AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.21 /5 (sur 113 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montbéliard , le 11/11/1952
Biographie :

Jean-Michel Maulpoix est un poète et critique littéraire français.

Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de Lettres modernes, il est actuellement professeur à l'université Paris X - Nanterre (poésie moderne et contemporaine).
Il est aussi le directeur de la revue Le Nouveau Recueil, revue trimestrielle de littérature et de critique, autrefois publiée aux éditions Champ Vallon et aujourd'hui publiée sur internet.
Il a présidé également la Maison des écrivains, rue de Verneuil, à Paris, de 2004 à 2007.

Source : Wikipédia.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Michel MAULPOIX – En son for intérieur (France Culture, 1996) L’émission « Poètes en pied », série d’été de « For intérieur », par Olivier Germain-Thomas, diffusée le 3 août 1996. Invité : le poète en personne. Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l'unique objet de perpétuer la Poésie française.
Podcasts (6) Voir tous

Citations et extraits (143) Voir plus Ajouter une citation
Jean-Michel Maulpoix
TerrainsVagues   11 mai 2019
Jean-Michel Maulpoix
Quand la lumière aura versé

ses deux dernières larmes de cire,

je prendrai tes mains,

baiserai tes yeux,

et tu mordras dans mes lèvres.

Ayant roulé l’un contre l’autre

nos deux amours gorgés de nuit,

nous allumerons “l’aube”

pour nous regarder
Commenter  J’apprécie          837
Moovanse   25 août 2015
Une histoire de bleu suivi de L'instinct du ciel de Jean-Michel Maulpoix
Les femmes aux yeux noirs ont le regard bleu.

Bleue est la couleur du regard,

du dedans de l’âme et de la pensée,

de l’attente, de la rêverie et du sommeil.



Il nous plait de confondre toutes les couleurs en une.

Avec le vent, la mer, la neige, le rose très doux des peaux, le rouge à lèvres des rires, les cernes blancs de l’insomnie autour du vert des yeux, et les dorures fanées des feuilles qui s’écaillent, nous fabriquons du bleu.



Nous rêvons d’une terre bleue, d’une terre de couleur ronde,

neuve comme au premier jour,



et courbe ainsi qu’un corps de femme.





(p38)

Commenter  J’apprécie          484
Moovanse   17 septembre 2015
Une histoire de bleu suivi de L'instinct du ciel de Jean-Michel Maulpoix
Neuf jours sur la mer comme dans une église.



Seul avec les dieux, avec leur absence.

La pression de leurs mains invisibles sur mes épaules.

Seul à comparaître devant le bleu.

Dans le grand dimanche de la mer.

Buvant l'espace comme un ivrogne.

Des goulées d'angoisses et de croyance.

Désireux d'ajouter encore du ciel au ciel et de l'eau salée à la mer …



J'aime allumer une cigarette au milieu de la mer.

C'est un minuscule point rouge sur le bleu.

Un point d'incandescence, de grésillement et de chaleur.

Il signifie que j'existe :

je suis une graine, une pépite d'homme, une parcelle d'âme en larmes,



prête à s'agenouiller comme à disparaître.





(p103)

Commenter  J’apprécie          413
Moovanse   21 août 2015
Chutes de pluie fine de Jean-Michel Maulpoix
La vie est creuse et compliquée. Elle manque de chambres et de jardins.

Poussière et tiédeur remuées, où courons-nous si vite ?

Il semble que mourir ne nous importe guère ...



Prendre SON temps : belle expression.

Prendre le temps qui est le sien, entre la naissance et la disparition.



Prendre son temps à soi pour le convertir en amour ?



Aimer, c’est donner de SON temps.



Seul jugement dernier :

A qui et à quoi as-tu donné ton temps ?

Comment as-tu dépensé le crédit de tes jours ?





(p146)



Commenter  J’apprécie          362
Moovanse   04 septembre 2015
Une histoire de bleu suivi de L'instinct du ciel de Jean-Michel Maulpoix
Il est des visages dont la courbure donne à espérer l’impossible,

des reins où s’incurve la nuit,

des pas

que tard l’on voudrait suivre

jusqu’au ciel de lit d’une chambre odorante



dont les volets de bois

ouvriraient sur la mer.



(p44)

Commenter  J’apprécie          332
Moovanse   16 août 2015
Chutes de pluie fine de Jean-Michel Maulpoix
Brésil



Dans la nuit de cinq heures du matin, sous les ailes du 747, Rio a des allures de star : poussière de strass et de paillettes, piquetées dans les oies violettes et les satins noirs des pains de sucre.

