AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.83/5 (sur 12 notes)

Nationalité : Slovaquie
Né(e) à : Turnov , le 01/06/1907
Mort(e) à : Pragues , le 13/03/1977
Biographie :

Jan Patočka était un philosophe tchèque, phénoménologue proche d'Edmund Husserl.

Il étudie la philologie slave, la romanistique et la philosophie à la Faculté des Lettres de l'Université Charles, puis, effectue plusieurs séjours d'études à Paris, à Berlin et à Fribourg, où il fait la connaissance d'Edmund Husserl, d'Eugen Fink et de Martin Heidegger.

La phénoménologie devient alors l'une des bases de sa philosophie. Il enseigne à la Faculté des Lettres jusqu'à la fermeture des universités tchèques (1939) et de nouveau en 1945-1949, avant d'être expulsé lors des purges de l'université. Il travaillera alors dans diverses institutions philosophiques plus ou moins marginales, avant de retourner à la Faculté, en 1968. Il en sera à nouveau expulsé en 1971. En 1977, il signe la Charte 77 et devient, avec Jiri Hájek et Vaclav Havel, l'un de ses premiers porte-paroles. S'en suit une persécution policière constante. Après un interrogatoire particulièrement difficile, Patocka doit être hospitalisé et meurt d'une hémorragie cérébrale le 13 mars 1977.

Selon les mots de Paul Ricoeur, Jan Patočka fut "littéralement mis à mort par le pouvoir".


+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jan Patocka   (16)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Ils m'ont tapé sur la tète
Je ne me rappelle plus pourquoi
Ni même si ça m'a fait mal
Parce que j'en suis mort .

Qu'est-ce que j'étais déjà
Travailleur immigré , philosophe ?
Résistant caché , dissident notoire ?
Ou bien animal à fourrure ?

Je m'appelais comment déjà ?
José , Abel , Argentino ?
Arabica , Jan Patocka ?
Ou bien alors bébé phoque ?

Ils m'ont tapé sur la tète
Je ne me rappelle plus pourquoi
Ni même si ça m'a fait mal
Parce que j'en suis mort .

M'a-t-on assommé pour mes idées ?
Ou pour faire de moi un manteau ?
Pour de l'argent ou la couleur de ma peau ?
J'ai un bout d'os dans la mémoire .

Quand leurs pieds chaussés m'ont cerné
Etais-je allongé dans des draps ?
Ou bien couché sur la banquise ?
Ou est-ce que je sortais d'un café ?

Je suis mort dans la rue de l'ouest
Sur la glace du nord ou chez les flics de l'est
Ou dans la pampa des casquettes
A coups de triques noires

Est-ce que je rêve de vengeance ?
De tètes policières éclatées ?
De tètes de chasseurs sanglantes ?
De tètes de racistes en purée ?

Ou bien est-ce que je vois des tètes
Emerveillées d'elles-mêmes
Emerveillées de leur dedans
Et se découvrant Nouveau Monde ?

Je suis mort , répondez pour moi
Je m'appelais Jan Patocka
Argentin et bébé phoque Arabe
Maintenant ça me revient .
Commenter  J’apprécie          62
Il n'est pas possible d'être, c'est-à-dire de faire irruption dans l'univers des choses individuées, sans le mouvement d'acceptation et de désaisissement de soi. (p.52)
Commenter  J’apprécie          50
le mot d'Héraclite: "Tout est Polémos"
l'ébranlement du sens donné ... nouveau mode d'être de l'homme - peut-être le seul qui, dans la tourmente du monde, offre de l'espoir: l'unité des ébranlés qui pourtant affrontent le péril sans crainte.
C'est ainsi qu'Héraclite voit l'unité et l'origine commune de la cité et de la philosophie. (p.67)
Commenter  J’apprécie          40
la vie naît de ce regard direct porté sur la mort, du triomphe sur la mort. Joint au rapport au Bien, à l'identification avec le Bien et à la délivrance de la démonie et de l'orgiasme, cela signifie le règne de la responsabilité et, partant, de la liberté. L'âme est absolument libre, elle choisit son destin. (p. 137)
Commenter  J’apprécie          40
le mythe narre un événement passé […] Ce qui fut et demeure présent, ce en quoi s’ouvre une temporalité plus profonde que la succession d’instants fragmentés, sombrant l’un après l’autre dans l’irréversible, le "déjà" essentiel de la vie humaine, est ce qui constitue le fondement de la compréhension mythique tant des choses que du soi propre. Ce "déjà" comme tel est jaillissement, aube de vie, première lueur de clarté dans les ténèbres de l’incommensurable. Cette pointe du jour est ce qui, passé, demeure présent, ce dans quoi s’ouvre en quelque sorte le noyau fermé de l’univers. C’est comme une entaille, comme une entorse dont le sens est une sortie hors de la clôture et de l’occultation de la nuit des temps, thème auquel le mythe revient toujours à nouveau dans des perspectives corrélatives de la théogonie, de la cosmogonie et de l’anthropogonie. Cette percée, cette infraction à l’ordre de la sur-puissance universelle, ce privilège singulier qui représente à la fois la faiblesse de l’homme, est tout ensemble la source intarissable et l’"objet" de la parole mythique.
Commenter  J’apprécie          10
Jan Patocka
Le chez-soi est un refuge, un lieu où je suis plus à ma place que partout ailleurs [...]. C’est la partie de l’univers la plus imprégnée d’humanité ; les choses y sont déjà, si l’on peut dire, des organes de notre vie.
Commenter  J’apprécie          10
La métaphysique apparaît comme un reproche que se renvoient les écoles et les orientations philosophiques les plus diverses, croyant se porter de ce fait des coups mortels.
(page 54)
Commenter  J’apprécie          00
Celui qui s’avise ne serait-ce que de prononcer le mot « métaphysique » devient objet de risée.
(page 14)
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jan Patocka (30)Voir plus

Quiz Voir plus

Albert Camus ou Jean-Paul Sartre ?

La nausée ?

Albert Camus
Jean-Paul Sartre

10 questions
83 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}