AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.83/5 (sur 390 notes)

Nationalité : République tchèque
Né(e) à : Prague , le 30/04/1883
Mort(e) à : Lipnice nad Sázavou , le 03/01/1923
Biographie :

Jaroslav Hašek est un romancier, humoriste et journaliste libertaire tchèque.

Issu d'une famille d'instituteurs dans le besoin, il passe son baccalauréat option commerciale, mais tire son principal enseignement de ses longs vagabondages, qui le conduisent souvent à pied et sans argent, avec des compagnons qu'il choisissait parmi les marginaux, à travers l'Europe Centrale et les Balkans. Après un passage dans une banque et des tentatives au sein de quelques rédactions, il opte pour la liberté d'homme de lettres. Entre 1907 et 1910, il connait une histoire d'amour qui se termine par un mariage qui ne dure qu'une année.
Il attire l'attention, entre autres, comme fondateur d'un parti parodique qu'il représentait aux élections de 1911 - et dont il nous laisse une chronique ubuesque dans son "Histoire du parti du Progrès dans les limites de la loi" (1962).
En 1915, Jaroslav Hašek, qui a acquis une solide réputation de noceur, est enrôlé dans l'armée autrichienne. Il est incorporé au 91e régiment autrichien sur le front de Galicie en 1915, et n'hésitera pas plus tard à ridiculiser ses supérieurs, dans "Le brave soldat Chvéïk", sous leurs véritables noms. Hašek sert également en Bohême du sud avant de gagner la Hongrie. En 1915, son unité est isolée à la suite d'une percée des troupes russes, et Hašek se rend aux Russes. Il est emprisonné dans un camp en Ukraine, puis dans l'Oural. En 1917, la révolution russe met fin à la guerre sur le front de l'Est. Hašek, libéré, s'engage volontairement au service des bolcheviks en 1918, qui en firent un commissaire politique dans la 5e armée russe. Ce sont ces années de sa vie qui sont racontées avec beaucoup d'humour et d'ironie dans "Aventures dans l'Armée rouge" (1921). Il s'engage parallèlement dans la Légion Tchèque, une organisation nationaliste visant à émanciper les Tchèques de la tutelle austro-hongroise. Il est de retour à Prague en 1920, capitale de la nouvelle Tchécoslovaquie et s'engage plus que jamais dans la politique, guidé par ses idéaux communistes et nationalistes.
Il entame l'écriture rapide des aventures du brave soldat Chvéïk (Švejk), un personnage qu'il avait déjà créé dans d'autres histoires et qui apparaît pour la première fois avant la Première Guerre mondiale dans une série de petits récits humoristiques sans prétention, en 1912. L'auteur a l'intention d'écrire six volumes, mais il n'en termine que trois. Un quatrième volume inachevé est terminé par son ami, Karel Vaněk (1887-1933).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jaroslav Hašek   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Blanche Cerquiglini présente Les aventures du brave soldat Švejk de J


Citations et extraits (117) Voir plus Ajouter une citation
- Vous avez lu?
- Non, je n'ai rien lu?
- Mais vous savez la nouvelle?
- Non.
- Enfin, vous savez bien ce que je veux dire?
- Non, je ne m'occupe de rien du tout.
- Mais ça devrait vous intéresser tout de même, voyons?
- Je ne m'intéresse à rien de rien. Le soir je fume tranquillement mon cigare, je bois mes demis de bière, je dîne, mais je ne lis pas. Les journaux mentent. À quoi bon me fatiguer la tête?
- Alors, vous ne vous intéressez même pas à cet assassinat à Saraïévo?
- Aucun assassinat ne m'intéresse, qu'il ait lieu à Prague, à Vienne, à Saraïévo ou à Londres. Pour ça, il y a les autorités! Les tribunaux et la police. Moi, ça ne me regarde pas. S'il se trouve des types assez imbéciles pour aller se faire tuer n'importe où, c'est bien fait pour eux. Il n'est pas permis d'être crétin à ce point-là.
Commenter  J’apprécie          400
Je vous déclare avec obéissance, mon lieutenant, que je suis excessivement content, répondit le brave soldat Chvéïk ; cela sera quelque chose de magnifique quand nous tomberons ensemble sur le champs de bataille de Sa Majesté l'empereur et son auguste famille impériale et royale ...
Commenter  J’apprécie          280
Sérieusement, je ne comprendrai jamais pourquoi les fous se fâchent d’être si bien placés. C’est une maison où on peut se promener tout nu, hurler comme un chacal, être furieux à discrétion et mordre autant qu’on veut et tout ce qu’on veut. […] Tout le monde était libre de dire ce qu’il avait envie de dire, tout ce qui lui passait par la tête. On se serait cru au Parlement.

CHAPITRE IV – COMMENT CHVÉÏK FUT MIS À LA PORTE DE L’ASILE D’ALIÉNÉS.
Commenter  J’apprécie          272
- Je suis innocent, je suis innocent! répéta l'homme aux poils hérissés.
- Jésus-Christ aussi était innocent, répondit Chvéik, et on l'a crucifié quand même. Depuis que le monde existe, c'est toujours et partout des innocents qu'on s'est le plus foutu. Maul halten und weiter dienen! comme on disait au régiment. C'est encore ce qu'il y a de mieux et de plus chic.
Commenter  J’apprécie          263
- Quoi donc? fit-il.
- Eh bien, notre Ferdinand... il n'y en a plus!
[...]
- Jésus-Marie, n'en v'là d'une nouvelle! s'écria Chvéïk. Et où est-ce que ça lui est arrivé, à l'archiduc, voyons?
- À Saraïévo. Des coups de revolver. Il y était allé avec son archiduchesse en auto.
- Ça, par exemple! Ben oui, en auto... Vous voyez ce qu'c'est, m'ame Muller, on s'achète une auto et on ne pense pas à la fin... Un déplacement, ça peut toujours mal finir, même pour un seigneur comme l'archiduc... Et surtout à Saraïévo! [...]
Commenter  J’apprécie          240
Et tandis que l’officier de service au bureau criait à Chvéïk qu’on devrait fusiller des saletés comme lui, dans les chambrées du premier étage la commission continuait à tuer les simulateurs à petit feu. Sur soixante-dix soldats, deux seulement purent s’en tirer. L’un avait la jambe coupée par un obus, l’autre un cancer aux os.
[…] Tous les autres, sans exception des trois poitrinaires mourants, furent reconnus « bons pour le service armé », ce qui fournit au président de la commission le prétexte d’un discours.
[…] À en croire le président, ce n’étaient tous que des canailles et du fumier, et il n’existait pour eux qu’une seule alternative, aller au front et se battre pour S. M. l’Empereur, ce qui leur permettrait de reprendre leur place dans la société humaine et leur ferait pardonner, après la guerre, le crime de s’être dit malades pour échapper aux tranchées. « Mais, pour ma part, ajouta-t-il, je n’en crois rien, car je suis persuadé, au contraire que c’est la corde qui vous attend tous ! »

CHAPITRE VIII – COMMENT CHVÉÏK FUT RÉDUIT AU TRISTE ÉTAT DE SIMULATEUR.
Commenter  J’apprécie          210
C'est toujours au nom d'une divinité bienfaisante sortie de l'imagination des hommes, que se prépare le massacre de la pauvre humanité.
Commenter  J’apprécie          90
Notre colonel Makavoc nous disait toujours : « La discipline, tas d’abrutis, il la faut, parce que, sans elle, vous grimperiez aux arbres comme des singes, mais le service militaire fait de vous, espèces d’andouilles, des membres de la société humaine ! » Et c’est vrai ! Imaginez-vous un parc, mettons celui de la Place Charles, et sur chaque arbre un soldat sans discipline. C’est toujours ça qui m’a fait le plus peur.

CHAPITRE PREMIER – COMMENT LE BRAVE SOLDAT CHVÉÏK INTERVINT DANS LA GRANDE GUERRE.
Commenter  J’apprécie          180
A chaque exécution d'un condamné à mort assiste un prêtre qui l'obsède de sa présence...
Et en tous ces lieux les serviteurs des Églises brandissent leurs crucifix comme pour dire: " On va te couper la tête, von va te pendre, on va t'égorger, ton corps va être traversé par 15 000 volts, mais ta souffrance n'est rien du tout auprès de celle du Crucifié."...
Et les abattoirs de la Grande Guerre n'ont pu fonctionner non plus sans la bénédiction des prêtres.
Commenter  J’apprécie          160
Je dois donner l'extrême-onction aux soldats de l'hôpital de la place Charles... Mais, du diable si je sais encore comment on fait.
_ Rien de plus facile, monsieur l'aumônier, répondit Chvéïk, nous n'avons qu'à acheter un catéchisme, c'est une sorte de guide-âne pour les passeurs spirituels qui ont perdu la tramontane.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jaroslav Hašek (751)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
12463 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..