AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Jean Giono (1601)


Jean Giono
Lili017   02 juin 2019
Jean Giono
Lire au lit dans le silence, la paix, la chaleur et la lumière la mieux adaptée est un des plus grands plaisir de la terre.
Commenter  J’apprécie          995
araucaria   17 juillet 2014
L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
Les chênes de 1910 avaient alors dix ans et étaient plus hauts que moi et que lui. Le spectacle était impressionnant. J'étais littéralement privé de paroles et, comme lui ne parlait pas, nous passâmes tout le jour en silence à nous promener dans sa forêt. Elle avait, en trois tronçons, onze kilomètres dans sa plus grande largeur. Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme, sans moyens techniques, on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction.
Commenter  J’apprécie          920
Jean Giono
darkmoon   11 février 2014
Jean Giono
Celui qui n’est pas capable de faire son bonheur avec la simplicité ne réussira que rarement à le faire, et à le faire durable, avec l’extrême beauté.
(La Chasse au bonheur)
Commenter  J’apprécie          850
Jean Giono
mcd30   14 décembre 2018
Jean Giono
Le héros n'est pas celui qui se précipite dans une belle mort ; c'est celui qui se compose une belle vie.
Commenter  J’apprécie          810
araucaria   23 octobre 2012
Le chant du monde de Jean Giono
Subitement il fit très froid. Antonio sentit que sa lèvre gelait. Il renifla. Le vent sonna plus profond; sa voix s'abaissait puis montait. Des arbres parlèrent; au-dessus des arbres le vent passa en ronflant sourdement. Il y avait des moments de grand silence, puis les chênes parlaient, puis les saules, puis les aulnes; les peupliers sifflaient de gauche et de droite comme des queues de chevaux, puis tout d'un coup ils se taisaient tous. Alors, la nuit gémissait tout doucement au fond du silence. Il faisait un froid serré. Sur tout le pourtour des montagnes, le ciel se déchira. Le dôme de nuit monta en haut du ciel avec trois étoiles grosses comme des yeux de chat et toutes clignotantes.
Commenter  J’apprécie          770
cicou45   07 juin 2014
Que ma joie demeure de Jean Giono
"Il faudrait que la joie soit paisible. Il faudrait que la joie soit une chose habituelle et tout à fait paisible et tranquille, e non pas batailleuse et passionnée."
Commenter  J’apprécie          750
Gwen21   11 avril 2015
Le Hussard sur le toit de Jean Giono
"Tu peux être tout ce que tu veux [...], mais il faut être fou, mon enfant. Regarde autour de toi le monde sans cesse grandissant de gens qui se prennent au sérieux. Outre qu'ils se donnent un ridicule irrémédiable [...], ils se font une vie dangereusement constipée. [...]"
Commenter  J’apprécie          721
MarcBibliotheca   07 juin 2010
L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
Quand je réfléchis qu'un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de Canaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. Mais, quand je fais le compte de tout ce qu'il a fallu de constance dans la grandeur d'âme et d'acharnement dans la générosité pour obtenir ce résultat, je suis pris d'un immense respect pour ce vieux paysan sans culture qui a su mener à bien cette œuvre digne de Dieu.
Commenter  J’apprécie          710
Jean Giono
claudine42   18 février 2015
Jean Giono

« La mélancolie fait plus de victimes que le choléra…elle tue dans des proportions qu’on ne connaît jamais, car ses victimes n’étalent pas des ventres verdâtres au long des rues mais cassent leur pipe avec une très grande décence et modestie, dans des coins secrets où elles passent pour avoir été frappées de mort naturelle. Mais outre ces conclusions radicales, la mélancolie fait d’une certaine société une assemblée de mort-vivants, un cimetière de surface, si on peut dire, elle enlève l’appétit, le goût, noue les aiguillettes, éteint les lampes et même le soleil et donne au surplus ce qu’on pourrait appeler un délire de l’inutilité qui s’accorde parfaitement d’ailleurs avec toutes les carences sus-indiquées et qui, s’il n’est pas directement contagieux, dans le sens que nous donnons inconsciemment à ce mot, pousse toutefois les mélancoliques à des démesures du néant qui peuvent fort bien empuantir, désoeuvrer et, par conséquent faire périr tout un pays. »

J. Giono Le Hussard sur le toit


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          703
Nastasia-B   11 septembre 2012
Le Hussard sur le toit de Jean Giono
Le jour s’assombrit peu à peu. La pluie commença par n’être qu’une fine mousseline tiède, puis, s’écroula en blocs de plus en plus pesants pendant une quarantaine d’heures ; sans rage ; avec une sorte de paix tranquille. Enfin, il y eut un coup de tonnerre magnifique, c’est-à-dire avec une belle déchirure rouge et tellement retentissant que les oreilles s’en trouvèrent toutes débouchées. Le ciel s’ouvrit. De chaque côté de la fente des châteaux vertigineux de nuages s’étagèrent et le ciel apparut azuré à souhait. À mesure que les châteaux de nuages s’éloignaient l’un de l’autre découvrant de plus en plus du ciel, l’azur vira au bleu de gentiane et tout un ostensoir de rayons de soleil se mit à rouer à la pointe extrême des nuées.
Commenter  J’apprécie          670
Jean Giono
sabine59   11 août 2019
Jean Giono
L'essentiel n'est pas de vivre, c'est d'avoir une raison de vivre.
Commenter  J’apprécie          651
Jean Giono
Piatka   02 novembre 2016
Jean Giono
Le soleil n'est jamais si beau qu'un jour où l'on se met en route.

Les vraies richesses
Commenter  J’apprécie          571
Jean Giono
prune42   12 novembre 2019
Jean Giono
Lire au lit dans le silence, la paix, la chaleur et la lumière la mieux adaptée est un des plus grands plaisirs de la terre.
Commenter  J’apprécie          526
Piatka   12 septembre 2014
L'eau vive 01 : Rondeur des jours de Jean Giono
La vie c'est de l'eau.
Si vous mollissez le creux de la main,
vous la gardez.
Si vous serrez les poings,
vous la perdez.
Commenter  J’apprécie          480
gouelan   24 août 2014
Que ma joie demeure de Jean Giono
On n'a que le bon temps qu'on se donne
Commenter  J’apprécie          470
lerital31   24 juin 2015
Les vraies Richesses de Jean Giono
On a dû te dire qu'il fallait réussir dans la vie; moi je te dis qu'il faut vivre, c'est la plus grande réussite du monde. On t'a dit: "Avec ce que tu sais, tu gagneras de l'argent." Moi je te dis: "Avec ce que tu sais tu gagneras des joies." C'est beaucoup mieux. Tout le monde se rue sur l'argent. Il n'y a plus de place au tas des batailleurs. De temps en temps un d'eux sort de la mêlée, blême, titubant, sentant déjà le cadavre, le regard pareil à la froide clarté de la lune, les mains pleines d'or mais n'ayant plus force et qualité pour vivre; et la vie le rejette. Du côté des joies, nul ne se presse; elles sont libres dans le monde, seules à mener leurs jeux féeriques sur l'asphodèle et le serpolet des clairières solitaires.
Commenter  J’apprécie          452
araucaria   16 juillet 2014
L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
Pour que le caractère d'un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans exemple, s'il est absolument certain qu'elle n'a cherché de récompense nulle part et qu'au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d'erreurs, devant un caractère inoubliable.
Commenter  J’apprécie          450
gouelan   21 mai 2016
L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
Ce que j'aime dans les villes, ce sont les arbres qu'elles contiennent.
Commenter  J’apprécie          440
Jean Giono
lecassin   18 janvier 2017
Jean Giono
Je suis seulement l'ouvreur de fenêtres, le vent entrera après tout seul.
Commenter  J’apprécie          400
cicou45   08 juin 2014
Que ma joie demeure de Jean Giono
"Quand on dit qu'il n'y a pas de joie, on perd confiance. Il ne faut pas perdre confiance. Il faut se souvenir que la confiance c'est déjà de la joie."
Commenter  J’apprécie          390



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
301 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur cet auteur

.. ..