AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.09 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 11/06/1954
Biographie :

Jean-Luc Porquet, né en 1954, est un journaliste français.

D'abord étudiant à l'Institut catholique d'arts et métiers, Jean-Luc Porquet entre, en 1973, à l'École supérieure de journalisme de Lille (50e promotion). À cette époque, il participe, avec, entre autres, Cenvint, Phil Casoar et Philippe Robinet, au lancement du Clampin Libéré, journal de contre-information de l'après 68 dont la parution s'arrête en décembre 1977.

Il a par la suite collaboré à Ouest France et à Actuel. Au milieu des années 1990, il intègre la rédaction du Canard enchaîné, où il tient une rubrique intitulée « Plouf ! » qui traite de sujets écologiques, sociaux, humains, ou encore altermondialistes.

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Luc Porquet   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 07 décembre 2018 : Sur le toit de l'enfer de Ilaria Tuti et Johan-Frédérik Hel Guedj aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/123248-nouveautes-polar-sur-le-toit-de-l-enfer.html Ainsi parlent les Français de Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/133474-divers-voyage-ainsi-parlent-les-francais.html Cabu: Une vie de dessinateur de Jean-Luc Porquet aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/127035-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-cabu---une-vie-de-dessinateur.html Les derniers jours de Stefan Zweig Les derniers jours de Stefan Zweig de Laurent Seksik aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/24213-poche-les-derniers-jours-de-stefan-zweig.html Le cas Eduard Einstein de Laurent Seksik aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/24139-divers-litterature-le-cas-eduard-einstein.html L'exercice de la médecine de Laurent Seksik aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/65297-divers-litterature-l-exercice-de-la-medecine.html Un fils obéissant de Laurent Seksik aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121295-divers-litterature-litterature-francaise---un-fils-obeissant.html Romain Gary s'en va-t-en guerre de Laurent Seksik aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/102773-divers-litterature-romain-gary-s-en-va-t-en-guerre.html Les frères Lehman de Stefano Massini et Nathalie Baueur aux éditions Globe https://www.lagriffenoire.com/123170-divers-litterature-les-freres-lehman.html Charlotte de David Foenkinos aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/37723-poche-charlotte.html Paris occulte de Bertrand Matot aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/125020-esoterisme-et-livres-paranormal-paris-occulte.html L'Incroyable Histoire de la médecine de Professeur Jean-Noël Fabiani et Philippe Bercovici aux éditions Les Arènes https://www.lagriffenoire.com/129105-achat-bd-l-incroyable-histoire-de-la-medecine.html Les Pêcheurs d'étoiles de Jean-paul Delfino aux éditions le Passage https://www.lagriffenoire.com/95709-divers-litterature-les-pecheurs-d-etoiles.html La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr Retrouvez l'ensemble des coup

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Jean-Luc Porquet
Ziliz   20 mars 2019
Jean-Luc Porquet
■ TRES MODERNE, CETTE MARÉE NOIRE !

La pollution due au naufrage du 'Grande America' ? Pfff… Ridicule ! Rien à voir avec 'l'Amoco Cadiz', qui trimballait 100 fois plus de fioul. Ou même avec 'l'Erika' (14 fois plus). Et de toute façon, note Nicolas Tamic, du Cedre (Cendre de Documentation, de recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux), les nappes « se dirigent pour l'instant vers le large » ('L'Humanité', 19/03). Les conditions météo s'améliorent constamment. Les galettes et les boulettes de cochonneries mettront des jours à toucher les côtes, François de Rugy a dépêché sur place un navire antipollution. Tout est mis en œuvre, etc.

Et les conteneurs remplis de plein de produits dangereux, acide chlorhydrique et sulfurique, notamment ? Même pas grave. Ou ils ont brûlé dans l'incendie, ou ils se sont dilués dans le vaste océan, ou ils dorment sagement au fond de l'eau, « à 4 600 mètres de profondeur sur la plaine abyssale ». Et les 2 200 véhicules ? Bah, ils rouilleront peinardement jusqu'à la fin des temps.

Bref, des marées noires sympathiques comme celle-là, on en redemande !



- article dans le Canard enchaîné, 20/03/2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          255
Jean-Luc Porquet
Ziliz   23 septembre 2018
Jean-Luc Porquet
■ La tactique du plastique.

Quelle mouche les pique ? Tout le monde s'excite sur le plastique. Il y a le jeune Hollandais prodige dont 'Paris Match' nous vante « la technique révolutionnaire pour enrayer l'invasion des fonds marins par les plastiques », une sorte de boyau flottant de 600 mètres flanqué d'un filet censé ramasser les débris en mer. Il y a 'Plastic Odyssey', le catamaran inauguré en juin par la secrétaire d'Etat Brune Poirson, qui carbure aux déchets plastique (il en ramasse en mer 1 tonne par jour, dont une partie est transformée à bord en carburant). Il y a l'entreprise chilienne Solubag, qui a mis au point un sac plastique soluble dans l'eau ('L'Humanité', 27/08). Que des solutions miracles ! Y a plus qu'à.

Ajoutez-y toutes les infos apocalyptiques dont on nous abreuve sur le plastique... Voilà 50 ans, le monde en produisait 1 million de tonnes par an ; aujourd'hui, c'est 380 fois plus ! D'ici à 2050, les océans devraient contenir, en poids, plus de plastique que de poissons. En avril, des chercheurs allemands n'en sont pas revenus d'avoir trouvé jusqu'à 12 000 particules de plastique par litre figées dans la banquise arctique. Etc.

Là-dessus, tombe en août une annonce à sensation : prenant le plastique à bras-le-corps, le gouvernement s'apprête à publier, cet automne, un décret qui généralisera le bonus-malus sur le plastique. Le prix des plastiques qui partent à la poubelle augmentera, celui des plastiques recyclés baissera. Le but affiché est de faire grimper le taux de plastique recyclé, lequel est, il est vrai, désespérant : sur les 3.3 millions de tonnes produites chaque année en France, on n'en recycle qu'un peu plus d'un quart (chiffre 2016 : 26.2 %). Ce qui est l'un des pires scores européens (la moyenne est de 40.8 %). Objectif (bien entendu irréalisable) : arriver à recycler la totalité du plastique d'ici à 2025.

Admirable, tout cela, non ? Mais pourquoi cet emballement ? Pourquoi cette mesure, déjà moult fois évoquée, notamment lors du grenelle de l'environnement, ne prend-elle effet que maintenant ? Pourquoi les entreprises multiplient-elles depuis peu les annonces vertueuses antiplastique, de Michel-Edouard Leclerc à Carrefour en passant par Coca-Cola ? A cause de la Chine, nous explique, dans 'Le Monde' (15/09), la consultante en développement durable Elisabeth Laville. Au début de l'année, la Chine, désormais elle aussi noyée sous ses propres déchets plastiques, a décidé unilatéralement de stopper les importations de nos déchets plastique. Or c'est chez elle que le monde industrialisé se débarrassait des 3/4 d'entre eux ! D'où la fébrilité des gouvernants et des entreprises, qui se décident enfin à trouver vite fait une solution.

[...]



• 'Plouf', article dans le Canard enchaîné du 19/09/2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Jean-Luc Porquet
Ziliz   21 octobre 2018
Jean-Luc Porquet
[...] Et, la voiture électrique, les médias ne cessent de nous le seriner, nous allons tous y passer. La preuve, c'est que ces jours-ci, EDF s'offre de pleines pages de pub pour clamer son ambition d'en devenir le 'fournisseur officiel'. D'ici cinq ans, notre géant national aura installé sur le territoire quelque 75 000 bornes de recharge, de quoi alimenter 5 fois plus de bagnoles électriques qu'il n'y en a aujourd'hui.

Avec seulement 1.2 % du parc automobile, la voiture électrique ne séduit guère le populo. Alors qu'elle est é-co-lo-gique ! Elle ne dégage pas un gramme de CO2 ! Aucune particule fine ! Certes, les grincheux vous diront qu'avant même d'avoir parcouru son premier kilomètre, une voiture électrique a déjà dégagé une montagne de CO2, vu que la fabrication de sa batterie (qui pèse dans les 600 kilos) nécessite en moyenne 400 kilos de nickel, mais aussi 15 kilos de cobalt, 5 kilos de lithium et quantité d'autres métaux rares dont l'extraction, le raffinage, la transformation et l'acheminement sont affreusement voraces en eau et en énergie. (1)

Même Carlos Tavares, le patron de PSA, a rechigné à prendre le tournant électrique que, dit-il 'les autorités leur ordonnent' de prendre : 'Je ne voudrais pas que, dans trente ans, on découvre quelque chose qui n'est pas aussi beau que ça en a l'air, sur le recyclage des batteries, l'utilisation des matières rares de la planète, les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge.' ('Le Parisien', 24/09/2017).

Alors, pourquoi cet emballement ? A cause du nucléaire. Pour recharger 1 million de voitures, il faut, estime-t-on, faire tourner un ou deux réacteurs nucléaires. On comprend l'enthousiasme d'EDF.

Pour maintenir coûte que coûte son parc au niveau actuel, EDF cherche à 'faire augmenter le plus rapidement possible la consommation française d'électricité, stagnante depuis plusieurs années, de telle sorte que la part du nucléaire redescende [?] naturellement à 50 % du total vers 2030, rendant inutile toute fermeture de centrale', analysent l'ingénieur Benjamin Dessus et le physicien nucléaire Bernard Laponche dans une tribune intitulée 'Non, le nucléaire ne sauvera pas le climat !' ('Alternatives Economiques', 03/10).

C'est la voiture électrique qui va sauver le nucléaire...



(1) 'La guerre des métaux rares', Guillaume Pitron, LLL, 300 p., 20 €

___

• article dans le Canard enchaîné du 17/10/2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Jean-Luc Porquet
Ziliz   21 juin 2019
Jean-Luc Porquet
■ Ah, les trottinettes...

Ne sont-elles pas merveilleuses, ces trottinettes électriques qui, depuis un an, déferlent sur Paris et les grandes métropoles ? Elles filent sans bruit à 25 km/h. Elles se faufilent sur les trottoirs, les couloirs de bus, les pistes cyclables. Elles sont silencieuses. Elles nous font retomber en enfance. Ah, les sourires ravis des adultes chevauchant leur engin sur le méchant bitume de la ville ! Paris en compte actuellement dans les 20 000, et ce n'est qu'un début - le double est prévu avant la fin de l'année. Bien sûr, pour s'en servir, il faut disposer d'un téléphone portable. Mais qui n'en a pas, à part trois olibrius égarés ?

Vous téléchargez l'appli de l'opérateur de votre choix (à Paris, pas moins de 12 sociétés se disputent le marché). Elle vous indique la trottinette la plus proche. Un peu de marche à pied, quelques tapotages, et hop ! Pour 1 euro, la voilà débloquée et, pour 15 à 25 centimes par minute, vous circulez où bon vous semble. Le trajet est fini ? Vous la flanquez dans un coin, et adios ! Le bonheur.

Le hic, c'est que, derrière leur apparence 'fun, ludique et résolument tendance', se cache une réalité plus dérangeante. Pas seulement en matière de sécurité et de santé publique (les accidents à foison, les deux morts à Paris, la timide reprise en main par les pouvoirs publics, avec amende de 135 euros pour qui fonce sur un trottoir, et casque obligatoire pour les 8-12 ans)...

Toutes ces trottinettes sont fabriquées en Chine, pays où ne s'épanouissent guère, comme on le sait, le dialogue social et les salaires confortables. Toutes ont une durée de vie des plus courtes. Pas plus de 3 mois, après quoi elles filent à la casse, comme l'a révélé une récente étude du Boston Consulting Group. Un vrai record d'obsolescence ! Un peu gênés, les opérateurs jurent qu'ils vont s'efforcer de les faire durer au moins, tenez-vous bien, 9 mois...

Toutes fonctionnent avec des batteries lithium-ion, lesquelles s'altèrent rapidement, et dont les 3 kilos (au minimum) sont composés d'un savant mélange de nickel, cobalt, aluminium, lithium, cuivre, manganèse - métaux dont les conditions d'extraction ne sont généralement pas un modèle de respect de l'environnement. Bref, la trottinette électrique n'a rien d'écolo.

Ce n'est pas tout : pour recharger les batteries, les opérateurs font appel à des particuliers. Tous sont des travailleurs précaires qui, chaque soir, embarquent des trottinettes pour les emmener dans un local où ils rechargent pendant trois heures - avec de la bonne électricité nucléaire. Libération' (11/05/2019) a raconté leurs folles cadences quotidiennes, les centaines de camions qui tournent dans Paris entre 18 heures et 3 heures du matin, leurs guéguerres... Et tout ça pour des clopinettes.

La trottinette cache bien son jeu...



▪️ article dans le Canard enchaîné, 19/06/2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          197
Jean-Luc Porquet
Ziliz   25 février 2021
Jean-Luc Porquet
■ C'EST COMMENT QU'ON FREINE PAS ?

Le chiffre subjugue chaque fois qu'on retombe dessus. Celui de la pub. Chaque année, en France, il est dépensé 33 milliards d'euros pour nous inciter à consommer (1). C'est 8 fois le budget du ministère de la Culture. C'est 500 euros par tête de pipe. Soit 1.37 euro par jour. En gros, ce avec quoi survivent les 800 millions d'humains les plus pauvres.

La publicité, disait Jacques Ellul en 1988, "est devenue le moteur de tout système. Elle est la dictature invisible de notre société."

A leur manière, les citoyens de la Convention citoyenne pour le climat ont entériné ce constat : "La publicité a un impact très fort sur la création de besoins et sur la consommation : nous pensons ainsi qu'il s'agit d'un des principaux leviers à actionner pour faire évoluer les comportements du consommateur d'une manière durable, du fait de son rôle majeur sur la fabrication de nos modes de vie."

(...)

Aussitôt publiées ces [3] propositions, en juin dernier, les publicitaires s'activent. Ils font l'assaut du gouvernement. Leur lobbyiste en chef, Mercedes Erra, patronne de l'agence BETC et membre du comité de direction d'Havas s'en félicite aujourd'hui :

"Les ministères nous ont vus à toutes les réunions, je n'ai pas à expliquer à Bruno Le Maire en quoi je suis utile" (Libé, 10/02). Leur victoire est totale.

Des propositions citoyennes sur la pub, il ne reste dans le projet de loi publié le 10 février par Barbara Pompili qu'un article interdisant les avions publicitaires et l'article 4 ainsi rédigé : "A compter d'un an suivant la présente loi, est interdite la publicité en faveur des énergies fossiles."

Excellent gag ! Ce n'est pas tous les jours, en effet, qu'on voit des pubs du style 'Achetez-vous une tonne de charbon' ou 'On n'a pas d'idées mais on a du pétrole pas cher !' Il n'y aura donc strictement rien à interdire. Les messages nous vantant les SUV et autres engins énergivores continueront de fleurir partout. Pour faire passer la pilule, les pubeux diront suivre des 'codes de bonne conduite' et défendront mordicus une 'consommation responsable'. Et surtout durable ! (...)



(1) Un peu moins l'an dernier, Covid oblige.



------



• article 'Plouf !' dans le Canard enchaîné du 24/02/2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
Jean-Luc Porquet
Ziliz   07 mars 2021
Jean-Luc Porquet
■ Pénurie de microgouttelettes.

Pourquoi n'a-t-elle pas fait plus de bruit ? Mystère.

C'est une étude allemande qui s'ajoute à d'autres allant dans le même sens (et qui, comme toutes les études, peut bien sûr être remise en question, mais ce qu'elle montre est suffisamment convaincant pour qu'on la discute, la refasse, la renforce - ou la réfute - sans attendre) : les lieux culturels, établit-elle, sont ceux où le taux de contamination est le plus faible.

L'étude est signée par deux chercheurs de l'Institut Hermann-Rietschel, à Berlin (rtbf.be, 18/02). Ils ont élaboré un 'modèle de risque d'infection', lequel permet de quantifier et de comparer les risques de contamination par aérosol, ces microgouttelettes en suspension dans l'air. Si on fixe à 1 l'indice de circulation du virus dans un supermarché où tout le monde circule masqué, à combien est-il dans d'autres lieux ?

Leur réponse : dans les théâtres, salles de concert et musées respectant les consignes sanitaires habituelles, il est de moitié, soit 0.5. C'est le plus bas de la liste. Celui des bureaux occupés à 20% et en open-space est de 1.6 (plus du triple). Celui d'une école à moitié vide est de 2.9 (près de 6 fois plus)... Les lieux culturels, notent les chercheurs, sont les seuls où le public reste relativement silencieux (bien plus que dans les églises !) et où il est assez simple de faire respecter la distanciation physique.

Qu'en pense Roselyne Bachelot ? Elle est en train de mettre laborieusement en route deux expérimentations, l'une à Marseille, l'autre à Paris : 2 concerts avec 1000 spectateurs volontaires et des protocoles pas encore finalisés mais déjà coûteux - 1 million d'euros (Le Monde, 28/02).



-----



• article du Canard enchaîné du 03/03/2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Jean-Luc Porquet
Ziliz   14 mars 2019
Jean-Luc Porquet
■ Dé-ma-té-ria-li-sé !

Désormais, tout se fait en ligne, tout ! S'inscrire sur Parcoursup [pour l'après Bac] ou à Pôle Emploi, contacter l'Assurance Maladie, la Caisse nationale d'Allocations familiales, obtenir son permis de conduire et sa carte grise. Bref, toutes les démarches administratives sont 'dématérialisées', comme on dit, et vive le progrès.

Certes, il y a des zones blanches : dans 541 communes françaises, Internet ne passe pas. Soit près de 500 000 personnes qui doivent prendre la voiture pour aller se connecter. Ainsi, ces lycéens des Cassés (Aude), condamnés à faire 20 km pour se connecter sur Parcoursup au McDo (Le Monde, 09/03).

Patience : le gouvernement a lancé il y a cinq ans un plan 'France très haut débit', complété depuis l'an dernier par un 'New Deal mobile' (sic), la sainte 4G... Reste un petit problème : les vieux, et les largués. Ceux qui ne parlent pas le langage des bits et des clics. On estime que 40% des plus de 70 ans ne vont jamais sur Internet. Et 46% des non-diplômés non plus. Soit, en gros, 9 millions de vieux et 11 millions de cancres.

20 millions de Français laissés de côté par la dématérialisation.

Ils n'ont plus qu'à se dématérialiser !



• article dans le Canard enchaîné du 13/03/2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Jean-Luc Porquet
Ziliz   29 avril 2021
Jean-Luc Porquet
■ LES FENETRES.

On entend une voix de femme, d'où peut-elle bien venir ? On regarde les centaines de fenêtres du bloc HLM de la Cité Stalingrad, à deux pas du rond-point Youri Gagarine, et là, au 10e étage, on les voit : une chanteuse accompagnée d'un batteur.

A peine a-t-elle fini d'interpréter 'Les Fenêtres', de Brel, qu'au premier étage apparaît de derrière un rideau rouge une marionnette d'élégante, laquelle nous entretient de tragédies grecques. D'autres marionnettes à taille humaine surgiront ici ou là, dans l'immeuble d'à côté, sur le toit d'un BestDrive abandonné.

Un ancien maigre devenu gros raconte que le confinement lui a fait prendre un peu, beaucoup, trop de poids. La mort en froufrou noir rit à gorge déployée du 'principe d'enfermer les bien-portants', qui lui apporte de nouveaux clients (et elle compte beaucoup sur les violences conjugales). A une fenêtre débordant de verdure, des animaux apparaissent et racontent que, les occupants ayant fui l'appartement, ils se sont installés là.

'On n'en pouvait plus', dit un membre de la compagnie de marionnettes 'Les Anges au plafond', qui a son QG à Malakoff, dans les Hauts-de-Seine. Toutes leurs représentations annulées en rafale (une soixantaine depuis janvier)... Ils ont eu envie de jouer malgré tout. D'où cette apparition aux fenêtres. Sur la pelouse en face des HLM, nous ne sommes guère que trois douzaines, et ça n'a duré qu'une demi-heure. On serait bien restés encore trois heures !



Vu à Malakoff le 17/04/2021. Prochaines représentations dans la Creuse, le 30 avril à Felletin et le 1er mai à Aubusson.



-----



• article dans Le Canard enchaîné, 28/04/2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SZRAMOWO   30 décembre 2018
Cabu. Une vie de dessinateur de Jean-Luc Porquet
QUICONQUE DANS LES ANNÉES 2000 A DÉAMBULÉ DANS PARIS AUX CÔTÉS DE CABU l’a constaté : immanquablement, un passant le hélait : « M’sieu Cabu ! Vous êtes bien Cabu ? De “Récré A2” ? Ah, c’est toute ma jeunesse… Comment va Dorothée ? » Cabu rit, répond aimablement, salue, puis, dès que l’admirateur ravi a tourné les talons, se gratte la tête et soupire : « On est toujours connu par ce qu’on a fait de pire. » Mais au fond, il n’en pense pas un mot. De ces dix années de télé avec Dorothée, il ne garde que des bons souvenirs. D’abord, parce que Dorothée est « quelqu’un d’intelligent et de très drôle ». Ensuite, parce que les enfants sont selon lui le meilleur des publics car ils dessinent tous ou presque jusqu’à douze ou treize ans, et qu’ils aiment voir dessiner. Mais aussi : « Ils aiment la poésie et l’humour noir ; les adultes n’aiment jamais les deux. Les enfants ont un esprit critique très fin. » Autre avantage, dessiner en direct chaque semaine devant une caméra lui a beaucoup appris : « Cela m’a obligé à travailler plus vite, directement sans crayonné, à cadrer de façon plus simple (l’image de la télé étant très furtive, elle doit être efficace !), à supprimer des arrière-plans sans grande utilité. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kanelbulle   12 janvier 2014
Vive la malbouffe, à bas le bio ! de Jean-Luc Porquet
La malbouffe met de la fantaisie, du suspense et de la gaité dans nos vies : désormais, comme dit l'autre, à table on ne se dit plus "bon appétit" mais "bonne chance". Ce qui est quand même plus rigolo...
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Françaises célèbres

Edith Piaf

philosophe
chanteuse
femme politique
religieuse

20 questions
145 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..