AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 211 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Symphorien-de-Marmagne , le 19/09/1953
Biographie :

Jean-Louis Beaucarnot est un généalogiste français.

Historien du droit de formation (titulaire d'un D.E.A.), Jean-Louis Beaucarnot a grandi dans un village de Bourgogne, en Saône-et-Loire (Saint-Symphorien-de-Marmagne), où il a rencontré sa vocation, à l’âge de 11 ans, pour avoir vu un arbre généalogique dans une bande dessinée. Il a fait ses premières recherches sur les archives de son village natal, dont son grand-père était maire et a très tôt réalisé et publié des études généalogiques sur diverses branches de sa famille.

En 1978, il a publié ses premiers livres, à compte d’auteur, qui lui ont valu des critiques enthousiastes de la grande presse nationale (Le Monde, Le Figaro). C’est ainsi qu’il fut sollicité par des producteurs radio pour lancer une rubrique de généalogie sur France Inter, qui connut d’emblée un étonnant succès. Par ses livres et ses émissions, Jean-Louis Beaucarnot a su faire partager aux Français sa passion pour la généalogie. Il a ainsi contribué à sa diffusion.

Il associe aujourd'hui sa passion et son savoir-faire de généalogiste professionnel à des activités de journaliste, de producteur d'émissions, d'auteur de livres et de conférencier.

* Fondateur en 1982, de Généalogie-magazine, il est aujourd'hui conseiller à la rédaction de la Revue française de généalogie et d'histoire des familles et coordonnateur scientifique de la Biennale de Généalogie et d'Histoire des Familles.

* Producteur et animateur de nombreuses émissions de radio et de télévision sur les noms de famille et la généalogie, dont séries sur Europe 1, RTL, France 2, France-Inter, France Bleu...

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Louis Beaucarnot, généalogiste, écrivain et journaliste, confie aux utilisateurs de GeneaNet quelques règles de base pour démarrer leur généalogie (1ère partie).
Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   05 novembre 2014
Les Noms de famille et leurs secrets de Jean-Louis Beaucarnot
Le nom de famille : un petit mot dont on ignore souvent le sens, un petit mot, pourtant, qui pour chacun d'entre nous est des plus importants. Avec lui, on est tout de suite au coeur de l'intimité, au centre de l'identité. Pour chacun, il représente un héritage, une continuité, une pérennité. Il cristallise les valeurs familiales, la réussite personnelle, les relations, il fait partie intégrante de la personnalité.
Commenter  J’apprécie          280
araucaria   28 septembre 2014
La généalogie facile de Jean-Louis Beaucarnot
Compte tenu des lois arithmétiques régissant le nombre de nos ancêtres à leur époque et leur descendances particulièrement prolifiques, on peut honnêtement soutenir qu'aujourd'hui, un Français sur dix devrait descendre de saint Louis, et neuf sur dix de Charlemagne. Le tout étant de pouvoir reconstituer la chaîne y conduisant.
Commenter  J’apprécie          270
araucaria   30 octobre 2014
Comment retrouver vos origines de Jean-Louis Beaucarnot
La mémoire humaine est courte. Vous ne savez rien de vos arrière-grands-parents, comme vos arrières-petits-enfants - les petits-enfants de vos propres enfants, ou les enfants de vos petits-enfants, comme vous voudrez - ne sauront rien de vous. Les générations passent l'une après l'autre, et jamais l'on ne regarde en arrière, trop occupé à aller de l'avant. Et pourtant, il y a, derrière nous, un monde extraordinaire, à notre portée à tous, un monde riche et captivant à découvrir : le monde de nos ancêtres.
Commenter  J’apprécie          231
araucaria   06 novembre 2014
Comment vivaient nos ancêtres ? de Jean-Louis Beaucarnot
Au XIXe siècle, la veuve, durant les six premiers mois, ne peut porter que des robes de laine noire, des châles noirs, des chapeaux à grand voile de crêpe, des gants et des bas noirs, et n'a que des mouchoirs ornés de noir, quelle que soit la saison. Durant les trois mois suivants, l'uniforme est allégé. Pour les trois suivants, on admet des robes de soie noire en hiver et des robes de taffetas en été. L'année terminée, il lui reste six mois de demi-deuil avec robe de soie noire ou blanc et noire ou violette.
Commenter  J’apprécie          210
LydiaB   02 février 2013
Entrons chez nos ancêtres de Jean-Louis Beaucarnot
La promiscuité n'en était pourtant pas moins ressentie, d'autant que les familles ne faisaient que grandir. Les conditions de sécurité s'améliorant, on avait alors construit des bâtiments plus vastes, ou l'on avait agrandi ceux déjà existants, en leur adjoignant des annexes polyvalentes. On avait alors pu choisir de décongestionner la salle, en y faisant migrer les objets gravitant autour de l'eau : évier, cuves à lessive, batterie de cuisine... et en créant ainsi des espaces servant de buanderie, de cuisine et/ou d'office. D'autres fois, on avait opté pour la solution inverse, en ajoutant une pièce bel et bien appelée une "chambre", mais qui allait autant servir de lieu de débarras et d'entrepôt, et où nos inventaires vont couramment nous décrire d'épouvantables capharnaüms, avec un indescriptible mélange d'outils de jardin, de batteries de cuisine, de pétrins et de coffres que l'on a vus remplis aussi bien de grains que de réserves alimentaires ou que d'écheveaux de fils de chanvre...

Une drôle de chambre, pensez-vous... Pas tant que cela, puisqu'on restait ici dans le parfait respect de son étymologie. Issue d'un mot latin camera, désignant la voûte, la chambre ne désignait donc à l'origine qu'une petite pièce voûtée, donc basse et obscure. Une pièce ressemblant en tout point au cellier, dans lequel on entreposait autrefois les provisions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
araucaria   01 novembre 2014
Comment vivaient nos ancêtres ? de Jean-Louis Beaucarnot
Pour conjurer les maladies, l'enfant porte des talismans : chapelets d'ail, graines de pivoine rouge que l'on a soin, pour combattre la rougeole, de faire macérer une journée entière dans du vin rouge. On pend à son cou des dents de chien ou de loup, censées favoriser la percée des siennes, qui peut elle aussi déboucher sur des complications parfois mortelles. A tout moment l'enfant est immergé dans l'eau miraculée de quelque fontaine ou source. Certes, des saints sont invoqués lors de chaque maladie : saint Martin pour le carreau, saint Paul pour les convulsions alors tant redoutées, saint Médard contre les vers, saint Blaise contre le croup et les maux de gorge. Mais que faire de plus? Lorsque au milieu du XIXe siècle apparaît le médecin de campagne, on ne le fait pas venir pour examiner un enfant puisque celui-ci ne peut lui décrire ni ce qu'il ressent ni le siège de la maladie.
Commenter  J’apprécie          200
araucaria   31 octobre 2014
Comment vivaient nos ancêtres ? de Jean-Louis Beaucarnot
Quand, dans des positions souvent difficiles et tout à fait inconfortables, la mère donne la vie, le rôle de la bonne mère est loin d'être terminé.

La première opération consiste à couper le cordon ombilical, ras pour les filles, et de façon variable pour les garçons, proportionnellement, dit-on à la longueur de son sexe.
Commenter  J’apprécie          190
araucaria   29 septembre 2014
La généalogie facile de Jean-Louis Beaucarnot
La localisation ancienne, aussi appelée "recherche de berceau", s'appuie sur le constat que nos ancêtres étaient très peu mobiles jusqu'à la Révolution industrielle et que plus elle est ancienne dans le temps, plus la présence attestée d'une famille en un lieu a des chances d'en trahir le berceau d'origine.
Commenter  J’apprécie          195
araucaria   10 novembre 2014
Comment vivaient nos ancêtres ? de Jean-Louis Beaucarnot
Pourquoi faut-il donc travailler? Pour vivre? Pour s'enrichir? Au Moyen Age, la réponse de l'Eglise est catégorique : l'homme doit travailler pour échapper à la tentation.
Commenter  J’apprécie          191
araucaria   30 septembre 2014
La généalogie facile de Jean-Louis Beaucarnot
Pour le généalogiste, la Révolution de 1789 devient vite proche de lui. La dépasser lui est non seulement possible, mais généralement assez simple. Dès lors, il remontera le temps et l'Histoire, cheminant de Louis XVI à Louis XIII, pour arriver parfois, grâce aux archives paroissiales et notariales, à flirter avec les règnes d'Henri IV et des derniers Valois, s'aventurant timidement dans le XVIe siècle, rêvant de pouvoir recommencer, avec les siècles, le compte à rebours qu'il a fait avec les rois.
Commenter  J’apprécie          170
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jean-Louis Beaucarnot (257)Voir plus


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..