09/1966
Biographie :

Auteure de nouvelles érotiques aux éditions Blanche, La Musardine et Dominique Leroy, également blogueuse et rédactrice pour le webzine Fusion'elle.

Après des débuts dans des ouvrages collectifs érotiques aux Éditions Blanche et aux Éditions de la Musardine, elle publie plusieurs ouvrages aux Éditions Dominique Leroy, puis chez Harlequin-HQN. Sa nouvelle "L'Héroïne délicieuse", parue dans "Transports de Femmes", a donné lieu à une lecture dans l'émission radiophonique de Gabrielle Stefanski (RTBF1) Parlez-moi d'amour le 2 avril 2011.

En 2013, elle est intervenue dans une émission de France Bleu Creuse pour parler de Secrets de femmes.

En 2015, elle publie un récit-témoignage aux éditions "Take Your Chance, Les Bleus au corps". Elle y expose ce que furent les quatre années de sa vie où elle a été confrontée aux violences conjugales. Deux émissions radio lui ont été consacrées, en janvier 2015 sur Radio Shalom Besançon et en avril 2015 sur Fréquence Amitié Vesoul.

Elle s'exprime depuis plus de dix ans au travers de son blog, transformé au fil du temps en site d'auteur.

Elle est également l'initiatrice du café littéraire des deux Plancher parrainé par Hervé Thiry-Duval, un groupe de lecteurs des médiathèques de Plancher-Bas, Plancher-les-Mines et Champagney, qui reçoit ponctuellement des auteurs francs-comtois.

Site : https://isaloredan.wordpress.com/
+ Voir plus
Source : http://dominiqueleroy.izibookstore.com/auteur/134/Isabelle%20Loredan
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Bouvy   27 juin 2016
Poupée de chair de Isabelle Lorédan
Ce bonheur était parfait, trop parfait peut-être... Ce n'est qu'aujourd'hui que je me pose la question. Ne dit-on pas que rien n'est jamais gratuit sur cette terre et que pour toute félicité, il y a toujours un prix à payer ?
Commenter  J’apprécie          70
Isaloredan   16 juin 2014
Poupée de chair de Isabelle Lorédan
Du doigt, il effleura ma joue empourprée aussi tendrement qu'il l'aurait fait pour rassurer un enfant apeuré. Je fus envahie par une bouffée d'amour immense. À ce moment, je me pensai capable d'abattre des montagnes. La satisfaction et le plaisir que je lus dans ses yeux lorsque enfin je tins devant lui nue comme au premier jour, furent ma plus belle récompense. J'en éprouvai un plaisir inattendu. Il me regarda longuement, tournant autour de moi pour mieux me détailler. Son regard me fit frissonner aussi sûrement que si ses doigts avaient parcouru ma peau. Je perçus mes seins se tendre, érigés par un désir sourd qui se manifestait également au creux de mon ventre.

— Mets-toi à genoux, là. Voilà, comme cela. Fixe mon regard, mon ange. Vois dans mes yeux toute l'envie que j'ai de toi.

À cet instant, à ses pieds, je me sentis la plus belle du monde, mais aussi, paradoxalement, la plus grande
Commenter  J’apprécie          42
Isaloredan   24 octobre 2011
Un, deux, trois... Nous irons en croix de Isabelle Lorédan
"Les mains avaient quitté le martinet pour désormais se faire apaisantes, la bouche chaude parcourait les stries rouges des cuisses meurtries. Tendrement, Jenny câlinait son amante, la rassurant. Après la punition, l'heure était maintenant à la tendresse. Jean défit une à une les sangles, baisant poignets et chevilles, les massant doucement. A présent, Laure soupirait d'aise entre les bras tendres de Jenny. Pour la première fois, leurs bouches se trouvèrent vraiment et leurs langues se nouèrent dans un balai sensuel. Troublé et ému, Jean était spectateur de la tendre complicité qui se nouait sous ses yeux..."
Commenter  J’apprécie          40
Aurore666   04 avril 2016
Rencontres amoureuses: six textes érotiques de Isabelle Lorédan
Laurent remue sur son siège et se lance.



-Je voulais vous revoir, je ne pense qu'à vous depuis que nous avons décollé...



Océane choisir de le taquiner pour le rendre fou.



-Je vois, monsieur a le fantasme de l'hôtesse de l'air!



- Non, non! Enfin, oui, peut-être, je ne sais pas... c'est vous, votre regard...



Océane lève les bras et les appuie contre le compartiment à bagages au-dessus d'eux, présentant son ventre au jeune homme. C'est une invitation. Laurent n'hésite plus.
Commenter  J’apprécie          30
Isaloredan   21 février 2012
À mon amante de Isabelle Lorédan
Vous avez exigé que je vous raconte Madame.



Permettez-moi encore de vous remercier.



Avant de vous rencontrer, j’étais cette pauvre chose, flottant, tel un débris, au gré de vagues hostiles. Mon mari est un homme dont le seul fait d’armes est de maugréer face au poste auquel il est reliés par un cordon ombilical : « Tous des cons ! » Étonnant, l’effet miroir de cette machine. Mon mari, rappelé à son animalité, ne dédaigne pas de s’introduire sans permission dans ce qu’il croit être sa propriété privée, à savoir moi. La douleur physique est bien moindre que celle due à l’humiliation ressentie. Soumise, je le suis. Vous le savez. À mes parents. À mon mari. À mes enfants. Soumise dans un sens que j’abhorre. Je dirais victime. Vous, en revanche, m’avez appris la soumission, la belle, la pure.



