AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.49/5 (sur 37 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aubenas , le 05/03/1948
Biographie :

Jean-Jacques Salgon est né en 1948 en Ardèche dans une famille dont les origines vivaraises remontent au XVe siècle. Fils et petit-fils d’instituteurs, il passe son enfance et son adolescence à Pont d’Ucel puis à Aubenas. Il a séjourné en Algérie et en Côte d’Ivoire. Scientifique de formation, il a enseigné la Physique.


Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Jacques Salgon   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Entretien réalisé par Julia Cordonnier (montage : Agnès Touzeau) Jean-Jacques Salgon, « Ma vie à Saint-Domingue », Verdier, 2011. https://editions-verdier.fr/livre/ma-vie-a-saint-domingue/ Quatrième de couverture : « Ma vie à Saint-Domingue » raconte une histoire, des histoires. D'abord celle de Toussaint Louverture, génial stratège et héros de la révolte des esclaves dans l'ancienne colonie française de Saint-Domingue, aujourd'hui République d'Haïti, et que Napoléon fit déporter et emprisonner au fort de Joux où il mourut de froid et de maladie le 7 avril 1802. Celle aussi de ses enfants, Isaac et Placide, qui furent un temps les hôtes de la France (qui les accueillit comme élèves dans son Institution Nationale des Colonies) avant d'y revenir, six ans plus tard, contraints et forcés, assignés à résidence, au moment de l'arrestation de leur père. Celle de Déguénou, le père de Toussaint, capturé en Afrique et vendu comme esclave. Celle d'Aimé-Benjamin Fleuriau parti de la Rochelle et devenu planteur à la Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince. À tous ces destins et d'autres encore se mêlent les propres souvenirs de l'auteur dans un système de réminiscences qui entrent en résonance avec l'histoire qu'il s'efforce de mettre au jour afin, nous dit-il, de se la réapproprier, comme si on l'en avait préalablement privé. Car si – dans les circonstances dramatiques qui continuent de frapper Haïti – le projecteur a été soudain braqué sur ce pays, son histoire et les liens particuliers qui l'unirent jadis à la France sont encore trop méconnus. de ce manque ressenti est donc né un petit livre qui n'est en rien celui d'un historien mais plutôt celui d'un voyageur curieux qui aurait provisoirement choisi d'explorer le temps plutôt que l'espace. Site : https://editions-verdier.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/EditionsVerdier Twitter : https://twitter.com/EditionsVerdier

+ Lire la suite

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Un Keith Haring vieux de trente-sept mille ans a laissé les traces de son passage, non dans un tunnel du métro new-yorkais mais dans une grotte du vieux continent (...).
Commenter  J’apprécie          50
La maison est serrée contre les autres maisons du village, même quand elle est vide et déserte elle n'est pas seule. Elle est chargée de vies mystérieuses et parfois des esprits reviennent qui font craquer les portes des armoires et les planchers. C'est un corps donné à mes rêves, un rêve partagé, un moi qui est aussi un nous habité, un lieu de repli qui est aussi un lieu d'accueil. On s'y retrouve au coeur de ce qui est tout à la fois le plus intime et le plus offert, car tout ce qui fait le "chez soi" n'est là que pour laisser présager de tout ce qu'on n'a pas, de tous ces autres "chez soi" qui font le monde, et que l'on désirerait aussi pouvoir un jour offrir à ceux qu'on aime.
Commenter  J’apprécie          20
Juste à coté du collage, j'ai accroché une petite horloge murale que j'ai transformée en collant sur son cadran un agrandissement tiré à partir de vieilles plaques photographiques retrouvées dans les archives familiales...
Commenter  J’apprécie          20
En ce temps-là, le monde tenait tout entier dans une armoire : celle où l'on serrait les cartes de géographie. Ceux qui n'avaient jamais vu la mer savaient pourtant qu'elle était bleue : ils avaient même parfois navigué, du bout du doigt, au-delà du Cap Horn ou du détroit de Behring. Mais s'il n'était pas superflu de savoir où se trouvait la mer de Chine et le Balouchistan, il eut été impardonnable d'ignorer sur quel affluent du Rhône était édifié notre chef-lieu d'arrondissement.
Commenter  J’apprécie          10
Cette présence enfouie, le silence et l'obscurité qui enveloppent ces dessins sortis des doigts d'une main humaine il y a tant de siècles, on se sentirait presque coupable de venir en rompre l'isolement et d'en troubler le secret. Nos yeux si emplis d'images sont soudain comme incapables de voir. Une détresse me saisit, comme si tous ces animaux, nous ayant aperçus, étaient en train de fuir et de m'échapper.
Commenter  J’apprécie          10
Jean-Jacques Salgon
Au fond, me dis-je alors, au Temps qui nous apporte la vieillesse et la mort et vient si souvent flétrir la beauté, il n'y a que l'art qui puisse durablement se soustraire et maintenir cette beauté dans un éclat pérenne, ce pourquoi le Temps paraît aboli quand nous nous trouvons confrontés à de tels chefs-d’œuvre.
Commenter  J’apprécie          10
’ai pu constaté combien la France, en dépit de tous les abus propres au régime colonial; pouvait encore être aimée
Commenter  J’apprécie          20
Car ces canaux sont des œuvres d'art et comme la plupart des œuvres d'art, d'une fragilité extrême. (...) Nous avons donc progressé avec lenteur, cheminant sur cette étroite bande qui borde la rive aval du canal, parfois simple talus de terre, parfois muret en pierre sèche recouvert d'herbe. L'eau claire serpente, vive, rapide et silencieuse comme une anguille, faisant reluire au fond du lit un fin gravier de granit, de quartz ou de micaschiste, emportant parfois sur son dos comme un esquif la feuille esseulée d'un chêne. Elle longe les prés, les vergers, franchit les barres rocheuses, quelquefois s'enfouit sous l'herbe, ruisselle à travers les brèches, s'infiltre, irriguant tout alentour.
Commenter  J’apprécie          00
PIERRES

Menus territoires sans cesse revisités : ces dalles de grès qui faisaient office de perron devant les portes des maisons ou qui enjambaient les fossés et sur lesquelles, avec tout le sérieux et le panache des conquistadores, nous nous établissions pour jouer aux osselets.
C'est sur ces belles pierres lisses et plates et que les meurtrissures du temps avaient rendu pareilles à des grimoires couverts de signes cabalistiques que se fomentaient les complots, se concluaient les pactes, se faisaient et se défaisaient les unions, cartels et ministères de nos tyranniques gouvernements.
Commenter  J’apprécie          00
A la sortie de Mélas, on peut entrer sur la voie tout près d'une petite maison de garde-barrière. Comme il n'y a plus de trains, il n'y a plus de barrière, la maison est habitée et une dame blonde en surgit, une bassine en plastique bleu à la main, inquiète de voir deux inconnus s'intéresser d'un peu près à son habitat : elle n'a pas encore fini d'arranger les abords, s'excuse-t-elle, comme si nous étions deux inspecteurs chargés de vérifier si tout est conforme aux lois de l'esthétique.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean-Jacques Salgon (51)Voir plus

Quiz Voir plus

Napoléon et le premier empire (pour les connaisseurs)

Facile pour commencer : Waterloo ! morne ... (à compléter)

Waterloo ! morne défaite !
Waterloo ! morne plaine !
Waterloo ! morne journée !
Waterloo ! morne destin !

14 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : napoléon bonaparte , histoireCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}