AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 2.89 /5 (sur 18 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Edimbourg , le 09/111961
Biographie :

née à Edimbourg, elle est poète, nouvelliste et romancière. Elle enseigne à l'université de Newcastle et vit à Manchester.
Un de ses romans "Le trompettiste était une femme" a été traduit en France.

Ajouter des informations
Bibliographie de Jackie Kay   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Jackie Kay


Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
joedi   21 février 2013
Poussière rouge de Jackie Kay
Des années plus tôt, j'avais pris un train de nuit de Londres à Manchester à l'issue d'une date pour une lecture de poésie. (C'est amusant de voir que nous autres, poètes, on appelle "dates" les lectures, soirées tristes et pitoyables en réalité, dans le seul but de faire comme si on était des stars de la pop. On se croise les uns les autres sur la route et on demande : 'Tu as eu quelques dates, ces derniers temps ?" "Oui, à la Bibliothèque centrale de Milton Keynes.")
Commenter  J’apprécie          120
Alice_   25 décembre 2014
Poussière rouge de Jackie Kay
Depuis que je suis au Nigeria, jamais je ne suis tombée sur un chemin de poussière rouge exactement semblable à celui de mon imagination, avant d'arriver à mon propre village. Je demande à Pious de s'arrêter pour que je puisse descendre et marcher sur ce chemin. Je quitte mes chaussures pour sentir la terre rouge sous mes pieds nus. J'ai l'impression que mes empreintes étaient déjà inscrites sur cette route avant même que j'y arrive. Je calque mes pas sur elles, sur mes empreintes en attente. La terre d'une chaleur cuivrée est si belle, et le vert des longues herbes à éléphants si luxuriant que j'ai envie de pleurer. Je ressens une puissante affinité avec les couleurs et le paysage, une forte impression de reconnaissance. J'éprouve un sentiment de libération, de joie intense, en me disant qu'enfin, enfin, enfin j'y suis. Ça semble à des milliers de kilomètres de Glasgow, de mes si jolies collines de Fintry, mais étonnamment, ça semble aussi chez moi. Le paysage m'intimide aussi, comme si je rencontrais un nouveau parent. J'ai presque envie de lui parler, de chuchoter de tendres petits riens au creux de son oreille attentive. Le chemin m'accueille; il est bienveillant, chaleureux, amical, il m'accepte et pour le moment je ne demande rien de plus que le rouge si rouge de ce chemin, ce vert éclatant qui tranche, ce long et sinueux chemin de terre rouge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SophiePatchouli   03 août 2015
Poussière rouge de Jackie Kay
La démence a une sorte de poésie insolite qui s'empare d'éclats scintillants de vérité et nous oblige à en reconstituer l'assemblage.
Commenter  J’apprécie          100
Alice_   21 décembre 2014
Poussière rouge de Jackie Kay
Une partie de moi venait d'Afrique, une partie de moi m'était étrangère, inconnue puisque je n'étais jamais allée sur le continent noir et ne pouvais guère m'en faire qu'une idée brûlante, chaude et poussiéreuse. Ce n'est pas tant qu'être noir dans un pays blanc signifie que les gens ne nous acceptent pas en tant d’Écossais, par exemple, mais plutôt qu'être noir dans un pays blanc fait qu'on inconnu de soi-même. C'est n'est pas l'étranger du dehors qui est intéressant, mais l'étranger en dedans. Chaque fois que quelqu'un, dans votre propre pays, vous demande d'où vous êtes originaire, chaque fois qu'on répond, indigné: "Je suis d'ici", on est piégé inconsciemment, obligé de se poser sans relâche cette question, surtout lorsqu'on est enfant. Les enfants ont un besoin d'appartenance viscéral et tout ce qui les différencie visiblement de tous les autres enfants engendrera ensuite dans leur tête un embrouillamini de questions gênantes, dérangeantes.
Commenter  J’apprécie          80
joedi   23 février 2013
Poussière rouge de Jackie Kay
Les arbres sont tout ce qu'il y a de bienveillants. Je viens juste de finir de m'instruire sur les arbres en travaillant dans la forêt de Burnley ; j'ai appris que les arbres s'entraident : lorsqu'il y en a un qui pousse un peu vers l'est, son voisin va pencher un peu vers l'ouest pour lui faire de la place. Les arbres respirent le même air et ont mutuellement conscience de leur présence. Ils complètent la croissance de leurs semblables, et deux frênes sonr capables de partager la même canopée.
Commenter  J’apprécie          80
Alice_   23 décembre 2014
Poussière rouge de Jackie Kay
"Tout peuple colonisé... tout peuple au sein duquel a pris naissance un complexe d'infériorité, du fait de la mise au tombeau de l'originalité culturelle locale, se situe vis-à-vis du langage de la nation civilisatrice... Le colonisé sera d'autant plus échappé de sa brousse qu'il aura fait siennes les valeurs culturelles de la métropole. Il sera d'autant plus blanc qu'il aura rejeté sa noirceur, sa brousse", dit Frantz Fanon dans un livre déterminant : Peau noire, masques blancs. Je me rappelle avoir lu Fanon, électrisée, juste après mes vingt ans; cette lecture a changé le miroir que je me tendais à moi-même. Je me rappelle l'enthousiasme que j'ai éprouvé en tombant sur des auteurs comme Audre Lorde, Alice Walker, Toni Morrison, Ralph Ellison. Tous ces écrivains ont changé la perception que j'avais de mon appartenance raciale; les lire a changé ma vie.
Commenter  J’apprécie          70
joedi   22 février 2013
Poussière rouge de Jackie Kay
Spectaculaire, dit mon père, quel pays, nom de nom ! Epoustouflant, dit ma mère, rien de plus beau, notre petit pays à nous. Mon Dieu que c'est beau. Un si grand nombre de balades et de voyages à travers l'Ecosse implique qu'on lui adresse de chaleureux compliments, comme si on croyait le pays doté d'une grande oreille dressée, à l'écoute. Par moments, je m'imagine voir le pays rougir de reconnaissance.
Commenter  J’apprécie          70
joedi   20 février 2013
Poussière rouge de Jackie Kay
Les dernières grosses pluies de l'année tombaient. C'était l'époque où l'on foulait la terre rouge destinée à construire les murs.

Chinua Achebe
Commenter  J’apprécie          70
Juju1909   03 mars 2013
Poussière rouge de Jackie Kay
Ma première nouvelle s'intitulait : De plus en plus noire, et parlait d'une jeune fille noire qui se récurait la peau pour devenir blanche. Mon frère l'a lue et a dit:

-Si ça parle de toi, c'est de la merde, si ça ne parle pas de toi, alors c'est bien.

J'ai bien aimé sa conception personnelle de la critique littéraire.

-Au fait, je voulais te dire, a-t-il ajouté, tu passes vraiment pour une idiote quand tu racontes partout que tu es noire.

-Et toi tu passes vraiment pour un idiot quand tu dis que tu es blanc.

-Je n'ai jamais dit que j'étais blanc, il a rétorqué.

-De quelle couleur tu crois être? je lui ai demandé.

Mon frère a haussé les épaules.

-Beige? il a répondu, et on s'est tous les deux écroulés de rire.
Commenter  J’apprécie          30
Alice_   21 décembre 2014
Poussière rouge de Jackie Kay
En retrouvant la trace de ma mère biologique, voilà quelques années, j'ai découvert qu'après sa liaison avec Jonathan, elle s'était convertie au mormonisme. L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, ou je ne sais quoi. Les Mormons, m'a-t-elle expliqué, croient que les gens adoptés réclament de l'être alors qu'ils sont encore dans le sein maternel. Quand j'ai expliqué à ma mère que ma génitrice était mormone, elle s'est écriée: "Ah bon sang, catastrophe! On va se boire une petite demi-bouteille et on n'y pensera plus."
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le Cid (Corneille)

Que signifie "Le Cid" en arabe ?

le seigneur
le voleur
le meurtrier

10 questions
471 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur cet auteur