AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Jacques-Olivier Boudon (29)


«  Heureux mortel.Quand tu me liras , je ne serai plus ».
écrit Joachim Martin sur l’une de ses planches retrouvées » ..
Commenter  J’apprécie          130

«  Ami lecteur, quand tu prendras femme demande- lui son instruction et non pas d’argent pour dot » ..page 34.

Commenter  J’apprécie          70

Mais Pasquier reste surtout, aux yeux de la postérité, le préfet qui a accepté de nommer un ancien forçat, François Vidocq, à la tête de la sûreté parisienne. Le mythe qui s'est développé autour de ce personnage est tel qu'on finit par en oublier que Vidocq a bel et bien existé, avant d'inspirer le personnage de Vautrin dans La Comédie humaine de Balzac ou celui de Jean Valjean dans Les Misérables de Victor Hugo, puis de devenir un héros de la télévision et du cinéma.

Commenter  J’apprécie          70

Heureux mortel, quand tu me liras, je ne serai plus. Sois plus sage que moi de 15 ans à 25 ne vivant que d'amour et d'eau de vie fesant peu et dépensant beaucoup.

Commenter  J’apprécie          50

Napoléon a clairement pris le parti de la Révolution, même s'il désapprouve les mouvements de foule.

Commenter  J’apprécie          40

Le naufrage de la Méduse reste un drame humain dont les acteurs sont aussi ces soldats et matelots morts dans des conditions effroyables que ce livre cherche à faire sortir de l'anonymat pour leur rendre leur dignité, et à travers eux à toutes les victimes des drames contemporains auxquels le naufrage de la Méduse fait écho.

Commenter  J’apprécie          40

Quelle vue déchirante ! des militaires ne pouvant plus supporter la soif qui les dévorait, s'étaient suicidés.

Commenter  J’apprécie          40

[L'auteur parle ici du propriétaire du château, et non de Joachim] :

Il recommande également à ses enfants de se marier dans un milieu comparable sur le plan de la fortune et termine son propos par cette projection dans l'avenir qui a dû marquer ses enfants au point qu'ils ont presque complètement rempli ses espérances :

" Voilà comment à votre place je voudrais arranger ma vie. Vous êtes quatre, trois garçons et une fille. L'un de vous serait militaire, un second prêtre, un troisième élève de l’École des chartes et bibliothécaire à Paris. La bonne petite Lydie resterait avec sa mère tant qu'elle vivrait pour la soigner et la consoler quand je ne serai plus là, puis si sa mère venait à lui manquer, elle irait habiter avec son frère l'abbé qui peut être, qui sait ? serait alors évêque."

Commenter  J’apprécie          43

Dans son numéro de mai 2017, le magazine "L'Histoire" rend compte du livre de Jacques-Olivier Boudon, "L'empire des polices" (Vuibert, 2017)

http://www.lhistoire.fr/livres/polices-imp%C3%A9riales

Commenter  J’apprécie          40

Associer les mots de police et de Napoléon conduit inévitablement à prononcer un nom : Fouché.

L'ancien conventionnel régicide, ministre de la Police à trois reprises de 1799 à 1815, incarne en effet une haute police qui a déjoué complots et conspirations et a contribué à la consolidation du régime, notamment en façonnant l'opinion publique. Mais Fouché n'est en fait qu'un des éléments visible d'un ensemble de services de police que Napoléon a restructurés dans le but évident de les mettre en concurrence afin de mieux les contrôler.

Commenter  J’apprécie          40

Il amalgame deux mots "acolytes" et "alcooliques", en un "alcoolytes" savoureux, qui laisse entendre que ses compagnons de fêtes étaient aussi amateurs de boisson.

Commenter  J’apprécie          30

« Il a trouvé dans l’écriture un substitut à une existence qu’il juge médiocre parce qu’il ne se sent pas reconnu par ses contemporains comme un homme cultivé. Il veut de ce point de vue sortir de sa condition d’anonyme et démontrer à la postériorité ses talents d’écrivain, au risque, en choisissant l’improbable support du revers des planches, de n’être jamais lu. La chance lui a souri. Aujourd’hui, par le truchement d’un livre, Joachim connaît une forme de notoriété qu’il avait manquée de son vivant. » (p. 159)

Commenter  J’apprécie          20

Napoléon est incontestablement emporté par le système qu'il a lui-même créé et qui le pousse à toujours faire la guerre pour asseoir et confirmer sa domination sur l'Europe.

Commenter  J’apprécie          20

Il a surtout une claire conscience du temps qui passe, de celui qui s’est écoulé depuis qu’il a commencé son activité de menuisier, de celui qui s’étendra avant que l’on ne découvre les messages qu’il a dissimulés sous les parquets du château de Picomtal.

Commenter  J’apprécie          20

Mon histoire est courte et sincère et france, car nul que toi ne verra mon écriture. C'est une consolation pour s'obligé d'être lu.

Commenter  J’apprécie          20
Heureux mortel, quand tu me liras, je ne serai plus
Commenter  J’apprécie          20

En mêlant la laideur de cadavres mutilés, la force des corps musclés, la beauté des paysages marins et la couleur des ciels d'orage, Géricault fonde une nouvelle manière de peindre qui participe à la naissance du courant romantique en peinture, annonçant la confusion des genres que mettra également en scène le drame hugolien.

Commenter  J’apprécie          10

Grâce aux écrits découverts sous les parquets, nous disposons d'un peu moins de 4 000 mots laissés par Joachim. Eux aussi nous parlent à leur façon. Tracées au crayon noir, le crayon du menuisier, les phrases laissées par Joachim présentent un aspect généralement régulier; il écrit droit, de manière lisible. Il forme es lettres et n'omet pas les majuscules en début de phrase ou quand il énonce un nom propre. Il écrit en français et n'emploie jamais de mots de patois, ce qui révèle une éducation assez poussée, à une époque où les patois sont encore utilisés par les instituteurs dans l'apprentissage du français.

Commenter  J’apprécie          10

Ami si tu veux bien faire le travail fais toi payer. Ne fais pas comme moi à 0,60 centimes le mètre de façon. Aussi bien, je ne fais rien de bon . Il faut 1f la pause.

Commenter  J’apprécie          10

Ami lecteur, quand tu prendras femme demande lui son instruction et non pas d'argent pour dot.

Commenter  J’apprécie          10



Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jacques-Olivier Boudon (176)Voir plus

Quiz Voir plus

Jouons avec Martin Scorsese

Adapté du livre Raging Bull: My Story de Jake LaMotta, Joseph Carter et Peter Savage, Raging Bull, tourné par Scorsese en 1980 évoque un sport, mais lequel?

le football américain
le base-ball
la boxe

14 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , cinéastes , cinéma americain , italo-américain , realisateur , hollywood , adapté au cinéma , adaptation , littérature , romans policiers et polars , roman noir , mafiaCréer un quiz sur cet auteur