AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.45 /5 (sur 194 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Alger , le 21/05/1944
Biographie :

Jean-Claude Guillebaud est un écrivain, essayiste, conférencier et journaliste français connu pour ses reportages importants dans le monde des idées.

Fils d’officier général, issu d’une famille de minotiers exploitant un moulin sur le Bandiat à Pranzac, Jean-Claude Guillebaud, après le lycée d’Angoulême, fait des études de droit privé à Bordeaux et devient journaliste.

Journaliste et grand reporter au quotidien Sud Ouest (1965), il est lauréat du Prix François-Jean Armorin en 1967 puis du Prix Albert-Londres en 1972. Ce prix lui vaut d'être engagé par Le Monde (1972), puis par le Nouvel Observateur (1989). Il a dirigé Reporters sans frontières.

En 1983, il fonde avec Claude Pinganaud et Catherine Guillebaud (son épouse), la librairie Les Fruits du Congo (du titre d'un roman d'Alexandre Vialatte), alors située rue de l'Odéon et les éditions Arléa en 1986.

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. Depuis juin 2008, il est membre du conseil de surveillance du groupe de presse Bayard Presse.

Il a tenu une chronique hebdomadaire sur la vie des médias dans le supplément télévision du Nouvel Observateur avant de remplacer, à partir de novembre 2010, Jacques Julliard en tant qu'éditorialiste au Nouvel Observateur.

Il tient également une chronique d'observation de la société et de la vie politique françaises dans l'hebdomadaire catholique La Vie.

En 2005, Guillebaud publie "La force de conviction" où il s’interroge sur la possibilité d’un juste milieu entre les dogmatismes religieux et laïques. Dans ses ouvrages : "La vie vivante" (Les Arènes, 2011), "Le goût de l’avenir" (Seuil, 2011), "Une autre vie est possible" (L’Iconoclaste, 2012), il refuse le pessimisme contemporain.
En 2014, il est revenu sur ses souvenirs, son parcours professionnel, sa vision du monde dans "Je n’ai plus peur" (éd. L’Iconoclaste).

En 2016, il a présidé le 23e prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dialogue improvisé entre Jon Swain, journaliste, auteur de River of Time, et Olivier Weber, grand reporter et écrivain (Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel) En 1970, Jon Swain a 22 ans. Il couvre la guerre du Vietnam et il est l?un des rares journalistes présents à Phnom Penh lorsque la ville tombe aux mains des Khmers rouges. Capturé, il échappe de peu à l?exécution grâce à l?interprète cambodgien du New York Times, histoire qui a inspiré à Roland Joffé, le film Killing Fields (La Déchirure). À propos de River of Time, le journaliste Jean-Claude Guillebaud écrit : Jon Swain « décrit la guerre, les tueries, les saloperies de toutes sortes avec une émotion qui n?est pas de façade ». Animatrice : Catherine ANDRÉ - Journaliste, cofondatrice et rédactrice en chef de VoxEurop
+ Lire la suite
Citations et extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
Jean-Claude Guillebaud
petitsoleil   04 septembre 2014
Jean-Claude Guillebaud
(...) Cette prétendue "opinion" [de l'agence de notation Standard and Poor's,

accusée d'avoir porté une responsabilité spécifique lors du déclenchement de la crise bancaire de 2008]

- comme tant d'autres aujourd'hui - se présentait comme très scientifique parce que chiffrée. (...)

Tout cela nous ouvre les yeux sur ce qu'on pourrait appeler l' "intoxication comptable". Qu'est-ce à dire ?



Jour après jour, on nous abreuve de chiffres, de statistiques, de pourcentages, à telle enseigne que ce décompte obsessionnel se substitue à la pensée.

Tout se passe comme si les calculettes remplaçaient les cerveaux.



Certes, en temps de crise, de dettes et de chômage, les données arithmétiques sont importantes.

Il n'empêche ! Ce déluge de chiffres ouvre bien la voie à une bêtise du troisième type.

Appelons-la l' "obsession calculatrice" ou "la pensée du nombre".



On n'éprouve plus la valeur d'une société humaine, d'une parole ou d'une situation, on la mesure.

On l'étalonne. Taux de chômage, valeurs boursières, résultats d'exploitation, sondages, courbes de vente, taux d'intérêt, points d'Audimat ou quantité d'exemplaires vendus : notre rapport au monde (et aux autres !) se ramène à des nombres alignés. C'est fou !



Aucune société, avant la nôtre, n'aura été aussi frénétiquement obsédée par une approche exclusivement chiffrée et mesurable du réel. A 2 points de croissance, le bonheur sera là, mais au-dessous de 1,5, un grand malheur nous attend. C'est idiot. Et nous le savons.

Nous devinons que nulle vérité humaine ne procède des seuls chiffres. Nous ne sommes pas assez stupides pour croire que notre "moral" peut être indexé - comme le fait l'Insee - sur notre "envie d'acheter". (...)



Quelle société construisons-nous ? (...)



Le bloc-notes - Revue La Vie - 14 février 2013

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
Jean-Claude Guillebaud
Cer45Rt   07 décembre 2019
Jean-Claude Guillebaud
Ce qu'on appelle le social, ce n'est rien d'autre que la vie des gens. Elle est faite de déclassement ressenti, d'appauvrissement constaté, d'humiliation ravalée.
Commenter  J’apprécie          280
Jean-Claude Guillebaud
petitsoleil   02 septembre 2014
Jean-Claude Guillebaud
Ces longues journées de grèves et de manifestations, ces défilés de Français inquiets, ces souffrances sociales répandues : tout cela faisait contraste avec le ton qui prévaut désormais dans l'audiovisuel.

Le "rigolo" y règne du matin au soir et Laurent Ruquier, talentueux et toujours hilare, en est le symbole.

Il s'accorde avec le ton guilleret, sympa, primesautier qu'on retrouve à la radio comme à la télévision ; cette surenchère de voix flûtées, gloussements (...) ce parti pris de bonne humeur et de conseils bonasses. (...)



on devine des tas de conseils prodigués au jour le jour. Pas trop de sérieux, pas de "prise de tête", pas trop d'intellos, ni de savants patentés, pas de sujets sinistres (...) Avec les meilleures intentions du monde, on bâtit ainsi - mais en creux - une communication rose bonbon qui fait du "rêve" distribué à tout-va un objectif d'audience (...)



se rend-on compte de ce que dissimule, au final, cette stratégie du rigolo.

La bonne humeur obligée a ceci de commode qu'elle congédie la politique, le savoir, la réflexion, la contestation, la dissidence, l'info dérangeante, le débat, l'inquiétude, la colère et tout le reste.

Elle est cousine germaine du mensonge (...)



Bloc-notes - Revue La Vie - 4 novembre 2010

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2422
Jean-Claude Guillebaud
Carosand   20 octobre 2015
Jean-Claude Guillebaud
La seule lumière qu’émettent encore l’Europe et l’Amérique s’apparente trop souvent à l’enseigne d’un supermarché.
Commenter  J’apprécie          211
Mimimelie   05 juin 2014
Le principe d'humanité de Jean-Claude Guillebaud
Le plus dangereux, (au sujet de la révolution biologique), ce n’est pas que nous ayons découvert l’Arbre de la connaissance mais que nous l’ayons « vendu à Wall Street ».



(Rapporté par Jean Cohen et Raymond Lepoutre. Tous des mutants, Seuil 1987)

Commenter  J’apprécie          170
tamara29   29 septembre 2013
Une autre vie est possible de Jean-Claude Guillebaud
Pour une communauté comme pour un individu, l'espérance n'est pas seulement reçue, elle est décidée. En nous souvenant des grands "optimistes" de jadis qui ont été capables de faire bouger l'Histoire, il nous incombe aujourd'hui d'être aussi joyeux et aussi déterminés qu'ils l'étaient eux-mêmes.

Je sais que nous en sommes capables.
Commenter  J’apprécie          150
petitsoleil   06 décembre 2014
Voulons-nous d'un monde désincarné ? : Promesses et menaces de la cyberculture de Jean-Claude Guillebaud
En suivant ces colloques [dès le milieu des années 1980, parfois à Stanford, parfois ailleurs ...], que la presse ignorait totalement d'ailleurs, dissimulant une vie intellectuelle riche, je me suis toutefois rendu compte que le savoir humain, en raison de sa complexité, se parcellise, se segmente, se spécialise.



(...) si vous voulez avoir une image un peu globale des choses, comprendre ce qui nous arrive, c'est très difficile car vous n'avez à votre disposition que des fragments de savoir, comme devant un miroir brisé.



Michel Serres, un grand philosophe qui, au début, m'a beaucoup aidé dans mon travail, appelait ce phénomène le "corporatisme universitaire".

C'est quoi, le corporatisme universitaire ? c'est cette ridicule idée (...) Cette espèce d'assignation de chacun à sa spécialisation empêche le savoir de circuler.
Commenter  J’apprécie          120
Mimimelie   12 juin 2014
Le principe d'humanité de Jean-Claude Guillebaud
Le geste du paysan semant son grain dans l'espoir qu'il germe est assimilé au piratage d'un logiciel. Si le logiciel n'est pas "libre de droit" le semeur sera considéré comme un fraudeur.
Commenter  J’apprécie          130
zazy   07 décembre 2012
Une autre vie est possible de Jean-Claude Guillebaud
L’acte unique, en effet, voulu par François Mitterrand, était une imprudence, pour ne pas dire une faute historique. On jetait ainsi les fondements d’une guerre économique entre les peuples d’Europe dont nous ne sommes jamais sortis. Comme introduction à la « paix éternelle » en Europe, cela commençait mal. On se trouvait piégé en outre dans une contradiction ubuesque : comment faire du « plus » en additionnant du « moins » ? Comment instaurer une souveraineté plus forte en juxtaposant des souverainetés nationales rendues plus faibles ? Loin de nous protéger contre une influence venue d’outre-Atlantique la construction européenne en devint le cheval de Troie et fit entrer ce « modèle » chez nos, en contrebande. Le centre de gravité de la Commission de Bruxelles favorisa la chose. Au final, le « projet » européen devenait agressivement néolibéral, mimétiquement américain, vidé de son sens et étranger à la culture historique du continent ». Là aussi, vous indiquez un chemin « Plus question de commence par l’économie ou de miser sur une avant-garde de « bâtisseurs » en reléguant les peuples au second plan ; plus question de parier sur l’effacement programmé des nations ou d’oublier l’approche européenne de l’économie de marché Bref, le chantier est à nouveau devant nous. On appelle ça une refondation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Mimimelie   08 juin 2014
Le principe d'humanité de Jean-Claude Guillebaud
« L’homme n’est pas devenu humain en rompant avec l’animal, et il accroît considérablement son humanitude en faisant la paix avec lui. L’animal doit d’abord être considéré comme un invité dans la maison de l’homme. » (Dominique Lestel « Faire la paix avec l’animal » Etudes juil/Août 2000)
Commenter  J’apprécie          121
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur