AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.86 /5 (sur 18 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Neuchatel , 1934
Mort(e) : 2013
Biographie :

Jean-Jacques Tschudin était titulaire d’une Licence de Lettres Modernes, d’un Doctorat de 3e cycle en études extrêmes-orientales (thèse intitulée Le Théâtre prolétarien au Japon, sous la direction de Bernard Frank, professeur au Collège de France, soutenue le 10.11.1981) et d’un Doctorat d’Etat es Lettres et Sciences humaines (Etudes orientales), thèse intitulée La Naisssance du théâtre moderne au Japon, sous la direction de Jacqueline Pigeot, professeur à l’université Paris 7 - Denis Diderot, soutenue le 15.09.1992.

Professeur émérite de l’Université Paris Diderot - Paris 7, Jean-Jacques Tschudin est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la littérature et le théâtre japonais, dont Le Kabuki devant la modernité (L’Âge d’homme, 1995) et de nombreuses traductions d’auteurs japonais.
+ Voir plus
Source : http://www.puf.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Conférence de Jean-Jacques Tschudin -- Partie 3 spécialiste de la littérature moderne et du théâtre japonais L'histoire mouvementée du Kabuki : des origines sulfureuses aux honneurs nationaux Conférence dans le cadre de l'exposition Kabuki -- Costumes du théâtre japonais Du 7 mars au 15 juillet 2012 à la Fondation Pierre Bergé -- Yves Saint Laurent

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Tandarica   17 novembre 2015
La littérature japonaise de Jean-Jacques Tschudin
Le mot "haïkaï" compte parmi les rares termes littéraires japonais en Occident. Mais le mot est compris comme désignant une forme (un poème de 17 syllabes articulé en trois vers 5-7-5), alors qu'il désigne en fait un "style".

(page 58)
Commenter  J’apprécie          140
Pixie-Flore   26 octobre 2015
La littérature japonaise de Jean-Jacques Tschudin
Mais le chef d'oeuvre indiscuté du genre est le Roman du Genji (ou Dit du Genji, Genji monogatari), véritable somme romanesque en 54 chapitres, composé au début du XIe siècle par Murasaki Shikibu une dame de l'entourage de l'impératrice Sôshi, épouse de l'empereur Ichijô et fille du régent Fujiwara no Michinaga. Nourrie de poésie waka, et poète elle-même, Murasaki Shikibu a reçu de son père lettré une solide culture chinoise. Cette double influence, ainsi que l'imprégnation par les textes bouddhiques se conjuguent et donnent une profondeur et une ampleur sans commune mesure à son entreprise, qui n'a cessé d'inspirer et d'influencer par la suite la littérature japonaise.



[p21-22]
Commenter  J’apprécie          40
Tandarica   25 mars 2015
La littérature japonaise de Jean-Jacques Tschudin
Murasaki Shikibu, nom sous lequel est connue la fille de Fujiwara no Tametoki, qui s'illustra comme auteur du "Genji monogatari" (sur lequel nous reviendrons) appartenait à une famille de fonctionnaires lettrés qui l'initièrent aux lettres chinoises et japonaises.
Commenter  J’apprécie          40
steka   20 février 2019
La société japonaise devant la montée du militarisme : Culture populaire et contrôle social dans les années 1930 de Jean-Jacques Tschudin
Ce Japon des années 1930 était-il fasciste ? Si oui, à partir de quel moment? (...) Quel que soit le terme retenu pour caractériser cette période, sa chronologie est scandée par une impressionnante succession de provocations militaires et d'agressions sur le continent asiatique, d'assassinats politiques et de tentatives de putsch à l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          30
steka   06 juin 2020
L'éblouissement d'un regard de Jean-Jacques Tschudin
Sada Yacco. Elle fut peut-être la plus exquise figurine d'art de ce Japon qui lui, pourtant, ne nous marchanda pas ses merveilles, le Japon des laques d'or, des armures fabuleuses et des ivoires séculaires du fameux pavillon impérial, le Japon des clématites fées, invraisemblablement larges et bleues, le Japon des soyeuses et tendres pivoines chères à M. de Goncourt, le Japon enfin des chrysanthèmes, cette magie d'échevèlements, de crinières et de houppes, les chrysanthèmes, ces monstres fleurs, les uns griffus comme des chimères, les autres réguliers et presque religieux comme autant de bouddhas et de jade vert. (...) Au milieu de toute cette féerie de formes et de nuances (...) apparut Sada Yacco. Elle fut le charme et la stupeur de cette exposition finissante, elle en fut la vogue aussi.
Commenter  J’apprécie          21

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur