AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.35 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Colombelles (Calvados) , 1955
Biographie :

Jean Cagnard est un écrivain français né à Colombelles, dans le Calvados, en 1955.

Il est l’auteur de romans, de nouvelles, de poésie et de pièces de théâtre.

En 2005, il fonde la Compagnie 1057 Roses avec sa compagne Catherine Vasseur, actrice. Ensemble, ils créent un spectacle, La Valise qui contenait des chiens, d’après certaines de ses nouvelles et dans lequel il joue. En janvier 2007, il met en scène La Chambre à air, écrit pour Catherine Vasseur et créé au Théâtre d’Ô (Montpellier). La même année, La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon lui consacre le dixième numéro de sa série Itinéraires d’auteurs.


Source : Théatre contemporain, Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Soirée lecture et rencontre avec Jean Cagnard et Catherine Vasseur, artistes associés de a Compagnie 1057 Roses, pour la sortie du roman de Jean Cagnard, Plancher Japonais paru aux éditions Gaïa.
Podcasts (1)


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   17 février 2016
L'escalier de Jack de Jean Cagnard
Une des qualités vertueuses du travailleur est de sublimer. Sinon, il ne serait pas travailleur. Le travailleur est une créature à la chimie farouchement optimiste; Chaque seconde il transforme la vie ordinaire en couches passionnelles. C'est un dieu et un beau crétin. Un dieu parce qu'il travaille, un crétin parce qu'il va travailler. (p. 46)
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24   17 février 2016
L'escalier de Jack de Jean Cagnard
Et puis c'est au tour de -L'Etranger- de A. Camus de sortir de l'étagère

Et que je te coule comme une eau pure.

De même vous enchaînez sur-La Peste-

(...)

Et puis c'est -L'Arrache-cœur de B. Vian.

C'est L'Ecume des jours

C'est La Nausée de J.-P. Sartre.

C'est Les Cavaliers de J. Kessel.

A présent c'est vous qui chevauchez. Royalement harnaché. Et John, Ernest, Erskine, Albert, Boris, Jean-Paul et Joseph sont vos chevaux ailés. Vous êtes allés aussi loin qu'on peut pour un homme qui passe une bonne partie de sa vie en tenant simplement des morceaux de papier entre ses mains. Ce que vous avez lu est si bien entré en vous que vous en êtes devenu une parcelle. Il es parfaitement clair que la simple nourriture des mots vous a rendu héroïque. (p. 129)
Commenter  J’apprécie          210
Alice_   31 octobre 2016
Grosses joies de Jean Cagnard
Chaque jour, l'homme va à la rivière et s'assied sur un tabouret métallique dans le courant rapide de la petite cascade. Là, de la poche intérieure de sa veste, il sort un livre et commence à lire parmi les éclaboussements, l'écume et le rebondissement des lumières.

En général, il faut une petite heure avant que le livre soit trempé et lorsque l'homme ne parvient plus à tourner les pages sans les déchirer, il le jette à l'eau, en gardant un œil très intéressé sur l'éclat que prend alors la rivière, car il n'ignore pas la passion des truites pour la littérature.
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24   19 février 2016
L'escalier de Jack de Jean Cagnard
De tout temps, il n'y a eu qu'une espèce pour couper les empreintes de toutes les autres, l'espèce trébuchante. (p. 169)
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   02 novembre 2013
L'escalier de Jack de Jean Cagnard
...quand bien même un homme courbé vers le sol forme sur l'horizon un bien beau point d'interrogation. (p.19)
Commenter  J’apprécie          110
Alice_   01 novembre 2016
Grosses joies de Jean Cagnard
Elle avait même pensé en finir mais quelque chose en elle de profondément enfoui, qui était peut-être le sens de l'humour, l'avait sauvée. Qui méritait qu'on meurt pour lui? Hein? Quelle espèce d'humain méritait qu'on perde la vie pour lui? C'était ce rire terriblement intime et bien plus féroce que ses angoisses qui avait fait basculer finalement son histoire et lui avait permis d'en voir le bout. Même si elle était encore fragile, elle savait désormais qu'une boule de fureur joyeuse veillait sur elle, quelque part entre ses intestins et son cœur.

( Une tasse de café sur une aile d'avion)
Commenter  J’apprécie          80
Olaf   18 septembre 2016
Plancher japonais de Jean Cagnard
Le soir, le jeune homme et la petite amie se retrouvent aussi sûrement que deux parenthèses qui ont concentré la journée entre leurs ventres convexes. Elle est en stage dans une clinique pour trois semaines et elle a assisté à son premier accouchement in vivo.