Le Brésil brasille sous de très légers draps de brume.

Illusion programmée du voyageur : vue d’avion, la misère des favelas fait collection de diamants.

Elle étincelle : Rio joue du stéréotype.



Au sol, c’est l’hiver.

Privée de ses sunlights, la star sud-américaine sombre dans une mélancolie sans fond.

La ville n’est plus qu’un asphyxiant nuage de gaz d’échappement.

Les passants portent des vêtements pauvres.

Leur visage brun vire au gris.



Je visite d’un œil triste la capitale des plaisirs et de la folie

J’y cherche en vain la silhouette de la fille d’Ipanema, et

croise plus de vies brisées que de danseurs de samba.



***



Du Brésil, je retiens la douleur :

les gamins couchés dans les rues,

les kyrielles de prostituées et de travestis au pied de l’hôtel,

le couteau de cuisine de l’adolescent qui m’a fait les poches sur la plage

en réclamant « money, money »,

les favelas inaccessibles et omniprésentes,

et

la dissimulation imparfaite du malheur

sous le florissant mensonge des tropiques.





p99 et p104

(Ipanema est un quartier riche, chic et branché de la zone Sud de la ville de Rio.

C'est le berceau de la bossa nova.)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Moovanse   05 août 2015
Chutes de pluie fine de Jean-Michel Maulpoix
Un quart d’heure d’éternité, assis sur une tortue de pierre, au milieu de la rivière Kamo qui n’est après tout qu’une pellicule de silence, de calme et de reflets glissants sur les cailloux …

Je voudrais à mon tour construire un pavillon pour observer la lune,

ou allumer de grands feux au sommet des montagnes pour chauffer les nuages.

Peindre ou coudre des signes rouges sur des étoffes blanches pour me protéger de mourir …



Moi : ce point instable et vibratoire sur lequel toute altérité vient jouer sa musique.

« Homme égaré qui ne sait où il va

marche dans ce monde en aveugle en tâtant son chemin çà et là

du bout de son bâton. »



Etre en vérité cet aveugle qui s’efforce sans cesse d’écarquiller les yeux.

Tendre la main, tendre l’oreille, écouter le bruit d’autres langues.

Vérifier que des mondes existent auxquels je n’aurai pas accès.

Partager avec mes semblables des fragments d’ignorance.



Nos questions nous rapprochent mieux que nos savoirs.

C’est dans l’incompréhension que nous nous retrouvons, au défaut des langues,

là où les mots viennent à manquer et où se perdent nos appuis.



Nous offrons à autrui ce par quoi nous sommes seuls,

séparés jusque dans l’amour

et silencieux sous les replis de notre voix.





Japon – Kyoto - p35/36

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Jean-Michel Maulpoix
sagesse66   26 février 2019
Jean-Michel Maulpoix
LA COULEUR DU POÈME



La couleur du poème dépend de la quantité de lumière

Qui se réverbère en son encre.

Elle change au gré de l’heure, de l’âge et de la langue.



Incolore au commencement, quand il n’est encore qu’une aspiration vague.

D’un blanc de page vide, il tend vers le gris en rêvant son encre prochaine.

Aube indécise sur le papier. Tels brouillards ou fumées qui montent.

C’est pourtant vers le bleu qu’il s’enlève le plus souvent,

Accroissant son ciel et son eau, entrouvrant sur la page une vague idée d’azur.



Noir, si rien ne le tire hors de soi, prisonnier qu’il demeure des signes.

Rouge, quand il accélère, s’enfièvre, circule et bat.

Or d’étincelle ici et là en son ballet de feuilles mortes.

Vert en mai devant l’arbre, blanc de décembre sous la neige,

Mais d’une couleur indistincte quand s’y penche un visage aimé.
Commenter  J’apprécie          291
Moovanse   02 septembre 2015
Chutes de pluie fine de Jean-Michel Maulpoix
Parfois, on se regarde, on se sourit, on s'aime un peu, très vite, avec les yeux.



(p38)
Commenter  J’apprécie          285
Moovanse   08 septembre 2015
Papiers froissés dans l'impatience de Jean-Michel Maulpoix
La musique grimpe et redescend des escaliers de cristal.



Si elle est aussi lente,

c'est afin que chacun prenne le temps d'y compter

les grains de sa propre poussière.
Commenter  J’apprécie          270
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jean-Michel Maulpoix (141)Voir plus


Quiz Voir plus

Immortelle Barbara

Un beau jour ou peut-être une nuit / Près d’un .…. je m’étais endormie

bac
sac
lac
frac

12 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur
.. ..