AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.17/5 (sur 765 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Simbirsk , le 18/06/1812
Mort(e) à : Saint-Pétersbourg , le 27/09/1891
Biographie :

Ivan Alexandrovitch Gontcharov (Иван Aлeксандрович Гончаров) est un écrivain russe.

En 1831, il entre à l'Université de Moscou où il croise le poète Mikhaïl Lermontov (1814-1841) qu'il juge trop banal et indolent. Il commence à traduire un roman d'Eugène Sue qu'il publie dans la revue Le Télescope. Il peut approcher Alexandre Pouchkine en 1832 à l'Université, qu'il quitte en 1834 après avoir réussi ses examens.

En 1847, il publie son premier roman "Une histoire ordinaire": c'est un succès. Il donne l’année suivante des fragments de son chef-d’œuvre "Oblomov" dont il achève la rédaction dix ans plus tard en 1859. Oblomov est le prototype de l’homme paresseux et médiocre, qui sacrifie ses rêves à une léthargie, qu’il vit pourtant comme un drame. Ce personnage est devenu en Russie un type et a permis, grâce au critique littéraire Dobrolioubov, l'apparition d'un terme nouveau : l'oblomovisme.

Parlant français, allemand et anglais, il devient traducteur au Ministère des Finances, entamant ainsi une carrière de fonctionnaire de l'État. Gontcharov œuvre toute sa vie en haut fonctionnaire dont le destin est lié à celui de la Russie. Il est employé au Ministère de l’Instruction publique, puis attaché au Ministère des Finances en 1852.
On lui confie alors la tâche d’établir les premières relations commerciales avec le Japon, contrée lointaine et fermée. Il accepte, alors, le poste de secrétaire de l’amiral Yeftimy Poutiatine (1852-1855). Il tient le journal de bord, gère la correspondance, entre en pourparlers avec la diplomatie japonaise et envoie des rapports. De cette mission, Gontcharov laisse un récit de voyage, "La Frégate Pallas" (1856), un indéniable document sociologique et ethnographique unique en son genre pour l’époque.

En 1855, il est nommé à la censure, (sous Alexandre II), puis Conseiller d’État aux affaires de presse (1863).

En 1869, il publie son dernier roman "La Falaise" (en russe : "Обрыв") un procès du nihilisme.

Son œuvre littéraire comporte de nombreux récits, essais, portraits, critiques de théâtre ou de tableaux, articles, nouvelles, contes, poésies, correspondances, des traductions et des analyses critiques d’auteurs français.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Ivan Gontcharov   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Savez-vous qui est le personnage le plus paresseux de toute l'histoire de la littérature ? Un paresseux héroïque ? « Oblomov », d'Ivan Gontcharov, c'est à lire en poche chez Folio.


Citations et extraits (175) Voir plus Ajouter une citation
Non, ta tristesse, ton vague à l’âme, si c’est bien ce que je pense, sont plutôt un signe de force… Les recherches d’un esprit vif et excité tendent parfois à dépasser les limites de l’existence, et, bien sûr, ne trouvent pas de réponses. C’est alors que vient la tristesse… ce mécontentement provisoire de la vie… C’est la tristesse de l’âme qui questionne la vie sur son mystère…
Commenter  J’apprécie          660
Ivan Gontcharov
“Ah ! C’est affreux ! Avoir tout juste aimé, tout juste goûté à la félicité d’un amour partagé - et se trouver brutalement privé de l’être aimé ! Tomber amoureux, pour perdre aussitôt son amour ! Toucher à la félicité pour qu’on vous en prive à jamais !
Oh, c’est un thème que je n’ai plus la force de traiter. On en parle dans tous les romans. Lisez-les donc et laissez moi poursuivre mon récit.”
Commenter  J’apprécie          625
Comme c’est étrange que le malheur et le bonheur provoquent le même processus dans l’organisme : nous sommes oppressés, notre respiration est douloureuse, nous avons envie de pleurer !
Commenter  J’apprécie          620
A l’école de la vie, elle avait suivi un cours intensif. Chaque heure d’expérience, même la plus insignifiante, à peine perceptible, chaque évènement qui, tel un oiseau, passerait inaperçu aux yeux d’un homme sont saisis par une jeune fille avec une rapidité inexplicable : la courbe, décrite au loin par ce vol, laisse dans sa mémoire une empreinte ineffaçable, sert de repère et de leçon. Là où un homme a besoin d’un poteau indicateur, elle se contente d’un bruissement de vent, d’un tremblement d’air à peine audible. Pour quelle raison le visage d’une insouciante jeune fille dont la naïveté faisait rire une semaine auparavant exprime-t-il soudain une pensée grave ? Quelle est donc cette pensée ? Elle semble contenir à elle seule toute la logique, toute la philosophie des hommes, spéculative, comme empirique, bref, tout un système de vie !
Commenter  J’apprécie          510
Les souvenirs sont de la plus haute poésie quand ils évoquent un bonheur vivant, mais douleur poignante quand ils ravivent des plaies cicatrisées…
Commenter  J’apprécie          520
Quand on ne sait pas pourquoi on vit, on vit n’importe comment, au jour le jour ; on se réjouit de chaque journée passée, de chaque nuit venue noyer dans le sommeil l’ennuyeux problème de savoir pourquoi on a vécu cette journée et pourquoi vivra-t-on demain.
Commenter  J’apprécie          481
Nous autres femmes, nous ne nous marions pas ; on nous marie ou on nous épouse.
Commenter  J’apprécie          470
Jamais dans ma vie n’a brûlé aucun feu, salutaire ou destructeur. Elle n’a jamais ressemblé à une matinée que le soleil levant colore petit à petit, puis embrase, et qui enfin devient jour, comme chez les autres, pour flamboyer et répandre la chaleur, et où ensuite, tout bouillent, tout bouge dans un après-midi torride, pour s’adoucir de plus en plus, s’estomper et enfin s’éteindre progressivement, de manière naturelle, vers le soir. Ma vie à moi a commencé par s’éteindre, aussi étrange que cela puisse paraître. Depuis la première minute où j’ai eu conscience de moi-même, je me suis senti m’éteindre.
Commenter  J’apprécie          430
" - Ah, mon Dieu ! Nul part où on puisse se cacher de la vie !"
Commenter  J’apprécie          442
Chez lui, une pensée ou une intention ne mûrissait pas sans l’aide d’autrui et, telle une pomme mûre, ne tombait pas seule : il fallait la cueillir.
Commenter  J’apprécie          430

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Ivan Gontcharov (1597)Voir plus

Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

La famille Dursley vit à Privet Drive, à quel numéro exactement?

3
4
6
8

15 questions
6728 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..