Mes enfants, la chair de ma chair, vagissante sur mon ventre déformé ? Quinze ans plus tard, ils continuent de vagir. Vampires sans miséricorde, ils se repaissent chaque jour de mon infinie bonne volonté et me lancent des reproches pour tout remerciement. Servante je suis. Mère ? Je ne sais pas. (François Chabert)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Isaloredan   15 janvier 2015
Les Bleus au corps de Isabelle Lorédan
Mais le soir, après que nos invités soient repartis et sans raison particulière, il commença à se montrer agressif, à me faire des reproches. Je ne compris pas ce que j'avais pu faire de mal et répondis sur le même ton que lui. D'un coup tout bascula... Première gifle, suivie d'une pluie de coups de poings, de pieds... Tout se bouscula dans ma tête, j'étais incapable de réagir. Le monde s'écroulait autour de moi, m'engloutissait dans un torrent d'injures et de haine. Je me retrouvai sanglotante et tremblante, écroulée sur le carrelage du couloir.



Je me suis traînée à la salle de bains et là, j'ai pu contempler les dégâts : œil au beurre noir, pommettes bleuies, lèvres tuméfiées, hématomes sur les bras et la poitrine... Je ne comprenais pas. C'est alors qu'il est arrivé. Naïvement, je me suis dit qu'il venait s'excuser, mais la seule phrase qu'il prononça alors, ce fut « Pourquoi m'as-tu obligé à te faire ça ? »
Commenter  J’apprécie          25
Isaloredan   11 mars 2014
Les noces de la Saint-Jean de Isabelle Lorédan
Geoffroy, lui, ne se lassait pas de la regarder… Il était subjugué par sa beauté sauvage. Elle était aussi brune et solide que Clothilde avait été blonde et fragile. Son opposé en quelque sorte. Et pourtant, elle le troublait tout autant, mais de manière différente. Avec Clothilde, il avait été le protecteur. Il aurait voulu être le sauveur mais avait échoué. Avec Aliette, il était le mentor, le guide. Il la façonnait, comme un sculpteur façonne sa glaise pour en faire une oeuvre d’art. Il sentait en elle une force hors du commun, de celles qui promettent les grands destins. Et la détermination

de son regard d’ébène n’était pas pour le contredire. Elle avait toujours la griffe féroce et la langue bien pendue avec les autres hommes ! Malheur aux effrontés qui osaient l’approcher d’un peu trop près !
Commenter  J’apprécie          20
Isaloredan   15 janvier 2015
Les Bleus au corps de Isabelle Lorédan
Je ne saurais dire quand arrivèrent les premières réflexions, tant les choses se firent de façon insidieuse. Je n'arrive même pas à me souvenir quand je reçus la première gifle. Tout ce dont je me souviens, c'est que lorsque c'est arrivé, j'étais déjà conditionnée. Si d'emblée c'était arrivé au début de notre relation, je serais immédiatement partie. Mais là non, mon conditionnement était déjà tellement bien verrouillé que je restai sans réaction. Pire, de suite je me suis dit que c'était de ma faute.
Commenter  J’apprécie          20
Isaloredan   17 mai 2018
Les Désirantes de Isabelle Lorédan
Quand elle y repensait, il n'avait pas tort. Pourquoi avait-elle ce besoin quasi pathologique d'utiliser les hommes comme des sex-toys ? Après tout, si son ex-mari était un goujat, tous n'étaient pas responsables de cela... Souvent, une fois ses sens apaisés, elle était mortifiée non pas d'avoir pris du plaisir, mais de son mépris envers celui qui le lui avait apporté. Elle en arrivait à se dégoûter d'agir ainsi, mais savait que quelques semaines plus tard, cela se reproduirait...
Commenter  J’apprécie          21
Isaloredan   17 mai 2018
Les Désirantes de Isabelle Lorédan
« À l’adolescence, mes amies firent leurs premières expériences amoureuses, et moi aussi bien sûr. Mon premier flirt fut bien décevant. Il avait une fâcheuse tendance à confondre vitesse et précipitation mais surtout, il ne me regardait pas assez. La seule chose qui l’intéressait était de dévorer mes lèvres purpurines et de me tripoter sans aucun ménagement alors que je m’étais imaginé devenir la déesse à laquelle il rendrait chaque jour un hommage admiratif. »
Commenter  J’apprécie          21

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-32791: littérature - romans libertins et leurs auteurs

Le roman 'Le sopha, conte moral' (Claude P. de Crébillon, 1737) est une série de rencontres amoureuses narrées par un certain Amanzéï. Comment ce narrateur a-t-il appris toutes les histoires qu'il raconte au sultan Schah-Baham?

Il les a simplement vécues lui-même avec 7 femmes, en 7 ans.
Transformé en divan, il a participé en tant que meuble à ces histoires.
C'est son grand-père, grand amateur de femmes, qui les lui a racontées.

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman léger , libertins , érotismeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..