AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.92 /5 (sur 150 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 14/03/1947
Mort(e) à : Paris , le 16/11/2014
Biographie :

Né en 1947, Jean-François Vilar vit à Paris et à Prague. Il est l'auteur d'une dizaine de romans. Il est régulièrement traduit dans une dizaine de langues. Ses romans sont un peu la mémoire politique et artistique de notre époque. Jean-François Vilar a notamment publié :
* Djemila (Calmann-Lévy, 1988)
* Les exagérés (Points-Seuil, 1990)
* Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués (Le Seuil, 1993)
* C'est toujours les autres qui meurent (Actes Sud/Babel noir, 1997)

Vilar est un poète perdu parmi les auteurs de polars. Il n’a jamais publié à la mythique Série Noire, ni chez Rivage. C’est définitivement un marginal. « Je n’ai jamais aimé la littérature policière ; ce qui m’intéresse c’est la littérature délinquante. »

Et pourtant, il fait partie de cet univers. Comme beaucoup de ses confrères, c’est un ancien homme de gauche, militant à la Ligue communiste révolutionnaire. Comme eux, il a pris des chemins de traverse. Animateur culturel, puis critique d’art contemporain à Rouge. Le temps de se construire un univers poétique, historique et géographique qui puise ses sources essentiellement dans l’entre-deux guerres, dans le surréalisme.

Il débute dans le roman noir avec C’est toujours les autres qui meurent. Ce chef d’œuvre, primé par Télérama, est une transposition littéraire et policière d’un tableau de Marcel Duchamp : La Mariée mise à nu par ses célibataires, même. En plus de son érudition et de sa construction narrative, c’est une extraordinaire exploration de Paris qui se retrouve dans Passage des Singes (1984). (Bakchich.info)
+ Voir plus
Source : http://www.alalettre.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-François Vilar   (19)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

La barricade
indicatif et générique - à 0'35 : archive mai 68 - à 2'28 : définition de la barricade et présentation de l'émission par Blandine MASSON - à 3'30 : Jean François VILAR, écrivain, explique la symbolique de la barricade de mai 68 et comment elle a été vécue (1'30) - à 5'11 : archive mai 68 - à 5'50 : Jean Claude GARCIAS, qui commence et fait la barricade (0'30) - à 6'22 : archive...
Podcast (1)


Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
Jean-François Vilar
Pecosa   29 mars 2013
Jean-François Vilar
Le roman noir, parce que c'est la crise, se joue dans un état d'urgence. Il parle du monde, maintenant. Et le monde va vite. Tant pis si nous sommes fatigués.
Commenter  J’apprécie          350
Jean-François Vilar
Patsales   24 août 2018
Jean-François Vilar
Le bar du Gît-le-Coeur n’avait pas grande allure. Une escale miteuse nimbée de pauvre lumière jaunâtre. Les fauteuils clubs avaient beaucoup servi. Les murs étaient ornés de reproductions bon marché d’Edward Hopper, mises sous verre. Nul ici ne craignait les redondances.
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
Une fois obtenu le droit de vote, les femmes ont choisi la liberté. Quant aux hommes, ils se sont vu proposer une nouvelle définition de la virilité : jusqu’alors, être viril avait consisté à assumer les travaux que les femmes ne pouvaient pas faire; désormais, ce fut accomplir les tâches dont elles ne voulaient pas. Et cela ne devait plus changer : en accordant le droit de décision à un sexe qui leur était numériquement supérieur, les hommes, une fois pour toutes, s’étaient mis eux-mêmes en minorité.
Commenter  J’apprécie          110
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
Accuser l’esclave, c’est perdre le négrier des yeux. Ce n’est qu’en recherchant la culpabilité là où on peut la trouver — chez la femme elle-même — qu’on peut transformer la situation. Ce n’est qu’en osant critiquer les femmes tout comme on critique les hommes, publiquement, qu’elles pourront se corriger, changer de comportement.
Commenter  J’apprécie          110
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
Comme tout ce qui est naturel, le processus de vieillissement d’un être humain ne peut jamais être repoussant. C’est seulement lorsqu’un être humain simule la jeunesse, en feignant d’avoir des seins qui se tiennent, en teignant ses cheveux d’une couleur qu’on n’a généralement qu’à vingt ans, en colmatant ses rides à force de make-up, qu’il produit sur son entourage une impression atroce de délabrement, parce que tout en lui paraît antinaturel.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
Les hommes politiques sont plus dignes de confiance : De par leur propre expérience comme d’après les résultats des enquêtes d’opinion, les femmes savent que les hommes s’intéressent bien plus qu’elles à la politique. Elles préfèrent que leurs intérêts soient défendus par des professionnels plutôt que par des amateurs : elles misent donc sur le sexe qui leur paraît le plus expert en la matière.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
En règle générale les femmes attirantes ne choisissent pas l’homme le plus viril, mais celui qui réussit le mieux dans la vie, ils ne font plus porter leur effort sur leur virilité, mais sur leur succès professionnel. Et comme ce succès n’est possible à un homme que lorsqu’il se dévirilise, celui qui fait une carrière brillante ne peut guère espérer que sa sexualité soit rayonnante.
Commenter  J’apprécie          90
Patsales   24 août 2018
Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués de Jean-François Vilar
Tout le monde savait que les Staliniens ne se privaient pas de régler leurs comptes, au front et à l’arrière. Profits et pertes. C’est bien L’énigme: tout le monde sait toujours tout, de tous les crimes. Ça empêche très peu de personnes de consentir.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
Comme les femmes n’ont pas besoin de désirer l’homme avec lequel elles couchent — l’orgasme féminin ne joue aucun rôle dans la fécondation — il va de soi qu’elles sont les seules à pouvoir choisir leurs partenaires d’après un point de vue exempt de toute sexualité. Les hommes, au moins dans une certaine mesure, doivent se conformer à leur instinct. Et comme les femmes le savent, elles font tout pour accentuer la différenciation sexuelle. Plus les hommes verront en elles leur contraire — plus elles seront féminines — plus elles auront de chances d’être choisies et, par conséquent, plus elles auront de choix elles-mêmes.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui   03 mai 2016
Pour une nouvelle virilité de Jean-François Vilar
Tout travail est une prestation de services pour laquelle on est rétribué. On ne fournit un travail non rétribué que sous la contrainte, par masochisme, par besoin de se faire valoir, par bêtise, par inclination personnelle ou par recherche d’un plaisir. En règle générale, tout être humain qui accomplit quelque chose dont d’autres ont besoin, reçoit une rétribution, et — toujours en règle générale —, personne ne fait gratuitement quelque chose d’utile.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les Simpson

Qui fait la voix de Bart?

Un homme
Une femme
Un chien
Autres

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..