AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.94 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1961
Biographie :

Jean Marc Sourdillon est né en 1961.

Il a publié des livres poétiques :
. Les Tourterelles (La Dame d’onze heures, préface de Philippe Jaccottet, encres d’Isabelle Raviolo, 2009).
. Les Miens de personne (La Dame d’onze heures, préface de Jean-Pierre Lemaire, lavis de Gilles Sacksick, 2010),
. Dix secondes tigre (L’Arrière-pays, 2011),
. En vue de naître (L’Arrière-pays, 2017),
. La vie discontinue (La part commune, 2017),
. Osiris 89 (Greenfield, Massachusetts (USA), December 2019).

Des essais et des nouvelles, Les voix de Véronique (Le Bateau Fantôme, 2017).

Jean-Marc Sourdillon a également traduit María Zambrano et édité les Œuvres de Philippe Jaccottet dans la Pléiade.


Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Marc Sourdillon   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
fertiti65   09 août 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Rivières



Vu à travers le cadre en bois de la fenêtre, le dos scintillant de la rivière, plus étincelant, plus frissonnant que toutes les lumières du ciel.



Ainsi va, légère, l'existence, quelque chose comme une chanson, comme une danse, elle descend de la montagne à cheval, un carillon, une ritournelle, la vie se donnant sans cesse des nouvelles d'elle-même.



Et toi, de l'autre côté, le dos dans la lumière comme si elle te faisait des ailes, te voilà, cheveux défaits, un peu comme une crinière, descendue tout droit de la montagne avec ton sourire et quelque chose à me dire à travers le cadre en moi de la mémoire ouverte.
Commenter  J’apprécie          260
GeraldineB   25 février 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
LA JOURNÉE



Aujourd'hui j'ai décidé de ne rien faire, de me laisser aller au gré de la journée.

Je m'efforcerai de rester calme, disponible à l'instant, poreux à ce qui pourrait arriver.

Je poserai tranquillement le pied sur son courant. Je reposerai allongé les bras en croix dans le fond de sa barque.

J'interviendrai le moins possible.

Je ne répondrai aux sollicitations qu'avec légèreté sans me poser de questions, sans faire obstacle pour ne pas altérer la limpidité de l'élan,

pour que s'accomplisse non pas avec moi ni en moi mais à travers moi une fois au moins dans ma vie la pure action de naitre qui ne dépend pas de soi.

Je n'accueillerai que les événements qui m'en apportent la nouvelle

et par où se signalent à la fois la présence du monde autour et le mouvement de la vie qui advient.

J'en sortirai neuf et vivant, comme lavé par une eau très froide.

Devenu peut-être plus réel, j'irai au milieu des trains et des villes aussi transparent aussi amoureux d'elle que le torrent dans la montagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195
fertiti65   08 août 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Jour transparent



Je voudrais faire tenir la journée

dans un verre.

Elle y serait comme une eau glacée

transpercée par la lumière.



Je serai ce verre

uniquement ce verre

effaçant jusqu'à la main

qui le tient.
Commenter  J’apprécie          172
Jean Marc Sourdillon
coco4649   26 février 2020
Jean Marc Sourdillon
Fontanelle…





Aujourd’hui je suis loin des Cévennes,

quelque part dans le vide sidéral des villes.

Et pourtant je repose quelque part

sur une sphère de cristal.

J’agis, je vais, je parle.

Je sens sous moi la mémoire

comme une crypte retentissante,

toute la montagne des Cévennes

comme une crypte à ciel ouvert,

je sens, je pressens

quelque part loin de moi, passé en moi,

l’acte des tombes sur la pente

toute leur mémoire, toute notre attente,

toutes les aurores

et la montagne

comme une voûte de soutènement.
Commenter  J’apprécie          140
batlamb   03 janvier 2022
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Jour transparent



Je voudrais faire tenir la journée

dans un verre.

Elle y serait comme une eau glacée

transpercée par la lumière.



Je serai ce verre

uniquement ce verre

effaçant jusqu'à la main

qui le tient.



Un oiseau vidé

de tout ce qui n’est pas son vol

jusqu’à son chant qui le retient.



Sans souvenir, sans pouvoir, sans projet,

juste peut-être (et encore !) une buée à sa surface

ou la plume d'un duvet

à cause de la fragilité de tout, une ultime trace

dans la mort de plus en plus transparente

pour les yeux, s’ils existent,

de celui ou celle, là-bas dans l’espace,

qui cherche à naître,

encore et encore.
Commenter  J’apprécie          132
batlamb   23 janvier 2022
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Gare Saint-Lazare



Tant d’espace et tant de gens ! Juillet était si clair.

Sous la verrière un vaste oiseau, ses deux ailes déployées.

La lumière était très blanche et la chaleur suffocante.

Un piano distillait avec lenteur ses gouttes de menthe ou de citron dans cette touffeur.

Je marchais vite, comme eux habillé de blanc.

J’écartais mentalement les bras au-dessus de tous ces gens et je planais, je glissais, je virais.

Je caressais au passage leurs visages, j’accompagnais leurs épaules, j’éprouvais sensiblement le fil qui partant de moi me reliait à eux et venant d’eux les reliait à moi.

Je connaissais leur faiblesse,

Je savais ce qui leur faisait gravir les escaliers en courant et où se trouvait la réserve de clarté dissimulée dans leurs yeux pensifs.

C’était, oui, comme si je les avais aimés, chacun deux, depuis leur naissance, que je pouvais à leur insu veiller sur eux alors que dans les faits, c’était eux, leurs tremblements, leurs yeux ouverts, qui me protégeaient avant tout de moi-même et de mes impossibilités.

C’était, c’était comme si nous étions tous des rescapés, ou simplement des êtres vivants, des voyageurs en attente de renaître ou de naître tout à fait, placés là, assis, debout, au bord des quais, devant les panneaux, guettant chacun son jour au milieu des leurres.

Et puis, ce fut ce couple d’adolescents, chacun tirant sa valise derrière soi et se disant au revoir dans le hall de la gare pour la dernière fois. Les yeux écarquillés du garçon disaient dans la sorte de silence luminescent qui les entouraient : je suis là, je suis complètement là, jamais je ne serai plus pleinement là que je ne le suis à cette instant. Pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
fertiti65   08 août 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Les merveilleux nuages



Sur eux se détache le geste noir des oiseaux migrateurs.

Ils habitent l'espace, s'y déploient. L'espace aussi les habite, les traverse, fait d'eux une sorte de promesse.

Ils sont mobiles, élégants, labiles, merveilleux parce que présents, intensément présents,

blancs de lumière et vivants, emportés par le devenir,

élégies voyageuses au-dessus des plaines, des fleuves et des gens, cherchant dans le silence éclatant des visages la juste vibration qui les puisse retenir.
Commenter  J’apprécie          130
fertiti65   09 août 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Matin de banlieue



Nuages dans le ciel de novembre.

Un nuancier de silence, gris ou blanc, avec des traces de rose ou d'orange, cerné lui aussi de silence, d'une autre qualité de silence, plus sombre, plus profonde, plus opaque, mais non pas moins intense ou vibrante.
Commenter  J’apprécie          130
fertiti65   08 août 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Comme des frères



Vivre dans l'imminence et agir par inadvertance, telle est la règle que sans bien le savoir, nous nous sommes donnée.

Laisser sa place à l'inattendu, à ce qui nous redispose et nous recompose avec le risque peut-être de nous anéantir ou la chance, pourquoi pas ? de naître à nouveau ailleurs, autrement, on ne sait comment

plus loin dans la rivière attentive.
Commenter  J’apprécie          120
fertiti65   09 août 2021
L'unique réponse de Jean Marc Sourdillon
Souveraineté



Calme, la voix grave ou douce qui prononce les mots qui dénouent, n'aie pas peur, je te pardonne, ta vie est tellement plus large que ton destin, c'est aussi bien si tu abandonnes, on verra ce que sera demain.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La devinette potache à une question du samedi

à quelle auteure vous fait penser cette phrase sibylline et équivoque, insondable et mystérieuse, nuageuse et obscure, opaque et ténébreuse... Les bidasses étaient en colère mais après coup ils se sont bien marrés

Agatha Christie
Margaret Atwood
Fred Vargas
Amélie Nothomb
Anne Perry
George Sand

1 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur