AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.73/5 (sur 1008 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Jean-François Pasques est capitaine de police et écrivain de roman policier.

Il est est capitaine de police à la sécurité publique à Nantes.

Chimiste de formation, il a quitté son laboratoire de recherches par manque d’espace. Il est entré dans la Police Nationale, un peu par hasard.

Vingt-six années plus tard, il est convaincu d’avoir trouvé sa place dans un monde en perpétuel mouvement en donnant du sens à sa vie.

Jean-François Pasques est capitaine de police à la sécurité publique à Nantes. Auparavant, il a travaillé à la brigade criminelle de la police judiciaire à Paris.

Jean-François Pasques est distingué, pour son huitième roman "Fils de personne", par le prestigieux Prix du Quai des Orfèvres 2023 qui récompense les meilleurs romans policiers.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-François Pasques   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jean-François Pasques partage son quotidien entre sa passion de l’écriture et son métier de capitaine de police, où la réalité dépasse parfois la fiction. Son dernier roman, “Le fils de personne”, a reçu le prix du Quai des Orfèvres. Article complet à lire ici : https://bit.ly/3IlfYR9


Citations et extraits (140) Voir plus Ajouter une citation
Mais, voyez-vous, Delestran, il y a pire que les livres. Il y a les auteurs. Les salauds ! Ils nous ont vendu du rêve et comment ils ont fini ? Hein? Zweig, Hemingway, Montherlant, Landon ? Suicidés! Tiens, encore un autre, sublime en plus ! Bicéphale, Ajart et Gary, deux noms pour un même homme! Tiens, prends ça : une cartouche pour deux ! Bang!
[ ... ]
- Il vous en manque un.
- Comment ça, il m'en manque un ?
- Le plus important de tous Albert Camus. Vous avez oublié Albert Camus, docteur Matthias.
- Mais il n'y a pas de suicidés chez Camus.
- L'Homme révolté, vous l'avez lu, docteur Matthias?
- Mais il n'y a pas de suicidés chez Camus. · L'Homme révolté, vous l'avez lu, docteur Matthias?
- Oui, mais je n'en garde pas un souvenir particulier.
- Vous devriez.
- Pourquoi ?
- Parce qu'il vous donne la solution. La solution au suicide. C'est radical!
- Eh bien, vous allez voir ce que j'en fais. du radical. Il est où, Camus ? Au centre, forcément, mais où exactement ? Tenez, le voilà. La Peste, magnifique ; La Chute, et ce Clamence; d'un cynisme prodigieux ! Mais moi, voilà ce que j'en fais de votre Camus.
L'arme se leva. ...
Commenter  J’apprécie          333
Et si le métier de policier, c'était aussi la possibilité d'emprunter un tronçon d'un Voyage au bout de la nuit de la vie des hommes ?
Commenter  J’apprécie          151
C'était pour cette raison qu'il n'aimait pas les psychologues, parce qu'ils savaient ce qu'il ne comprenait pas de lui-même, ou, plus exactement, ce qu'il fuyait.
Commenter  J’apprécie          140
C'était un endroit banal pour le commun des mortels et, pourtant, il s'y passait de drôles de choses. Ici, en plein centre de Paris, à l'abri des regards indiscrets, des médecins légistes découpaient de la chair humaine pour rechercher les causes d'un décès.
Commenter  J’apprécie          130
La confrontation avec un cadavre lui donnait toujours une sensation de vertige. C'était difficile à accepter, cette réalité, la dépossession d'un être devenu subitement une chose, un objet susceptible d'être déplacé. La vie s'était effacée, faisant place à un long processus de dégradation qui conduirait au néant. Devant la mort, la vie était finalement peu de chose et, pourtant, c'était tout. À trop y penser on pouvait devenir fou ; mais à l'ignorer également.
(p. 52)
Commenter  J’apprécie          120
Un peu étourdi, il releva la tête lentement. D'un regard circulaire, il fit à nouveau le tour de la pièce avant de se fixer sur la grille d'évacuation d'air. Les yeux dans le vague, il réfléchissait. Est-ce que cela valait la peine ? N'était-il pas, lui aussi, en train de perdre son temps en accumulant des petits détails sur la vie d'un homme n'ayant, au bout du compte, aucun intérêt s'il s'agissait tout simplement d'un accident, d'une chute fortuite ?
Le doute s'insinua en lui. Tout ça pour ça ? ll tâtonnait dans ses pensées, mais son goût pour la curiosité humaine, sa prétention à tout vouloir connaître de ses semblables, l'arracha à son indécision. C'était plus fort que lui, surtout avec un personnage aussi singulier que Georges Bernard.
Commenter  J’apprécie          110
Avec le jeu des remises de peine - terme odieux pour une victime, qui ne pouvait jamais bénéficier de ce genre de dispositif -, les douze années initiales s'étaient réduites pratiquement de moitié. Quelqu'un s'était-il posé la question de savoir si la souffrance de ces cinq victimes s'était également réduite de moitié ? C'était toujours la même histoire : entre la peine encourue, la peine prononcée et la peine finalement effectuée, il y avait parfois de grands écarts. Seules les victimes, rapidement oubliées, souffraient toujours.
Commenter  J’apprécie          100
- Vous avez un problème avec Dieu, me semble-t-il.
- Non, pas avec Dieu. Mais avec ceux qui sont censés le représenter.
(p. 94)
Commenter  J’apprécie          110
- J'ai également le sentiment qu'il s'agit d'un accident. Mais mon métier ne s'exerce pas avec des sentiments. Les flics sont de grands optimistes, ils prévoient toujours le pire en espérant le meilleur.
Commenter  J’apprécie          100
Marquée physiquement, à la fois par son addiction et les coups accumulés, elle avait su, cependant, conserver cette forme de dignité que l'on retrouve si souvent chez les gens de la rue, à la fois résignés et aguerris. Avec ce qui leur restait d'amour propre, ils revendiquaient, pour la plupart, une vie choisie et non subie. On ne les contredisait jamais.
(p. 213 & 214)
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean-François Pasques (1452)Voir plus

Quiz Voir plus

Contes

Le "Conte de Sinouhé" est l'une des plus anciennes œuvres littéraires jamais retrouvée. C'était dans quel pays ?

La Perse
L’Egypte
L’Inde
L’Arabie

10 questions
147 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..