AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bergerac , 1664
Mort(e) à : Keylenberg (Hollande) , 1777
Biographie :

Jean Marteilhe était protestant et galérien.

Ce jeune bourgeois protestant ne supportant pas les persécutions consécutives à la révocation de l’Edit de Nantes, réussit, avec un compagnon de son âge (16 ans), à traverser clandestinement la France. Arrêtés à Marienbourg, ils furent tous deux condamnés par le parlement de Tournai aux galères perpétuelles (22 novembre 1701) et conduits au bagne à Dunkerque. Galérien sur La Palme, Marteilhe fut blessé au combat en 1708. Le 1er octobre 1712, il fut dirigé vers Marseille avec les galériens de Dunkerque. Passé par Le Havre et Rouen, puis par la prison de la Tournelle à Paris, il fut à Marseille affecté à la Grande Réale.
Il bénéficia de la décision prise grâce à l’intervention de la reine Anne d’Angleterre de libérer 136 galériens, « à condition de sortir du royaume » (17 juin 1713), alors qu’il avait été condamné précisément pour avoir voulu en sortir. Par l’Italie, la Suède, l’Allemagne, l’Angleterre, il parvint en Hollande où les Etats généraux lui accordèrent une pension. Il s’y maria (22 janvier 1719) à Amsterdam avec une française réfugiée, et mourut en 1777.
Il a laissé des Mémoires qui constituent le document le plus évocateur de la vie sur les galères, et ont fait l’objet de plusieurs éditions ; la plus récente est due à André Zysberg sous le titre Mémoires d’un galérien du Roi Soleil (1982).

+ Voir plus
Source : http://www.massalire.fr (D’après Madeleine Villard, Académie de Marseille)
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Dagg   31 juillet 2018
Mémoires d'un galérien du Roi-Soleil de Jean Marteilhe
On a vu que, lorsque la frégate que nous attaquions, eut esquivé l'abordage et qu'elle nous eut jeté ses grappins et attaché à son bord, nous étions exposés au feu de son artillerie, chargée à mitraille. Il se rencontra donc que notre banc, dans lequel nous étions cinq forçats et un esclave turc, se trouva vis-à-vis d'un canon de la frégate, que je voyais bien qui était chargé. Nos bords se touchaient, par conséquent ce canon était si près de nous, qu'en m'élevant un peu, je l'eusse pu toucher avec la main.



Ce vilain voisin nous fit tous frémir; mes camarades de banc se couchèrent tout plat, croyant échapper à son coup. En examinant ce canon, je m'aperçus qu'il était pointé, ce qu'on appelle, à couler bas, et que, comme la frégate était plus haute de bord que la galère, le coup porterait à plomb dans le banc, et qu'étant couché, nous le recevrions tous sur nos corps.



Ayant fait cette réflexion, je me déterminai à me tenir tout droit dans le banc, je n'en pouvais sortir, j'y étais enchaîné, que faire? Il fallut se résoudre à passer par le feu de ce canon, et comme j'étais attentif à ce qui se passait dans la frégate , je vis le canonnier avec sa mèche allumée à la main, qui commençait à mettre le feu au canon sur le devant de la frégate, et de canon en canon, venait vers celui qui donnait sur notre banc; j'élevai alors mon cœur à Dieu et fis une courte prière, mais fervente, comme un homme qui attend le coup de la mort. Je ne pouvais distraire mes yeux de ce canonnier, qui s'approchait toujours de notre canon, à mesure qu'il tirait les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ArtzUr   28 octobre 2020
Mémoires d'un galérien condamné pour cause de religion de Jean Marteilhe
Cependant, comme je crois l'avoir fait remarquer dans le cours de ces mémoires, tous ces scélérats, quelques méchants qu'ils fussent, témoignaient toujours beaucoup d'égards et de respect pour nous autres, réformés. Ils ne nous appelaient jamais que Monsieur, et n'auraient jamais passé devant nous sans nous saluer.
Commenter  J’apprécie          10
ArtzUr   28 octobre 2020
Mémoires d'un galérien condamné pour cause de religion de Jean Marteilhe
Voilà ce que j'ai pu remarquer des galères en général, par rapport à leur fort et à leur faible, par opposition aux navires de guerre qui n'ont pas à beaucoup près tant de difficultés ni d'incommodités pour combattre les galères, comme ces dernières en ont pour combattre les navires. De tout ceci on peut conclure que la dépense pour l'entretient des galères est très grande et leur utilité très petite.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'évangile oublié de Jacobovici & Wilson : culture générale

Le temple d’Artémis

Se trouve à Éphèse
Est l’une des Sept Merveilles du monde
Réponse 1 et 2
Aucune de ces réponses

25 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : jésus christ , religion , histoireCréer un quiz sur cet auteur