AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.2 /5 (sur 142 notes)

Nationalité : Nouvelle-Zélande
Né(e) à : Dunedin , le 28/08/1924
Mort(e) à : Dunedin , le 29/01/2004
Biographie :

Janet Paterson Frame, est fille d'ouvriers (son père est cheminot) et a 4 frères et soeurs. Passionnée de littérature et de poésie,son talent d'écrivain se manifeste très tôt. Elle écrit et publie des poèmes dans une revue hebdomadaire pour enfants dés l'âge de 10 ans.Sa famille la pousse néanmoins à devenir institutrice car le métier d'écrivain n'est pas considéré dans ce milieu.
Deux de ses soeurs meurent par noyade à 10 ans d'intervalle. Profondément marquée, et, de plus, mal d'être contrariée dans sa vocation, elle bascule et doit être internée. Diagnostiquée schizophrène, elle restera en hôpital psychiatrique pendant 8 ans (1945-1953). Elle recevra quelques deux cents électrochocs. C'est à cette période qu'elle recommence à écrire et c'est ce qui la sauve : elle reçoit un prix littéraire pour son premier recueil de nouveles publié en 1951. Les médecins annulent alors sa lobotomie programmée et la rendent à la société.
En 1957, encouragé par son ami Frank Sargeson, lui aussi écrivain, elle publie son premier roman.
La même année, elle part pour l'Europe d'abord à Ibiza, puis à Londres, où elle apprendra après de nombreux examens, qu'elle n'a jamais été schizophrène.
Elle rentre dans son pays en 1963, célèbre et écrivain reconnu pour son style unique. Pour vivre dans la plus grande discrétion possible, elle change son nom pour celui d'une rivière de Nouvelle Zélande : elle devient Janet Clutha. Elle continue d'écrire sous le nom de Frame et commence à écrire son autobiographie, qu'elle adaptera au cinéma en 1990. Elle fera aussi pusieurs voyages aux Etats-Unis. Pressentie à deux reprises pour le prix Nobel de littérature, elle s'éteint en toute discrétion, comme elle a vécue, des suites d'une leucémie.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Bref extrait du film de Jane Campion "Un ange à ma table" d'après L'autobiographie de Janet Frame
Podcast (1)

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
nadejda   22 mars 2011
Vers l’autre été de Janet Frame
Je ne veux pas habiter le monde humain sous de fausses apparences. Je suis soulagée d'avoir découvert mon identité après avoir été si longtemps dans le doute. Pourquoi les gens devraient-ils avoir peur si je me confiais à eux ? Pourtant les gens auront toujours peur et seront toujours jaloux de ceux qui ont réussi à établir leur identité ; cela les entraîne à prendre la leur en considération, à l'isoler, la dorloter, de peur qu'on ne la leur emprunte ou qu'on empiète sur elle, et dès qu'ils se mettent à la protéger ils sont bouleversés de découvrir que leur identité n'est rien, qu'elle est une chose rêvée et jamais connue ; alors commence la quête douloureuse -- que choisir -- bête ? autre être humain ? insecte ? oiseau ?
Commenter  J’apprécie          140
delitterys   03 février 2012
Visages noyés de Janet Frame
« Je veux couvrir d’épaisses chaussettes de laine les pieds de ceux qui dérivent vers l’autre monde. Mais je rêve et ne puis m’éveiller. On me précipite du haut d’un rocher et je m’y raccroche, je ne tiens plus que par deux doigts que le Géant Irréalité vient piétiner en dansant. […] Je ne sais pas la différence qui existe entre les choses, je ne vois entre elles que des ressemblances. Pour moi, la différence s’est flétrie comme une fleur, elle s’est éparpillée dans le vent. Et, de même que le chaton du noisetier s’envole pour laisser place à la noisette, il ne m’est resté qu’un fruit, la similitude. »
Commenter  J’apprécie          140
Loutre_des_Rivieres   02 février 2013
Un ange à ma table, tome 1 : Ma terre, mon île de Janet Frame
Je me souviens de ce jour de grisaille où, appuyée à la barrière, j'écoutais le vent dans les fils télégraphiques. Pour la première fois, je pris conscience d'une tristesse extérieure, ou qui semblait venir de l'extérieur, du gémissement du vent dans les fils. Je parcourus du regard la route blanche et poussiéreuse et ne vis personne. Le vent soufflait, courrait devant nous de place en place, et je restais là, au milieu, à l'écouter. Un poids de tristesse et de solitude m'accabla soudain comme si quelque chose était arrivé ou sur le point d'arriver et que je savais de quoi il s'agissait. Je crois que je n'avais encore jamais prêté attention au monde autour de moi ; jusqu'alors, je pensais que "j'étais" le monde. En écoutant le vent et sa triste mélopée, je sus que cette tristesse n'était pas mienne, qu'elle appartenait au monde.
Commenter  J’apprécie          130
paroles   04 novembre 2014
Un été à Willowglen de Janet Frame
Une fois encore, passive et soumise, je jouais dans la vie ce rôle qui, à l'hôpital, m'avait été imposé mais auquel mon naturel timide s'était plié sans effort : au mieux, c'est le rôle de la reine des abeilles entourée de ses ouvrières ; au pire, c'est celui de la victime impuissante et dépossédée ; et dans les deux cas, on est dépouillé de soi-même car tous ont misé sur cet avenir qu'ils ont préparé à l'avance.
Commenter  J’apprécie          130
Alice_   06 octobre 2016
Vers l’autre été de Janet Frame
Pourtant à la façon dont les gens parlaient de la guerre je savais que ce n'était pas un endroit comme San Francisco ou Honolulu mais quelque chose qui se déplaçait comme un iceberg ou un nuage ; elle était invisible, elle n'allait pas toujours dans la même direction comme une rivière ou ne gardait pas la même forme comme un train sur la voie ferrée, mais changeait continuellement, avait peut-être de nouveaux bras et de nouvelles jambes et un nouveau visage qui lui poussaient puis qu'elle perdait ou bien qui s'effaçaient ; elle enfonçait peut-être une racine dans le jardin ou la route ou dans l'eau - la mer, les rivières - et y restait, grandissait, fleurissait, puis se fanait ; emportée de-ci de-là par le vent ; pénétrait les gens, devenait les gens, les volait, leur ajoutait quelque chose, changeait la forme de leurs vies : telle était la guerre. Elle continuait éternellement tandis que les gens tentaient de lui échapper ; ils chantaient. Mets tes soucis dans ton vieux sac et Oh mon Dieu, je ne veux pas mourir, je veux rentrer chez moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Alice_   18 juillet 2013
Visages noyés de Janet Frame
Je retrouvai l’exaltation teintée de mélancolie et d’inquiétude que j’avais ressentie jadis, quand j’avais dix ans, en pénétrant pour la première fois dans la bibliothèque de ma ville natale. Cette bibliothèque portait le nom impressionnant d’institut des Lettres et des Sciences et l’on ne pouvait y entrer sans passer devant la reconstitution monumentale d’un oiseau préhistorique à l’air féroce qui se trouvait au bas de l’escalier, et devant une bibliothécaire à la voix acerbe qui trônait derrière un guichet. Elle distribuait des cartes, des reçus et des livres tout en surveillant du coin de l’œil la salle de lecture voisine où étaient assis des vieillards, pétrifiés apparemment par des pancartes qui recommandaient le silence… Il me semblait que les livres devaient être des trésors merveilleux puisqu’on ne pouvait les obtenir qu’après avoir surmonté tant d’épreuves. Je croyais qu’ils étaient réservés aux personnes assez courageuses pour ne pas se laisser intimider par la taille gigantesque et les yeux de verre d’un oiseau empaillé. Ces pancartes, qui suppliaient de se taire là où personne n’aurait songé à parler, m’avaient donné à penser que la pièce recelait des présences mystérieuses et dangereuses, apparentées étrangement à la mort et à la reconstitution délicate de l’oiseau préhistorique. Je me disais que, dans les livres, les caractères d’imprimerie devaient être semblables à de petits animaux empaillés et qu’on leur avait attribué une signification pour les faire tenir debout, comme on met une armature de fil de fer dans la carcasse des bêtes naturalisées, et qu’on les avait enfin ressuscités pour former des mots et leur donner une allure impressionnante… Ainsi, c’était pour se protéger que la bibliothécaire se cachait derrière un guichet et suspendait des pancartes sur les murs : elle était obligée de faire l’impossible pour dompter des êtres bien plus effrayants que les timides abonnés qui se promenaient sur la pointe des pieds devant les rayonnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
paroles   15 octobre 2014
Un ange à ma table, tome 1 : Ma terre, mon île de Janet Frame
Je sus que j'étais une rêveuse, simplement parce que la réalité m'apparaissait trop sordide, soumettant année après année nos rêves à un déclin impitoyable.
Commenter  J’apprécie          120
philo15   09 novembre 2010
Un ange à ma table, tome 1 : Ma terre, mon île de Janet Frame
Je sus que j'étais une rêveuse simplement parceque la réalié me paraissait trop sordide, soumettant année après année, nos rêves à un déclin impitoyable.
Commenter  J’apprécie          110
Alice_   08 octobre 2016
Vers l’autre été de Janet Frame
- Tout ce que vous avez cuisiné était délicieux.

Grace se sentit fière d'avoir dit ça. Elle admirait le talent d'illusionniste d'Anne, car bien que les repas aient semblé se succéder sans interruption, et qu'Anne ait continuellement été en train de les préparer, allant et venant de l'évier au four à l'évier à la table, tout s'accomplissait avec une telle discrétion que si vous aviez interrompu Anne à un instant ou un autre, vous ne l'auriez jamais surprise avec dans les mains une boule de pâte ou une pomme de terre à moitié pelée. Sa manière délibérée ou involontaire de cacher la préparation et la cuisson des repas évoquait pour Grace la création d'une œuvre d'art ; pourtant il n'y avait aucun triomphalisme dans la façon dont elle les servait ensuite. Un artiste pourrait en prendre de la graine, se dit Grace. Elle sait produire et donner sans préciser - C'est mon œuvre.
Commenter  J’apprécie          90
Loutre_des_Rivieres   16 février 2013
Un été à Willowglen de Janet Frame
Reconnaître la grandeur d'une œuvre d'art, c'est comme être habité par l'amour ; les pieds ne touchent plus terre ; le déclin, la destruction, la mort, sont à l'intérieur et ne peuvent atteindre le bien-aimé ; c'est prendre d'amour pour l'immortalité, c'est être libre, c'est voler dans une contrée paradisiaque.
Commenter  J’apprécie          100
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit hommage au chanteur Christophe

Christophe, né ...

Lucien Ginsburg
Claude Moine
Daniel Bevilacqua
Hervé Forneri

8 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , biographie , Chansons françaisesCréer un quiz sur cet auteur