AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.55 /5 (sur 55 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Londres, Angleterre , le 18/12/1927
Mort(e) le : 24/12/2014
Biographie :

Élevée dans les milieux du cinéma, Jacqueline Briskin a étudié le droit puis l'art de la fiction à l'université de Los Angeles (UCLA).

Auteur de onze romans - dont le célèbre Paloverde (1978) -, elle est aujourd'hui l'une des romancières les plus lues au monde.

Elle vit à Los Angeles.

Source : www.lesromantiques.com
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui   27 décembre 2015
Paloverde de Jacqueline Briskin
Je n’avais pas encore seize ans. Je ne savais pas très bien ce que je ressentais pour Rose, en dehors du désir que j’avais d’elle et de la gratitude que je lui vouais. Mais l’idée du bébé me souriait. Je ne sais pas pourquoi, je voulais cet enfant. J’estimais que, puisque mon travail me permettait de subvenir aux besoins de ma famille, une bouche de plus ne changerait rien.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   27 décembre 2015
Paloverde de Jacqueline Briskin
Comme un lutteur, il savait reconnaître au cours d’une négociation le moment où il fallait céder pour mieux déséquilibrer son adversaire. Il devinait l’instant précis où il pourrait lui faire toucher le sol. Il se battait avec entrain, sourire aux lèvres, voix joyeuse aux chaudes inflexions de l’Ouest. Mais, quand la nécessité s’en faisait sentir, son ton durcissait, devenait coupant comme une lame, et ses yeux bleus prenaient la transparence d’un ciel de midi. Au début, vaincre avait été une nécessité. Par la suite, cet impératif disparut, mais le besoin demeura. Il lui fallait gagner à tout prix.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   27 décembre 2015
Paloverde de Jacqueline Briskin
Bien que ne répondant pas aux canons de la beauté tels qu’on les définit habituellement, il n’en était pas moins le jeune homme de Los Angeles qui suscitait le plus de soupirs et de frissons. Nul n’ignorait qu’il fréquentait assidûment les maisons closes les plus renommées ; pourtant, aucune rumeur ne l’avait jamais associé à une jeune fille de la bonne société, ce qui lui permettait d’être invité à toutes les réceptions et soirées mondaines.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   27 décembre 2015
Paloverde de Jacqueline Briskin
Les gens ne parlaient que du vice, de la vénalité des élus, sénateurs, membres du Congrès, juges et shérifs. Pourtant, ce fut le chemin de fer qui, profitant de la faiblesse humaine pour calculer froidement le prix d’un homme, s’attira la haine du public. L’opinion générale était toujours prête à se dresser contre le chemin de fer.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   27 décembre 2015
Paloverde de Jacqueline Briskin
Ces hommes, dont certains étaient des étudiants de bonne famille, partaient seuls pour voler de leurs propres ailes et ils s’initiaient à quelques rudiments de géologie, apprenaient à pêcher et à piéger le petit gibier. Ils évitaient les villes et demeuraient rarement plus de quelques jours au même endroit. Très peu d’entre eux revendiquaient une concession. C’était là une sorte de rite d’initiation, leur passage à l’état adulte et, généralement, ils rentraient chez eux après moins d’une année passée à errer, plus durs, plus hâlés et tout prêts (sinon heureux) à reprendre les rênes que la vie leur avait tendues.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   27 décembre 2015
Paloverde de Jacqueline Briskin
Il arrive un moment où l’on doit tout risquer, et pour moi ce moment est venu. Je vais explorer l’Ouest. Peut-être me lancerai-je dans la prospection de l’argent et de l’or. Que ma décision ne t’attriste pas ; un jour, tu seras fière de moi.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   24 septembre 2017
Les aigles et la colombe de Jacqueline Briskin
Il est difficile de photographier des visages aux traits aussi marqués, et le noir et blanc ne pouvait rendre le contraste entre ses dents éclatantes et sa peau hâlée. Avec des cheveux plus sombres, il aurait pu ressembler à un Indien d’Amérique. Il finit par sourire, un sourire teinté d’ironie, qui le rendit encore plus séduisant. Käthe était en colère contre elle-même parce qu’elle subissait son charme, et contre lui, car il lui avait fait perdre ses moyens. « Ces Américains ! Ils n’ont même pas fait le salut aux couleurs devant le chancelier ! Il est pourtant l’hôte de ces Jeux, qu’on le veuille ou non », pensa-t-elle.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   25 mars 2017
Le palais du comte Paskevitch de Jacqueline Briskin
J’aimais, j’admirais et je craignais un peu ma petite grand-mère parfumée. Longtemps après sa mort, je m’avisai que ses souvenirs, si souvent évoqués, s’étaient cristallisés pour moi en légende. Elle n’était plus toute jeune et elle avait perdu son tempérament romantique. Et pourtant, elle oubliait très vite son public – moi, en l’occurrence. Si elle avait été vraiment consciente de ma présence, elle aurait censuré bien des détails de ce que j’en suis venue à appeler sa « période écarlate ».
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   24 septembre 2017
Les aigles et la colombe de Jacqueline Briskin
Avant la guerre de Sécession, les deux familles aux destins mêlés avaient accumulé plus de trois cents esclaves, du matériel agricole pour la culture du coton, des entrepôts, et une voie de desserte de chemin de fer. Maintenant, ils ressassaient leur supériorité avec nostalgie, discutant de généalogie avec des airs entendus tandis que les descendants de leurs « nègres », comme ils disaient encore, vaquaient aux tâches domestiques.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   25 mars 2017
Le palais du comte Paskevitch de Jacqueline Briskin
Les hommes la regardaient souvent à deux fois. Le front, le nez et le menton de Marya étaient ordinaires mais ses yeux fascinaient. L’iris, d’un gris argent, était cerclé de noir. Sa lèvre supérieure, un peu gonflée, se relevait sur de petites dents blanches et lui donnait un air enfantin et sensuel. Ruisselant d’eau de mer, pâli par le baiser de la mort qui l’avait effleuré, à cet instant son visage était inoubliable.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..