AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citation de andreas50


andreas50   03 mai 2019
Laissez bronzer les cadavres ! de Jean-Patrick Manchette
Gros plissa les yeux. La vieille peau le regardait en souriant. Elle suivait le jeu de ses muscles. Lui, automatiquement, il la dévisageait d'un œil. Cinquante berges peut-être, mais de la classe. Gros n'avait jamais eu de chances avec les femmes. Il en avait épousé deux. Elles s'étaient révélées plus garces et plus coûteuses que des putains. À présent, il préférait ces dernières. On sait ce qu'on donne et on sait ce qu'on reçoit. Pas d'entourloupes.
Mais cette peintresse, c'était différent. Elle avait beaucoup de pognon. Si elle le regardait comme ça, c'était donc pour le frisson. Gros n'avait rien à craindre.
Elle était vieille, certes, au moins cinquante ans. Gros en avait plus de quarante, mais pour lui, une femme, ce n'est qu'une femme qu'entre treize et vingt-cinq ans ; après, ça devenait une rombière.
Pourtant cette peintresse n'était pas une rombière. Elle avait de la classe. Elle devait connaître des phrases affolantes de chic, et des positions pleines de vice. Gros se sentit excité.
Commenter  J’apprécie          220





Ont apprécié cette citation (22)voir plus