AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Jean-Marc De Vos (20)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Djaarhs !
  15 mars 2021
Djaarhs ! de Jean-Marc De Vos
Une couverture hideuse, un titre improbable, un pitch lu cent fois...

Et cerise sur le gâteau, c'est de l’autoédition.

Bref, tous les voyants sont au rouge.

Et pourtant...



Un objet non identifié apparaît dans le ciel de la Terre tandis qu'au même moment une épidémie se propage. Pas besoin d'être mathématicien pour additionner 1+1, les aliens sont sûrement coupables, mais ils fournissent le remède. Où est le loup ?



Voilà une histoire qui fait partie des marronniers de la SF, question originalité, on repassera d'autant que tout le reste est quasi prévisible pour l'amateur d'imaginaire. Mais le style fluide et simple, l'humour et la bonhommie des personnages font que c'est plaisant à lire. De cette histoire lue cent fois, on y pénètre comme lorsque l'on enfile sa vieille paire de baskets, on est en terrain connu, chez soi, bref, on s'y sent bien. En outre, même si la Russie et les USA sont présents, l'intrigue se passe en Belgique, voilà qui change des lieux communs. C'est léger, mais plus la lecture avance, plus une certaine profondeur se fait jour. Cela reste assez caricatural et attendu, mais comme dans la vraie vie l'Histoire se répète sans que l'on en prenne conscience.

Mené tambour battant, difficile de s'arrêter dans sa lecture. Seule la fin est un peu en dessous, l'impression que l'auteur ne savait pas vraiment comment clore l'histoire. Ce n'est pas catastrophique loin de là, mais j'aurai voulu un truc un peu plus étonnant au vu du reste.



Nous sommes face à une lecture détente qui fait son taffe et cela fait du bien de temps en temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Strange Crazy Tales of Pulpe
  25 février 2021
Strange Crazy Tales of Pulpe de Jean-Marc De Vos
Les nostalgiques du pulp vont retrouver la recette originale.

Tandis que les nouveaux consommateurs vont découvrir une formule vieillotte.

Mais si on secoue bien, l'oranginalité se fait jour...



C'est quoi le Pulp ? Si on écarte les magazines des années 40-50, reste pour moi de la littérature populaire, avec du très mauvais et du très bon, balançant dans les genres de l'imaginaire. Ce qui est vrai ici. Pas de mensonges sur la came que l'on va y trouver. Seul bémol pour moi, publier du Pulp en 2020 est synonyme de se réapproprier ce style de publications et de le transcender ou du moins le moderniser. Ce que je n'ai malheureusement pas toujours ressenti lors de ma lecture. Mais peut-être aussi était-ce la demande de l'anthologiste, retrouver le bon goût de jadis ?



Côté positif, la magnifique couverture de Christophe Huet, avec son côté vieilli et un rosé que je n'aurai oser imaginer et qui magnifié l'ensemble. Cerise sur le gâteau, cette anthologie comporte quelques illustrations intérieures de belles factures (Maniak, Cham, Stef W et Christophe Huet), rappelant les couvertures de ces pulps d'antan. En point d'orgue, ce faux bon de commande permettant d'acquérir des objets divers et variés, très second degré. Ou à l'humour parfois hard, ma préférée.



Côté texte, c'est l'anthologiste, Southeast Jones, qui remporte de très loin la palme du meilleur texte. Je ne peux que vous conseiller de lire cet auteur qui n'est jamais aussi bon que lorsqu'il pond des récits à l'atmosphère mélancolique et légèrement sombre.

Je ne peux aussi que t'encourager à aller trainer sur leur site voir leurs autres livres, dont une bonne partie est téléchargeable gratuitement. L'antho Mort(s) est de très bonne qualité.



Rapide tour d'horizon des différents textes :



Opération Nectar, de Nicolas Pagès



Une chasseuse de primes s'envole vers un astéroïde en compagnie d'un militaire burné qui n'est pas insensible à ses charmes. Objectif de sa mission ?

Voilà une nouvelle pulpée, ou plutôt stuprée : c'est rempli de sexe et de stupre. La seule chose que je n'ai pu voir venir est la chute, le reste étant un texte assez bateau qui ne fait renverser les rôles hommes femmes. J'en attendais un plus de l'auteur.



L’appendice à l’air vont les S’morrrrrr, de Herr Mad Doktor



Une réunion diplomatique galactique doit statuer sur le sort des S’morrrrr, une race exubérante et invasive.

Un texte marrant, dans la veine pulp comme il se doit mais dont j'aurai aimé une chute différente.

Rare sont les textes sur les peuples nomades, gens du voyage, Rroms et autres, c'est ce qui me restera en mémoire.



Le destin des Nornes, de Denis Labbé



De nos jours, un militaire se retrouve au valhalla...

Un texte qui associe légendes nordiques et musique métal. Ne connaissant ni les unes, ni l'autre, je suis passé à côté.



Pour un baiser, de Nicholas et Séverine Maire



Un aventurier atterrit sur une planète censée être désertique depuis longtemps...

J'ai bien aimé ce texte à l'ambiance old school mais calme et sereine. On découvre la particularité de ce monde étrange peu à peu pour finir dans une sorte d'utopie biaisée.



Le cimetière des innocentes, de Jean-Pierre Favard



On débute par une scène sacrificielle pour ensuite dévier sur une enquête menée par deux olibrius.

Un petit air anar se dégage de l'ensemble et l'humour permet de passer un bon moment de lecture, en dépit des incohérences.



Tempête stellaire, de Jean Christophe Gapdy



Espace, un duo de pilotes est appelé à la rescousse suite à une embuscade faite par des pirates.

Toujours dans l'univers de SysDol, le pilote bourru et la jeune fille apprentie vont aller de péripéties en péripéties. Connaissant (et appréciant) nombre des écrits de l'auteur, je reste ici sur ma faim, seul le petit twist vers le final a éveillé mon intérêt.



Djinn Djihad, de Bruno Pochesci



Texte qui s'ouvre sur un avertissement de l'auteur : comme certains textes sont en hébreux et arabe, ils risquent de ne pas d'afficher selon la liseuse. En tout cas, chez moi, ça merde... Liseuse raciste ?

Pourquoi ne pas avoir mis ces passages en image ? L'epub n'étant pas encore sortie, gageons que le problème sera réglé d'ici là.



Mais revenons en au texte : Les Maures envahissent le monde et sont aux portes du Vatican dont le seul occupant est le pape.

Une pochade - une pochesci ? - anar donc antireligieuse qui en fait des tonnes sur l'envahisseur musulman. J'ai bien aimé la "petite" machine bras droit de l'islam radical. Le twist final m'a surpris agréablement. Pas inoubliable mais cela m'a fait me marrer et c'est suffisant pour moi. A déconseiller cependant à Gilles Dumay...



Les souveraines de Bal-Shima, de Henri Bé



Un explorateur s'en va chercher sur une planète des fleurs hallucinogènes, il découvre alors une société traditionnelle.

Un texte plus introspectif, autour de l'addiction et de ce qui peut en coûter. J'aurais aimé une fin un peu plus brute de décoffrage mais j'ai bien aimé ce glissement progressif du village oublié vers une utopie. Beau rebrousse poil.



Les orphelins de l’hôpital Saint-Jude, de Gwen Geddes



Nouvelle fantastique, deux couples se réfugient dans un hôpital psy lors d'une nuit d'orage. Ce qui devait arriver arrive ...

Une écriture qui retranscrit l'ambiance oppressante du lieu. Juste un bémol, le texte aurait mérité quelques pages supplémentaires pour augmenter le réalisme qui en prend un coup lors des évènements dramatiques dont les réactions des personnages semblent particulièrement bancales.





Léviathan, de Yoann PS Anderson



Les combats font rage entre l'humanité et une race alien. Les hommes pensent remporter une victoire décisive en abattant un des vaisseaux. Mais ...

Une histoire classique avec un peu d'horreur cosmique, qui se lit très bien mais dont la chute aurait pu être plus marquante.



Zombie love, de Frédéric Lyvins



Un homme est en deuil depuis le décès de sa femme et de son enfant. Il va chaque soir se recueillir sur leurs tombes.

C'est fluide, voir un peu trop, j'aurai aimé être plus surpris. En outre, je connais l'auteur par ouïe dire et son nom se résume souvent à qualité mais horreur bien horrifique, je suis donc déçu dans mes attentes.



Droit dans le mur, de Jean-Marc De Vos



Un homme entend des voix en provenance d'un des murs de sa maison.

Voilà une bonne blague, certes un peu longue pour la raconter lors d'un repas familial, dommage.

Sur un départ con, le reste l'est tout autant mais on a plaisir à vouloir connaître le twist final. Qui arrive à surprendre.

Con et drôle, what else ?



Nous n’irons pas dans les étoiles, de Southeast Jones



Rien que le titre donne vie de lire cette nouvelle qui m'a fait penser par son ton mélancolique à la nouvelle Comment c'est là-haut ? de Edmond Hamilton .

Un scientifique doit annoncer à ses collègues une triste nouvelle : nous n'irons pas dans les étoiles.

A la manière d'un journal, nous allons être peu à peu éclairer. L'auteur arrive à nous faire poser des questions et se rapproche de RC Wilson et de sa disparition des étoiles, rien que ça !

Seul envie après lecture, qu'un roman sorte pour approfondir le contexte et l'ambiance. Voilà le plus beau texte de cette anthologie, et de loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
L'ambassadeur
  20 février 2020
L'ambassadeur de Jean-Marc De Vos
N'en déplaise à Ferrero, les réceptions de l'Ambassadeur ne sont pas toujours réussies !



Et un jour apparait sur toutes les télés du monde une Lettre. Ils sont là, aux portes de notre système solaire.

Contact - Peur - Soulagement

Mais, les aliens ont un système de Nations Unis, le Haut Conseil des Entités Galactiques Interstellaires, et des règles strictes pour protéger les planètes habitées des colonisations et autres exterminations hostiles.

Mais le troisième principe ! Et tout cela, à cause de Voyager !



La première partie nous réserve à chaque fois son lot de surprises, nous emmenant vers des situations que je n'avais pas vu venir. Les rebondissements sont de rigueurs et alors que certains romans vous demandent l'exclusivité de vos neurones pour vous délivrer leur univers complexes, ici, on rentre facilement dans le coeur du sujet.



Et arrive la seconde partie, une enquête beaucoup plus classique pour découvrir une étrange malédiction pesant sur la Voie Lactée. L'originalité n'est plus présente, quelques hics ici et là, comme lorsque l'on interdit à une personne de venir sur le vaisseau pour trois pages plus loin faire l'inverse, le retournement de situation étant bien trop rapide. L'impression de lire un roman tout venant de la fameuse collection Fleuve Noir Anticipation. Sentiment renforcé par l'image de la femme qui fera grincé quelques dents (même si cela est assez étrange car à d'autres moments, on sent que l'auteur à un point de vue autre)...



J'ai ici l’impression que l'écriture de ce texte s'est faite en deux temps et que l'auteur a retravaillé plus tard son introduction pour en faire la première partie. Sentiment renforcé par la quasi absence des aliens colonisateurs dans la seconde partie.

Ou c’est tout simplement que j'avais envie d'en savoir plus sur ces Murides et leur rapport avec les humains. Pour moi, le sujet était plus ici que dans l'enquête classique sur la malédiction.



C'est un roman qui plaira aux nostalgiques du FNA. Pour les autres, je vous conseille plutôt la lecture de son second livre, Leodiensia Data, plus au goût du jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Leodiensia data
  06 janvier 2020
Leodiensia data de Jean-Marc De Vos
Pendant que tu surfes sur le net, d'autres se servent de tes données.

Mais pour quoi faire ?



Suite à un entretien d'embauche, une jeune et brillante mathématicienne va se retrouver plonger dans une société qui révolutionne les théories mathématiques.

Quelques années après, un ex taulard rangé des affaires va se retrouver au coeur de différents attentats.

Jamais je n'aurais lu ce roman sans les conseils avisés de Southeast Jones, mon dénicheur de talents. Le pitch me faisait penser à un énième ersatz du pendule de Foucault, c'est un livre auto-édité et les premières pages ne m'ont pas donné un aperçu très reluisant du contenu. Alors que la mathématicienne est une personne cartésienne, comment comprendre qu'elle soit intrigué par les élucubrations d'un vieillard original et mystérieux ?

Il y a aussi des ruptures de ton entre les dialogues et le récit : Les uns sont très langage courant, voir familier, et des mots tels que gibecière ou shopeuse font leur apparition. (Ceci dit, les dialogues se rapprochent plus de notre quotidien que dans bon nombre d'autres livres !)

Bref, cela me laissait très songeur sur la suite. Mais étrangement, cela participe au mystère et comme ça se lit tout seul...



Et j'ai bien fait de continuer l'aventure car malgré des défauts, l'histoire est prenante, les personnages sont gouailleurs et ont du répondant. L'auteur ménage le suspens, amenant au fil du récit quelques dévoilements pour toujours prendre le lecteur dans ses filets. Il évite aussi d'en faire pas trop avec cette société secrète, nous sommes bien dans le monde d'aujourd'hui avec des protagonistes que l'on pourrait croiser dans la rue.

Cette histoire assez improbable mélangeant les données, les maths, les probabilités, les ordinateurs quantiques, l'enquête policière et des moines est menée tambour battant. Pas le temps de m'ennuyer, l'auteur va à l'essentiel, pas de longues digressions philosophiques, juste un bon page turner qui fait le job. Et cela fait du bien un livre sans prise de tête et divertissant.

Au final, son premier roman est d'ores et déjà dans mes prochaines lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
L'ambassadeur
  01 octobre 2019
L'ambassadeur de Jean-Marc De Vos
La science-fiction renaît, et l’on s’en réjouit !

Quelle merveilleuse aventure, tout y est à souhait. Et quelle imagination, une rando décapante aux quatre coins de l’Univers comme si l’on y était, et voici le bestiaire de la science-fiction significativement enrichi des plus improbables et tout aussi attachantes créatures… pardon, Entités !

Un tout grand bravo !
Commenter  J’apprécie          70
Djaarhs !
  20 avril 2021
Djaarhs ! de Jean-Marc De Vos
Je ne sortirai pas indemne de cette lecture !

C’est ce qu’affirme le quatrième de couverture mais ce n’en est pas moins vrai !



Certes les Djaarhs sont des extra-terrestres, certes ils ressemblent à des criquets ou à des crevettes et font cinq fois la taille des humains mais le récit nous fait réfléchir à des thématiques bien concrètes. Du moins, si on le veut bien car on peut aussi lire ce roman comme une pure fiction.



Comme souvent, Jean-Marc De Vos nous propose des personnages pittoresques, bien typés. J’avoue un faible pour le général Paterson qui n’est pas sans me rappeler G.S. Patton mais chut ! Les dialogues sont percutants, souvent touchés par l’humour puis l’atmosphère bascule...



C’est un roman qu’il est difficile de faire durer. On en savoure chaque passage même les plus noirs tout en se demandant comment ces maudits envahisseurs pourraient être annihilés.

Commenter  J’apprécie          20
Dissidence
  13 avril 2021
Dissidence de Jean-Marc De Vos
Si je rangeais ce roman dans le genre de la science-fiction, je l’amputerais d’une de ses dimensions. De même si je vous annonçais qu’il s’agit d’une enquête policière. Les deux s’y marient avec bonheur, avec beaucoup de naturel. Rien n’y semble forcé ni invraisemblable. L’auteur est documenté, il parle de ce qu’il connaît et cela se ressent.



Les personnages sont solides, bien campés, typés quoique sans excès. Authentiques au point qu’on s’attendrait à les croiser un jour, certains sont particulièrement attachants. De ceux qu’on souhaiterait rencontrer. Si l’univers est rassurant, presque routinier, il ne s’agit que de la partie visible de l’iceberg. Sous l’eau glacée, on glisse vers des découvertes, on remonte le courant avec les enquêteurs, si bien qu’on a du mal à déposer le bouquin avant de l’avoir terminé. D’autant plus que la fin n’est en aucun cas un récit qui s’effiloche ou s’affadit. Au contraire ! C’est alors que tout prend pleinement son relief.



Quand c’est terminé, il reste des questions sous forme de «Et si... » ou de « Pourquoi pas ? » et le regret d’avoir fini de lire la dernière page. D’autant plus que l’humour est très présent  et qu’il fait mouche.



En conclusion, bien que n’étant pas une inconditionnelle de la science-fiction, j’ai adoré !







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dissidence
  13 mars 2021
Dissidence de Jean-Marc De Vos
Un thriller de science-fiction pure jus, dans un futur assez contemporain, mené par des personnages de caractères, taillés dans le roc, et sous la plume d’un auteur qui affiche une connaissance poussée du milieu policier, ce qui ne rend que d’autant plus réalistes et truculentes les nombreuses scènes d’actions.

