AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.96 /5 (sur 26 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Haut-fonctionnaire de la Banque de France, Jean-François Bouchard est un économiste, expert du monde monétaire et bancaire.

En charge du contrôle des banques alors que la crise de 2008 se déclenchait, il a aussi travaillé plusieurs années pour le compte de la Commission européenne à l’intégration des anciens pays communistes de l’Est, Roumanie et Bulgarie, en tant que membres de l’Union européenne.

Il est aujourd’hui conseiller du Fonds monétaire international en Afrique centrale.

Il est l’auteur de plusieurs livres, dont un roman, "Sombre tango d’un maître d’échecs" publié chez Max Milo.







Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Arcelle Appolon lit le texte Enfin de Jean-François Bouchard, tiré du recueil ''Bonjour voisine'' dirigé par Marie Hélène Poitras (Mémoire D encrier, 2013)
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Eve-Yeshe   03 novembre 2015
Sauvez Adolf Hitler ! de Jean-François Bouchard
Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit ! P 247
Commenter  J’apprécie          150
colimasson   24 avril 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
[…] le marché des changes où l’on achète et vend les devises de tous les pays enregistre, sur le plan mondial, un montant quotidien d’environ 5 000 milliards de dollars. Or, le montant quotidien des échanges mondiaux de biens et de services s’élève en moyenne à 72 milliards de dollars sur les dernières années. Cela signifie qu’une dérisoire proportion de 1.46% des transactions sur le marché des changes couvre la totalité des besoins en devises des exportateurs et importateurs mondiaux de biens et de services.

A quoi servent les 98.54% restants de l’activité sur ce marché des changes ? A autre chose : des opérations de couverture, des opérations à terme, et surtout, surtout, surtout… à la spéculation.
Commenter  J’apprécie          90
Eve-Yeshe   17 octobre 2015
Sauvez Adolf Hitler ! de Jean-François Bouchard
Averti de cette nouvelle, Adolf Hitler était devenu fébrile. Vociférant projetant autour de lui force postillons, pendant cinq minutes d’hystérie, il avait martelé les mêmes ordres, en frappant du poing sur le bureau. P 16
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   12 juillet 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
La dette publique est en effet de nos jours la plus grande source d’illusions, d’avis erronés et d’imbécillités du monde.

La première question à se poser est en effet la suivante : cette dette, un pays doit-il véritablement la rembourser un jour ? Pourquoi ne pas tout simplement dire aux créanciers : « Messieurs, voilà déjà bien longtemps que vous encaissez des intérêts pour cet argent que vous avez obtenu gratuitement auprès de votre banque centrale, et dont vous n’avez apparemment pas l’usage puisque vous l’immobilisez depuis des années pour financer notre dette. Désormais, c’est terminé ! Provisionnez donc tout cela dans vos comptes, et on n’en parle plus ! »

La Russie bolchévique a procédé ainsi, puis a traversé l’histoire économique du XXe siècle dans les conditions que l’on sait. Cet immense pays, après ce défaut de paiement qui fut le plus célèbre, le plus important et le plus ruineux de l’Histoire, est sorti de cette période communiste avec un endettement remarquablement bas : en 2016, tandis que la Russie était devenue depuis de nombreuses années un membre très actif de l’économie de marché, sa dette publique s’élevait à 18% de son PIB, soit environ cinq fois moins que la France.

Un pays peut donc tout simplement ne pas payer ses dettes, et s’en tirer finalement beaucoup mieux que ses créanciers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   01 juin 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
Le capitaliste […] autorise les monopoles purement privés, même si ces derniers sont totalement contraires à l’intérêt général.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   01 octobre 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
Les grands prêteurs internationaux sont persuadés depuis longtemps que les Etats ne remboursent jamais leurs dettes ; ils n’ont pas cette touchante naïveté. Pour eux, le problème n’est absolument pas là. Ils raisonnent différemment : un Etat n’est pas un ménage qui contracte un emprunt sur vingt ans pour financer son logement. Un Etat est une entité éternelle ; si cette entité éternelle peut vivre confortablement, à un moment donné de son histoire, avec un taux d’endettement de 100% du PIB, alors il peut vivre pour l’éternité avec cette dette de 100% du PIB. Il lui suffit de maintenir le taux de chômage, le niveau de croissance, le montant de recettes fiscales et les équilibres budgétaires qui lui ont permis de contracter ou de renouveler cette dette, et qui permettront de payer les intérêts.
Commenter  J’apprécie          61
colimasson   05 août 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
[…] d’une manière générale, les grandes nations industrialisées n’ont jamais remboursé leur dette publique. […] Le nominal de leur dette, c’est-à-dire le montant de celle-ci, n’a jamais diminué, sauf dans des situations très particulières comme l’effacement de la dette allemande en 1953.
Commenter  J’apprécie          60
colimasson   01 avril 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
Pour Kondratieff, la capacité du capitalisme à se renouveler était l’élément essentiel de sa pérennité.

Certes. Dans une large mesure, c’est vrai. Mais d’autres facteurs apparaissent au moins aussi déterminants dans la victoire du capitalisme financier moderne : la libre spéculation, la capacité à s’endetter presque sans fin, les marchés ultra-dominateurs, l’insensibilité aux bêtises à répétition des économistes, la justice très accommodante, les élites autoreproductibles, le mépris des frontières ; le tout assaisonné d’une bonne dose de cynisme et d’une absence fondamentale de scrupules.
Commenter  J’apprécie          50
colimasson   16 avril 2019
L'éternelle truanderie capitaliste de Jean-François Bouchard
En 2013, les quatre plus grands banques américaines ont réglé un total de 50 milliards de dollars d’amendes. Mais malgré des pénalités apparemment colossales, ces mêmes quatre plus grandes banques américaines ont néanmoins dégagé 65 milliards de bénéfices nets au cours de cette même année 2013 ; quant à l’addition de ce qu’elles ont gagné en vendant, refinançant ou structurant des subprimes pendant plus d’une décennie, c’est bien évidemment presque impossible à savoir, mais cela se chiffre en centaines de milliards de dollars.
Commenter  J’apprécie          50
jostein   07 octobre 2015
Sauvez Adolf Hitler ! de Jean-François Bouchard
Quant à l’alcool…C’est le pire ennemi de l’homme! Mais la Bible nous apprend qu’il faut aimer ses ennemis. Or je suis profondément chrétien, sachez-le! (phrase attribuée à Churchill)
Commenter  J’apprécie          61
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jean-François Bouchard (34)Voir plus


.. ..