AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.2/5 (sur 79 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement, maître de conférence à Imperial College, Londres (Center for the History of Science, Technology and Medicine).
Il est l’auteur de L’Apocalypse joyeuse, une histoire du risque technologique, paru aux éditions du Seuil en janvier 2012.




Source : www.laviedesidees.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Baptiste Fressoz   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Jean-Baptiste Fressoz à l'occasion de la parution de "Sans transition" aux @editions_du_seuil Solidement documenté, passionnant et à bien des égards édifiant, ce livre d'histoire nous invite à nous défaire d'un bon nombre d'idées reçues, notamment celle d'une transition d'un système énergétique à un autre. Plutôt que cette succession communément admise et très instrumentalisée politiquement, Jean-Baptiste Fressoz fait la démonstration, preuves à l'appui, d'un profond syncrétisme dans la production d'énergie depuis l'aube de l'ère industrielle. Cette nouvelle histoire énergétique est un préalable indispensable pour comprendre ce qui se cache derrière les promesses de verdissement de l'économie et autres transitions énergétiques miraculeuses. Alors si vous voulez voir de quel bois nous nous sommes chauffés et comment nous allons collectivement continuer d'aller au charbon, LISEZ CE LIVRE ! Dispo à la librairie et ici : https://www.millepages.fr/livre/9782021538557-sans-transition-une-nouvelle-histoire-de-l-energie David Even à la réalisation Rencontre animée par Pascal Thuot et Simon Payen

+ Lire la suite

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Nous avons apporté les dernières corrections à ce livre lors du confinement du printemps 2020, en des temps troubles, marqués par le retour de certaines figures familières à l’historien des siècles passés : l’épidémie comme reflet de nos angoisses sociales et environnementales, la forêt comme rempart et chance de salut, l’effondrement, encore et toujours, comme point de fuite. La nature change à toute vitesse, mais nos manières de penser ce changement héritent d’un long passé, de luttes et de savoirs, dont ce livre retrace une partie de l’histoire.
(Postface, fin)
Commenter  J’apprécie          00
Sortir du carbone sera autrement plus difficile que sortir du capitalisme, une condition aussi nécessaire qu'insuffisante.
Commenter  J’apprécie          120
Enfin, même si les interruptions soudaines d'éclairage dans les salles de spectacle ne tuèrent aucun monarque, elles furent indirectement la cause de centaines de morts. En 1858, quinze personnes sont piétinées au théâtre Victoria de Londres lors d'une panique suscitée par une légère explosion de gaz. En 1881, à l'Opéra de Nice, le décor prend feu à cause d'un bec de gaz. Plus de deux cents personnes périssent asphyxiées, brûlées ou étouffées dans la panique qui suit. (...)
Après la catastrophe de Nice, les lampes à huile firent d'ailleurs un retour dans les salles de spectacle françaises pour guider les spectateurs vers la sortie en cas d'interruption du gaz.
Commenter  J’apprécie          80
Dans l'histoire géologique tout comme dans leurs modélisations du futur, les scientifiques ont détecté des points de basculement du climat et des seuils d'effondrement brutal des écosystèmes. Ainsi, notant que la Terre oscille depuis 400 000 ans entre un état froid, glaciaire, et un état tiède, interglaciaire, ils suspectent l'existence d'un "point de bascule" (vers +2° ou +3° ?) au-delà duquel le système Terre changerait d'attracteur et se dirigerait vers un nouvel état stable résolument plus chaud (à +5° ? +8° ? Nul climatologue ne peut le prédire) qui a existé il y a des dizaine de millions d'années, bien avant l'apparition du genre humain, et a duré des millions d'années. Bien loin des projections linéaires des rapports du GIEC, il s'agirait d'un véritable saut dans l'inconnu.
Commenter  J’apprécie          50
En démontrant le télescopage du temps court de l’action humaine et du temps long de la Terre, les sciences du « système Terre » ont également ouvert un nouveau champ d’investigation absolument fondamental au croisement des sciences naturelles et de l’humanité.
Commenter  J’apprécie          50
Prendre au sérieux l'Anthropocène, c'est donc acter qu'il n'y a rien à gagner à parler de "crise environnementale". Le mot crise entretient un optimisme trompeur ; il donne à croire que nous serions simplement confrontés à un tournant périlleux de la modernité, à une épreuve brève dont l'issue serait imminente. Le terme de crise désigne un état transitoire, or l'Antrhopocène est un point de non-retour
Commenter  J’apprécie          40
En 2002, dans un article de la revue scientifique Nature, Paul Crutzen développe sa proposition : il faut ajouter un nouvel âge à nos échelles stratigraphiques pour signaler que l'Homme, en tant qu'espèce, est devenu une force d'ampleur tellurique. Après le Pléistocène, qui a ouvert le Quaternaire il y a 2,5 millions d'années, et l'Holocène, qui a débuté il y a 11 500 ans, "il semble approprié de nommer Anthropocène l'époque géologique présente, dominée à de nombreux titres par l'action humaine". Le Prix Nobel propose de faire débuter ce nouvel âge en 1784, date du brevet de James Watt sur la machine à vapeur, symbole du commencement de la révolution industrielle et de la "carbonification" de notre atmosphère par combustion du charbon prélevé dans la lithosphère.
Commenter  J’apprécie          30
L'image de la Terre vue de l'espace véhicule une interprétation simplificatrice du monde. Elle procure un sentiment de vision d'ensemble, globale, dominatrice et extérieure, plutôt qu'un sentiment d'appartenance humble. Elle couronne ce que Philippe Descola a nommé le "Naturalisme", né en Occident, par lequel nous concevons les autres êtres de la Terre comme partageant la même "physicalité" que nous humains, mais comme étant d'une intériorité radicalement différente de la nôtre, nous positionnant ainsi en surplomb par rapport à la nature, dans l'extériorité stratégique de celui qui gère et pilote le système Terre auquel il appartient. Cette appréhension de notre place sur Terre à partir d'une perspective spatiale prolonge aussi une vision de l'objectivité comme une "vue de nulle part" née au milieu du 19e siècle, selon laquelle le bon savoir est celui qui est produit en s'abstrayant du système observé, pour laisser parler la nature. Ainsi, on ne pourrait bien connaître et bien gérer les problèmes de la planète qu'en la regardant de l'espace, par une vision en quelque sorte "déterrestrée". Ce point de vue supérieur postule non simplement que "nous n'avons qu'une seule Terre" (le fameux slogan de la Conférence de Stockholm en 1972), mais aussi qu'il existe un savoir supérieur sur les problèmes de la planète. Il perpétue un imaginaire naturaliste (dont l’anthropologue Philippe Descola a montré qu'il était un des quatre grands modèles de rapport des humains au monde) et, plus encore, un imaginaire "déterrestré", produit d'une culture technoscientifique qui s'est développée conjointement avec les dynamiques qui nous ont fait basculer dans l'Anthropocène. Cet imaginaire n'est pas neutre et domine d'autres imaginaires du rapport à la Terre (ceux des communautés indigènes et des mouvement socio-environnementaux populaires par exemple) qui pourraient, eux aussi, être porteurs de perspectives et de solutions pertinentes face aux dérèglements écologiques.
Commenter  J’apprécie          20
L'histoire de l'énergie à visée gestionnaire repose sur un sérieux malentendu : ce qu'elle étudie sous le nom de "transition énergétique" correspond en fait très précisément à l'inverse du processus qu'il convient de faire advenir de nos jours dans le contexte de la crise climatique et du pic pétrolier.
La mauvaise nouvelle est que si l'histoire nous apprend bien une chose, c'est qu'il n'y a en fait jamais eu de transition énergétique. On ne passe pas du bois au charbon, puis du charbon au pétrole, puis du pétrole au nucléaire. L’histoire de l'énergie n'est pas celle de transitions, mais celle d'additions successives de nouvelles sources d'énergie primaire. L'erreur de perspective tient à la confusion entre relatif et absolu, entre le local et le global : si, au 20e siècle, l'usage du charbon décroît relativement au pétrole, il reste que sa consommation croît continûment, et que globalement, on n'en a jamais autant brûlé qu'en 2012.
Commenter  J’apprécie          20
Ce livre a décrit les contextes politiques, théologiques, impériaux et savants au sein desquels le changement climatique fut perçu, pensé, anticipé, craint, enduré mais aussi célébré depuis le XVIème siècle. Un autre récit est toutefois possible, qui dégage dans le maelström des théories du XIX ème siècle – portant sur la chaleur, la physique du Globe, les âges glaciaires ou la spectroscopie des gaz – les avancées scientifiques ayant abouti au diagnostic contemporain du réchauffement global. Cette histoire est infiniment plus claire, plus courte, mais aussi plus rassurante. Les savoirs en question ont été validés par la physique contemporaine, le doute en est exclu de même que la politique, les conquêtes, les forêts, les mauvaises récoltes, le peule, la faim, les révoltes.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean-Baptiste Fressoz (175)Voir plus

Quiz Voir plus

Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

Contre qui Mirko Czentovic fit-il sa première partie d'échecs ?

Le curé de son village
Le maréchal des logis de son village
Le barbier de son village

15 questions
1158 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..