AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.81 /5 (sur 161 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1961
Biographie :

Né en 1961, Jean-Michel Beuriot fait le voeu de devenir dessinateur de bandes dessinées. Après des études en arts plastiques et un voyage important en Afrique du Nord, il se lance dans le métier en travaillant comme graphiste dans l'édition et en illustrant affiches et couvertures de livres. Il fait ses premiers pas dans la bande dessinée en illustrant des récits complets aux Éditions du Lombard. Publié dans (A Suivre), il conquiert peu à peu une réputation qui le mène à un premier album chez Glénat, Le bruit des bottes. En collaboration avec Philippe Richelle, il dessine Belle comme la mort prépublié dans la revue (A Suivre) et paru en 1995 chez Casterman. Il illustre aussi, toujours sur un scénario de Richelle, la série "Amours fragiles", également publiée chez Casterman.

Texte © Casterman
+ Voir plus
Source : http://www.bedetheque.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Michel Beuriot   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle en interview pour planetebd.com .

Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
saigneurdeguerre   19 octobre 2019
Voltaire, Le culte de l'ironie de Jean-Michel Beuriot
Voltaire : "Le philosophe se doit d'agir sur le monde dans lequel il vit."
Commenter  J’apprécie          100
Ladydede   24 mars 2013
Amours fragiles, tome 1 : Le dernier printemps de Jean-Michel Beuriot
- Ça doit être Gustav.

Tu es seul ?

- Tu connais Greta : il en faut beaucoup pour la faire sortir de sa cuisine... Mais je ne me plains pas. Une ménagère de son acabit, ça n'existe plus ! ...

Sa femme Greta, en dépit de contours anatomiques bovins, multipliait les aventures extra-conjugales. Gustav était seul, en ville, à l'ignorer...

- C'est vrai que tu as épousé une femme peu commune. Heureux homme !
Commenter  J’apprécie          40
mandrake17   23 août 2017
Amours fragiles, tome 1 : Le dernier printemps de Jean-Michel Beuriot
- Tu fais des achats chez Rosenthal?

- Oui, pourquoi?

- Ils sont juifs... Les Rosenthal sont juifs...

- Et alors? Tous les juifs ne sont pas à mettre dans le même sac, Gustav. Les Rosenthal sont parfaitement intégrés à la société. Ils se sentent allemands avant tout. D'ailleurs, Frank Rosenthal a servi vaillamment notre pays pendant la guerre. Des gens comme eux n'ont rien à voir avec la juiverie internationale et le bolchevisme. Rien!... Et je suis convaincu qu'Hitler saura choisir, parmi les juifs, entre ceux qui veulent le bien de l'Allemagne et les indésirables...

- Hum... C'est ton opinion. Pour moi, un juif est un juif, point final. Ils ne valent pas mieux les uns que les autres...
Commenter  J’apprécie          30
tchouk-tchouk-nougat   12 mars 2014
Amours fragiles, tome 1 : Le dernier printemps de Jean-Michel Beuriot
Des gens bien, dirait-on... Ils ont une automobile... Note , les apparences sont parfois trompeuses. Frau Hofner a en pension chez elle un jeune homme au sujet duquel elle ne tarissait pas d'éloges. Poli, serviable, propre sur lui. Le genre d'homme dont on dit "celui-là il est bien de sa personne". Eh bien, sais-tu ce qu'elle vient de découvrir? Le type est communiste !
Commenter  J’apprécie          30
issablaga   12 juillet 2014
Amours fragiles, tome 1 : Le dernier printemps de Jean-Michel Beuriot
Allemagne, 1932



- Vois-tu, j'aime la liberté, moi. Je veux vivre comme je l'entends, pouvoir dire tout haut ce que je pense. Aimer qui bon me semble...

Nous vivons déjà dans une société affreusement conformiste. Avec les nazis au pouvoir, ce sera pire encore. Ces gens-là c'est la lèpre. Une mauvaise maladie dont il faut se débarrasser au plus vite.
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeux   17 août 2016
Amours fragiles, tome 1 : Le dernier printemps de Jean-Michel Beuriot
En brouette... on les avait emmené en brouette, comme des animaux... et ces gens, tous ces gens qui observaient la scène comme s'il s'agissait d'un fait divers anodin... Personne ne semblait désapprouver, au contraire... Personne n'avait rien dit, personne n'avait bronché. Personne. Pas même moi.
Commenter  J’apprécie          30
py314159   20 septembre 2019
Voltaire, Le culte de l'ironie de Jean-Michel Beuriot
Ne jamais entreprendre une tâche sans l'ambition de la mener à bien : c'est un de mes crédos.
Commenter  J’apprécie          40
saigneurdeguerre   19 octobre 2019
Voltaire, Le culte de l'ironie de Jean-Michel Beuriot
Lasalle : "Pourquoi avoir écrit ces... horreurs ?"

Voltaire : "Pour plaire à la duchesse. Et pour qu'on parle de moi. La célébrité s'acquiert aussi par le scandale."
Commenter  J’apprécie          30
mandrake17   23 août 2017
Amours fragiles, tome 1 : Le dernier printemps de Jean-Michel Beuriot
Comme de nombreux allemands, je vécus en aveugle les premières semaines du nouveau gouvernement. Les nazis partageaient le pouvoir avec la droite nationaliste traditionnelle. En principe, ils ne pouvaient rien décider seuls... En dépit de la multiplication des mesures de coercition à l'encontre de la gauche (surtout des communistes), la signification réelle de l'ombre nouveau n'apparaissait pas encore clairement...
Commenter  J’apprécie          20
LivresdAvril   25 décembre 2020
Voltaire, Le culte de l'ironie de Jean-Michel Beuriot
Voltaire : J'étais ému par le triste sort des paysans de la région. La terre étant inculte, ils vivaient dans le plus grand dénuement. En améliorant les rendements, je leur ai permis de vivre dignement de leur travail.

Lasalle : Remarquable !...

Voltaire : Le paysan est ignorant et dépourvu de capital à investir. Seul le seigneur peut agir pour améliorer son sort...

Lasalle : Sauf votre respect... Vous formulez là une vision très féodale de la société. Or, il me semble que vous étiez farouchement hostile à l'anarchie féodale et très favorable à la centralisation monarchique.

Voltaire : Vous avez raison. Mais je n'étais pas encore un gentilhomme de campagne. Depuis que je le suis, ma vision est plus nuancée. Un seigneur peut mener une action positive pour la collectivité, à condition de résider sur place, et non de parader à la cour. Je voudrais maintenant qu'on lui laisse plus d'indépendance sur ses terres... (p. 36)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
89 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur cet auteur