AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.29 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Jean Gortais est diplômé de Sciences-Po Paris, d'une licence en droit et d'un doctorat en psychopathologie et psychanalyse de l'Université Paris-Diderot Paris 7 où il a exercé la fonction d'enseignant-chercheur, pendant plus d'une vingtaines d'années.

Il a contribué à développer une coopération entre cette université française et l'Institut de Santé Mentale de l'Université de Pékin (Beida) où il anime un séminaire de formation, depuis 2010.

Jean Gortais est parmi les tout premiers à avoir ouvert un enseignement de Taiji, en France. Après avoir pratiqué l'Aikido avec maître Noro de 1971 à 1973, il a commencé la pratique de Taiji Quan, depuis cette dernière année, avec maître Li Guang Hua.

Au long de nombreux séjours en Chine, il a poursuivi sa recherche et a reçu les enseignements de maître Cui Zhong San et de maître Ma Chang Xun, avec lesquels il a organisé plusieurs grands stages de taiji en Chine. Il a également enseigné cette pratique à l'Université de Médecine Traditionnelle du Yunnan (Yunnan ZhongYi Xueyuan).

De 1971 à 1987, lors de séjours réguliers au Centre de Todtmoos-Rütte, Jean Gortais a reçu l'enseignement Zen transmis par Karlfried Graf Durckheim dont il a été l'un des collaborateurs français. Il y a également enseigné le Taiji Quan pendant une douzaine d'années.

Il a publié en 1983 au Courrier du Livre "Tai ji quan, la tradition de l’école Yang", ouvrage de référence sans cesse réédité.

+ Voir plus
Source : http://www.daotaiji.net/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Danieljean   16 août 2015
Taiji Quan : L'enseignement de Li Guanghua ; la tradition de l'école Yang de Jean Gortais
LE GRAND ENCHAÎNEMENT





Le Grand Enchaînement, que nous exposons ici, est l'exercice majeur du Taiji quan. Il constitue à la fois la base et l'ossature de la pratique et de la méditation en mouvement. Cet exposé reprend les quatre-vingt-cinq formules de l'enchaînement enseigné par le Maître Yâng Chéng-fù. Dans d'autres publications, on rencontre fréquemment un nombre de cent huit, ce qui peut faire croire à une différence importante du nombre des mouvements. En réalité, il s'agit de la même structure décomposée (décomptée) de façon autre.





1. PRÉPARATION





Placez les pieds parallèles, séparés l'un de l'autre d'une distance égale à la largeur de vos épaules, les orteils dirigés vers l'avant. Le corps reste droit, mais sans raideur. Les bras pendent souplement sur les côtés et les doigts naturellement fléchis. Les yeux regardent horizontalement (figure 1). Soyez attentif à votre corps et à l'espace; restez calme, équilibré. Laissez à l'écart tous les soucis, et pensez uniquement au mouvement que vous allez effectuer; maintenez l'esprit tranquille et éveillé. Respirez naturellement par le nez, mais ne serrez pas les lèvres; la langue touche le palais: ce conseil vaut pour tout l'exercice des mouvements. Dans notre description, le Sud est l'orientation de cette posture préparatoire.







2. OUVERTURE DU TÀIJÎ





Premier mouvement: Levez les bras lentement et en avant jusqu'à la hauteur des épaules. Les mains, paumes vers le bas, restent parallèles et écartées l'une de l'autre d'une distance égale à la largeur de vos épaules; les coudes sont un peu fléchis vers le bas (fig. 2). Deuxième mouvement: Laissez tomber doucement les coudes qui entraînent naturellement les mains vers le bas et les côtés, devant les hanches; lorsque les mains s'approchent de la poitrine, les paumes fléchies et tournées vers le sol, les doigts vers l'avant, les yeux regardent horizontalement vers l'avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   16 août 2015
Taiji Quan : L'enseignement de Li Guanghua ; la tradition de l'école Yang de Jean Gortais
Remarques :





1) Ne haussez jamais les épaules; au contraire laissez-les tomber ainsi que les coudes, afin que l'air ne puisse monter vers le haut du corps et gêner les mouvements.



2) Respirez naturellement par le nez, sans serrer les lèvres. L'inspiration et l'élévation des bras ont lieu en même temps, tandis que l'expiration et l'abaissement des bras s'effectuent simultanément. Même en élevant les bras, il faut laisser tomber, en esprit au moins, les épaules et les coudes. Quand les bras commencent à s'élever, cela se fait sans effort comme s'ils s'élevaient à la surface de l'eau. Quand ils s'abaissent, ils le font sans effort comme les feuilles qui tombent d'un arbre.



3) Lorsque les mains amorcent la descente, il faut asseoir le creux des paumes, à savoir: faites tomber les carpes et lever doucement les doigts vers le haut, de sorte que l'énergie puisse monter jusqu'aux talons des mains et à la pointe des doigts, si vous asseyez correctement les carpes, vous pouvez sentir l'énergie au bout des doigts. C'est ce qu'on appelle " l'énergie s'épanouit dans les doigts ".



4) Ces mouvements doivent être exécutés selon les dix règles de base: harmonieusement, à la même vitesse, sans arrêt, d'un seul trait. Même lorsque les deux mains parviennent au point d'arrivée, à la hauteur des épaules, il n'y a pas d'arrêt, bien qu'il y ait apparence d'interruption.



5) Les cinq doigts s'ouvrent naturellement, sans être lâchement détendus, ni serrés entre eux. Le creux de la paume est légèrement concave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   17 février 2016
Taiji Quan : L'enseignement de Li Guanghua ; la tradition de l'école Yang de Jean Gortais
Les autres ne connaissent pas ma nature.

De même que je ne connais pas la nature des autres,

La nature des choses comme celle des hommes,

Ainsi que la nature universelle.

Cette nature universelle est telle que ma nature partielle.

Si je connais ma nature propre,

Je connaîtrai la nature universelle.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-36263: vocabulaire - les mots du chinois en français

aïnou (n.m)

peuple et langue de ce peuple du nord du Japon
sorte d'antilope à longues cornes
type de végétation proche du lichen

14 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : chineCréer un quiz sur cet auteur