AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 5 /5 (sur 2 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 26/12/1930
Mort(e) à : Aubenas , le 13/03/2010
Biographie :

Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat est un auteur-compositeur-interprète français.
Durant la guerre, son père, qui est juif, est déporté par les nazis et meurt à Auschwitz. Jean Ferrat a onze ans quand il perd son père, il est alors caché par des militants communistes.
Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière, chansons sentimentales, poétiques et engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon.
Fidèle, sa vie durant, à ses idéaux communistes, il n'en conserve pas moins sa liberté de penser et n'hésite pas à se démarquer du parti communiste français, en raison des positions de ce dernier sur l'URSS.
Bien que peu présent dans les médias et malgré son retrait de la scène à quarante-deux ans, cet ardent défenseur de la chanson française connaît un grand succès critique et populaire et il est considéré, à l'instar de Ferré, Brassens et Brel, comme l'un des grands de la chanson française.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Ferrat   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (196) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture musicale avec Émilie Marsh (guitare) Rencontre animée par Christophe Conte « Je pense à comment on fait l'amour, à comment on tombe amoureux de quelqu'un qui tombe aussi amoureux de vous. Encore une chose lointaine et floue. Je ne peux pas croire que cette chose va arriver un jour, que j'aurai un corps dans le mien, bien emboîté et qui bouge. Je ne pense qu'à ça, à comment ce sera quand je serai grande, libre, et débarrassée de mon petit corps pénible. » Dans les années 1980, Valentine n'est pas encore Jil Caplan. Premier amour, première chambre de bonne, premier enregistrement. Elle raconte aussi la soif d'indépendance qui la prend dès l'adolescence, les chocs esthétiques qui construisent sa personnalité, la révélation du punk, la vie qui advient dans le désir fulgurant. Et le spleen qui n'est jamais loin. Ce récit d'apprentissage, c'est aussi vingt-trois albums – David Bowie, Siouxsie, Marvin Gaye, The Beach Boys, Jean Ferrat … – qui ont signé son entrée dans la vie et la nôtre. À lire – Jil Caplan, le feu aux joues, Robert Laffont, 2022.

+ Lire la suite

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Jean Ferrat
Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter ?
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent

Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat
Nuit et brouillard, 1963
Commenter  J’apprécie          9418
Jean Ferrat
Je meurs d'une petite fièvre
Avec un prénom sur mes lèvres
Et quelques souvenirs heureux
Quelque part au fond de mes yeux

Je vois la chose comme un acteur
Que ses amis trouvent menteur
Quand son cœur à son dernier bond
Le fait grimacer pour de bon

Alors moi je ris doucement
Comme on rit aux enterrements
En me disant qu'au fond mourir
C'est ne plus s'arrêter de rire

Je meurs d'une petite fièvre
Avec un prénom sur mes lèvres
Et quelques souvenirs heureux
Quelque part au fond de mes yeux

Je m'en vais comme je suis venu
Un peu plus calme un peu moins nu
Je pars en voyage vers la terre
Qui peut m'expliquer ce mystère

A moins peut-être qu'un de ces quatre
J'entende enfin au transistor
Des nouvelles du vaccin-miracle
Qui guérira l'homme de la mort

Je meurs d'une petite fièvre
Avec un prénom sur mes lèvres
Et quelques souvenirs heureux
Quelque part au fond de mes yeux

Jean Ferrat, "je meurs"
Paroles de Pierre Grosz.
Commenter  J’apprécie          472
Jean Ferrat
M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Qui chante au fond de moi au bruit de l'océan
M'en voudrez-vous beaucoup si la révolte gronde
Dans ce nom que je dis au vent des quatre vents
Ma mémoire chante en sourdine, Potemkine
Ils étaient des marins durs à la discipline
Ils étaient des marins, ils étaient des guerriers
Et le cœur d'un marin au grand vent se burine
Ils étaient des marins sur un grand cuirassé
Sur les flots je t'imagine, Potemkine
M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où celui qui a faim va être fusillé
Le crime se prépare et la mer est profonde
Que face aux révoltés montent les fusiliers
C'est mon frère qu'on assassine, Potemkine
Mon frère, mon ami, mon fils, mon camarade
Tu ne tireras pas sur qui souffre et se plaint
Mon frère, mon ami, je te fais notre alcade
Marin ne tire pas sur un autre marin
Ils tournèrent leurs carabines, Potemkine
M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où l'on punit ainsi qui veut donner la mort
M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde
Où l'on n'est pas toujours du côté du plus fort
Ce soir j'aime la marine, Potemkine.
Commenter  J’apprécie          463
Jean Ferrat
Nous ne voulons plus de guerre
Nous ne voulons plus de sang
Halte aux armes nucléaires
Halte à la course au néant
Devant tous les peuples frères
Qui s'en porteront garants
Déclarons la paix sur terre
Unilatéralement ...
Commenter  J’apprécie          416
Jean Ferrat

Ecris quelque chose de joli

Des vers peut-être ou de la prose

Un instant de rêve et de pause

Dans le tumulte de la vie

Ecris quelque chose de joli

Quelques mots de bleu et de rose

Un moment de métamorphose

Que tu nommerais l'embellie

L'embellie l'embellie

L'embellie l'embellie

Verse un peu de joie dans nos cœurs

Avec des riens qui vous délivrent

Un peu d'espoir et de douceur

On en a tant besoin pour vivre

Ecris quelque chose de joli

L'odeur des lilas et des roses

Chante-nous la beauté des choses

Dans les yeux de l'homme ébloui

Ecris quelque chose de joli

L'aube entre nos bras qui repose

La seconde où lèvres mi-closes

Le plaisir vient comme la pluie

L'embellie l'embellie

L'embellie l'embellie

Ces mots à peine murmurés

Dans la tendresse qu'on devine

Baigné de musique angevine

Le temps sur nous s'est refermé

Je l'aurais voulu si joli

Ce poème en bleu et en rose

Cet instant de rêve et de pause

Dans le tumulte de la vie

Je l'aurais voulu si joli

Mon amour en qui tout repose

Et que nul ne puisse ni n'ose

Douter que tu es dans ma vie

L'embellie l'embellie

L'embellie l'embellie

Pensée émue à l'inoubliable Jean Ferrat parti le 13 mars 2010.

L'embellie clôt l'Album Jean Ferrat 1979 / 1980 / vol.7.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient entendre ou réentendre cette superbe chanson : http://youtu.be/rfdkZRvjsIc

Commenter  J’apprécie          350
Jean Ferrat
Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Commenter  J’apprécie          340
Jean Ferrat
Le temps est ce qui meurt, l'espoir est ce qui naît.
Commenter  J’apprécie          310
Jean Ferrat
La montagne

Ils quittent un à un le pays
Pour s’en aller gagner leur vie
Loin de la terre où ils sont nés
Depuis longtemps ils en rêvaient
De la ville et de ses secrets
Du formica et du ciné
Les vieux ça n’était pas original
Quand ils s’essuyaient machinal
D’un revers de manche les lèvres
Mais ils savaient tous à propos
Tuer la caille ou le perdreau
Et manger la tomme de chèvre

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver?

Avec leurs mains dessus leurs têtes
Ils avaient monté des murettes
Jusqu’au sommet de la colline
Qu’importent les jours les années
Ils avaient tous l’âme bien née
Noueuse comme un pied de vigne
Les vignes elles courent dans la forêt
Le vin ne sera plus tiré
C’était une horrible piquette
Mais il faisait des centenaires
A ne plus que savoir en faire
S’il ne vous tournait pas la tête

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver?

Deux chèvres et puis quelques moutons
Une année bonne et l’autre non
Et sans vacances et sans sorties
Les filles veulent aller au bal
Il n’y a rien de plus normal
Que de vouloir vivre sa vie
Leur vie ils seront flics ou fonctionnaires
De quoi attendre sans s’en faire
Que l’heure de la retraite sonne
Il faut savoir ce que l’on aime
Et rentrer dans son H.L.M.
Manger du poulet aux hormones

Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant un vol d’hirondelles
Que l’automne vient d’arriver?
Commenter  J’apprécie          260
Jean Ferrat
Jour après jour il faut l'admettre
Voir ceux qu'on aime disparaître
C'est ce qui fait vieillir trop tôt

(Oural Ouralou)
Commenter  J’apprécie          280
Jean Ferrat
Ecris quelque chose de joli
L'odeur des lilas et des roses
Chante-nous la beauté des choses
Dans les yeux de l'homme ébloui
Ecris quelque chose de joli
L'aube entre nos bras qui repose
La seconde où lèvres mi-closes
Le plaisir vient comme la pluie

L'embellie, 1980 (Extrait)
Commenter  J’apprécie          241

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Quiz sur DIX de Marine Carteron

1. Pourquoi les personnages sont-ils réellement sur l'île?

Pour faire une émission de télé réalité
Ils sont connectés à un meurtre
Ils sont connectés à un suicide
Ils étaient sélectionnés pour faire un concours

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur