AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.34 /5 (sur 105 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Germain-en-Laye , le 01/03/1936
Mort(e) à : Deauville , le 12/01/1997
Biographie :

Jean-Edern Hallier est un écrivain et polémiste français.

Jean-Edern Hallier est le fils du général André Hallier, héros de la Première Guerre mondiale, puis attaché militaire en Hongrie, qui possédait un manoir familial à Edern dans le Finistère.

Écrivain pamphlétaire et habitué des coups d'éclats médiatiques, Jean-Edern Hallier s'est montré particulièrement féroce envers le pouvoir socialiste et François Mitterrand — dont il fut un temps proche — en menaçant de révéler l'existence de sa fille cachée, Mazarine, son passé, son cancer (dans son pamphlet L'Honneur perdu de François Mitterrand), etc. Cette hostilité aurait eu pour origine des promesses non tenues (présidence d'une chaîne de télévision ou ambassade, voir La Mise à mort de Jean-Edern Hallier, de Christian Lançon et Dominique Lacout).

Homme de média, Hallier a hébergé en 1977 l'une des premières radios pirates (libres) — « Radio verte », de tendance écologiste —, qui n'émettra que deux jours, mais fera beaucoup parler d'elle en tant qu'écho d'un phénomène nouveau. Dans la lignée des événements de Mai 68 (auxquels il avait pris part), il a également créé, l'année suivante (en décembre 1969), le journal satirique L'Idiot international .

Le pamphlétaire meurt le matin du 12 janvier 1997, alors qu'il circule à vélo , sans que personne n'ait été témoin de l'accident. Peu de temps après la découverte du corps, il a été constaté que le coffre-fort de sa chambre de l'hôtel — qui contenait des photocopies de documents concernant François Mitterrand et Roland Dumas — avait été vidé. Son appartement parisien avait également fait l'objet d'une visite semblable.

L'hypothèse de son assassinat a été plusieurs fois avancée, notamment par son frère, Laurent Hallier (dans une entrevue accordée à Christian Lançon pour le magazine Généreux en novembre 1998), ou par Dominique Lacout et Christian Lançon dans La Mise à mort de Jean-Edern Hallier.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Emission a découvrir sur : https://www.web-tv-culture.com/emission/arnaud-le-guern-une-jeunesse-en-fuite-51339.html D'Arnaud le Guern, on pourrait dire que c'est un poète, un doux rêveur, une sorte de dilettante. Lui-même se qualifie comme un flâneur littéraire. Une chose est sûre : les mots, l'écrit, la littérature font partie intégrante d'Arnaud le Guern, sont sa raison d'être, une sorte de respiration. Arnaud le Guern connaît bien les écrivains, ses confrères, ses consoeurs puisque lui-même évolue dans le monde de l'édition. On doit à Arnaud le Guern trois romans mais aussi des ouvrages biographiques consacrés à Roger Vadim, Jean-Edern Hallier, à Paul Gégauff ou encore Frédéric Beigbeder. Ici, c'est le romancier qui nous intéresse, le romancier Arnaud le Guern dont nous avions déjà été séduit par l'écriture sensible dans ses précédents romans « le souffre au coeur » et « Adieu aux espadrilles ». Il récidive avec ce nouveau titre aux éditions du Rocher « Une jeunesse en fuite ». Ici, dans cette histoire, le narrateur, qui n'est autre que le romancier, vient passer quelques jours de vacances dans la maison de famille en Bretagne chez ses parents. Dans cette maison, sur cette plage, dans ces paysages qui l'ont vu grandir, les souvenirs affluent, les souvenirs de son adolescence. Une adolescence marquée par la guerre du Golfe à laquelle son père pris part en tant que médecin militaire. Dès lors, la grande histoire se télescope avec l'histoire familiale. Dans ce roman, Arnaud le Guern évoque la guerre du Golfe des années 90 mais tout ce qui en a découlé, jusqu'aux attentats des années 2015-2016 qu'a connus la France. Il évoque également les relations familiales, la difficulté parfois de se dire que l'on s'aime, de se dire que l'on tient aux autres entre parents, enfants, frères et s?urs et enfin Arnaud le Guern évoque l'enfance, l'adolescence et les souvenirs qui y sont attachés. Même si le roman est très largement autobiographique, chaque lecteur pourra s'y retrouver avec ses propres souvenirs d'adolescence, ceux qui forgent, ceux qui construisent l'être que l'on devient plus tard. Voilà un de mes coups de c?ur de cette rentrée littéraire de janvier 2019. Une écriture d'une grande finesse, d'une grande délicatesse, d'une grande sensibilité. C'est une petite pépite que ce nouveau roman d'Arnaud le Guern, « Une jeunesse en fuite » aux éditions du Rocher.

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (78) Voir plus Ajouter une citation
aleatoire   13 novembre 2020
Je rends heureux de Jean-Edern Hallier
Nous avons tous un double, un radieux ange gardien de notre adolescence passée qui est mort pour nous... Ou bien nous en avons perdu la mémoire frémissante. Nous l'avons tué une seconde fois. Alors nous vieillissons très vite. Ou bien nous lui rendons la première place, le commandement secret de nos actes, pour nous aider à vivre - mais sans jamais oublier la mort qui vibre tout près - et pour n'avoir pas à nous regarder dans la glace en nous méprisant nous-mêmes. Nous avons chacun ce fantôme gracieux, plus ou moins caché, oublié, bafoué, ou vivant en nous.[...]



Il faut qu'il y ait beaucoup de monde pour que, soudain, en tournant la tête, je m'aperçoive que quelqu'un me manque. Même émotion dans les réunions nombreuses, au milieu des vestes blanches ou noires et des robes de couleur.

Je me retourne brusquement avec retard : je peux alors presque arriver à suivre cette absence du regard, de groupe en groupe. C'est en ce monde insignifiant que je me sens le plus seul de lui. Voici trente ans que je suis resté inconsolable de la mort de Jean-René. C'était la meilleure part de moi-même, tandis que je contemple le ciel de nuit derrière mes fenêtres à croisillons.

L'étoile morte du passé a beau briller à des années lumières, son éclat, reste fixe, insoutenable - et le souvenir, au lieu de s'affadir, de s'effacer peu à peu, devient plus vivace et douloureux. [...]



Il y a des chagrins de la vie qui valent bien ceux de la mort. La vie peut nous quitter, nous ne la quittons pas, c'est ainsi. Le vieillissement de Jean-René nous aurait-il séparés ? Après tant de brouilles fiévreuses et d'ardentes réconciliations, le temps de l'indifférence méprisante n'aurait-il pas tout recouvert ? Il y a des êtres qu'on ne peut même plus imaginer avoir tant aimés - et d'autres qu'on aurait mieux aimés, si on avait su qu'on les aimait tant. La mort de Jean-René me l'a réconcilié à jamais.[...]



Il y a des ombres vides comme il y a des ombres remplies de vie. C'est comme si il n'y avait jamais eu de séparation. La mort ne leur fait pas de mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          266
Jean-Edern Hallier
moravia   20 novembre 2018
Jean-Edern Hallier
"Nous sommes arrivés à la transparence", s'écriait hier Rougeaud de Lille, lors de son discours d'investiture. Drôle de transparence...Comment se fait-il qu'on ne se penche pas sur la vie privée de Mitterrand, quand celle de Giscard d'Estaing, de l'heure du laitier à ses chasses en Afrique, en a été éclaboussée au grand jour ? Ou celle de Pompidou, avec l'affaire Markovitch ?
Commenter  J’apprécie          170
moravia   17 janvier 2019
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
Me suis-je inquiété pour rien ? Comment savoir ? Il ne faut pas jamais tenter le Diable. Il y a toujours lieu de craindre les sicaires de bonne volonté, qui, pour se faire bien voir, devancent les ordres qu'ils n'ont pas encore reçus et qu'évidemment personne ne leur a donnés.

J'aurais pu me planter contre un arbre à trois heures du matin, bourré de vodka polonaise. A la spéciale Jaruzelski ! La fin tragique des dandys, Nimier, Huguenin, qui en aurait été surpris ?

Dans le lit d'une mineure, la poche bourrée de cocaïne, de quoi aurais-je eu l'air ?

Rossé à mort par un mari jaloux, qui m'aurait plaint ? L'ingéniosité policière est sans limites - pour peu qu'on la mette en branle. Pourtant je n'irai pas jusqu'à affirmer que les conseils restreints de l'Elysée aient envisagé, entre autres solutions, les plus extrêmes. A force d'être averti des risques physiques que j'encourais, je finissais par y croire.

L'Elysée m'envoya le capitaine Paul Barril, qui n'y alla pas par quatre chemins.

Ou bien l'on me retrouvait par trois mille mètres de fond, dans un bac de ciment, en plein triangle des Bermudes, ou bien j'acceptais la villa Médicis, plus un fort dédommagement. Dans la première hypothèse, ma famille aurait reçu une lettre où je l'informais de ma décision de changer de nom, de vie, et de continent - et je passais pour assez fantasque pour qu'on ne crût pas aussitôt à un coup de pub.

Ceci prouve à quel point le langage politicien s'est détérioré : il est incapable de discuter à armes égales avec un homme intelligent. On préfère envoyer un spécialiste de la lutte antiterroriste - James Bond contre Homère ! Bref, on m'obligea à négocier avec le pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
moravia   20 novembre 2018
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
Tout au long de ces mois d'hiver, les négociations qui se sont déroulées pour m'empêcher de publier ont ressemblé à une prise de rançon de loubards du XXe arrondissement.
Commenter  J’apprécie          170
moravia   02 février 2019
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
En vérité, ne mérite le nom sacré de Résistant que celui qui a pris les armes avant 1942 - Jean Moulin, Manouchian, de Gaulle, plus les lycéens du 10 novembre 1940, avec Pierre Daix, sur la place de l'Etoile, alors que tout paraissait perdu. Comme la plupart des Français, Mitterrand se serait parfaitement accommodé de l'Occupation. " J'ai le poumon écologiste, je sais d'où vient le vent", dit-il. Ce n'est pas si sûr. Tout démontre même le contraire, il n'a jamais ramassé les fruits du temps quand ils étaient mûrs mais à terre et pourris. Il n'a pas été dans l'éternel camp des héros mais dans celui des profiteurs. Il s'est aligné dans la grande rafle des prébendes résistantialistes et des postes à pourvoir : c'est pourquoi il n'a résisté activement que dans les cinq derniers mois de l'Occupation, en 1944. La consigne était alors : " Casser du Boche. "
Commenter  J’apprécie          120
moravia   08 janvier 2019
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
Devinez quel fut le premier film projeté pour le clan dans la moelleuse intimité du Tonton roi ? Le Napoléon d'Abel Gance, que Lang a laissé mourir de misère dans un hospice, tandis qu'il montait à Rome une fastueuse opération franco-américaine pour sa promotion ? Du Bresson, que Lang a forcé d'embaucher sa propre fille, présidente des jeunesses socialistes, dans le rôle principal de son dernier film, pour qu'il pût être financé, puis sélectionné à Cannes ? Que de sordides magouilles ! Quel aura été le nec plus ultra confidentiel du clan, le comble de son raffinement, lui qui a mis la culture au pinacle ? Je vous le donne en mille : ce film, Le Coup de Sirocco ! Qu'il les emporte tous...
Commenter  J’apprécie          100
moravia   14 mars 2019
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
D'ailleurs, Mauroy ne s'était pas fait prier pour le proclamer : " Le lendemain de l'élection de Mitterrand, des millions d'ouvriers ont passé le portail de leurs usines, plus droits, plus fiers, ils avaient le sentiment qu'ils étaient un peu à l'Elysée." (TF1, 15 juillet 1981) C'est bien la même bande qu'on voyait en 1938 : " Le socialisme n'a pour les ouvriers que mépris et dégoût", s'écriait aussi l'homme de gauche, Orwell. Laurent Fabius de surenchérir, sur le légitime orgueil du floué : " Chaque militant, c'est le Gouvernement" (Congrès de Valence, 24 octobre 1981). Tu parles...
Commenter  J’apprécie          70
moravia   02 mars 2019
Chaque matin qui se lève est une leçon de courage de Jean-Edern Hallier
Pour les grands oiseaux de proie de notre espèce, vautours se rassasiant de la charogne des peuples, les temps présents auront été durs, je vous le dis. Plus de guerre, plus de révolution, plus de résistance ; un cortège de désillusions ininterrompues aura accompagné notre monté vers l'âge d'homme.
Commenter  J’apprécie          70
moravia   09 janvier 2019
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
Si le Président avait pu l'étrangler, la Giroud, avec le cordon de l'ordre, il l'aurait fait ! Vous rendez-vous compte du spectacle ! Mieux que du Chaplin, ou du Mel Brooks, les véritables sketches de l'inconscient des êtres ! Comme il l'a décorée au titre des Arts et Lettres, ce devait être sûrement pour l'ensemble de son œuvre. A commencer par sa nouvelle "Désirée", sa première œuvrette parue dans le journal de Berlin en français de la propagandstaffen de Goebbels, entre un discours de Hitler et un reportage sur la jeunesse aryenne à l'entraînement.
Commenter  J’apprécie          66
moravia   30 avril 2019
L'honneur perdu de François Mitterrand de Jean-Edern Hallier
Giscard péchait par naïveté : c'était un puceau. Jamais il n'aurait fait T.G. ministre de l'Agriculture, alors qu'une belle crinière rousse, je ne la citerai pas, doit se balader aujourd'hui du côté du Commerce extérieur. Elle aurait sûrement été bien meilleure, la compétence des ministres se limitant strictement aujourd'hui à leur métier d'acteur pour des rôles qu'ils ne savent pas jouer non plus. Ou O.W., délicieuse journaliste, à la tête de la haute autorité de l'audiovisuel où officie, si je ne m'abuse, l'une de celles que Mitterrand a le mieux aimées jadis. Elle préférait elle aussi, ayant du goût, les noirs d'ébène aux hommes politiques. Les rumeurs traînent lourdement... Ah, les grands congélateurs du pouvoir !

Pour M.C., qui s'était déjà farcie Rougeaud de Lille, pas dégoûtée la goulue, le président eut le mot viandu : " Vous la prenez dans votre stock." Mauroy ne pouvait faire autrement !

Je ne les cite pas nommément, je craindrais trop qu'elles se crussent diffamées d'avoir partagé la couche de ce rognon lubrique, de ce cul d'ensorcelé, ces créatures harassées et adorables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Jean-Edern Hallier

De naissance, Jean-Edern Hallier est...

manchot
sourd
muet
borgne

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Edern HallierCréer un quiz sur cet auteur

.. ..