Cela se lit dès lors d’une traite, emmené par une écriture addictive et dans l’impatience du dénouement final, mais que l’on craint ensuite de voir arriver tant la chute semble abyssale. Et pourtant, la morale est belle et l’humanité ferait bien de l’entendre.
Commenter  J’apprécie          20
Strange Crazy Tales of Pulpe
  28 février 2021
Strange Crazy Tales of Pulpe de Jean-Marc De Vos
Mon barème nouvelles :



* Je n'ai pas du tout accroché

** J'ai moyennement accroché

*** Bon texte.

**** Excellent.



Une petite anthologie, sympathique, au format pulp. Les points forts : une couverture attrayante et des illustrations intérieures de belle facture, qui collent parfaitement à l'esprit pulp. L'esprit amateur, plutôt revendiqué, si j'ai bien compris, j'aime aussi. Mon côté fanzineux a apprécié en tout cas. Les textes, à mon sens, sont aussi dans cet esprit. Je suis très dur sur les nouvelles, car j'adore cela, d'où mes notations qui peuvent paraître rudes. C'est juste mon curseur personnel qui est élevé.



Hors catégorie : la nouvelle de Gaëlle Dupille, annoncée en couverture, introuvable au sommaire. Introuvable sur la couverture, Gwen Geddes a quant à elle une nouvelle dans l'anthologie. Je suppose qu'il s'agit d'un pseudo de l'autrice absente au sommaire, mais je suppose seulement :)

Passons le sommaire en revue, dans l'ordre puisque j'ai lu les textes dans l'ordre :

* "Allison Howlett : Opération Nectar", de Nicolas Pagès. Mission confuse sur une planète avec un duo improbable.

*** L'appendice à l'air vont les S'morrrrrr de Herr Mad Doktor. Petit complot diplomatique intergalctique assez astucieux et rigolo. Très pulp en effet. Selon moi le meilleur texte de l'anthologie avec l'avant-dernier.

* "Le destin des Nornes", de Denis Labbé. C'est le Valhalla 2.0 pour un soldat qui le découvre... non conforme. Pas du tout accroché.

** Pour un baiser. Nicolas et Séverine Maire. Un explorateur découvre une planète où a vécu une autre humanité. Un texte plein de promesses pour ce duo d'auteurs, plutôt bien écrit, mais une fin que j'ai trouvé confuse et assez plate.

* le cimetière des innocents, de Jean-Pierre Favard. Une enquête grandguignolesque qui m'a laissé plus que circonspect.

** Tempête Stellaire de Jean-Christophe Gapdy. Starbuck Jr dégomme du pirate de l'espace, pour résumer façon Battlestar Galactica. L'auteur a une très bonne plume, mais j'ai trouvé le texte un peu trop facile, et la fin décevante. Peut-être appartient-il a un cycle d'histoires plus vaste et peut-être ai-je manqué de clés, car le texte fait très "chapitre" ou "épisode" de quelque chose d'autre.

*** Djinn Djihad, de Bruno Pochesci. Plutôt bien aimé cette apocalypse religieuse, un peu foutraque et parfois drôle.

** Les souveraines de Bal-Shima, d'Henri Bé. On dirait un épisode de Star Trek. Un peu à la façon du pilote refusé de la série (La cage) avec le capitaine Pike. Bref, une SF très rétro, très pulp pour le coup, mais, même s'il y a des qualités dont ce côté pulp, je n'ai accroché ni totalement à l'histoire ni vraiment à l'écriture, hélas.

** Les orphelins de l'hôpital Saint-Jude de Gwen Geddes. Des qualités dans ce thriller fantastique, mais j'ai l'impression d'avoir vu ou lu cette histoire un million de fois.

** Léviathan, de Yoann Bruni. Il y a de l'idée dans ce space-opera, mais je suis passé complètement à côté de l'histoire et de la narration, plus globalement.

** Zombie Love, Frédéric Lyvins. Cette histoire de vengeance zombiesque m'a paru un peu trop vite emballée et décevante au final. Mais j'ai bien aimé l'écriture de Lyvins (premier texte que je lis de cet auteur), et j'irai probablement découvrir d'autres de ses nouvelles fantastiques.

*** Droit dans le mur de Jean-Marc de Vos. La perle de cette anthologie si vous me le permettez, qui frôle mon **** étoiles. J'ai retrouvé la drôlerie sarcastique d'un Sternberg ou d'un Sheckley. Et de ma part, c'est un beau compliment. Cela donne donc envie d'en lire plus de cet auteur que je découvrais aussi.

** Nous n'irons plus dans les étoiles de Southeast Jones. Une qualité de plume indéniable, mais l'histoire m'a laissé un goût de trop peu. La conclusion de cette histoire trop classique est à mon avis un peu plate, tout comme l'exécution globale du texte. Mais ce n'est pas si mal.



La note globale de *** étoiles est moyenne sans doute, mais j'ai tout de même apprécié l'objet, et la découverte de quelques plumes que je suivrais bien à l'avenir. Merci donc aux Artistes Fous.















+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Strange Crazy Tales of Pulpe
  12 janvier 2021
Strange Crazy Tales of Pulpe de Jean-Marc De Vos
Ce n'est pas la première fois que je lis des recueils des AFA's et encore une fois je me suis régalée. Bon déjà j'adore la plupart des auteurs qui ont contribué, mais également les thèmes abordés.



Ici 13 nouvelles regroupant plusieurs thèmes qui va de la SF, à la fantasy et bien d'autres.



Elles sont toutes illustrées à l'ancienne, par Cham, Christophe Floatinf Fantask Huet, Maniak, Stef-W: elles sont justes magnifiques!



Je ne vous les raconterai pas, elles sont à déguster. Certaines vous feront sourire, d'autres halluciner, d'autres vous laisseront perplexe, d'autres carrément rire, ou encore feront monter l'angoisse. Mais soyez certains que toutes feront émerger un ressenti différent.
Lien : http://saginlibrio.over-blog..
Commenter  J’apprécie          20
Djaarhs !
  30 décembre 2020
Djaarhs ! de Jean-Marc De Vos
Dans ce roman, l’auteur imagine une fin du monde due à une invasion d’Aliens. Plus avancés que nous dans la technologie et la biologie, ils se servent de cela pour asservir les Terriens. Ce sont des insectoïdes et ils sont impitoyables…

J’ai aimé :

– Les personnages d’abord les Aliens : Hadès, Cerbère, Ares, Vulcain, Hermès (qui ont choisi leurs noms dans la mythologie grecque).

Puis les Terriens parfois un peu caricaturaux mais bien pensés (un anti-héros qui plaît – Docteur Angelo Presti ; une femme forte et intelligente – Aurora Tikhonova ; un militaire type fidèle en amitié – Général Paterson ; un chef de la mafia parfaitement odieux – Diego Morales ; un scientifique presque invisible – Professeur Ilich Palatine + des personnages secondaires bien typés…

Et les noms de tous ces personnages ont leur importance…

– Les détails sur notre civilisation qui donnent à réfléchir

– De l’humour (noir évidemment)

– Beaucoup de dialogues très naturels (on imagine le film)

– Ni trop court, ni trop long…



J’AI AIME TOUT EN FAIT…

J’ai lu ce roman d’une traite, pas moyen de le lâcher…

Pour tous ceux qui aiment la SF et une bonne histoire bien racontée avec un bon suspense et une plume alerte…



Ce livre m’a fait penser à deux (très anciens) roman post-apocalyptiques lus dans mes jeunes années et dont j’ai d’excellents souvenirs :

– Révolte des Triffides / John Wyndham

– La peur géante / Stefan Wul



J’attendrai à présent avec impatience le bouquin suivant de Jean-Marc De Vos…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
L'ambassadeur
  01 octobre 2019
L'ambassadeur de Jean-Marc De Vos
Autant le dire tout de suite, je me nourris au biberon de la science-fiction, et des genres de l’imaginaire en général, depuis que je sais lire ! La quatrième de couverture m’intriguait… En ouvrant ce roman, j’ai non seulement découvert un excellent auteur de SF, mais j’ai plongé, tête la première, dans un univers extraordinaire. Dès les premières pages, on sent l’écriture maitrisée, le sens de la description, l’immersion est immédiate et totale. Résumer un roman aussi riche serait une gageure, mais j’y ai trouvé en vrac : de l’aventure, de l’intrigue politique, un peu de combat spatial, juste ce qu’il faut, de l’amour, des mondes étranges et des extraterrestres dont la description (très fouillée, autant sur le plan physique, que psychologique) m’a laissé pantois.

Une recommandation ? Achetez ce roman, vous ne serez pas déçu du voyage que vous propose Jean-Marc De Vos. Retenez bien ce nom, vous ne tarderez pas à en entendre encore parler !

Commenter  J’apprécie          20
L'ambassadeur
  01 octobre 2019
L'ambassadeur de Jean-Marc De Vos
Avertissement de l'auteur:

Ne vous fiez pas aux liens figurant sur la page pour commander le livre. Ces liens étant liés à l' ISBN, ils ne fonctionnent que pour Amazon. Le livre est toutefois bien disponible ailleurs, sous un format légèrement différent et un autre ISBN: 978-2-9602446-0-1



Commenter  J’apprécie          21
Djaarhs !
  24 mai 2021
Djaarhs ! de Jean-Marc De Vos
Mon avis :



Très bon roman de SF qui déroule une histoire apparemment simple. Des extra-terrestres qui dictent à l’ensemble des gouvernements de la Terre des ordres pour le moins difficiles à suivre. Tout le monde marche dans leur « combine » car ils possèdent l’antidote d’un virus redoutable qu’aucun scientifique ne parvient à éradiquer. Au bout de tout ça, il apparaît que l’humanité sera complètement soumise, dépendante d’eux, risquant d’être détruite dans ses fondements premiers.



Une galerie de personnages humains et de créatures Djaarhs se démènent pour arriver à leur fin. Pour les premiers, au début, établir un contact afin de comprendre ces êtres décrits comme d’immenses insectes aux goûts peu ragoutants et à l’intelligence redoutable s’entourant de moyens considérables pour leur sécurité,  capables d’anticiper les moindres pensées de leur futurs esclaves, puis trouver le moyen de résister et de détruire ces envahisseurs à la technologie très avancée. Pour les seconds, cacher leur véritable intention, réagir aux multiples essais d’attaques des humains dont certains ne veulent pas se laisser faire et s’entourer, en les manipulant, de personnes à la mentalité douteuse comme le mafieux Diego Morales.



Chaque humain devra choisir son camp. Il en va de l’avenir de la Terre.



J’ai beaucoup aimé l’ambiance du roman, la leçon d’humanité sous-jacente. Les personnages sont magnifiquement mis en scène, grâce au talent de l’auteur, sa manière d’utiliser l’humour subtil ou moins subtil selon les caractères de chacun. Le général Paterson par exemple qui ne fait pas dans la dentelle.



Une femme, Aurore, fait partie de la Résistance, jouant un double jeu, ce qui est parfait.



Un autre personnage Angelo Presti donne une dimension très humaine à ce récit car ses certitudes vacillent face à la confrontation des événements. Il semble ballotté à la fois par les gouvernements des grandes puissances terriennes qui l’ont désigné ambassadeur auprès des Djaarhs (Consul de Djariha) et par les différents interlocuteurs insectoïdes, se donnant des noms de héros de la mythologie antique (Hadès, Cerbère, Ares, Vulcain, Hermès). Vu sa position, on cherche à l’utiliser et il devra faire la part des choses, donner sa confiance en pesant le pour et le contre, en mettant à l’épreuve ses soi-disant amis tout en ne sachant pas grand-chose des intentions de certaines personnes de son entourage. Une histoire d’amour se fera jour et aussi d’amitié forte.



Le fait que les Djaarhs choisissent Bruxelles et plus particulièrement le domaine royal pour implanter leur essaim, selon un plan précis, qui donnera des bâtiments aux dimensions considérables sans fenêtres, sorte de bunker d'une laideur repoussante, infranchissable car muni de nombreux sas et détecteurs en tout genre provoque des scènes à mourir de rire. 



Tous les ingrédients d’un roman haletant sont là ! Passé le premier chapitre, qui m’a semblé décousu car beaucoup d’informations sur les personnages à venir étaient à digérer en peu de temps, j’ai lu sans relâche ensuite. Je ne regrette vraiment pas mon achat et vous encourage à suivre mon exemple car le roman de Jean-Marc De Vos mérite d’être lu.    
Lien : https://francoisegrenierdroe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
L'ambassadeur
  20 avril 2021
L'ambassadeur de Jean-Marc De Vos
Fan modérée de science fiction, j'ai découvert avec ce roman mine de rien un mélange de différents genres habilement repris dans un contexte de science-fiction. Mais donc cela va bien plus loin. Même si j'ai eu un peu difficile au tout début à me familiariser avec tous ces nouveaux concepts, noms d'espèces et autres termes techniques, finalement je suis facilement rentrée dedans, et une fois dedans, difficile de le lâcher :-).

De la science-fiction suffisamment prise au sérieux pour s'accrocher à l'intrigue, mais qui ne se prend pas pour autant au sérieux, sans non plus verser dans l'auto-dérision à la Douglas Adams. Bref un bel équilibre finalement. Et une écriture soignée, qui se déguste .. parfois difficile de la savourer tellement j'étais happée par l'histoire elle-même, j'avoue ;-).
Commenter  J’apprécie          10
Djaarhs !
  29 août 2020
Djaarhs ! de Jean-Marc De Vos
Tremblez, les Djaarhs sont à votre porte !

Sous le visage incontestable d’une histoire de science-fiction, se découvre ici une remarquable aventure humaine où la population planétaire se retrouve soudain poussée jusque dans ses derniers retranchements. Quel décor idéal pour un auteur à l’imagination fertile et au sens aiguisé de la narration. Et il y a de tout pour contenter tout le monde : du suspens, des tensions, des relations humaines difficiles, mais de l’amour aussi, des rebondissements à souhait, un Bob Morane des temps modernes, et même un virus. Encore, direz-vous, oui mais celui-ci est très spécial ! Bref, j’y ai trouvé un grand plaisir de lecture et je pense pouvoir le recommander à un large public de lecteurs, que vous soyez ou non amateur du genre SF.
Commenter  J’apprécie          10
Leodiensia data
  13 juillet 2020
Leodiensia data de Jean-Marc De Vos
Ça va arriver près de chez vous ! Une cabale inracontable (et c’est tant mieux, vous n’aurez qu’à la lire !). Intrigues, suspens, énigmes, sociétés secrètes, rebondissements multiples, personnages attachants, et puis aussi beaucoup de « mauvais » pour donner le change, tout y est pour vous tenir en haleine. Bref, un thriller SF addictif que je recommande vraiment.
Commenter  J’apprécie          10
Leodiensia data
  20 avril 2021
Leodiensia data de Jean-Marc De Vos
J'ai adoré ce livre, que je viens de dévorer complètement en une soirée. On accroche à l'intrigue, mais aussi à ce style d'écriture qui réussit cet équilibre entre sophistication et facilité de lecture. J'aime beaucoup l'humour dosé juste comme il faut, les références belges et liégeoises sans excès mais juste assez pour se sentir dans la confidence de la référence réservée aux "initiés".. Je le conseille à 100% !
Commenter  J’apprécie          00
Leodiensia data
  18 avril 2021
Leodiensia data de Jean-Marc De Vos
J’ai dévoré ce livre en un peu plus d’une journée. Passées les 40 premières pages, il m’était impossible de m’arrêter ! Vous voici prévenus ! Vous croirez peut-être tenir la clé de l’énigme mais vous vous tromperez. L’auteur nous tient en haleine jusqu’au bout.



Le résumé vous évoque peut-être certains romans de Dan Brown mais le style est résolument différent et les bases historiques sérieuses même si la réalité semble parfois dépasser la fiction.



J’ai du mal à vous parler de ce roman car je craindrais de trop vous en dire et de vous gâcher l’effet de surprise. Ce serait dommage. Croyez moi sur parole lorsque je vous dis que j’ai passé un bon moment et n’hésitez pas à tenter l’aventure à votre tour.



Commenter  J’apprécie          00
Leodiensia data
  30 décembre 2020
Leodiensia data de Jean-Marc De Vos
Voici un thriller ésotérique intelligent et « page turner » avec de l’action et des péripéties passionnantes qui se situe dans un futur (très) proche. Le découpage où les années s’entrechoquent est un peu déconcertant au départ mais on s’y fait très vite.

Je suis liégeoise donc le cadre du roman m’interpellait et pourquoi pas ? On voit sa ville autrement et c’est un plaisir de plus…



Un petit (210p.) roman bien ficelé et tout à fait plaisant à lire…

J’ai bien aimé !

Pour tous ceux qui ont aimé le « Da Vinci Code » ou « Labyrinthe » de Kate Mosse, par exemple…

Un auteur à suivre…
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le seigneur des Anneaux

Quel est le métier de Sam ?

cuisinier
ébéniste
jardinier
tavernier

15 questions
4339 lecteurs ont répondu
Thème : Le Seigneur des anneaux de J.R.R. TolkienCréer un quiz sur cet auteur