AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 173 notes)

Nationalité : Ukraine
Né(e) à : Smyha , le 06/02/1959
Biographie :

Jaroslav Melnik (Jaroslavas Melnikas) est écrivain et philosophe.

Ses parents, condamnés à mort puis déportés pour "propagande anti-soviétique" font connaissance dans les camps. Malgré son statut suspect de "fils de prisonnier politique" il obtient le diplôme de la faculté de philologie de l’Université d’État de Lviv (Ukraine) et poursuit ses recherches à Moscou à l'Institut de littérature Maxime Gorki.

Dès 1989 Jaroslav Melnik vit et travaille à Vilnius en Lituanie. Francophone, il a séjourné plusieurs fois en France.

Il écrit des livres en prose, des livres de critique et de philosophie qui ont été publiés en Lituanie, en Ukraine et dans d‘autres pays européens.

Son roman "Les parias d'Eden" (1997), paru chez Robert Laffont, a été salué par la critique.

Son roman "Espace lointain" (Tolima erdve, 2008), consacré aux problèmes du contrôle d’État exercé sur ses citoyens, a été sélectionné parmi les cinq meilleurs livres (shortlist) de l’année (Livre de l’année 2009, Lituanie) et a été reconnu comme le meilleur livre de l'année 2013 en Ukraine.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jaroslav Melnik   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jaroslav Melnik a répondu à nos questions lors de son passage en France !

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Je m’étais déjà rendu à plusieurs reprises à l’abattoir et j’étais agréablement surpris chaque fois de l’atmosphère professionnelle et du silence qui y régnaient. Pas de sentiments, pas de pensées, une concentration totale sur les opérations. Chacun connaissait son travail et ne pensait qu’à le faire au mieux. C’étaient des hommes simples et ils restaient simples : aurait-il fallu que ce soient des philosophes ? Ils exécutaient le travail pour lequel ils étaient payés et ne pensaient à rien d’autre.

Disons qu’ils ne pensaient pas au fait que les animaux qu’ils abattaient et découpaient ne se distinguaient en rien d’eux extérieurement. Parce qu’il suffisait de qualifier ces animaux d’“êtres humains” (à cause de leur aspect extérieur) pour que le monde entier s’écroule.

Dans ce cas, la civilisation apparaîtrait comme quelque chose de monstrueux, d’inhumain, de bestial. Et tous nos congénères pourraient être qualifiés de… “cannibales”. Voilà à quoi menaient les tours de passe-passe du langage !

Un animal d’apparence humaine, ce n’est pas encore un homme. La définition d’un homme se construit moins que tout sur une base corporelle. Un homme est avant tout un citoyen du Reich, un être raisonnable et éduqué, possédant un bien, exerçant une profession, ayant une famille. Un homme, c’est celui qui possède un statut d’homme. Dans les temps préhistoriques prévalaient d’autres concepts selon lesquels “l’homme” se définissait non pas par ses qualités internes mais uniquement par ses caractéristiques corporelles.
Commenter  J’apprécie          90
Si nous nous considérons comme des êtres libres, nous ne pouvons pas rejeter l'idée que l'impossible existe.
Commenter  J’apprécie          100
Nous avons plaisir à être protégés : tous sans exception nous aimons cette puissance, comme une femme la virilité de son amant. Et si quelqu'un risquait un mot hardi : «Réveillez-vous ! Vous vous complaisez dans votre servitude ! Vous êtes incapables de faire un pas sans être commandés ! N'avez-vous donc aucune estime pour vous-mêmes ? » Oh! On taillerait l'impertinent en pièces pour le punir de son insolence. Car nous avons suffisamment d'amour propre pour ne pas souffrir un tel manque de respect à notre égard. Et alors, nous prendrons le parti de nos créateurs tout-puissants, car, selon eux, nous sommes dignes de considération et nous incarnons la plus haute des vertus : nous sommes des citoyens honnêtes. Nous ne nous laisserons pas humilier de la sorte. Et nous n'avons aucune raison de nous remettre en question. C'est plutôt toi, insolent, que nous allons réduire en miettes !
Seulement, voilà : peu importe l'opinion de la majorité, la vérité et l'esprit sont indestructibles. Ce n'est pas parce que nous ne trouvons pas d'alternative à notre vie actuelle que cette alternative n'existe pas.
Commenter  J’apprécie          50
J’aime ces nouvelles sensations, je me sens différent. C’est comme si je m’étais réveillé. Je n’ai pas envie de sombrer à nouveau dans le sommeil. Cependant, je ne sais pas comment vivre avec mon nouvel état. J’ai chaque jour plus envie de me servir de mes yeux : c’est tellement plus pratique, plus simple, incomparable avec l’espace proche ! Mais alors, qui suis-je au sein de cette mégapole ? Au sein de l’Union gouvernementale ? Quelle est ma place ? Je ne la trouve pas.
Commenter  J’apprécie          52
Nous emmenons froidement l'animal dans un coin et lui tranchons la gorge alors qu'il crie dans les souffrances (il crie toujours, mais nous sommes devenus sourds!) En quoi nous distinguons-nous alors des nazis qui ne prêtaient pas attention aux souffrances 'humaines". Peu importe qui souffre, qui ressent la souffrance et l'horreur? L'essentiel est celui qui ressent tout ça.
Commenter  J’apprécie          50
- Et si le sens de la vie de ces gens n'était ni la beauté ni la vérité ?
- Alors leurs vies ne valent rien. Ils n'ont pas le droit de vivre, rétorqua Oks.
- comment vous pouvez en être si sûr ?
Commenter  J’apprécie          50
Bon dieu, j'étais intimidé. Devant un animal. je me sentais petit, presque en son pouvoir. Je vis du désir dans ses yeux et j'en fus sérieusement effrayé. J'avais eu connaissance de cas isolé de zoophilie, mais il fallait abandonner toute dignité humaine pour se permettre une liaison intime avec un animal. J'avais déjà éprouvé des sentiments chaleureux envers Macha, mais l'idée d'une fusion corporelle ne m'était jamais venue à l'esprit.
Je fus soudain envahi d'une telle vague de dégoût que je bondis sur mes pieds, ce qui lui fit très peur.
Commenter  J’apprécie          30
Disons qu'ils ne pensaient pas au fait que les animaux qu'ils abattaient et decoupaient ne se distinguaient en rien d'eux extérieurement.
Parce qu'il suffisait de qualifier ces animaux d''êtres humains" (à cause de leur aspect extérieur) pour que le monde entier s'écroule. Dans ce cas, la civilisation apparaîtrait comme quelque chose de monstrueux,d'inhumain,de bestial. Et tous nos congénères pourraient être qualifiés de... "cannibales". Voilà à quoi menaient les tours de passe passe du langage !
Commenter  J’apprécie          30
Cependant, à la fin du IIe millénaire apparaissent des mouvements complètement profanes se posant pour but la défense du monde animal et même du monde végétal. Certains d'entre eux, comme la société de protection des chats ou la société de protection des chiens errants, ne semblaient pas tout à fait sérieux;d'autres, comme le mouvement des "Verts" luttant pour ka préservation du vivant et surtout du mobde vegetal de la planète, devenaient même des partis politiques considérés.
Commenter  J’apprécie          30
Les millions d'habitants de la mégapole sont tous aveugles. Ils ne savent pas ce qu'est la vue, et pensent que l'espace lointain, c'est à dire l'espace qui est hors de leurs faibles perceptions, n'existe pas.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jaroslav Melnik (227)Voir plus

Quiz Voir plus

Correspondances artistiques (2)

" La très chère était nue/Et, connaissant mon cœur/Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores… /Sous tes souliers de satin/Sous tes charmants pieds de soie/ Moi je mets ma grande joie/Mon génie et mon destin/J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante/Comme aux pieds d’une reine/Un chat voluptueux." À quelle figure peinte d'un tableau célèbre ce poème de Baudelaire écrit en 1876 s'adresse-il ? (Poupée mécanique)

La grande odalisque/J. D. Ingres
Olympia/Manet
La liberté guidant le peuple/Eugène Delacroix

12 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..