AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.73 /5 (sur 40 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) le : 19-12-1942
Biographie :

Jacques-Philippe Leyens ttp://www.psor.ucl.ac.be/personal/leyens) est né le 19 décembre 1942. Il a fait sa licence et son doctorat de Psychologie à l’université catholique de Louvain. Étant donné l’absence de mentor en psychologie sociale expérimentale, il a trouvé l’inspiration dans les revues nord-américaines. Par ailleurs, désirant allier psychologie sociale expérimentale et clinique, il a fait 3 ans d’analyse didactique avant d’abandonner devant le flou des théories psychanalytiques. Lors d’un post-doctorat aux USA, à l’université du Wisconsin, avec Leonard Berkowitz et Ross Parke, il débutera des recherches sur l’influence de la violence filmée. Il s’intéressera ensuite aux théories implicites de personnalité et à la perception interpersonnelle pour étudier maintenant les relations entre groupes sociaux.
Après 2 ans (1969-1971) comme « research associate » à l’université du Wisconsin à Madison (USA), Leyens a été engagé comme enseignant à l’université catholique de Louvain où il a fait toute sa carrière, d’abord à Leuven et ensuite à Louvain-la-Neuve. Pendant cinq ans, il a été doyen de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education. Il a aussi été professeur invité dans de nombreuses universités européennes et américaines.
Il a investi énormément dans l’Association Européenne de Psychologie Sociale Expérimentale (EAESP) dont il a été trésorier et président. Il a participé à quatre écoles d’été de cette association en qualité d’élève, de professeur et de co-organisateur.
Il a été éditeur en chef du European Journal of Social Psychology et termine actuellement son mandat d’éditeur associé du Journal of Personality and Social Psychology :

+ Voir plus
Source : PUF
Ajouter des informations
Bibliographie de Jacques-Philippe Leyens   (12)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Expérience agressivité et télévision
Expérience menée par le professeur Jacques-Philippe LEYENS, psychologue, sur l'influence de la télévision, en particulier les films violents sur les téléspectateurs, par l'envoi de chocs électriques. C'est une référence à l'expérience menée par Stanley Milgram dans les années 60.

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
bebz   22 novembre 2022
Sommes-nous tous racistes ? de Jacques-Philippe Leyens
Lorsque les gens s'efforcent volontairement de ne pas penser à des stéréotypes, ils sont confrontés à une double tâche. La première est évidente : éviter de penser de manière stéréotypée. La seconde consiste à vérifier que les stéréotypes ne font pas intrusion dans les idées, et elle produit un effet ironique. En effet, jouer à la sentinelle devant les stéréotypes éventuels va faire en sorte que, de manière inconsciente, les stéréotypes seront constamment à l'esprit. Vérifier l'absence, c'est aussi évoquer, appeler la présence.
Commenter  J’apprécie          00
Shineyka   10 octobre 2021
Sommes-nous tous des psychologues ? de Jacques-Philippe Leyens
Si tout le monde commet l'erreur fondamentale et a recours à des théories naïves de personnalité, il ne faudra pas s'étonner que les psychologues professionnels en soient victimes, surtout si leur formation théorique, comme la psychanalyse par exemple, ne les a pas sensibilisés à l'importance du contexte.
Commenter  J’apprécie          20
Jacques-Philippe Leyens
Shineyka   05 août 2021
Jacques-Philippe Leyens
Deux enfants, l'un noir et l'autre blanc, sont des amis inséparables. Un jour, le papa noir vient rechercher son fils à l'école. Le lendemain, le petit Blanc fait ce reproche à son ami : "Tu ne m'avais jamais dit que tes parents étaient noirs."
Commenter  J’apprécie          20
Jacques-Philippe Leyens
Shineyka   05 août 2021
Jacques-Philippe Leyens
Si les enseignants sont convaincus de l'incompétence inhérente à certains enfants, pourquoi devraient-ils perdre leur temps avec eux, alors que tant d'autres méritent l'attention et sont capables, eux, d'en profiter ? Les laissés-pour-compte ne sont pas insensibles aux réactions qu'ils provoquent et ne restent pas inactifs. Pourquoi faire attention en classe puisque le professeur ne s'intéresse pas à ce que je fais ? Pourquoi faire des efforts puisque mes réussites sont taxées de chanceuses (ou de copiages) et mes échecs accompagnés de sourires entendus ? A la limite, abandonner l'école dans un tel contexte est peut-être une réaction saine. Continuer à être "la tête de Turc" (une expression typiquement raciste) diminue le bien-être et l'estime de soi des victimes. Ils se considèrent comme des bons à rien. Quitter l'école pour montrer qu'ailleurs on vaut quelque chose, c'est échapper à cette spirale négative et protéger son estime de soi, voire la renforcer. C'est le problème que rencontrent beaucoup de jeunes étrangers des banlieues et de Noirs américains, et qui entraîne une désidentification avec le domaine scolaire, au profit par exemple de l'athlétisme, et même un désengagement, un abandon de l'école. Ces stratégies peuvent amener les Noirs à avoir une estime d'eux-mêmes égale et souvent supérieure à celle des Blancs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jacques-Philippe Leyens
Shineyka   05 août 2021
Jacques-Philippe Leyens
Dans la mesure où la réalité est éparpillée en diverses catégories sociales, les stéréotypes sont là pour nous guider dans le puzzle et lui donner une signification, même tautologique. Si la réalité est comparable à une carte d'état-major, le stéréotype ressemble à un schéma pour se rendre à un domicile inconnu. Il y a beaucoup de chances que la plupart d'entre nous trouverons plus facilement le chemin avec le schéma qu'avec la carte d'état-major. A moins d'être un spécialiste en topographie, le schéma est beaucoup plus utile que la carte d'état-major qui fournit trop de renseignements, le plus souvent inutiles. Pour bien l'utiliser, il faut accepter que le schéma ne soit qu'une approximation ou une généralisation.

Nous avons déjà répondu à deux reproches habituellement adressés aux stéréotypes : leur caractère généralisant plutôt qu'individualisant, et leur perspective simpliste. On attaque aussi les stéréotypes parce qu'ils sont rigides, ne s'adaptant pas à la réalité singulière et dynamique. Cette critique oublie leur fonction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Shineyka   05 août 2021
Sommes-nous tous racistes ? de Jacques-Philippe Leyens
Le voile islamique [...] est un excellent exemple. Le port de ce voile, notamment à l'école, est apparu comme un signe allant à l'encontre de la laïcité en France ou de la neutralité en Belgique, ainsi que come un signe de soumission de la femme. Le lecteur se rappellera que je m'oppose à l'interdiction du voile. Il est curieux de voir qu'auparavant les signes religieux chrétiens ou hébraïques étaient acceptés et ne menaçaient en rien la laïcité ou la neutralité. Pour dissimuler le racisme tapi derrière son interdiction, on a étendu cette dernière à tous les signes religieux trop affirmés. Comme si le danger du voile, et sa signification, résidait dans sa superficie et comme si la soumission de la femme n'existait pas en dehors de l'islam et prenait nécessairement la forme d'un voile ! Les pays musulmans sont ainsi souvent infrahumanisés à cause des symboles qu'ils véhiculent et qui sont vécus davantage comme des armes que comme des valeurs.
Commenter  J’apprécie          00
Jacques-Philippe Leyens
Shineyka   05 août 2021
Jacques-Philippe Leyens
Dans la menace symbolique, c'est davantage ce que représente l'autre plutôt que ce qu'il fait qui est dangereux. Lorsqu'un autre groupe arrive avec des valeurs différentes, des coutumes vestimentaires ou alimentaires différentes, etc., il peut être perçu comme une menace dans la mesure où les valeurs et coutumes étrangères risqueraient d'être "contagieuses" ou "insidieuses". Beaucoup de gens vivent l'arrivée d'immigrants comme une menace symbolique. Pour ces gens, les immigrants ne constituent pas une menace réaliste parce que leur niveau de qualification serait jugé trop inférieur, mais leur façon de se comporter dans la vie de tous les jours et les valeurs qu'ils représentent sont ressenties comme un danger. Les relations entre groupes peuvent donc être vécues comme une poudrière sans, momentanément, d'étincelle.
Commenter  J’apprécie          00
chadik   28 mars 2019
Psychologie sociale de Jacques-Philippe Leyens
Les données révèlent que plusieurs générations sont nécessaires pour se défaire d'une norme arbitraire "imposée" par le groupe formé de comparses. En outre , moins la norme initiale est farfelue, moins l'intervention des nouveaux arrivants parvient à effacer la marque des premières estimations.
Commenter  J’apprécie          10
Jacques-Philippe Leyens
Shineyka   05 août 2021
Jacques-Philippe Leyens
Si les stéréotypes existent pour faciliter les échanges entre groupes, il devient banal d'observer qu'ils sont chargés de valeur. Si l'on veut interagir efficacement, peu importe de savoir en quoi les autres sont ternes et incolores. Ce qui est indispensable, c'est de savoir ce qui est vraiment bon et vraiment mauvais. C'est là que sont le plaisir et le danger ! Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que les stéréotypes soient éminemment évaluatifs. Puisqu'existe un processus normal d'accentuation des différences entre groupes et que le favoritisme de l'endogroupe contribue à la survie, ainsi qu'on l'a vu dans le chapitre précédent, il en découle que les stéréotypes employés pour les autres groupes seront moins favorables que ceux que l'on s'attribue.
Commenter  J’apprécie          00
Jacques-Philippe Leyens
Shineyka   05 août 2021
Jacques-Philippe Leyens
Selon toute apparence, les manifestations de racisme ne sont pas perturbées par l'habitude d'être soi-même une victime. Une telle réaction peut sembler bizarre. Être journellement stigmatisé ne vous dégoûte-il pas de l'horreur de la discrimination et ne vous enseigne-t-il pas la tolérance ? Il suffit malheureusement de suivre n'importe quel journal télévisé pour apprendre que les victimes d'hier sont souvent les bourreaux d'aujourd'hui. Si vous voulez des preuves davantage scientifiques, sachez que, parmi les minorités, ce sont souvent les membres les plus favorables à l'égalité qui discriminent le plus en faveur de leur nouveau groupe. Le cas des femmes est typique : celles qui réussissent empruntent bien souvent les valeurs des hommes !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Jacques-Philippe Leyens (84)Voir plus


Quiz Voir plus

Un titre = un auteur

Si je vous dis "Histoires extraordinaires"

Edgar Allan Poe
Honoré de Balzac
Agatha Christie

7 questions
10015 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur