AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.99/5 (sur 630 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 06/06/1942
Mort(e) à : Libourne, Gironde , le 23/01/2022
Biographie :

Jacques Abeille est un écrivain français.

Il a également publié sous le pseudonyme de Bartleby ainsi que sous celui de Christoph Aymerr (ou Aymeric) ou de Léo Barthe.

Orphelin en 1944, il est recueilli par un oncle haut fonctionnaire dont il suit les pérégrinations à travers la France jusqu'à l'été 1959, où il débarque à Bordeaux venant de Guadeloupe.

Il fait des études supérieures de psychologie, philosophie et littérature pour finir professeur agrégé d'arts plastiques. Il achève sa carrière dans un lycée de Bordeaux en 2002.

Il découvre le surréalisme, intervient dans la revue "La Brèche" et devient membre du groupe surréaliste bordelais Parapluycha. Peintre autodidacte, il fréquente le peintre érotique Pierre Molinier (1900-1976).

Influencé par le mouvement surréaliste auquel il participera dans les années 1960-1970, il est principalement connu pour le cycle romanesque, "Le Cycle des contrées", organisé autour d'un univers imaginaire initié par la publication de son roman culte, "Les Jardins statuaires" (1982).

La réédition en 2010, aux éditions Attila, de son roman, signe enfin la reconnaissance critique de Jacques Abeille.

Signe de cette reconnaissance, Jacques Abeille a reçu en 2010 une mention spéciale du Prix Wepler pour l'ensemble de son œuvre, qui a également été récompensée en 2015 par le Prix Jean Arp de littérature francophone, puis, en 2021, par le Prix spécial de l'Imaginaire.

Il a par ailleurs écrit plusieurs recueils de poésie et de nouvelles, et est l'auteur d'une œuvre érotique importante, publiée pour partie sous le pseudonyme de Léo Barthe.

Il était marié et père de trois enfants.

+ Voir plus
Source : http://www.lelitteraire.com/ et http://nouvellerevuemoderne.free.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Jacques Abeille   (56)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Maison de la poésie (10 nov 2017) - Texte et Lecture de Jean-Philippe Domecq, extrait du Dictionnaire des mots en trop (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution novembre 2017). Le Dictionnaire des mots en trop : Comment ? s?entend-on déjà reprocher, des mots en trop ? Mais les mots, on en manquerait plutôt. Et pourtant. Ame, artiste, coach, communauté? ils sont légion ceux qui éveillent notre résistance intime à tout ce qu?ils charrient d?affects, d?idéologie, de pseudo-concepts ? notre résistance mais pas celle du voisin ! ? Quarante-quatre écrivains explorent ici les raisons pour lesquelles ils renâclent devant certains mots, et leurs réflexions critiques témoignent autant d?un état de la langue que des poétiques et des enjeux de notre temps. Une expérience littéraire qui vient compléter, en l?inversant, celle du Dictionnaire des mots manquants. Auteurs : Malek Abbou, Jacques Abeille, Mohamed Aïssaoui, Jacques Ancet, Marie-Louise Audiberti, Michèle Audin, Olivier Barbarant, Marcel Bénabou, Jean Blot, Jean-Claude Bologne, François Bordes, Lucile Bordes, Mathieu Brosseau, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Thibault Ulysse Comte, Seyhmus Dagtekin, Louis-Philippe Dalembert, Remi David, Erwan Desplanques, Jean-Philippe Domecq, Christian Doumet, Renaud Ego, Eric Faye, Caryl Férey, Michaël Ferrier, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Cécile Guilbert, Hubert Haddad, Isabelle Jarry, Cécile Ladjali, , Marie-Hélène Lafon, Sylvie Lainé, Frank Lanot, Fabrice Lardreau, Mathieu Larnaudie, Linda Lê, Guy le Gaufey, Jérôme Meizoz, Christine Montalbetti, Christophe Pradeau, Marlène Soreda, Abdourahman A. Waberi. http://www.editions-marchaisse.fr/catalogue-dictionnaire-des-mots-en-trop

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (264) Voir plus Ajouter une citation
Je vis de grands champs d'hiver couvert d'oiseaux morts. Leurs ailes raidies traçaient à l'infini d'indéchiffrables sillons.
Ce fut la nuit.

J'étais entré dans la province des jardins statuaires.
Commenter  J’apprécie          436
Le tas de terre glissait lentement du centre vers la périphérie ; la statue peu à peu surgissait. Il s'agissait cette fois d'une Vénus pudique toute blanche, dont les mains apeurées ne cachaient guère les charmes. Elle était gigantesque. La terre, qui l'avait épousée si étroitement, la quittait comme à regret, et il en restait des paquets nichés en chaque repli du corps. Les orbites, les épaules, les aisselles en étaient garnies, comme des marques irrévérencieuses d'un grand âge négligent.
Commenter  J’apprécie          405
Il y eut ce silence mûri par les proximités fortes avant que j'entendisse son rire en vol d'alouette matutinale. L'air qui trainait par la cellule était imprécis quand nos yeux s'ouvrirent. S'appuyant sur un coude, elle vint se pencher au-dessus de moi ; elle souriait.
- D'où viens-tu étranger ?
- Du plus lointain ; de toi. Et je tendis la main vers le ciel de son visage ; la sienne berçait mon front.
Commenter  J’apprécie          362
Jacques Abeille
On a le droit d’avoir de l’imagination si on est sud-américain, si on est irlandais, tchèque. On trouve partout des amateurs d’«Alice au pays des merveilles» ou des «Voyages de Gulliver». Mais l’écrivain français doit être vraisemblable. Tous, même les plus grands, doivent passer par cette contrainte, et il est inadmissible d’y échapper. Je m’insurge contre ça.
Commenter  J’apprécie          341
- Il est arrivé qu'en se polissant par-dessous, la pierre parvienne d'elle-même à si bien réduire tout ce qui pourrait la rattacher au sol qu'elle s'envole.
- Comment ? m'exclamai-je.
- C'est la vérité pure. La forme nuageuse atteint si bien la perfection qu'elle se confond en elle et que l'on voit soudain s'élever dans les courants ascendants de l'air chaud un nuage de pierre qui va rejoindre les vapeurs célestes.
- Et, ajouta mon guide, lorsque ces nuages parviennent à une certaine hauteur dans le ciel, le gel les fait éclater. Ils choient donc en fragments lumineux que le frottement de leur chute consume et réduit en poudre. Cette pluie très douce tombe, portée par le vent, sur d'autres domaines. Elle se mêle au terreau des plates-bandes comme un levain merveilleux. Les statues, cette saison-là, sont vaporeuses.
Commenter  J’apprécie          336
En un instant je passai du sentiment d’avoir tout perdu à un chaleureux et vivifiant élan de foi dans le renouvellement incessant de la vie qui exige, contre toute vraisemblance, que ce qui en un moment fut consumé en un autre moment reverdisse dans sa fraîcheur native.
Le temps lui-même n’est peut-être pas autre chose que ce profond et fécond ressac de consomptions et de résurrections dont sont comptables nos fragiles tâtonnements.
Commenter  J’apprécie          310
A mes pieds s'étendait à perte de vue la houle fixe des brandes noires et impénétrables. Par-delà leur épaisse frange, il me semblait distinguer les cimes les plus hautes d'une forêt, qui se confondaient peut-être à mes yeux avec celles d'un domaine, au-delà de toute cette sauvagerie, isolé, perdu. Et tout cela, dans la lumière rousse du soir, tout clinquant de l'égouttement parcimonieux, de rameau à rameau, des dernières gouttes de pluie que retenait encore le rare feuillage. J'étais dans ces dispositions exceptionnelles où, faisant face à la paix du monde, on se sent le cœur prix aux couleurs de la joie.
Commenter  J’apprécie          304
Ne t'est-il jamais arrivé de découvrir quelque chose de très beau, et, soudain, de souffrir très fort, et si vite que tu t'en aperçois à peine, parce que ce fragment de beauté que tu contemples, tu devrais le partager avec quelqu'un et qu'il n'y a que l'absence ?
Commenter  J’apprécie          250
"Vous ne lisez plus ?" demanda la marchande en le scrutant.
Il sursauta comme si elle l'avait pris en défaut.
"Ne craignez point, poursuivit-elle, que je prenne ombrage de votre rêverie. Il n'y a pas de meilleurs lecteurs que les rêveurs.
- Ils sont inattentifs, pourtant.
- Que non point ; mon métier m'a accoutumée à les reconnaître ; eux seuls savent faire fleurir comme il convient les virtualités de l'écrit. Ce qui est écrit à besoin d'être déplié et c'est tout un art que de donner leurs aises aux mots ; aux lieu de faire effet, il faut s'abandonner, vous comprenez ?
Commenter  J’apprécie          230
Changer de vie, changer la vie ? - Alain Miquel

Il y a tant de livres, neufs, soldés, d'occasion, tant de vies possibles dont il s'agit de guérir. Il reste toujours un livre de papier essentiel à découvrir et à tenir entre les mains. Il y a tant d'inconnu dans une vie et dans un livre à déchiffrer qu'il reste toujours une énigme sur laquelle délicieusement buter. (p. 141)
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jacques Abeille (653)Voir plus

Quiz Voir plus

Qui es-tu, toi pour jouer avec moi ?

Tu sors à peine de ta maison que Frédéric Dard te cueille à froid, pour lui, tu es le ...?...

gredin
machin
venin
bourin
mandrin

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..