AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.22 /5 (sur 152 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Bâle , le 07/06/1939
Biographie :

Jean François Billeter est un sinologue suisse.

Professeur émérite de l'Université de Genève, il a été titulaire de la chaire d'études chinoises depuis sa création en 1987 jusqu'en 1999, date à laquelle il prend sa retraite académique pour se consacrer à la rédaction d'ouvrages.

Il se fait d'abord connaître en 1989 par un ouvrage sur "L'Art chinois de l'écriture".

Dans le cadre de ses recherches, Billeter s'est notamment intéressé à l'hypnose, en particulier aux travaux de François Roustang, Bertrand Méheust et Milton Erickson.

Dans "Études sur Tchouang-tseu" (2004), il fait un rapprochement entre certains dialogues rapportés dans le Zhuang Zi et l'induction de la transe hypnotique selon Erickson.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Payot - Marque Page - Jean-François Billeter - Demain l'Europe
Podcasts (5) Voir tous

Citations et extraits (170) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleur   02 juin 2020
Quatre essais sur la traduction de Jean-François Billeter
En rendant /shen/ par "esprit", nous avons introduit dans notre traducion, que nous le voulions ou non, l'idée d'un esprit opposé à un corps. Or on trouve en chinois classique des équivalents de notre mot esprit et de notre mot corps, mais ils n'ont jamais entre eux le même rapport que les deux mots français. Comme l'observe Marcel Granet, "les Chinois ne croient pas que l'âme donne vie au corps ; ils croient plutôt, pourrait-on dire, que l'âme apparaît après un enrichissement de la vie corporelle." En d'autres termes, l'âme ou l'esprit sont pour eux une manifestation supérieure de l'activité corporelle. Ils ne voient donc pas d'opposition, ni même de discontinuité entre le corps et l'esprit, mais une continuité. Ils voient, plus exactement, diverses formes d'activité plus ou moins organisées, plus ou moins subtiles, qu'ils considèrent comme inférieures ou supérieures. Cela se voit dans leur théorie médicale classique, qui ne se sert pas de deux termes pour décrire la totalité active que nous sommes, mais les trois termes jing, qi et shen.Ces termes désignent tous les trois des formes d'énergie, ou des formes d'activité. Jing, littéralement "les essences", désigne les substances actives que nous avons en nous. Qi, littéralement "le souffle", désigne l'activité elle-même, sous toutes ses formes, ou "l'énergie" si l'on préfère. Quant au mot Shen, il désigne les phénomènes de synergie, c'est-à-dire les phénomènes résultant d'une organisation supérieure de l'énergie, ou de l'activité. Ces trois notions forment un ensemble très différent de notre couple "Corps/esprit", qui est d'origine grecque*.



[*Note du lecteur : et pas biblique.]



p. 71
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Henri-l-oiseleur   01 juin 2020
Quatre essais sur la traduction de Jean-François Billeter
Il est en tous cas permis de penser qu'il y aurait davantage de bonnes traductions si ces opérations étaient toujours consciencieusement accomplies. Pierre Klossowski a traduit de la façon suivante la plus célèbre phrase de Wittgenstein, celle qui clôt le Tractatus : "Ce dont on ne peut parler, il faut le taire." Il a négligé la quatrième opération [s'assurer que ce qui est dit en français correspond à ce qui est dit dans la langue originale]. Il n'a pas pris le temps de comparer sa phrase à celle de Wittgenstein et de s'assurer qu'elle signifiait la même chose. "Taire" signifie "garder pour soi" quelque chose que l'on pourrait exprimer si l'on voulait. Mais Wittgenstein a écrit : "Worüber man nicht sprechen kann, darüber muss man schweigen" : ce dont on ne peut pas parler, là-dessus il faut garder le silence, s'abstenir de dire quelque chose. Il ne recommande pas de taire quoi que ce soit, mais de cesser de parler quand les limites du langage sont atteintes et qu'il se met à tourner à vide. En un sens, tout Wittgenstein est dans cette proposition. La négligence du traducteur est grave, de même que celle de l'éditeur qui a réimprimé cette faute pendant plus de trente ans.



Note : "Tractatus logico-philosophicus", Gallimard 1961. La faute est corrigée dans la nouvelle traduction de Gilles-Gaston Granger (Gallimard 1993) : "Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence."



p. 92-93
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Erik35   06 janvier 2018
Esquisses de Jean-François Billeter
Un homme est d'autant plus libre qu'il a acquis plus de pouvoirs d'agir et qu'il est par conséquent capable d'agir de façon nécessaire dans un plus grand nombre de circonstances.
Commenter  J’apprécie          220
Erik35   07 novembre 2017
Une rencontre à Pékin de Jean-François Billeter
La veille du départ, j'avais rendez-vous avec Wen à Xinjiekou, près de chez elle. La fin de la journée était orageuse, le vent se levait, les passants pressaient le pas. Je lisais les affiches. Certaines étaient des annonces officielles de condamnations à mort. Un visa rouge, en bas à droite, signifiait qu'elles étaient exécutoires. Ce n'était pas nouveau. J'en avais souvent vu. D'autres m'ont effrayé. Elles annonçaient que tous les habitants de Pékin qui avaient une mauvaise origine de classe et n'étaient pas nés dans la ville devaient regagner immédiatement leur lieu d'origine. Les parents de Wen risquaient d'être chassés de chez eux et contraints de retourner dans leur village du Liaoning, en Mandchourie. Comment s'y rendraient-ils ? Comment y survivraient-ils, séparés de leurs enfants ? Ils ne survivraient pas. Cette mesure faisait partie des décisions «révolutionnaires» du moment. Wen m'a dit plus tard qu'à ce moment-là, son père était contraint de balayer la rue et de porter une étoile jaune : signe extraordinaire de la parenté qu'ont entre eux les régimes totalitaires. Quand elle m'a appris cela, elle ne s'y est pas particulièrement arrêtée. Elle ne savait pas d'où venait ce signe d'infamie. Pour elle, cette avanie s'ajoutait simplement à toutes celles que son père avait déjà subies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Henri-l-oiseleur   02 juin 2020
Quatre essais sur la traduction de Jean-François Billeter
Ce contraste avec les études de musique mérite réflexion. Le jeune musicien apprend à analyser la forme de l'oeuvre et à lui donner vie en l'interprétant : il se l'approprie doublement. En lettres, l'étudiant apprend principalement à parler des oeuvres. Il ne se les approprie pas à la façon du musicien, il n'entre pas en elles par une pratique de plus en plus maîtrisée de leur forme. Il n'acquiert nullement le pouvoir propre aux écrivains qui est, non pas celui de /parler/ des choses, mais celui de mettre en oeuvre toutes les ressources du langage pour /dire/ les choses. Il en résulte une frustration qui n'est pas avouée, mais assez communément ressentie. Or les étudiants en lettres pourraient acquérir au moins une partie de ce pouvoir en pratiquant la traduction, puisqu'elle consiste à /dire/ dans une langue ce que l'auteur a /dit/ dans une autre - à le dire aussi bien que lui, de façon à ce que cela produise le même effet.

p. 117
Commenter  J’apprécie          20
Erik35   11 janvier 2018
Esquisses de Jean-François Billeter
La beauté n'est pas sans rapport avec la mort : qui a connu la beauté peut quitter le monde sans regret.
Commenter  J’apprécie          222
fanfanouche24   22 juin 2018
Une rencontre à Pékin de Jean-François Billeter
[Les affiches ] elles annonçaient que tous les habitants de Pékin qui avaient une mauvaise origine de classe et n'étaient pas nés dans la ville devaient regagner immédiatement leur lieu d'origine. (...) Cette mesure faisait partie des décisions "révolutionnaires" du moment. Wen m'a dit plus tard qu'à ce moment -là, son père était contraint de balayer la rue et de porter une étoile jaune : signe extraordinaire de la parenté qu'ont entre eux les régimes totalitaires. (p. 85)
Commenter  J’apprécie          200
Henri-l-oiseleur   02 juin 2020
Quatre essais sur la traduction de Jean-François Billeter
Il faut goûter "toute la saveur" du poème, comme dit Su Dongpo, "le savourer" (wei zhi), tel est le terme habituel à l'époque : se le réciter à mi-voix, méditativement, pour en éprouver peu à peu tous les effets. Nous concevons la lecture (ou la récitation) comme un exercice obéissant à un temps linéaire. Tout nous y porte : notre écriture, la syntaxe de nos langues, la notion même de /discours/, mais aussi les genres et les formes prosodiques que notre tradition a privilégiés. La "savouration"* chinoise est plutôt soumise à un temps circulaire : elle demande que l'on s'arrête au poème, qu'on y revienne et s'y arrête à nouveau pour en approfondir peu à peu la compréhension, pour l'enrichir d'une part toujours plus grande de l'expérience enfouie dans notre mémoire. Le poème est une sorte /d'agencement nucléaire/ destiné à être développé par une savouration récurrente. La puissance de ce /noyau/ se mesure aux effets qu'il déploie à la longue. (...) La grande poésie chinoise a privilégié les formes courtes, mais pour produire des effets "longs".



* Note de l'auteur, "savouration", terme emprunté à François Jullien, "Le plaisir du texte : l'expérience chinoise de la saveur littéraire".



p. 25
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Erik35   05 novembre 2017
Une rencontre à Pékin de Jean-François Billeter
Cette rencontre a eu lieu il y a un demi siècle. Je ne l'ai pas racontée jusqu'à ce jour parce que je ne savais pas comment m'y prendre. Je le fais maintenant pour qu'une trace subsiste d'événements qui ont tant marqué ma vie. Mes souvenirs sont lacunaires. Je n'ai rien noté à l'époque, on comprendra pourquoi, mais c'est peut-être devenu un avantage. Il faut s'être délesté d'une grande partie du passé pour que l'essentiel apparaisse.
Commenter  J’apprécie          200
Henri-l-oiseleur   02 juin 2020
Quatre essais sur la traduction de Jean-François Billeter
Je dis "cette langue" parce que le chinois dit "classique" n'est pas séparé du chinois actuel comme le grec et le latin le sont de nos langues modernes. Il n'est pas une langue morte, mais plutôt un registre de la langue, celui de l'expression concise et quintessenciée. Aussi les Chinois ne parlent-ils pas de "langue classique", mais de "langue écrite" (wenyan). Cette langue écrite a été d'une extraordinaire continuité à travers les siècles tandis que l'usage courant évoluait plus rapidement, comme il est naturel, surtout dans la période récente. Les deux registres n'en continuent pas moins de communiquer de cent façons.

p. 7
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jean-François Billeter (159)Voir plus


Quiz Voir plus

LNHI-36263: vocabulaire - les mots du chinois en français

aïnou (n.m)

peuple et langue de ce peuple du nord du Japon
sorte d'antilope à longues cornes
type de végétation proche du lichen

14 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : chineCréer un quiz sur cet auteur