AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.09 /5 (sur 44 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Biographie :

Jane Elliott (un pseudonyme) n'a que 4 ans quand son cauchemar débute. Son beau-père, un homme violent et terrifiant, commence à abuser d'elle.

Viols, coups et sadisme psychologique deviennent le quotidien de la fillette. Sans que sa mère intervienne. Pour Jane, le cauchemar va durer 17 ans...

Jusqu'au jour où elle trouve enfin le courage de s'enfuir et de dénoncer son bourreau.

Jane Elliott a surmonté les horreurs et les douleurs de son enfance. Elle témoigne et aide aujourd'hui les autres victimes à sortir de la spirale de la maltraitance.

Elle est l'auteur de J'étais sa petite prisonnière (The Little Prisoner, 2005), Sadie (2007) et Mummy’s Little Girl (2008).

Ajouter des informations
Bibliographie de Jane Elliott   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Quand j'eus seize ans et commençai à travailler à plein temps au magasin de chaussures, j’espérai encore une fois que les choses s'arrangeraient et que j'aurais un peu plus de liberté.
Commenter  J’apprécie          90
Maintenant que je parlais si ouvertement à tant de personnes de ce qui était arrivé dans le passé, je commençais à avoir les idées plus claires et à me sentir mieux.
Commenter  J’apprécie          90
Étudier était considéré comme du snobisme chez nous. Si nos parents nous surprenaient en train de lire, ils trouvaient que nous prenions un air supérieur comme si nous voulions prouver que nous étions meilleurs qu’eux, alors aucun de nous ne lisait jamais.
Commenter  J’apprécie          70
C'est terrible de savoir qu'on doit faire quelque chose, mais de ne pas avoir assez de courage pour agir. C'est un poison qui se répand tous les jours.
Commenter  J’apprécie          60
La phase d’écriture en elle-même fut difficile, car elle remua des souvenirs et des émotions que j’essayais d’oublier. Mais après avoir dénoncé au monde entier toutes les choses qu’on m’avait ordonné de garder secrètes, je sens qu’un poids énorme a été soulevé de mes épaules.
Commenter  J’apprécie          50
De temps en temps, les souvenirs perdus me reviennent quand je ne m'y attend pas et, le plus souvent, j'aurais préféré qu'ils restent égarés. J'ai le terrible sentiment qu'il y a encore certains compartiments dont mon subconscient a définitivement perdu la clé, de peur que je ne puisse pas faire face, mais qui un jour finiront par se déverrouiller comme d'autres avant eux. C'est comme s'ils attendaient que je sois assez forte pour accepter ce qu'ils révéleront. Je n'ai pas vraiment hâte de voir ce qu'ils contiennent.
Commenter  J’apprécie          40
Quand je me suis résolue à affronter mes souvenirs et à raconter toute mon histoire, c’était comme si je laissais enfin entrer la lumière dans une pièce plongée dans le noir depuis des siècles et un vent frais venir nettoyer l’air empoisonné.
Commenter  J’apprécie          40
Je m'efforçait de remplir au mieux les tâches qu'il m'attribuaient, mais ce n'était jamais assez. En réalité, je pense que plus j'essayai de le contenter, plus il me poussait à bout, simplement pour me montrer qu'il le pouvait, pour me faire souffrir, pour me faire comprendre que j'étais en vie seulement parce qu'il avait décidé de ne pas me tuer.
L'idée de me faire du mal devait occuper son esprit tout le temps et l'envie de montrer le pouvoir qu'il avait sur moi si délicieuse qu'il ne pouvait y résister.
Commenter  J’apprécie          30
Quand on a été une esclave toute sa vie, habituée à recevoir des ordres et à être maltraitée du matin au soir, il est impossible de s'adapter à une vie normale du jour au lendemain. Je n'avais jamais eu la possibilité de prendre mes propres décisions et ne savais absolument pas comment m'y prendre. J'étais comme un oiseau qui aurait été élevé en captivité et qu'on relâchait soudain dans la nature : j'avais perdu tous mes moyens.
Commenter  J’apprécie          30
J’ai le terrible sentiment qu’il y a encore certains compartiments dont mon subconscient a définitivement perdu la clé, de peur que je ne puisse pas faire face, mais qui un jour finiront par se déverrouiller comme d’autres avant eux. C’est comme s’ils attendaient que je sois assez forte pour accepter ce qu’ils révéleront.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura