AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.58 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Antibes , le 25/03/1899
Mort(e) à : Neuilly-sur-Seine , le 10/07/1965
Biographie :

Jacques Audiberti est un écrivain, poète et dramaturge français.

De 1905 à 1914, il fait ses études primaires, puis secondaires à Antibes, qu’il est obligé d’interrompre pour raison de santé. Il commence à faire paraître poèmes et chroniques au "Réveil d’Antibes". De 1918 à 1924, il est commis-greffier au tribunal de Commerce où son père a été nommé juge. Audiberti monte à Paris. Recommandé par un condisciple, Émile Condroyer, il entre au "Journal" qu’il quittera l’année suivante pour "Le Petit Parisien" où il couvre les faits divers en banlieue parisienne.

Deux ans plus tard, il se marie avec une institutrice antillaise, Élisabeth Cécile Amélie Savane (1899-1988), dont les prénoms composeront le titre d’un poème paru en 1936 et qui sera connue comme traductrice de l'anglais sous le nom d'Amélie Audiberti. Deux filles naîtront de cette union dont l'écrivaine Marie-Louise Audiberti (1928).

En 1930 paraît à compte d’auteur, grâce à l’aide financière de son père, d’un premier recueil de poèmes, "L’Empire et la Trappe". Les années 1946 à 1952 sont fécondes de production: expositions de gouaches, création de ses pièces de théâtre, publications de romans et de critiques cinématographiques.

De 1954 à 1964 il publie des romans et connaît le succès au théâtre. Son ami Jacques Baratier adapte au cinéma son roman "La Poupée" (1956) en 1962. Audiberti reçoit en 1964 le grand prix national des Lettres pour l’ensemble de son œuvre ainsi que le prix des Critiques.

Jacques Audiberti meurt en 1965, quelques semaines avant la publication de son roman-journal "Dimanche m’attend".

site : http://www.audiberti.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jacques AUDIBERTI – Un siècle d'écrivains : Des tonnes de semences (DOCUMENTAIRE, 1998) L'émission « Un siècle d'écrivains », numéro 158, intitulée « Des tonnes de semences », diffusée sur France 3, le 08/04/1998, et réalisée par Marie-Louise Audiberti et Philippe Condroyer.

Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
Jacques Audiberti
sabine59   19 octobre 2016
Jacques Audiberti
Un baiser apaise la faim, la soif. On y dort.On y habite. On y oublie.
Commenter  J’apprécie          261
Dionysos89   04 juillet 2018
Talent de Jacques Audiberti
La longue et froide Henriette était l’esclave de la moue que dessinaient ses lèvres dès qu’elle se mettait à parler. La moue d’un perpétuel délit, d’un renoncement triste et moqueur. Elle était toute entière marquée par ce détail de son apparence, et, par lui, sans cesse repoussée aux renfrognures, contaminée en défiance. Sa bouche eût-elle pris, dans la parole, une autre forme, que la fille Laclef, peut-être, se fût joyeusement déliée en complaisances d’amour et de feu envers la vie.
Commenter  J’apprécie          140
coco4649   23 avril 2016
Des tonnes de semence - Toujours - La nouvelle origine de Jacques Audiberti
Stèle aux mots (extrait)





Les hommes, fleuve, un seul, tous les énonce, flot.

Un seul, dans sa mémoire enceinte de silence,

entend assermenter...vitraux...gémir...balance...

tant de mots, tant de mois qu'il borne et qu'il éclôt.



Le temps vide les mots de leur gomme nacrée

pour qu'elle écrive ailleurs des infinis finis.

Mais les carricks du verbe et ses cobalts vernis

me restent, cavaliers dans la hutte sacrée.



Tout de suite dressez le sonore menhir,

quand même il s'ajustât au profond de la tombe!

Grains de la langue, qui, pourtant, par vous, succombe,

vous consentez l'épi, l'azurable avenir….

Commenter  J’apprécie          100
cathcor   13 novembre 2012
Race des hommes - L'Empire et la Trappe de Jacques Audiberti
Si je meurs, qu'aille ma veuve

à Javel près de Citron.

dans un bistrot elle y trouve

à l'adresse du Beau-Brun



trois musicos de fortune

qui lui joueront- mi ré mi -

l'air de la petite Tane

qui m'aurait peut-être aimé



puisqu'elle n'offrait qu'une ombre

sur le rail des violons.

Mon épouse, ô ma novembre,

sous terre les jours sont lents.
Commenter  J’apprécie          90
Francharb3   26 septembre 2014
Ange aux entrailles, précédé de La pluie sur les boulevards de Jacques Audiberti
Le cirque est reparti, laissant un rond dans l’herbe

Et puis moi je suis seule et je tourne dedans

Je tourne comme un vieux cheval. Adieu, superbe,

adieu vorace instant quand nous marchions ardents.
Commenter  J’apprécie          90
Dionysos89   02 août 2018
Talent de Jacques Audiberti
Le plaisir du meurtre et son contenu résident dans l’attente et dans la menace.



Commenter  J’apprécie          90
coco4649   11 avril 2019
Ange aux entrailles, précédé de La pluie sur les boulevards de Jacques Audiberti
CRÉATION





Extrait 2



La salive velue

atteint le monde vert

où lente se dilue

l'ardeur de Lucifer.



La langue s'élabore

parmi les moucherons.

Déjà la corrobore

ce que nous nommerons



tandis que telle éponge

couve, rêve lacté,

Michel-Ange qui songe

dans sa futurité.

Commenter  J’apprécie          70
frandj   31 août 2017
Race des hommes - L'Empire et la Trappe de Jacques Audiberti
DU COTE DE LARIBOISIERE



J'aime les coups de poings luisants

comme la cuisse des fermières,

Mort, par eux, dans quelque six ans,

J'emporterai sous la trémière



le cri nocturne des brisants,

l'ongle des bêtes non premières

et jusqu'au poil des paysans

mais aussi le sel des lumières.

Commenter  J’apprécie          60
coco4649   12 avril 2019
Ange aux entrailles, précédé de La pluie sur les boulevards de Jacques Audiberti
CRÉATION





Extrait 4



L'inflexible formule

des êtres et du temps

prévoit que s'accumule

dans les premiers étangs



le nombre de couleuvres

requis pour qu'à présent

vipèrent dans nos œuvres

des monstres. Cherchez-en !



Au-dessus de la palme

monte comme une mer

la terreur que ne calme

l'approche de Wagner.

Commenter  J’apprécie          50
aimeryjoessel   08 septembre 2018
Abraxas de Jacques Audiberti
La tempête s'emballait. Vainement elle cherchait, de ce qui l'exaspère, le difficile secret dans les mollesses qu'elle chavire. La caravelle, de toutes ses forces, se contractait. Elle se bouchait les oreilles au bruit de ses mâchoires dont éclate l'os délicat. Cernée par les vagues ameutées, elle leur demandait, pourtant, de la porter, de la masquer. Perdue dans une bave massive, elle frissonnait aux jambes chaque fois qu'une gifle liquide l'écrasait dans l'élasticité diluvienne, laquelle prenait sa part de la bourrade allongée et, de plus belle, s'ébouriffait.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur