AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.33 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 9/08/1946
Biographie :

Jean-Claude Maleval est Professeur des universités à Rennes, enseignant chercheur en psychologie clinique, directeur du parcours psychopathologie fondamentale du Master de psychologie, membre du Conseil d'Administration de Rennes 2.
Président du BAPU (Bureau d'Aide psychologique Universitaire).

Psychanalyste, il est l'auteur de cinq livres sur les psychoses et l'autisme : Folies hystériques et psychoses dissociatives (Payot, 1981) ; Logique du délire, (Masson, 1997) ; La forclusion du Nom-du-Père, (Seuil, 2000) ; L'autiste, son double et ses objets, (Presses Universitaires de Rennes, 2009) ; L'autiste et sa voix.


Source : http://perso.univ-rennes2.fr/jean-claude.maleval
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
colimasson   23 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
Cette solitude recherchée, bien repérée comme nécessaire pour éviter la persécution, constitue probablement le principal produit de la cure [psychanalytique]. Il arrive en effet que l’issue de celle-ci pour le sujet psychotique soit la mise au point d’une solitude acceptée, manière de tenir l’Autre à distance, au prix d’une mortification du désir.
Commenter  J’apprécie          90
colimasson   21 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
Le langage n’est pas pour l’homme un instrument, il est bien plus que cela : l’Autre corps du parlêtre nécessaire à l’animation de sa jouissance.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   25 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
L’approche lacanienne du psychotique ne prône ni un renforcement du moi, ni une orthopédie des fantasmes, ni l’analyse d’un noyau abyssal ; en revanche, elle parie sur les capacités du sujet à construire une suppléance ou un pare-psychose. C’est en se réglant sur la position éthique d’objet a que l’analyste doit soutenir ce pari, c’est-à-dire en ne voulant rien pour son patient. Pas même parfois de l’empêcher de délirer.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   19 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
L’émergence de la lettre, qui constitue le réel du signifiant, élément symbolique, résulte d’une rupture de la chaîne signifiante, qui seule permet d’en isoler un de ses constituants. Il apparaît dès lors que la carence de la signification phallique, conséquence de la forclusion du Nom-du-Père, qui suscite le déchaînement du signifiant, constitue le phénomène situé au fondement des troubles du langage du psychotique.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   11 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
« Depuis ma maladie, confie un patient, je m’intéresse aux mots. » L’émergence d’un singulier attrait pour le langage chez des sujets psychotiques s’avère trop manifeste pour ne pas avoir été noté de longue date. A la fin du XIXe siècle, quand Tanzi souligna la « logolâtrie » de certains d’entre eux, on avait déjà bien constaté de surcroît leur propension à la création de néologismes.
Commenter  J’apprécie          40
colimasson   17 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
L’incohérence de certains écrits [psychotiques] résulte pour une grande part de l’utilisation de la sonorité du vocable comme moyen d’union pour enchaîner les idées.
Commenter  J’apprécie          32
colimasson   07 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
Quel est le retentissement de l’équivalence des trois dimensions de la chaîne borroméenne, affirmée dans les années 70, sur la forclusion du Nom-du-Père, concept introduit dans les années 50, du temps du primat du symbolique ? La principale modification réside dans l’accent mis sur la pluralisation du Nom-du-Père.
Commenter  J’apprécie          20
colimasson   15 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
Ce n’est pas la production de néologismes, qu’elle soit riche ou discrète, qui signe la structure psychotique, mais leur fonction pour le sujet. Les créations de l’inconscient générées par les fantasmes ne sont pas à confondre avec l’émergence de lettres coupées de la représentation.
Commenter  J’apprécie          20
colimasson   09 février 2016
La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique de Jean-Claude Maleval
L’instauration du refoulement originaire est la condition pour que le symbolique prenne le réel dans sa trame. Toutefois, ce procès ne va pas sans une perte. Un point de non-sens s’ouvre au fondement du sujet.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur