AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nice , le 5/05/1928
Mort(e) à : Punta del Este , le 17/11/1996
Biographie :

Jacques Médecin est un homme politique français né le 5 mai 1928 à Nice et mort le 17 novembre 1998 à Punta del Este en Uruguay.

Issu d'une grande famille niçoise avec son père, Jean Médecin qui fut maire de Nice pendant 37 ans et marqua profondément la vie politique des Alpes-Maritimes, et son grand-père, Alexandre Médecin, qui fut conseiller général.
À la mort de son père, en 1966, il s'impose en successeur incontournable et remporte la mairie de Nice à l'unanimité des membres du conseil municipal. Il a alors à peine 37 ans et y sera réélu cinq fois. Il accomplira à ce poste de nombreux chantiers : Nice-La-Plaine, le Centre d'affaires de l'Arénas, le Musée d'art moderne, la voie rapide, des stationnements souterrains, le boulevard Napoléon III, la station d'épuration de Ferber, Nice-Étoile…
Forte personnalité, indépendant, impulsif, anticommuniste convaincu et farouche, il fut membre du CNI, des Républicains Indépendants, puis revint au CNI, tout en s'apparentant au RPR, ce qui ne l'empêcha pas de flirter avec le FN, dont il déclarait partager « 99 % des idées ».
Lors du débat sur le projet de loi autorisant l'interruption volontaire de grossesse, défendu par Simone Veil en 1974, il se prononce contre l'avortement. La même année, il projette de jumeler Nice avec Le Cap, en Afrique du Sud, alors sous le régime de l'apartheid. En 1981, il vote contre l'abolition de la peine de mort, et demande par la suite son rétablissement, notamment lors d'une manifestation, en 1988.
Outre son poste de maire de Nice, il fut député des Alpes-Maritimes de 1967 à 1988, secrétaire d'État au Tourisme dans le gouvernement de Raymond Barre de 1976 à 1978 et président du conseil général des Alpes-Maritimes de 1973 à 1990.
À l’étranger, il se fait appeler comte de Médicis, laissant entendre une certaine noblesse qu’il n’a pas.
À la fin des années 1980, de nombreux soupçons pèsent sur sa gestion et l'étau judiciaire se resserre autour de lui. En novembre 1989, il est inculpé pour « délit d'ingérence », et vont suivre d'autres chefs d'inculpation. En septembre 1990, il démissionne de tous ses mandats et s'enfuit à Punta del Este en Uruguay. Condamné par le tribunal de Grenoble, il est arrêté par la police uruguayenne et transféré à la prison de Montevideo en novembre 1993, puis extradé en France en novembre 1994, où il est condamné quatre fois à de la prison ferme. En janvier 1996, il retourne à Punta del Este où il mourra le 17 novembre 1998.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jacques Médecin (2)Voir plus


Quiz Voir plus

Expressions culinaires/fruits et légumes

"Avoir un cœur d’artichaut" veut dire ....

Avoir un coeur de pierre
Être toujours indécis
Tomber facilement amoureux

14 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , expressions , culinaire , fruits et légumesCréer un quiz sur cet auteur