AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.07 /5 (sur 67 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Titulaire d’un doctorat en sciences politiques consacré à l’Innovation culturelle et l’État, Jean-Michel Djian est professeur associé à l’université Paris VIII et initiateur du « DESS de Management culturel européen » et de celui de « Coopération artistique internationale ». Il préside avec Cheick Omar Sissoko, cinéaste et ministre de la culture au Mali, l’Université ouverte des 5 Continents de Tombouctou (Mali).

Journaliste, ancien rédacteur en chef du Monde de l’Éducation, Jean-Michel Djian collabore aujourd’hui au Monde Diplomatique. Auteur de plusieurs ouvrages, il vient de publier La Politique culturelle, la fin d’un mythe (Gallimard) et une biographie de Léopold Sédar Senghor, Léopold Sédar Senghor, Genèse d’un imaginaire francophone (Gallimard, 2005). Jean-Michel Djian est également membre du comité de rédaction de Riveneuve Continents.
+ Voir plus
Source : http://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?page=invites&id_article=4019
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Michel Djian   (41)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Michel Djian vous présente son ouvrage "Ivan Illich : l'homme qui a libéré l'avenir" aux éditions Albin Michel. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2441099/jean-michel-djian-ivan-illich-l-homme-qui-a-libere-l-avenir Notes de Musique : Youtube Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (16) Voir tous


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation

L'été passé, il ne reste pas rien des éclats du soleil et des moments de bonheur. C'est le miracle de la radio, celle-ci, un peu plus durable que d'autres, par définition, par projet d'origine, fidèlement poursuivi depuis cinquante ans, mais également grâce aux supports qui en prolongent le plaisir : le plus contemporain, celui de la toile, grâce aux téléchargements qui font de France Culture une des premières chaînes à l'échelle nationale, mais aussi grâce à la forme soit-disant archaïque, celle que nous aimons tant ici, le papier, le livre, la revue.

Commenter  J’apprécie          100

Lorsque nous sommes face à une situation de danger, le cerveau a trois façons de réagir : la plus fondamentale est la réponse freeze, le gel, on s'immobilise ; la deuxième est fight, combattre, la troisième, flight, fuir. Le gel, être paralysé, incapable de prendre une décision, est une réaction fondamentale de notre cerveau qui ne se produit pas seulement face à un appartement en feu, mais sans doute aussi chez des décideurs.

Comment décider, Science publique, diffusé le 25/04/2014, Alain Berthoz

Commenter  J’apprécie          70

Au 14ème et au 15ème siècle, l'Empire songhaï a été cet espace culturel enchanté, à l'abri des convoitises extérieures pour la simple raison que personne ne croyait vraiment à sa richesse.

Commenter  J’apprécie          70

D'abord, comprenons bien ce qui a retardé la reconnaissance de cette culture du désert. Pour une grande part, la colonisation en est la cause. Le viol de l'Afrique centrale par les puissances coloniales, quelles qu'elles fussent, l'a plongée dans un état de choc, de perte de mémoire. L'écrit est par nature fragile. Sa principale Némésis n'est pas l'humidité, las carias, ni l'oubli, mais la violence des hommes.

Commenter  J’apprécie          60

"Le rire protège, soulage, rapproche. Il tonitrue et s'éteint. Énigmatique et protéiforme, le rire évolue selon les âges de la vie et les situations." Extrait du dossier "Rire pour le meilleur et pour le pire", p.123

Commenter  J’apprécie          60

"Ce n'est pas la ponctuation qui fait le style, c'est le style qui fait la ponctuation." Extrait de l'article "Un point c'est tout", p.14

Commenter  J’apprécie          50

" Les voyageurs confiaient la garde de leurs objets à une esclave appelée "Tombouctou", mot qui dans a langue du pays, signifie " la vieille" et c'est d'elle que ce lieu béni a pris son nom. "

Commenter  J’apprécie          40

Cet imaginaire prend racine dans une spiritualité commune basée sur le soufisme dont le savant mystique Ahmed Baba fut à Tombouctou la glorieuse incarnation.

