AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.13 /5 (sur 67 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Cleveland, Ohio , le 19/11/1907
Mort(e) à : Santa Fe, Nouveau Mexique , le 24/01/1991
Biographie :

Jack Schaefer est un écrivain américain.

Il est l'auteur de nombreux romans se déroulant dans l'Ouest américain à l'époque du Far West.

Son premier et le plus célèbre roman, "Shane" (1949), est porté au grand écran en 1953 (titre français "L'Homme des vallées perdues").

"Monte Walsh" (1963) a également été adapté au cinéma, en 1970, avec Lee Marvin et Jeanne Moreau au casting.

En 1975, il reçoit le "Western Literature Association's Distinguished Achievement award".

Source : wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'Homme des vallées perdues (Shane) - bande annonce

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Windvaan   30 mai 2014
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
- Écoute bien ce que je vais te dire, Bob. Une arme n'est rien de plus qu'un outil. Ce n'est ni meilleur ni pire que n'importe quel ustensile - une pelle, une hache, une selle ou ce que tu voudras. Garde ça bien en tête, toujours. Une arme peut faire le bien et elle peut faire le mal : tout dépend de ce que vaut son propriétaire.
Commenter  J’apprécie          160
Stockard   24 juillet 2018
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Il n'y a qu'une chose qui cloche vraiment chez toi, c'est que tu es jeune. Mais c'est un défaut qui se corrige vite.
Commenter  J’apprécie          160
Crazynath   28 décembre 2016
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Une arme peut faire le bien et elle peut faire le mal : tout dépend de ce que vaut le propriétaire.
Commenter  J’apprécie          100
Oliv   11 septembre 2017
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Mais il y avait une chose qui m'intriguait au possible, et elle avait beau crever les yeux, j'avais bien mis deux semaines à m'en apercevoir : Shane ne portait jamais d'arme.

En ce temps-là, dans nos régions, le colt était au nombre des articles courants, au même titre que la selle ou les bottes. On ne s'en servait guère par chez nous, sinon une fois de temps en temps, à la chasse. Néanmoins, cela restait un objet familier et la plupart des hommes ne sortaient jamais sans le leur.

Lorsqu'il s'agissait de brûler des cartouches – c'est-à-dire à la chasse –, nous autres fermiers préférions la carabine ou le fusil à deux coups. Un pistolet qui vous battait la hanche était plutôt gênant pour vaquer aux différents travaux de la ferme. Chacun de nous possédait cependant un colt avec étui et cartouchière qu'il portait parfois en dehors des heures de travail. Quand il s'absentait, ne fût-ce que pour descendre en ville, mon père prenait toujours le sien, plus par habitude, je suppose, que pour toute autre raison.

Mais le Shane, lui, n'en portait jamais. Et c'était d'autant plus curieux qu'il en possédait un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pit31   15 mai 2019
Le canyon de Jack Schaefer
Le matin du quatrième jour, il détacha ses attelles, les remit en place et les rattacha, puis il prit d'autres lanières de cuir qu'il noua les unes aux autres pur en faire une mince corde. A chaque extrémité, il fit une boucle : il entoura de l'une sa cheville droite et passa l'autre à son épaule gauche. A l'aide d'un gros bâton aussi haut que lui, il se mit debout : la corde maintenait son pied droit à distance du sol. Tenant le bâton à deux mains et pesant dessus de tout son poids, il avança en sautillant sur son pied valide. Il se dirigea vers la paroi la plus proche et entreprit de faire le tour du canyon. Les bisons surveillèrent ses mouvements, puis se remirent à paître tout en gardant leurs distances. Ils se méfiaient de cette nouvelle et étrange créature.
Commenter  J’apprécie          30
fai   20 mai 2012
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
1889 : un cavalier solitaire s'arrête l'espace d'une saison dans une ferme du Wyoming, dont il va bouleverser l'ordinaire. Refusant de porter une arme alors qu'il sait parfaitement s'en servir, évitant l'affrontement physique bien que personne ne l'effraie, cet homme semble tout à la fois une légende et un mystère. Shane est l'homme des vallées perdues, celui auquel une seule balle suffira pour rétablir sa vérité.

Il est, raconté par les yeux d'un enfant, l'une les plus belles figures inventées par la littérature de l'Ouest américain. L'Homme des vallées perdues est un texte somptueux qui, par son humanité profonde, raconte aussi, comme dans les romans de Cormac McCarthy, la genèse d'une nation née les armes à la main.
Commenter  J’apprécie          30
Moan   21 juin 2012
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Il y avait beau temps que tous ces effets avaient perdu l'aspect du neuf. La poussière des chemins s'y étaient incrustée. Ils étaient usés, tachés, et la chemise avait été soigneusement rapiécée en plusieurs endroits. Cependant, il se dégageait de l'ensemble un air de magnificence qui m'évoquait un monde et des usages étrangers à ma jeune expérience.
Commenter  J’apprécie          20
Moan   21 juin 2012
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Notre visiteur lui prit la main et s'inclina légèrement. Maman recula d'un pas et, à ma grande surprise, fit une petite révérence. Jamais je ne l'avais vue faire ce genre de chose. Il faut dire qu'elle était une femme imprévisible. Mais papa et moi aurions repeint la maison aux couleurs de l'arc-en-ciel si elle nous l'avait demandé.
Commenter  J’apprécie          20
Moan   21 juin 2012
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Ce qui compte, ce n'est pas ce qu'un homme sait faire, c'est ce qu'il est.
Commenter  J’apprécie          30
Wendat69   05 mars 2017
L'homme des vallées perdues de Jack Schaefer
Son visage, rasé de frais, était maigre et dur, recuit par le soleil depuis le front haut jusqu'au menton effilé. À l'ombre de son chapeau, on aurait dit qu'il avait les yeux clos. Mais je vis, quand il fut plus près, qu'en fait une expression de vigilance lui maintenait les sourcils continuellement froncés. Ses yeux étaient sans cesse en mouvement; il enregistrait chaque détail, rien ne lui échappait. Lorsque je notai cela, et bien qu'il fit grand soleil, un frisson me parcourut subitement, frisson que je n'aurais su expliquer.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur