AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.73/5 (sur 2366 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 19/12/1910
Mort(e) à : Paris , le 15/04/1986
Biographie :

Jean Genet est un écrivain, poète, et auteur français.

Il a eu une vie tumultueuse. Enfant adoptif, il est envoyé en maison de redressement. À l'âge de 18 ans, il s'engage dans la Légion. Il déserte l'armée en 1938 pour rentrer à Paris où il vit une vie d'errance et de menus larcins entrecoupée de réguliers séjours en prison. Autodidacte, Jean commence alors à écrire ses premières poésies ("Condamné à mort" est publié en 1942) et ébauches romanesques.

Ses premiers romans paraissent. Censurés, car on les classe pornographiques ou choquants, ils se distribuent sous le manteau. "Le Journal du voleur" décrit ses errances adolescentes hors de France. "Le Miracle de la rose" met en parallèle ses années de prison et sa fascination pour un assassin avec ses années à la colonie de Mettray. "Notre-Dame-des-Fleurs" évoque l'enfance et les créatures ambiguës de la nuit homosexuelle parisienne du Paris d'avant-guerre - il s'agit probablement du premier roman mettant en scène les aventures d'un travesti.

Encensé par Cocteau et Sartre, Genet fréquente les milieux artistiques parisiens et devient dramaturge. Sa pièce la plus célèbre "Les Bonnes" est jouée en 1947. Viendront ensuite "Le Balcon" (1956) et "Les Nègres" (1958). Il commence un journal, "Le Captif amoureux", qui est publié en 1986 quelques mois après sa mort.

Marginal, homosexuel, ses personnages sont des parias. Ses pièces avec leur langage cru, leur mise en scène de la perversité et leurs sujets provocants, sont comme des actes de délinquance envers l'ordre social. Il expérimente ainsi une dramaturgie liée à la fascination pour le Mal, assez proche du "théâtre de la cruauté", développé par Antonin Artaud.

Lors d'une interview, il affirme s'être beaucoup ennuyé lors de l'écriture de ses livres et pièces excepté pour "Les Paravents".

Sa tombe se trouve au vieux cimetière espagnol de Larache au Maroc.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Genet   (58)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le texte inédit d'un auteur culte. Juin 1942. Jean Genet est incarcéré à la prison de Fresnes, condamné à huit mois de réclusion pour vol de livres. À trente et un ans, le détenu n'a encore rien publié ; mais la cellule est un lieu propice à l'éclosion de son talent littéraire. Il y écrit son premier roman, "Notre-Dame-des-Fleurs", et le long poème "Le Condamné à mort". L'attrait du théâtre se fait déjà sentir, comme en témoigne "Héliogabale", ce drame à l'antique dont un manuscrit a été enfin retrouvé à la Houghton Library. L'existence de cette pièce était attestée, Genet l'ayant fait lire à quelques proches et ayant exprimé le souhait qu'elle soit publiée et créée — avec Jean Marais dans le rôle-titre. Rien de cela n'eut lieu et l'écrivain n'y revint plus. Voilà donc, plus de quatre-vingts ans plus tard, la mise en scène des dernières heures d'Héliogabale, jeune prince romain assassiné, telles que Genet les a rêvées et méditées. Au travers de cette figure solaire, hautement transgressive et sacrificielle, à laquelle Antonin Artaud avait consacré un essai flamboyant en 1934, Genet aborde les thèmes qui lui sont chers, dans les règles de l'art mais en laissant affleurer un lyrisme bien tenu : le travestissement et l'homosexualité, la sainteté par la déchéance, la beauté par l'abjection. Un envers du monde social où l'auteur, apprenti dramaturge, entend déjà trouver ses vérités, situer son oeuvre à venir et inventer sa propre légende. Découvrir "Héliogabale" : https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/La-Nouvelle-Revue-Francaise/La-Nouvelle-Revue-Francaise524

+ Lire la suite
Podcasts (16) Voir tous


Citations et extraits (434) Voir plus Ajouter une citation
Jean Genet
Il faut rêver longtemps pour agir avec grandeur, et le rêve se cultive dans les ténèbres.