Commenter  J’apprécie          40

(36%) Dans son émission, « Les Chemins de la philosophie », du 7 septembre 2017, Adèle Van Reeth a reçu Martin Fortier, philosophe et anthropologue à l’EHESS, fin connaisseur de l’œuvre d’Illich. Il s’arrête un moment sur l’outillage de la transmission, la source inépuisable des interrogations du jeune vicaire autrichien qui, sitôt installé à New York, perçoit l’imposture. Et Fortier de citer préalablement un extrait signifiant d’Une société sans école, concernant la fabrication de l’imaginaire urbain des quartiers pauvres de Manhattan : « Un enfant des rues n’y touche jamais rien qui n’ait été scientifiquement conçu, réalisé et vendu à quelqu’un, les arbres qui existent encore sont ceux que le service des jardins publics a décidé de planter. Les plaisanteries que l’enfant entend à la télévision ont été programmées à grands frais. Les détritus avec lesquels il joue dans les rues de Harlem ne sont que les emballages conçus pour attirer le consommateur. L’éducation elle-même se définit comme la consommation de diverses matières, faisant partie de programmes, objets de recherches, de planifications et de promotions de ventes. Tous les biens sont le produit de quelque institution spécialisée et ce serait sottise, par conséquent, que d’exiger quelque chose qu’une institution ne saurait produire. L’enfant de la ville n’a rien à attendre, rien à espérer, sinon ce que lui promet le développement possible des méthodes de fabrications. Pour satisfaire son imagination, on lui fournit au besoin quelques récits d’“anticipation” ! Et que connaît-il d’ailleurs de la poésie de l’imprévu ? Son expérience en ce domaine se limite à quelques découvertes dans le caniveau : une pelure d’orange qui flotte sur une flaque. Il en vient à attendre l’instant où l’ordre implacable s’interrompra : une panne d’électricité, une échauffourée dans la rue. Souvent, il s’abandonne, il se laisse aller à musarder, à faire le sot et c’est la seule expérience poétique dont il dispose encore ! » […]

« Dans la mesure où l’enseignant réunit les fonctions de juge, d’idéologue et de médecins des âmes, c’est le style de la société qui est perverti par cette méthode rationnelle, consumériste et fonctionnelle de préparation à l’existence. » Pour mieux se faire comprendre, Illich s’empare d’exemples qui font mouche. Celui-ci en particulier : en juillet 1970, Nixon envoya une requête à son ministre de l’Éducation, exigeant de mettre en place des tests dans les écoles, afin de « détecter les comportements anti-sociaux, déviants ou prédélinquants » chez les enfants de moins de 12 ans. La Maison-Blanche préconisa dans ce document de leur « administrer, si besoin, des calmants appropriés ». Quand Illich se renseigne et s’aperçoit qu’un tiers des élèves de Saint-Louis (Missouri) en reçurent d’office, il sonna la charge, si bien que les parents scandalisés prirent le relais pour faire annuler la décision. Et on n’en parla plus.

Commenter  J’apprécie          10

(p.188)

Il aimait cette métaphore végétale qui résume le génie de la filiation entre les vivants et les morts : « des cordons de chanvre faits de fibres toujours nouvelles, prenant la relève de celles qui s’achèvent et qui, tressés, forment néanmoins une corde unique qui ne se rompt pas ».

En rédigeant ses Pensées, Pascal avait certainement pressenti la venue sur terre de cet improbable « roseau pensant » : « Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau suffit pour le tuer. Mais quand l’univers s’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien. » écrit le philosophe.

Peu importe qu’Illich ait eu raison avant l’heure. Son irruption sur la scène mondiale aura permis à ceux qui croquaient le progrès à pleines dents sans ciller de s’interroger sur sa nature.

Ne suggérait-il pas que nous sommes des êtres profondément a-sociaux ? Ou de consternants moutons de Panurge élevés comme du bétail pour rendre gorge à des bergers éclairés ? Des fatalistes dépassés par la complexité du monde, qui préfèrent en rabattre plutôt que de se battre ? Autant de questions qui contiennent leurs réponses. Et si Illich avait dit le vrai ? S’il s’était approché de la vérité à notre insu pour nous aviser des périls en formation, nous faire prendre conscience de l’étendue de nos lâchetés et, en guise d’espoir, nous donner la clef pour nous emparer en silence des feux radieux qui couvent encore sous les braises de l’humanité ?

« La parabole biblique a des vertus insoupçonnées pour se faire comprendre, il faut la faire sienne quand l’explication est vaine », disait Illich. En voilà une, non biblique, qu’il racontait en faisant référence au mythe de Pandore. Elle tombe à pic pour conclure :

« Notre société ressemble à cette machine implacable que je vis une fois dans un magasin de jouets à New York. C’était un coffret métallique. Il vous suffisait d’appuyer sur un bouton et le couvercle s’ouvrait avec un claquement sec. Une main métallique apparaissait alors. Ses doigts chromés se dépliaient, venaient saisir le bord du couvercle. Ils tiraient et le couvercle se refermait. Comme c’était une boîte, vous vous attendiez à pouvoir y trouver quelque chose… Elle ne contenait qu’un mécanisme de fermeture automatique. [...] Toutes les institutions par lesquelles l’homme entend exorciser les maux originels sont devenues des cercueils dont le couvercle se referme sur lui. Les êtres humains sont pris au piège : prisonniers des boîtes qu’ils fabriquent pour enfermer les maux que Pandore avait laissés s’échapper. »

Tout est dit, ou presque.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Au bonheur des Dames - Emile ZOLA

Denise, orpheline, débarque sur le pavé parisien avec ses deux frères...

Georges et Riri
Jean et Pépé
Jean et Rémi
Riri et Rémi

12 questions
1408 lecteurs ont répondu
Thème : Les Rougon-Macquart, tome 11 : Au bonheur des dames de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur