AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.8 /5 (sur 136 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1934
Biographie :

Marionnettiste, ancien secrétaire de Dubuffet, amateur d’art et des œuvres de Bataille ou de Klossowski, Jacques Pimpaneau est surtout sinologue. Né en 1934, il est tombé petit dans l’encre de Chine, et depuis, il n’a plus cessé d’y tremper sa plume. Il a été professeur à l’école des Langues Orientales de 1965 à 1999. Il a créé le musée Kwok On (Arts et traditions populaires d’Asie) à Paris en 1971 où il organise de nombreuses expositions. Il part ensuite à Lisbonne où il s’occupe de la collection Kwok On qui a été donnée en 1999 à la Fondation Oriente à Lisbonne. Il a réalisé des films documentaires sur l’Asie et est l’auteur de nombreux ouvrages et traductions sur la littérature classique chinoise.


Source : BNF
Ajouter des informations
Bibliographie de Jacques Pimpaneau   (45)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Jacques PIMPANEAU à propos de GAO Xingjian
Interviewé par Michel FIELD, Jacques PIMPANEAU parle de la pièce de théâtre de GAO Xingjian "Au bord de la vie"

Citations et extraits (76) Voir plus Ajouter une citation
Kawane   22 janvier 2021
Lettre à une jeune fille qui voudrait partir en Chine de Jacques Pimpaneau
Que vas-tu faire à présent que tu possèdes la connaissance ?

- Je vais vivre comme avant, car la connaissance n'est qu'une autre façon de regarder les choses.
Commenter  J’apprécie          210
finitysend   07 janvier 2016
Les chevaux célestes de Jacques Pimpaneau
Ils m'ont parlé d'un grand royaume traversé par un immense fleuve qui déborde chaque année et irrigue les terres le long de ses rives, qui deviennent ainsi très fertiles. Ceci explique la richesse de ce pays, célèbre en particulier pour ses temples et pour les tombeaux de ses souverains et de leur famille.
Commenter  J’apprécie          190
Piatka   07 décembre 2018
Poèmes Chan de Jacques Pimpaneau
La mouche traverse la fenêtre



En quête de lumière, elle cherche à traverser,

Mais elle n’y parvient pas, que de difficultés !

Soudain elle découvre par où elle est venue

Et comprend qu’autrefois ses yeux étaient aveugles.



Baiyun Shouduan (1025-1072)
Commenter  J’apprécie          150
Musardise   17 septembre 2020
Spectacles d'Asie de Jacques Pimpaneau
Au contraire du nô, apprécié par l'aristocratie et les connaisseurs, le kabuki est un spectacle populaire, aux gestes souvent très exagérés, aux décors et costumes flamboyants, qui utilise accessoires et effets scéniques.

Il remonterait au XVIème siècle et aurait été élaboré au début par Okuni, danseuse de nembutsu odori, qui en aurait joué pour la première fois à Kyôto en 1603. Les premières troupes étaient constituées par des femmes et les pièces avaient souvent une atmosphère érotique ; devant le succès de scandale et craignant que ces actrices ne troublent l'ordre public, ces troupe furent bannies en 1629 et remplacées par des troupes de jeunes gens mais ceux-ci eurent la même popularité ambiguë que les femmes et furent à leur tour interdits en 1653. Le kabuki fut dès lors joué par des hommes d'âge mûr que s'appuyer sur leur jeu et la perfection de leur danse pour attirer le public.



Théâtre d'acteurs - Japon
Commenter  J’apprécie          120
Henri-l-oiseleur   22 avril 2018
Chine : Histoire de la littérature de Jacques Pimpaneau
Il existe deux langues chinoises, la langue classique, qui, depuis l'Antiquité au moins ne sert qu'à l'écriture, et qui était l'apanage des lettrés, et la langue parlée, qui a évolué au cours des époques, qui peut évidemment s'écrire avec les mêmes caractères que la langue classique et qui a servi dans la littérature populaire. (...)

Ceci dit, la Chine offre deux sortes de littérature, une littérature lettrée et une littérature populaire, qui ne diffèrent pas seulement par la langue utilisée, mais aussi par les genres : poésie, essais, biographies, texte historiques, récits courts dans un cas ; et dans l'autre, théâtre, ballades, chansons populaires, romans, légendes. La différence primordiale étant que la seconde est une littérature orale et que ses formes écrites, comme le roman, les livrets d'opéra, les recueils de chanson ou de légendes, sont à l'origine toujours des adaptations d'oeuvres orales, dont elles conservent les caractéristiques, même une fois transformées pour être publiées, et même lorsqu'elles sont entièrement créées par les lettrés à l'imitation de genres populaires.



p. 285
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Henri-l-oiseleur   05 juin 2018
Les quatre saisons de Monsieur Wu de Jacques Pimpaneau
Tout le monde a eu une enfance difficile. Je n'ai jamais cru ceux qui prétendent avoir été heureux dans leur jeune âge. C'est une illusion à laquelle ils préfèrent croire. Mieux vaut regarder la réalité en face, sans faux-semblants. L'avantage de devenir adulte est que l'on peut enfin créer sa propre vie au lieu de subir celle que la famille vous impose.



p. 21
Commenter  J’apprécie          110
Oliv   07 novembre 2020
Anthologie de la littérature chinoise classique de Jacques Pimpaneau
Quand on ouvre un livre, on rencontre des anciens,

Quand on marche dans les rues, on rencontre des contemporains.

Des anciens, les ossements sont devenus poussière,

C'est seulement leurs sentiments que nous pouvons approcher.

Les contemporains forment notre génération,

Mais les écouter est comme mâcher une chandelle.

Je préfère vivre avec des objets et des pierres

Que de passer mon temps avec des gens ordinaires.

Heureusement il n'est pas nécessaire d'appartenir à son époque,

Ma véritable époque est celle des livres que je lis.



[Poèmes, Yuan Mei]
Commenter  J’apprécie          91
Oliv   04 février 2019
Roman d'un saltimbanque de Jacques Pimpaneau
Écrire pour être joué est différent d'écrire pour être lu. Le public peut être le même, mais la situation est différente. Dans un cas, il est chez lui, peut interrompre la lecture à sa guise, sauter un passage qui l'ennuie, revenir à un autre qui attire son intérêt, poser son livre pour laisser sa pensée flâner après une phrase qui lui suggère des idées personnelles. Au théâtre, on est prisonnier dans une salle, on doit rester immobile, concentrer son attention, car pas question de revenir en arrière si l'on a laissé s'échapper un moment clé. Les passages descriptifs doivent être brefs, et le texte se concentrer sur les sentiments. Les rebondissements de l'action doivent tenir le spectateur en haleine, il faut que, sans interruption, il se passe quelque chose sur scène. La lecture, c'est suivre une rivière dont le courant est lent, qui laisse le temps d'admirer le paysage, de laisser sa pensée vagabonder. Aller au théâtre, c'est suivre un torrent qui vous entraîne si vite à travers remous et méandres que la pensée se concentre sur la question "que va-t-il arriver ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Oliv   16 février 2021
Chine - Mythes et Dieux - de la Religion Populaire de Jacques Pimpaneau
Les Chinois font une distinction très nette entre les dieux (shen) et les immortels (xian). Les premiers ont une fonction, occupent un poste dans la hiérarchie céleste ; parmi eux, les humains divinisés, comme certains personnages historiques, sont considérés comme une incarnation d'une puissance céleste descendue sur terre soit à la suite d'une condamnation au ciel, soit pour se manifester parmi les humains. Les seconds au contraire sont le plus souvent des humains qui ont accédé à l'immortalité et qui ensuite n'ont pas reçu de fonction particulière ; ils peuvent donc profiter de leur immortalité sans obligation, ce qui ne les empêche pas d'apparaître parfois sur terre, le plus souvent comme démiurges. Les premiers sont donc des dieux qui parfois descendent sur terre, les seconds sont des humains qui réussissent à s'élever au ciel.
Commenter  J’apprécie          80
Henri-l-oiseleur   28 avril 2018
Chine : Histoire de la littérature de Jacques Pimpaneau
(XIX°-XX°s) En butte aux grandes puissances, les Chinois ne se sentaient plus sûrs de leur civilisation. Ils se sont alors tournés vers d'autres pays, à qui, pensaient-ils, les grands Etats n'accordaient qu'une dignité au rabais et c'est ainsi qu'ils se sont intéressés aux pays de l'Europe de l'Est et de la Scandinavie, pensant y trouver un écho à leurs préoccupations ; ceci explique en particulier le succès d'Ibsen. Après le mouvement du 4 mai 1919, la volonté de libérer l'individu, et en particulier la femme, du poids de la morale confucianiste, du carcan familial, du puritanisme et de ses hypocrisies, fit qu'on vit en Nora* une soeur, une victime des mêmes maux ; il n'y avait qu'un adjectif à changer, confucianiste à la place de protestant, pour que le personnage d'Ibsen soit aussi chinois.



*"La maison de poupée"



p. 402
Commenter  J’apprécie          86

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Auteurs proches de Jacques Pimpaneau
Lecteurs de Jacques Pimpaneau (154)Voir plus


Quiz Voir plus

Possible, ou impossible ?

L’impératrice Victoria, qui a vécu de 1840 à 1901, a-t-elle eu la possibilité d’utiliser un téléphone ?

oui
non

12 questions
36 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..