Commenter  J’apprécie          1021
J'arrive dans l'amour comme on entre dans l'eau,
Les paumes en avant, aveuglé, mes sanglots
Retenus gonflent d'air ta présence en moi-même
Où ta présence est lourde, éternelle. Je t'aime.
Commenter  J’apprécie          610
Le ciel peut s'éveiller, les étoiles fleurir,
Ni les fleurs soupirer, et des prés l'herbe noire
Accueillir la rosée où le matin va boire,
Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde!
Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords,
Mais viens! Pose ta joue contre ma tête ronde.

Nous n'avions pas fini de nous parler d'amour.
Nous n'avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les Cours condamnent
Un assassin si beau qu'il fait pâlir le jour.

Amour viens sur ma bouche ! Amour ouvre tes portes !
Traverse les couloirs,descends, marche léger,
Vole dans l'escalier plus souple qu'un berger,
Plus soutenu par l'air qu'un vol de feuilles mortes.

Ô traverse les murs; s'il le faut marche au bord
Des toits, des océans, couvre-toi de lumière,
Use de la menace, use de la prière,
Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.
Commenter  J’apprécie          550
Transparent voyageur des vitres du hallier
Par la route du sang revenu dans ma bouche
Les doigts chargés de lune et le pas éveillé
J'entends battre le soir endormi sur ma couche.

Votre âme est de retour des confins de moi-même
Prisonnière d'un ciel aux paresseux chemins
Où dormait simplement dans le creux d'un poème
Une nuit de voleur sous le ciel de ma main.
Commenter  J’apprécie          500
“Dans chaque enfant que je vois — mais j’en vois si peu — je cherche à retrouver celui que j’étais, à l’aimer pour ce que j’étais”
Commenter  J’apprécie          510
Mais si je ne sais rien de précis sur la Mort
D’avoir tant parlé d’elle et sur le mode grave
Elle doit vivre en moi pour surgir sans effort
Au moindre de mes mots s’écouler de ma bave.

Je ne connais rien d’elle, on dit que sa beauté
Use l’éternité par son pouvoir magique
Mais ce pur mouvement éclate de ratés
Et trahit les secrets d’un désordre tragique.
Commenter  J’apprécie          420
CLAIRE : Mais j'en ai assez de ce miroir effrayant qui me renvoie mon image comme une mauvaise odeur. Tu es ma mauvaise odeur.
Commenter  J’apprécie          430
Le vent qui roule un coeur sur le pavé des cours,
Un ange qui sanglote accroché dans un arbre,
La colonne d'azur qu'entortille le marbre
Font ouvrir dans ma nuit des portes de secours.

Un pauvre oiseau qui meurt et le goût de la cendre,
Le souvenir d'un oeil endormi sur le mur,
Et ce poing douloureux qui menace l'azur
Font au creux de ma main ton visage descendre.
Commenter  J’apprécie          410
“Pour consentir à mêler dans sa vie de tous les jours — vie de souliers à lacer, de boutons à recoudre, de points noirs du visage à enlever — des aventures de roman policier, il faut avoir soi-même l’âme un peu fée.”
Commenter  J’apprécie          403
"Je vous laisse libre d'imaginer le dialogue. Choisissez ce qui peut vous charmer. Acceptez, s'il vous plaît, qu'ils entendent la voix du sang, ou qu'ils s'aiment en coup de foudre, ou que Mignon, par des signes irrécusables et invisibles à l’œil du vulgaire, décèle le voleur... Concevez les plus folles invraisemblances. Faites se pâmer leur être secret à s'aborder en argot. Mêlez-les tout à coup par un soudain embrassement ou par un baiser fraternel. Faites ce qu'il vous plaira."
Commenter  J’apprécie          380

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean Genet Voir plus

Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3746 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..