- C’est dingue! dit-elle. Tu es soudain face à l’origine du monde. Tu as envie de pleurer. Tu pleures. Qu’est-ce que tu veux faire d’autre? Les mains, qui ont fait la vaisselle, qui ont tapé à l’ordinateur, qui ont descendu les poubelles, ces mains-là recueillent le petit voyageur. La tête du petit voyageur, les épaules du petit voyageur, le corps du petit voyageur. Tu as vu mes mains? Regarde-les bien. Bientôt, ce ne seront plus les mêmes parce qu’elles ont commencé à toucher les origines du monde. C’est le truc le plus concret que j’aie jamais vu. Le plus irréel! Merci les mains! dit-elle en les dressant devant elle. Ses yeux! Tu aurais vu ses yeux! continue-t-elle. Quelle innocence! Ça fait peur une telle innocence. Une telle force! ça te submerge. Il n’y a plus qu’une chose qui compte après cela. La beauté. Nous venons au monde pour le rendre à la beauté quelques secondes. C’est l’unique raison! La beauté! La beauté! La beauté!

Le jeune homme est très impressionné par l’expérience de sa petite amie, lui qui se sent si souvent au bord d’apparaître ces derniers temps.

- Je suis allé au ciné, dit-il enfin pour faire part lui aussi de sa petite particularité de la journée. Tu connais Dead man de Jim Jarmusch? demande-t-il. Dead Man répète-t-il. De Jim Jarmusch.

- Merci les mains, dit-elle à nouveau, les faisant tourner devant elle, comme si elles venaient de pousser au bout de ses bras.

Elle ne connaît pas Dead Man de Jim Jarmusch.

On la comprend, elle est en pleine extase métaphysique, dans le potage vibrant de la vie, et l’autre lui sert du Dead Man. Le bout merdeux du bâton.

Il s’abstient de dire qu’il l’a vu deux fois de suite, au péril d’une précieuse photosynthèse. Qu’il vibre encore de la tension envoûtante et archaïque de la guitare de Neil Young, le rocker élégant qui a fait de sa musique un lien flamboyant que les cordons ombilicaux conjoints de la Bible et du Coran.

Il ne lui demande pas si elle a déjà entendu parler de Neil Young.

- J’ai choisi le plus beau métier du monde, dit-elle. Les traders sont des ânes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
som   13 juillet 2013
L'escalier de Jack de Jean Cagnard
Vos parents ne semblent pas bien très bien comprendre qu’on tire des livres de leur bibliothèque, qu’on les ouvre devant le visage et qu’on laisse des yeux en parcourir les lignes. Qu’au bout de la première ligne, vous passiez à celle du dessous. Ainsi de suite, de gauche à droite, jusqu’en bas de la page. Et que cette page achevée, vous passiez à la suivante. Ils semblent penser que vous ne possédez pas la bonne manière de vous comporter avec un livre. Ils semblent dire que la lecture d’un livre peut se limiter à regarder les tranches sur les étagères. Ces ouvrages qu’ils ont probablement tenus entre leurs mains eux-mêmes. Dont ils ont forcément découvert le contenu. Mais il y a si longtemps, maintenant. Que les pages sont devenues des pierres.
Commenter  J’apprécie          20
som   13 juillet 2013
L'escalier de Jack de Jean Cagnard
D’où vient cette sensation qu’à la fin de chaque page, vous pourriez en être à la fois les personnages et l’auteur ?
Commenter  J’apprécie          20
melina1965   06 juillet 2013
La distance qui nous sépare du prochain poème de Jean Cagnard
« Faire l’appât

Devenir le corps

De la bouche

Qui vous avale »

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Pastiches poétiques

Eh bien ! C'en est donc fait, Seigneur, et le sénat / S'est enfin prononcé après tant de débats. / Rien n s'oppose plus à ce grand hyménée : / Je peux à vos destins joindre mes destinées.

Charles Baudelaire
Gérard de Nerval
Alfred de Musset
Victor Hugo
Alfred de Vigny
Alphonse de Lamartine
Nicolas Boileau
Jean de la Fontaine
Jean Racine
Pierre Corneille

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , theatre français , poésie française , pastiche , parodie , humourCréer un quiz sur cet auteur