AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Jean-François Marmion est journaliste scientifique au magazine Sciences Humaines et rédacteur en chef du Cercle psy.


Source : decitre
Ajouter des informations

Entretien avec Jean-François Marmion à propos de son essai Psychologie de la connerie


Le 21/12/2018

A la lecture de cet ouvrage collectif, on est frappé par la grande variété de définitions et de degrés de connerie. Pourriez-vous revenir sur cette typologie (ou sur les difficultés à réaliser une typologie) ?


Spontanément, on considère la connerie comme un manque d`intelligence. Or il ne s`agit là que de la partie émergée de l`iceberg. On peut être suffisamment intelligent pour écrire des livres, élaborer des théories, suivre un parcours universitaire brillant, et n`utiliser ses capacités que pour alimenter un délire complotiste, porter à bout de bras un parti xénophobe, ou rendre plus cons encore ceux qui ont la faiblesse de vous suivre. On peut aussi incarner un côté plus sombre de la connerie et s`avérer un connard, un sale con, c`est-à-dire quelqu`un d`authentiquement dangereux pour son entourage : je pense au petit chef qui humilie sciemment ses subordonnés, ou au conjoint violent. En notre âge de post-vérité il existe également une version trollesque du con qui raconte strictement n`importe quoi en ne se souciant aucunement de la vérité, quels que soient les dégâts occasionnés par son discours. Le con peut donc avoir une tête bien vide, une tête bien pleine mais mal rangée, une tête bien pleine mais dérangée.


On découvre que pour la plupart des auteurs, la connerie est souvent moins un manque d`intelligence qu`un excès de certitude. Plusieurs auteurs reprennent les mots de Gustave Flaubert "la bêtise consiste à vouloir conclure". Il y a systématiquement une dimension morale à la connerie ?

Si je me montre systématiquement imperméable au doute et à l`autodérision, si je prétends avoir tout compris à des problèmes effroyablement complexes malgré mon manque de compétence particulière, si je suis persuadé de savoir mieux que vous qui vous êtes et ce que vous devez impérativement faire de votre vie pour espérer devenir aussi malin que moi, alors le diagnostic est rapide ! Mais la connerie n`est pas seulement morale : elle est aussi cognitive avec nos erreurs de raisonnement ordinaires, et sociale, parce qu`on est toujours le con de quelqu`un. Trop rarement de soi-même, d`ailleurs.


Harry Frankfurt revient comme une figure tutélaire avec son analyse du Bullshit. Réseaux sociaux, fake news et nouvelles méthodes de communication nous ont-ils fait entrer dans l`ère de la connerie généralisée ?

Disons que la connerie n`a jamais été aussi visible, puisque chacun de nous n`a jamais pu s`afficher à ce point. Internet nous encourage à nous exprimer rapidement (sinon on est déjà en retard d`un train), brièvement (sinon personne ne nous lira), et avec colère (sinon on nous reprochera de ne pas nous exprimer avec le coeur, donc de ne pas être sincère). Ajoutez à cela l`anonymat et vous comprendrez pourquoi des gens pourtant pas si cons que ça se retrouvent à juger leurs contemporains sans appel, de façon lapidaire, définitive et satisfaite. Donc, connement. Et comme notre attention se voit naturellement plus attirée par ce qui est bruyant, menaçant ou énervant, le pire d`Internet éclipse le meilleur, qui existe aussi, peut-être en majorité d`ailleurs, mais qui reste plus discret, moins tape-à-l`oeil : c`est ce qu`on appelle le biais de négativité.


A l`opposée, toute une branche de la psychologie, notamment avec Daniel Kahneman (prix Nobel d`économie qui intervient dans votre recueil), s`est intéressée aux biais cognitifs, aux déviations systématiques de la pensée logique. Pourriez-vous revenir sur ces avancées ?

Notre cerveau fonctionne à deux vitesses. Ce que Daniel Kahneman appelle le système 1 est pragmatique : il ne se soucie pas de la vérité, de la logique ou de la morale, mais de l`efficacité dans l`instant. Il nous fait emprunter en permanence des raccourcis de la pensée pour que nous puissions nous adapter avec souplesse aux variations incessantes de notre environnement, sans tout analyser en permanence. Il ne nous condamne pas à la connerie mais à la précipitation, à la routine et aux automatismes de comportement comme de pensée. Des dizaines de biais cognitifs fleurissent sur un tel terrain : biais de confirmation (nous ne voyons que ce qui confirme nos croyances), biais de corrélation illusoire (nous pensons que deux phénomènes simultanés entretiennent forcément un rapport de cause à effet), la croyance exagérée en un monde juste (si une femme se fait violer, c`est qu`elle l`a bien cherché, sinon ce serait trop absurde), et j`en passe. Le système 2, lui, est très lent, plus méthodique, mais très coûteux en énergie. On l`utilise avec parcimonie : c`est lui qui nous fait mal au crâne après avoir passé un examen, sans nous garantir que nous l`avons réussi…


L`ouvrage fait intervenir une grande variété de spécialistes de la connerie, pourriez-vous nous dire comment vous avez procédé au travail de sélection et d`édition des auteurs ?

J`ai sollicité des auteurs que j`avais déjà eu l`occasion de croiser en tant que rédacteur en chef de la revue de psychologie le Cercle Psy, ainsi que des auteurs de recherches récentes et capables de vulgarisation. L`idée était d`obtenir les articles ou les interviews d`une trentaine de grands psychologues internationaux (du MIT, de Harvard, de Princeton, de l`Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, etc.), ainsi que de quelques figures extérieures à la psychologie comme des philosophes, ou encore Jean-Claude Carrière ou Edgar Morin, pour un ouvrage à la fois rigoureux et totalement accessible au grand public.


Doit on lutter contre la connerie ? Comment l`identifier et la combattre ?

La connerie s`identifie d`elle-même : au mieux elle consterne ou fait rire, au pire elle blesse et torture. Le problème lorsqu`on la combat en essayant de changer un con, c`est qu`on devient con soi-même : après tout, de quel droit décréter que quelqu`un d`autre devrait être aussi intellectuellement irréprochable que notre chère personne ? Par ailleurs les pires cons, les connards nocifs, sont inamovibles dans leur narcissisme hypertrophié : mieux vaut les éviter au maximum, ou fausser leur petit jeu qui nous réserve le rôle de la victime toute désignée. Mais le plus efficace contre la connerie, c`est encore de balayer devant sa porte et de se rappeler qu`on n`est pas infaillible, et que même le plus abruti peut légitimement nous donner tort dans certains domaines. Quant aux petites conneries qu`on commet tous au quotidien, le mieux est de se les pardonner et de les pardonner à autrui : le perfectionnisme à tout crin peut mener à une exigence et une insatisfaction permanentes et démesurées qui ont vite fait de nous transformer en triste connard pour nos proches !


Quels sont pour vous les plus grand spécialistes de la connerie, parmi ceux qui en disent ou parmi ceux qui la décortiquent ?

On aurait plus vite fait de dresser la liste de ceux qui n`en disent pas ! Ceux qui en profèrent le plus sont en général incapables de douter d`eux-mêmes, de penser aux arguments ou aux émotions d`autrui, et vous désignent comme cible si vous n`êtes pas d`accord. Ça fait du monde… Parmi ceux qui la décortiquent, difficile de choisir parmi les contributeurs du livre tellement ils sont complémentaires et ont tous parfaitement joué le jeu. J`ai apprécié autant la neuroscientifique Delphine Oudiette, qui se demande dans quelle mesure nous rêvons des conneries toutes les nuits, que le directeur californien du Brain and Creativity Institute Antonio Damasio, qui bat en brèche nos idées reçues selon lesquelles nos émotions nous rendraient cons en parasitant notre sacro-sainte raison. J`aime beaucoup aussi Alison Gopnik, grande figure mondiale de la psychologie du développement qui analyse la connerie des adultes vue par les enfants, ou encore Ryan Holiday, manipulateur de médias repenti qui dresse un portrait apocalyptique de la désinformation généralisée. Il faudrait que je cite tout le monde !



Découvrez Psychologie de la connerie de Jean Francois Marmion aux éditions Sciences Humaines :




Entretien réalisé par Pierre Fremaux

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
François Marmion - Histoire universelle de la connerie

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
dancingbrave   02 janvier 2019
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
Le con affirme…le savant doute….le sage réfléchit.
Commenter  J’apprécie          336
celine85   01 avril 2020
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
Essayez de raisonner le con, de le changer, vous êtes perdu! Car si vous estimez de votre devoir de l'amender, c'est que, vous aussi, vous prétendez savoir comment il devrait penser, se comporter...en l'occurrence, comme vous. Et vous voilà con.
Commenter  J’apprécie          210
dancingbrave   17 décembre 2018
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
La nouveauté de l’époque contemporaine, malgré tout, c’est qu’il suffit d’un con et d’un bouton rouge, pour éradiquer la connerie et le monde entier avec.
Commenter  J’apprécie          210
dancingbrave   05 janvier 2019
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
Sur 361 paroles prononcées en dormant, 21% contenaient le mot « non ». Ce fameux « non » représentait 5% de tous les mots émis pendant le sommeil, alors que pendant l’éveil, le « non » ne correspond qu’à 0.4% de l’ensemble des mots utilisés.
Commenter  J’apprécie          157
dancingbrave   03 janvier 2019
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
En psychologie naïve, celui qui cumule les qualités humaines comme la simplicité, l’humilité et la discrétion est souvent perçu comme « trop con » ou con-con, c'est-à-dire un con dont les autres profitent.
Commenter  J’apprécie          122
Bazart   11 mars 2020
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
Albert Einstein " Il n'existe que deux choses infinies: l'univers et la bétise humaine mais pour l'univers je n'ai pas de certitude absolue."
Commenter  J’apprécie          120
MalaChouga   17 décembre 2018
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
Oui, Donald Trump est un connard suprême, un uber-connard, si vous voulez. J'entends par la que c'est un connard qui inspire à l a fois respect et admiration pour sa maîtrise de l'art de la connerie malgré la compétition de ses pairs. Les connards doivent généralement rivaliser pourla place de connard "en chef", ou "baron" des connards, mais peu arrivent à la cheville de Trump pour enchaîner connerie sur connerie (Kim Jong-un, en Corée du Nord , étant une exception notable).
Commenter  J’apprécie          101
vanrillaer   06 novembre 2018
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
Selon la célèbre analyse qu'en fournit le philosophe Harry Frankfurt, l'essence du "bullshit" est une indifférence à l'égard de la vérité. Contrairement au menteur, qui doit toujours garder un œil sur la vérité afin de la travestir ou de la dissimuler, le "bullshitteur" n'en a cure. Il déblatère tout ce qui lui passe par la tête, du moment que ça peut l'arranger, sans le moindre souci pour la véracité ou la fausseté de ce qu'il asserte. Il déconne joyeusement, et pour ce faire il dispose de multiples stratégies : noyage de poisson, enfumage, changement de sujet, obscurantisme, lyrisme, solennité affectée, langue de bois, discours creux, foutage de gueule... Peu importe la manière ou le contexte, le "bullshitteur", dit Frankfurt, cherche “à s'en tirer” à bon compte, en faisant comme s'il disait quelque chose, alors qu'il ne dit rien, dans le sens où il ne transmet aucune information pertinente. Le "bullshit" est donc une forme de camouflage épistémique : il se fait passer pour une contribution à la discussion, tout en faisant obstruction à son avancée. C'est le contraire du progrès discursif, en somme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
celine85   01 avril 2020
Psychologie de la connerie de Jean-François Marmion
On est toujours le con de quelqu'un, mais trop rarement de soi même...
Commenter  J’apprécie          70
bgn   03 février 2020
Histoire universelle de la connerie de Jean-François Marmion
Selon les points de vue que vous développez dans vos derniers livres, jamais nous n’avons été aussi éduqués, ni sans doute aussi intelligents. Cependant les connards de la pire espèce n’ont jamais été aussi visibles, grâce à Internet. Notre époque n’est-elle pas, malgré tout, la plus propice à l’extension de la stupidité ?
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jean-François Marmion (138)Voir plus


Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..